Les trésors de la médiathèque : le costume en Provence

Pour vous faire découvrir le fonds de la Médiathèque de la MMSH. Le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation.

Ce mois-ci, nous vous présentons un ouvrage de Jules Charles-Roux (1841-1918). Il fut directeur d’une usine de savons marseillaise dont il hérita de son père et mena une carrière de député des Bouches-du-Rhône (1889-1898). il fut également administrateur de la Banque de France, président de la Compagnie Transatlantique, initiateur et commissaire général de l’Exposition coloniale de Marseille en 1906.

Un monument a été érigé dans le parc Chanot dans le hall du Pavillon de Marseille et de la Provence  pour honorer Jules Charles-Roux.

Ami de Frédéric Mistral, Jules-CharIes Roux soutint le mouvement du félibrige et défendit l’identité provençale. Il contribua financièrement  à la fondation du « Museon Arlaten » à Arles,  par l’achat du palais du Roure en Avignon  qui devint un musée de la langue provençale.

Voici  son ouvrage, richement illustré,  sur le costume provençal :

Souvenirs du Passé. Le costume en Provence, de Jules-Charles ROUX, avec un sonnet de Frédéric MISTRAL : I. Période ancienne. II. Période moderne. Paris, Lyon, Marseille, Lemerre, Rey, Ruat, 1907 ; 2 vol. in-4, brochés, couv. ill., 22 planches en couleurs hors-texte et 653 reproductions dans le texte dont 76 portraits, cote : F.ME 391 CHA

D’autres livres sur le thème du costume provençal sont présents à la médiathèque :

Biehn, M., Charles-Roux, E., Gallois, Y., Pascal, M., Poujol, G.  : En jupon piqué et robe d’indienne, costumes provençaux. 1987,  J. Laffitte,  Marseille, France. Cote : F.ME 391 BIE

Bourrilly, J., Laget, E. Le costume en Provence au Moyen Age,  1928, Institut historique de Provence : Marseille, France. Cote : YM-190

Niel, N., 1989. L’art du costume d’Arles : traité théorique et pratique de coiffure et d’habillage, texte, illustration, maquette, Niel, Arles, France. Cote : F.ME 391 NIE.

Nougier, S., Nougier, E., Nougier, C., Nougier, E., 1980 : Lou Vesti prouvençau: guide pratique et technique du costume féminin et masculin de Provence,  S. et E. Nougier, Marseille, France. Cote : F.ME 391 NOU.

Pascal, O., Pascal, M. Histoire du costume d’Arles. 1992 : M. Pascal, -, Arles, France. Cote :  F.ME 391 PAS.

D’autre part, signalons cet article de Danièle Dossetto, IDEMEC,  sur le sujet : Savoirs sous influences : deux costumes provençaux  (1937-1943).

Journée du patrimoine des enfants

Formation à la recherche documentaire : la médiathèque vous accompagne

L’équipe de la médiathèque vous propose des formations à la recherche documentaire.

 Vous désirez faire une recherche :

  • Sur les portails de revues, rechercher des articles, localiser des revues…, contactez :  Nathalie Cotelle : cotelle@mmsh.univ-aix.fr  Tél : 04 42 52 40 54 – Bureau A17
  • Dans le domaine de l’histoire, effectuer des recherches sur notre base de données, des bases de données externes (Bib-CNRS, SUDOC, revues.org…), repérer des carnets de recherche sur vos thèmes de recherche, être aidé pour publier un billet sur un carnet de recherche sur Hypothèses.org…, contactez :                                                                                    Annick Richard : richard@mmsh.univ-aix.fr     Tél: 04 42 52 49 35 – Bureau A21
  • L’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman possède des fonds documentaires importants en sciences humaines et sociales sur le monde arabe contemporain, en langues occidentales et arabe, qui sont intégrés à la médiathèque de la MMSH depuis 2004. Bérengère Clément est à votre disposition pour vous guider dans ces fonds : clement@mmsh.univ-aix.fr    Tél: 04 42 52 41 15 – Bureau A20

La phonothèque de la MMSH met à disposition plusieurs milliers d’heures d’archives sonores enregistrées sur le terrain par des chercheurs en sciences humaines et sociales avec un focus sur la Méditerranée. Par ailleurs, dans le cadre du Pôle image-son, pratiques numériques en SHS, une convention a été mise en place avec l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) qui permet d’accéder à 14 700 000 d’heures de documents télé et radio à 14 000 sites web médias dans le cadre du dépôt légal du Web.

