Les trésors de la médiathèque : l’art de la tapisserie

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH,
le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons
des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

L’art de la tapisserie s’est largement développé à partir du XIVe siècle, particulièrement dans le nord de l’Europe puis en France où cet art culmine au XVe siècle.

Les trois hauts lieux de la tapisserie sont les manufactures de la Savonnerie, des Gobelins1 et de Beauvais2.

Les étapes de la tapisserie :
A la base, les matières premières comme les fils de  laine, de soie, et de métaux précieux étaient achetées par le marchand, il fallait ensuite trouver le maquettiste qui allait réaliser le dessin, le cartonnier qui allait reporter le dessin à l’envers, avec une dimension identique au format de la future tapisserie pour que celle-ci soit reproduite à l’endroit, et enfin le licier3, chargé de réaliser la tapisserie résultant de l’entrecroisement des fils de chaîne avec les fils de trame.

Deux types de métier à tisser existent à cette époque :
Le métier de haute-lisse qui est dressé à la verticale et se compose de deux montants supportant deux cylindres mobiles, appelés ensouples dont l’un est positionné dans la partie supérieure et l’autre dans la partie inférieure. Le métier de haute lice permettait de produire des tapisseries de grande qualité. Plus lent mais plus précis, il permet de travailler sur l’endroit de la tapisserie.
Le métier de basse lice4 utilise un métier où la chaîne est disposée dans un plan horizontal et pour l’obtention de motifs complexes, il était fait usage de pédales qui permettaient de  soulever un certain nombre de fils.  Le métier de basse-lice  permettait de travailler sur l’envers de la tapisserie donc sans que l’artisan tapissier puisse voir son travail. L’avantage était une plus grande rapidité d’exécution donc un coût moins élevé.
Sur l’un et l’autre de ces métiers, un fils de chaîne sur deux est tiré avec une perche ; l’espace ainsi libéré se nomme la foule, dans laquelle on passe le fil de trame passe perpendiculairement aux fils de chaîne.
Cette méthode est utilisée par la manufacture des Gobelins.
Nous vous proposons de consulter l’ouvrage suivant qui retrace deux siècles de tapisseries très variées issues de nombreux pays.Ouvrages présents dans notre médiathèque :

Two Thousand Years of textiles : the Figured Textiles of Europe and the Near East , Adèle Coulin Weibel , New York : Pantheon Books , 1952. Cote  : F -20115

Arachné : un regard critique sur l’histoire de la tapisserie,  textes rassemblés et éd. par Pascal-François Bertrand et Audrey Nassieu Maupas. Presses universitaires de Rennes, 2017.               Cote : 700 ARA

Histoire de l’histoire de la tapisserie et des arts décoratifs, essais réunis par Pascal-François Bertrand, Ed. Esthétiques du Divers, 2016. Contribution de Rossella Froissart, membre de TELEMME. (ouvrage en commande)

Les deux ouvrages, mentionnés ci-dessus ont été publiés dans le cadre du programme de recherche ANR ARACHNE méthode critique de l’histoire de la tapisserie : préceptes, circulation