Nous pouvons vous aider :

      • sur les méthodes de collecte, Véronique Ginouvès vous reçoit sur rendez-vous, contactez : veronique.ginouves@univ-amu.fr
      • sur la recherche documentaire des archives en sciences humaines et sociales, sonores et audiovisuelles inédites, radiodiffusées ou télédiffusées, contactez Hélène Giudicissi :    giudicissi@mmsh.univ-aix.fr
      • pour les archives de l’Ina, contactez Christian Champaloux : champaloux@mmsh.univ-aix
          Tél: 04 42 52 41 08  – Bureau A16

 

Photo  : Labyrinthe dans la cour du château de Sainte-Suzanne – Journée du patrimoine des enfants, 2014 – chateaudesaintesuzanne.fr – CC

Les trésors de la Médiathèque : Noël en Provence, … et Noël 1912 !

Pour mieux vous faire connaître le fonds de la Médiathèque la MMSH. Le deuxième lundi du mois, nous vous ferons découvrir des ouvrages anciens.

Le choix de ce mois de décembre s’est tout naturellement porté sur deux livres, consutables à la médiathèque de la MMSH,  en lien avec la période de Noël : Noël en Provence, usages crêches, santons, Noëls, Pastorales, écrit par G. Arnaud d’ Agnel et Léopold Dor, Paris, Occitania, Editions du Bastidon d’Aix-en-Provence et de Tacussel à Marseille, 1927.

Dans cet ouvrage, sont consignés les  anciens usages liés à Noël : coutumes, gros souper, pratiques religieuses, Defructus,1.

… mais aussi  les autres fêtes, les divers procédés de fabrication des santons, la liste nominative de ceux-ci , les pastorales etc.

Pour accompagner agréablement ces traditions  voici un autre de ces petits trésors lié celui-ci à la gastronomie française : le numéro 1536 des annales politiques et littéraires, Noël 1912, intitulé « A table ! » par Louis Vinsonau. Dans ce numéro : la gastronomie, les cafés de Paris,  des réflexions gastronomiques, des recettes (dont certaines sont écrites en vers) ainsi que « le livre d’or de la cuisine Françoise» de 48 pages dont voici un extrait :

Texte et numérisation par Mathilde Bresc.
  1. terme qui désigne l’ancien usage par un notable d’offrir un repas au clergé de la paroisse la veille de Noël []

Colloque international : Moissonner la mer, MMSH, 11-12 octobre 2016

Gorgone de corail rouge - Photographie en lien avec le corpus sonore "La pêche traditionnelle varoise dans les années 1970"

Gorgone de corail rouge-Henri-Paul Brémondy
https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-01323484

Le colloque international intitulé « Moissonner la mer. Économies, sociétés et pratiques halieutiques méditerranéennes, 15e-21e siècle » se déroulera les 11 et 12 octobre prochains à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Il est organisé par Gilbert Buti, Daniel Faget, Olivier Raveux, Solène Rivoal et Agnès Rabion du laboratoire TELEMME.

 » Occupant aujourd’hui moins de 250 000 actifs pour l’ensemble du bassin méditerranéen, les activités halieutiques ont marqué l’histoire des sociétés littorales depuis l’Antiquité. Sur les rives nord-occidentales, ces activités ont connu depuis le Moyen Âge une série d’innovations technologiques. La multiplication de nouveaux acteurs liés à la fourniture des engins de pêche, à la transformation de la ressource, à sa distribution, mais aussi à la mise en œuvre de politiques édilitaires destinées à assurer l’approvisionnement des marchés urbains, ont alors produit une dilatation de la sphère des économies halieutiques. Connectant les deux rives de la Méditerranée, ces activités animent aussi des axes d’échanges alimentés par des ressources endémiques, qui pour certaines, comme le corail ou les éponges, incarnent l’existence dès le XVIe siècle d’une économie-monde des produits de la mer. L’expression au cours des temps modernes d’une inquiétude sur la pérennité de la ressource démontre cependant la fragilité de ce milieu marin spécifique. Alors que se profile aujourd’hui un épuisement rapide des richesses océaniques, l’examen de la place et la responsabilité des pêches côtières artisanales dans les scénarios d’un développement durable est plus que jamais d’actualité.  »

PROGRAMME DU COLLOQUE

A l’occasion du colloque, la médiathèque exposera des ouvrages issus de son fonds sur ce thème dont voici une bibliographie sélective.

La phonothèque met à disposition plusieurs enquêtes enregistrées sur la pêche et le métier de pêcheur ; en particulier quatre corpus dont les entretiens sont accessibles en ligne :

– un corpus enregistré par Henri-Paul Bremondy (rattaché au CREHOP au moment des entretiens) sur la pêche traditionnelle varoise dans les années 1970, dont 190 photographies en lien avec le terrain, ont été déposées sur MédiHAL,

– Annie-Hélène Dufour (IDEMEC) a travaillé sur les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois dans les années 1980.

Une de ses enquêtes a été valorisée sur Les carnets de la phonothèque, et ses carnets de terrain sur le Brusc sont aujourd’hui accessibles sur la plateforme Transcrire.

– Pierrette Vergès et Arlette Apkarian, alors au LAMES, ont enregistré plus de 140 heures d’entretiens dans le cadre d’une enquête sur l’évolution et la structuration des métiers de la pêche de l’Etang-de-Berre aux Saintes-Maries-de-la-Mer.

Dictionnaire de la Méditerranée

Disponible à la médiathèque : le Dictionnaire de la Méditerranée

Le dictionnaire de la Méditerranée vient de paraître aux éditions Actes Sud en coédition avec la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. De nombreux chercheurs de la maison ont participé à sa rédaction. Dionigi Albera, Maryline Crivello et Mohamed Tozy en ont assuré la direction scientifique, en collaboration avec Gisèle Seimandi pour la coordination et la préparation éditoriale.

Une version en arabe est prévue pour fin 2016 ainsi qu’une édition électronique sous la responsabilité d’Abdelmajid Arrif.

Cet ouvrage est disponible à la médiathèque sous la côte : MED DIC 000 DIC

Flashinfo_dictionnaire-de-la-mediterranee

Service de prêt entre bibliothèques (PEB) à la médiathèque : le saviez-vous ?

Neighbourhood Book Exchange - Richard Eriksson

Neighbourhood Book Exchange – Richard Eriksson

Billet rédigé par Bérengère Clément et Christian Champaloux

Le prêt entre la Médiathèque et le Service Commun de la Documentation d’AMU (SCD) a été mis en place voilà 10 ans, le 2 octobre 2006.

Ce service gratuit (l’USR3125 prenant en charge les frais d’envoi), réservé aux chercheurs, enseignants-chercheurs, chercheurs associés et invités ainsi qu’aux personnels ITA-IATOS de la MMSH, s’est rapidement étendu à la BU de Droit Aix-Marseille, BU St Charles,  puis à l’ensemble des bibliothèques universitaires et instituts de recherche de France (BNF, INALCO, INHA, Sciences-Po Paris, BULAC, ENS, Sorbonne, Lyon, Toulouse, Nantes, Strasbourg,….)

Quelques chiffres :

En 2014, 68 demandes de PEB ont été réalisées ; en 2015, 97 demandes, dont 56 titres pour la BU d’Aix. Ouvrages, travaux universitaires, et même reproductions de manuscrits ont pu ainsi être fournis à nos chercheurs  (seul le prêt de périodiques est exclu).

Comment bénéficier de ce service ?

Envoyez votre demande par mail à Bérengère Clément ou à Christian Champaloux avant le jeudi soir au plus tard, les ouvrages seront disponibles à la médiathèque à partir du mardi suivant, pour le PEB avec le SCD (BU Aix). Christian Champaloux se charge d’aller à la BU chaque semaine pour prendre et/ou retourner les documents aux dates prévues. Par ailleurs, rappelons que la Bibliothèque universitaire assure le PEB pour les étudiants et les enseignants-chercheurs qui le souhaitent, avec la possibilité de renseigner une demande de document directement sur le site.

Pour les documents demandés hors département, il faut compter environ une semaine de délai.

La durée du prêt est de 3 semaines, dans la limite de 3 ouvrages par demandeur.

Les documents empruntés doivent être rapportés à l’accueil de la médiathèque dans les délais précisés lors du prêt.

Toute perte de document est à la charge du demandeur.

Contacts :

Bérengère Clément : clement@mmsh.univ-aix.fr

Christian Champaloux : champaloux@mmsh.univ-aix.fr

Qantara : revue de l’IMA disponible à la médiathèque

Qantara n°100

Qantara n°100

Qantara est une revue publiée par l’Institut du monde arabe depuis 1991. Grâce aux dons d’un chercheur de la MMSH, la médiathèque a suivi ce magazine depuis son origine. Dorénavant, elle y est abonnée. Les quelques numéros manquants vont venir dans le mois, compléter la collection.

État de collection : n.1,1991-n.27,1998;n.29,1998;n.32,1999-n.45,2002;n.47,2003;n.49,2003-n.60,2006;n.62,2006-n.89,2013;n.98,2016- (lac.28,30,31,46,48,61).

Cote : P-553/En salle

Focus sur deux collections : Albert Kahn et Germaine Laoust

Né Abraham Kahn à Marmoutier, en Alsace, en 1860, Albert Kahn a rassemblé un important fonds iconographique intitulé « Archives de la Planète », collection constituée de 72 000 autochromes (photographies en couleur sur plaques de verre) et des films en noir et blanc, un patrimoine ethnologique qui témoigne de l’activité humaine au début du siècle dernier et conservé au Musée départemental Albert-Kahn.
Albert Kahn avait mandaté des photographes entre 1909 et 1931 pour constituer cette collection (ethnologique, sociologique, architecturale et artistique) unique qui est numérisée, et consultable sur le portail :  Archives de la Planète.
Géo-localisées, et en accès libre les images numérisées, d’une exceptionnelle qualité, sont fidèles aux consignes d’Albert Kahn qui avait demandé des prises de vues sous des critères bien définis (plans serrés, vues panoramiques, etc. Ces clichés, pris dans le monde entier, témoignent de modes de vie traditionnels du début du XXe siècle aujourd’hui parfois disparus. Les différents thèmes présents dans ces collections sont : costumes, paysages, commerces, panorama de villes, portraits de groupe.
A partir du thème du costume au début du siècle dernier, nous avons trouvé intéressant de faire un parallèle entre la collection d’images réalisées par Stéphane Passet  pour Albert Kahn en 1912  au Maroc et celle de Germaine Laoust-Chantréaux qui a effectué des recherches précises sur les activités féminines dans certains groupes berbérophones d’Algérie (Aït Hichem) et du Maroc (Aït Mguild) dans les années 30  et dont un album photo est publié sur la plateforme de documents numériques e-Médiathèque.

            Femme rifaine des Beni Ulid (haut Ouergha, Maroc, 1931)Femme devant une porte cloutée, Marrakech, Maroc, décembre 1912, (Autochrome, 12 x 9 cm), Stéphane Passet, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 919
Femme rifaine des Beni Ulid (haut Ouergha, Maroc,  voir notice),Germaine Laoust-chantréaux, archives de la Médiathèque, MMSH,AIX-en-Provence,1931.
Femme devant une porte cloutée, Marrakech, Maroc, décembre 1912, (Autochrome, 12 x 9 cm),Stéphane Passet, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, 1919.

Par ailleurs,  à titre d’information, sachez que le musée Albert Khan participe la quatrième édition du festival  Allers-Retours« Sortez des clichés ! Regard sur des patrimoines vivants », organisé par la fédération des écomusées et des musées des sociétés.
Il se déroule du 21 juin au 2 octobre 2016. Le musée propose à cette occasion une exposition regroupant les œuvres de six photographes.

 

 

Revue Expressions maghrébines à la Médiathèque

La médiathèque s’abonne à la revue Expressions maghrébines en 2016.

L’état de collection est : n.1,n.2,2002-n.2,2003;n.2,2004;n.2,2007;vol.15,n.1,2016-
La cote de la revue est  P-1935.

Le vol.15, n.1, 2016, Traduire le Maghreb, dossier coordonné par Olivia C. Harrison et Teresa Villa-Ignacio est disponible à la médiathèque.

 

expressions maghrébines

La notion de territoire(s) : 1ere journée scientifique de l’école doctorale 355 « Espace, Cultures, Sociétés »

Pour la première fois, l’École Doctorale 355 « Espaces, Cultures, Sociétés » organise une journée scientifique interdisciplinaire qui aura lieu à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence le 29 juin 2016 de 9h à 18h.

Il s’agira d’interroger la pertinence de la notion de territoire(s) dans les contextes disciplinaires variés qui composent l’école doctorale. L’objectif est de favoriser, grâce à l’étude de cette notion fédératrice, les échanges autour des méthodologies mises en place par les doctorants de Sciences Humaines et Sociales pour prendre en compte, en diachronie et en synchronie, une dimension centrale des représentations humaines et des processus sociaux.

La journée débutera par une conférence de M. Samuel Robert (Géographe, ESPACE) sur :         « Le territoire, du concept à son maniement dans les pratiques de recherche. Exemples en géographie. »

Elle sera structurée autour de trois ateliers co-animés par des doctorants et des enseignants-chercheurs de l’école doctorale.

PROGRAMME :

  • 9H : Accueil
  • 9H15-10H15 : introduction et conférence inaugurale par M. Samuel ROBERT, Géographe, ESPACE
  • 10H15-12H15 : Atelier « Fabrique des territoires »                                                                       avec la participation de M. Romain Borgna (TELEMME), M. Antonio Iodice (TELEMME) M. Julien Dario (LPED) et Mme Nacira Abrous (IREMAM)
  • 13H30-15H30 : Atelier « Territoire(s) et société » avec la participation de M. Geoffrey Meyer-Fernandez (LA3M), Mme Moufida Bourbia (IREMAM), Mme Sophie Gueudet (CHERPA), Mme Céline Bourbousson (LEST)
  • 16H-18H :  Atelier « La notion de territoire en Sciences Humaines et Sociales » avec la participation de M. Matthieu Giaime (CEREGE), Mme Francesca Giraldi (LA3M), Mme Carole Brousse (IDEMEC), M. Gabriele Salvia (ENSA-M).
  • Contact : ed355@mmsh.univ-aix.fr

Homme à l’honneur…Charles Samaran

Charles Samaran était un archiviste et historien français, né le 28 octobre 1879 et mort le 15 octobre 1982. Archiviste paléographe (1901), ayant soutenu une thèse sur la Maison d’Armagnac, il a été membre de l’École française de Rome de 1901 à 1903. En 1927, Charles Samaran devint directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (chaire de paléographie) puis professeur de « bibliographie et archives de l’histoire de France » à l’École nationale des chartes de 1933 à 1941. Il occupe la direction de la bibliothèque de l’École nationale des chartes de 1935 à 1948. Il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1941 et il est nommé directeur général des Archives de France jusqu’en 1948. De 1960 à 1982, il a été président du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS).Charles Samaran, travailleur insatiable, est l’auteur d’une production scientifique très riche et devient un spécialiste du XVe siècle (du règne de Charles VII plus particulièrement) et s’attache aussi à étudier quelques personnalités comme : d’Artagnan, Casanova etc. Il est l’auteur d’une bibliographie impressionnante comptant plusieurs centaines de titres et d’articles et dirigea la prestigieuse Histoire littéraire de la France jusqu’en 1981 (il était alors âgé de 102 ans).

La phonothèque de la médiathèque est riche d’un enregistrement passionnant concernant Charles Samaran, alors âgé de 101 ans, et nous vous proposons d’écouter un extrait de l’ enquête réalisée par Jean Claude Bouvier ancien professeur de dialectologie et de langue occitane à l’université d’Aix-en-Provence qui l’interroge, le 28 avril 1980  :


Trois ouvrages sont présents à la médiathèque :
– Recueil des actes de l’abbaye cistercienne de Bonnefont de Comminges publiés par Charles Samaran et Charles Higounet – Paris : Bibliothèque nationale , 1970.  Cote :  SO.H C-6
– L’Histoire et ses méthodes… sous la direction de Charles Samaran, … – Paris : Encyclopédie de la Pléiade, 1961. Cote : ENC 900 SAM
– Histoire de l’Europe occidentale XI-XIVe s. de Edmond-René Labande  / préface de Charles Samaran – London : Variorum Reprints, 1973. Cote : 8-20031

Parution de l’ouvrage : Étudier en liberté les mondes méditerranéens

MelangesRI

L’ouvrage  « Etudier en liberté les mondes méditerranéens : mélanges offerts à Robert Ilbert »   est paru le 2 mai aux éditions Publications de la Sorbonne. Leyla Dakhli et Vincent Lemire en sont les éditeurs scientifiques et de nombreux chercheurs et ingénieurs de la MMSH y ont collaboré (sommaire).

Il est disponible à la médiathèque sous la cote : MED 900 ILB.

Extraits de l’ouvrage :

Acquisitions de la médiathèque pour l’année 2015

La médiathèque est le service de documentation de cinq laboratoires de la MMSH (IDEMEC, IMAf, IREMAM, LAMES et TELEMME ). Elle gère donc, en partenariat avec eux, les fonds existants et elle les enrichit tout au long de l’année par de nouvelles acquisitions.

Vous trouverez ci-dessous la liste des ouvrages en lettres latines acquis en 2015, complétée par la liste des périodiques que nous recevons par abonnements, par échange ou par don.

La liste des acquisitions en arabe sera publiée très prochainement.

Médiathèque MMSH_listing acquisitions 2015

Compte-rendu de l’ouvrage de Maurice BORRMANS, « Statut personnel et famille au Maghreb de 1940 à nos jours »

Par Théodore Gudin (1802 - 1880). — [1], Domaine public,

Attaque d’Alger par mer, le 29 juin 1830 par Théodore Gudin (1802 – 1880)

Rédigé par Myriam LAGHMOUCHE (OMIJ / Limoges – IREMAM / Aix-en-Provence
Doctorante histoire du droit)

« Le statut personnel, un modèle juridique français : le cas de l’Algérie à l’époque coloniale ». Compte-rendu de l’ouvrage de Maurice BORRMANS, « Statut personnel et famille au Maghreb de 1940 à nos jours », Mouton et Co, 1977, 708 pages, Paris, La Haye.

Le statut personnel dans les États du Maghreb fait l’objet d’une évolution depuis les débuts de l’entreprise coloniale. S’il pérennise l’application d’un droit religieux aujourd’hui, ceci est le fait d’un passé colonial.
Le statut personnel désigne le sort des biens à l’étranger d’une personne physique, à l’instar du statut réel qui désigne le sort des biens dans son lieu de résidence. Il s’agit d’une notion permettant l’émergence du droit international privé. Cette notion concerne le droit de la famille.1
Le législateur français utilise le terme statut personnel pour désigner la famille musulmane en Algérie.
Il s’agit de se demander comment aujourd’hui la loi musulmane est codifiée dans le droit des États du Maghreb. La question qui se pose est ainsi celle de savoir si le modèle juridique algérien en matière de statut personnel est issu de l’influence coloniale française allant du XIXe au XXe siècle ?
Avant la colonisation française qui commence en 1830, l’empire Ottoman fait déjà figure de domination en Algérie en ce qui concerne le droit, à partir de 1516. L’administration algérienne, le beylicat2, est assurée par la puissance ottomane. Celle-ci par ses fonctionnaires et représentants propose l’application du droit hanafite.
La famille arabe en Algérie obéit à un cadre religieux et coutumier. Elle est régie par les règles issues de l’islam malékite et hanafite en Algérie. C’est l’interprétation de la shari’a, la loi musulmane, qui en diffère.3 L’Islam malékite4 est le rite pratiqué par les Algériens alors que l’Islam hanafite5  est celui pratiqué par les Ottomans.
Le qâdî intervient pour tout acte concernant la formation et la dissolution du lien matrimonial. Il s’agit d’un juge en droit musulman, qui applique est interprète la shari’a, parfois c’est le juge français qui officie en ce qui concerne les litiges de droit des algériens. L’institution du qâdî se pérennise pendant la colonisation.
Par la convention de 1830, la France s’engage en Algérie à respecter les croyances des indigènes algériens.
La particularité de la justice coloniale se situe alors dans l’élaboration d’une jurisprudence influencée par des jurisconsultes anciens algériens interprétant la norme islamique, par exemple « Sidi Khalil apparaît déjà comme l’autorité incontestable en matière de droit musulman. Apparaît déjà comme l’autorité incontestable en matière de droit musulman ».6
C’est avec la colonisation française que les règles liées à la famille seront attachés au concept de statut personnel. Il faut alors s’appuyer sur la législation mis en place par l’administration coloniale de 1830 à 1962.
Dans un premier temps, dans le souci de préserver son assise coloniale, le législateur français pérennise l’application de la loi musulmane. C’est ce qui apparaît dans les législations françaises au début de l’ère coloniale notamment avec le sénatus-consulte de 1865.Les premières règles concernées par ces étapes sont les règles du statut personnel. Peu à peu, le statut personnel régit les règles juridiques liées à la formation et à la dissolution du lien matrimonial, le droit des successions, la famille, le patrimoine…
Le sénatus-consulte de 1865 permet aux musulmans algériens d’acquérir la citoyenneté française moyennant l’abandon de leur statut personnel. Le texte reconnaît ainsi que « l’indigène musulman » est français et qu’il continuera néanmoins d’être régi par la loi musulmane. Il peut être admis à servir dans les armées de terre et de mer. Il peut être appelé à des fonctions et emplois civils en Algérie ».
« Le sénateur Claude Alphonse Delangle insistait également dans son rapport sur ce point, selon lui, crucial : « Ainsi la religion musulmane autorise la polygamie, la répudiation, le divorce. Il en est de même de la religion juive. Il est bien entendu que l’exercice de tels droits sera interdit à l’indigène devenu citoyen français ». Dans cette perspective, citoyenneté française, respect du droit français et mariage monogame et indissoluble étaient intimement liés ».7

Dans un second temps, le colonisateur entreprend de codifier la loi en Algérie, dans un souci de compréhension du droit. C’est ce qui apparaît avec le premier code en Algérie, le code musulman algérien, puis plus tard avec les tentatives de codification du droit en Algérie puis la codification du droit de la famille en 1984.
L’exercice de la justice musulmane nécessite alors des aménagements et des modifications afin d’en être assurée.
Le 22 mars 1905, un arrêté du gouverneur général constitua une « commission de codification du droit musulman algérien », qui propose de formuler avec clarté et méthodiquement les principes de la loi musulmane.
Le projet prend la forme d’un code « le Code Morand », qui pense le droit musulman algérien. Celui-ci garantit à la justice musulmane une unité dans ses rites, coutumes et pratiques.
Marcel Morand dans les propos précédant l’avant-projet du Code Morand précise alors que « c’est en Turquie et en Égypte, c’est-à-dire en des pays musulmans et sur l’ordre de souverains musulmans qu’ont été faites les premières tentatives de codification de la loi musulmane. Elles ont abouti à la rédaction et à la promulgation de deux Codes : la Medjellat ou Code Civil ottoman et le Code égyptien du statut personnel et des successions ».
Le Code Morand se divise alors en trois livres traitant du statut personnel dont le mariage, sa formation, sa dissolution.
Claude Bontems dans son ouvrage « Le droit musulman algérien à l’époque coloniale : de l’invention à la codification » démontre que les tentatives de codification privées du droit musulman en Algérien se multiplient allant ainsi du projet d’Eyssautier, au code civil musulman de V. Meyssonnasse à la tentative d’ E. Norès .
Si le Code Morand n’est resté qu’en l’état de projet. Il est demeuré par la suite un exemple pour les essais de codification du droit.
Le premier projet est élaboré de 1963 à 1964 par plusieurs commissions, réunies dans cette perspective. Le Code Morand est adopté en plan de travail, les commissions ne parviennent pas à se mettre d’accord, notamment sur la question de savoir s’il faut percevoir la norme musulmane de façon traditionnelle ou moderne. Le projet n’aboutit pas.
Le deuxième projet est élaboré en 1966. Il s’agit d’un projet qui le restera, il apparaît alors que la famille reste un élément difficile à appréhender en droit.
Le Code de la famille est adopté en Algérie en 1984. Il est alors le résultat d’un équilibre entre pérennité et modernisation de la loi musulmane. « « L’attentisme » du législateur semble avoir eu pour origine les oppositions entre les « fondamentalistes » et les progressistes ».8 Le droit en Algérie demeure d’origine religieuse mais contient des inspirations de la présence française en Algérie. (( « Si, d’une part, le Code algérien de la famille du 9 juin 1984 est le premier du genre en Algérie, il s’insère, d’autre part, dans le vaste processus de codification du statut personnel que connaissent les pays arabo-musulmans depuis près d’un siècle. Or, dans ce domaine qui touche de très près au Coran, le texte fondateur de l’Islam, codifier apparaît déjà comme une innovation importante, puisque c’est interpréter en termes précis et en formules limitatives l’ensemble des dispositions juridiques de la loi islamique (Sharî’a) qui, jusque-là, restaient susceptibles de multiples interprétations par des méthodes plus ou moins souples de Vigtihâd des juges ».

  1. Jean Hilaire., « Histoire du droit », 13ème édition, éditions Dalloz, 2013, 210 pages, Paris []
  2. Le beylicat étant le lieu où s’exerce le pouvoir du bey, un pouvoir mis en place en Algérie avant 1830. []
  3. Par exemple chez les Hanafites, « si la femme n’est pas pubère, le tuteur (walî) a le droit de la marier à qui il veut. Quand elle devient pubère (bâliga), on lui reconnaît le droit d’option (hiyâr) : selon sa volonté, elle confirme la décision du tuteur ou l’annule si son tuteur n’est ni son père ni son grand-père, car s’il est l’un ou l’autre, le droit d’option ne lui est pas reconnu. Alors que pour les Malékites, « Impubères et incapables sont contraints au mariage par le tuteur (walî mugbir), sans qu’une possibilité d’option leur soit reconnue, par la suite ». BORRMANS Maurice., « Statut personnel et famille au Maghreb de 1940 à nos jours », Mouton et co, 1977, 708 pages, Paris, La Haye, p.16. » []
  4.   Le Malikisme est un des quatre rites juridico-religieux de l’Islam orthodoxe, dont les adeptes se situent en Afrique du Nord. L’originalité de l’enseignement de l’iman Malik-ibn-Anas, né en 97 et mort en 179 de l’hégire. Le système juridico-religieux de Malik s’appuie sur le Coran, la tradition (Sunna) et l’Ijma’. Mohamed Ghalem., « L’Islam algérien avant 1830 : le Malikisme », Insaniyat / إنسانيات, n°31, 2006, p.63-70. []
  5. Le hanafisme est issu d’une école théologique islamique, issue de l’enseignement de l’imam Abu Hanifa qui naquit en l’an 80 et mourut en l’an 150 de l’hégire. MORAND Marcel., « Introduction à l’étude du droit musulman algérien », Jules Carbonnel, ancienne maison Bastide-Jourdan, 1921, Alger, 213 pages. []
  6. BONTEMS Claude., « Le droit musulman algérien à l’époque coloniale. De l’invention à la codification », Slatkine Erudition, Genève, 378 pages, 2014, p. 126. []
  7. Judith Surkis., « Propriété, polygamie et statut personnel en Algérie coloniale, 1830-1873 », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°41, 2010, p. 27 à 48. []
  8. Babadji Ramdane, Mahieddin Nahas M., « Le Fiqh islamique, source non exclusive du droit de la famille en Algérie », revue internationale de droit comparé, volume 39 n°1, Janvier-mars 1987, p. 163 à 173. []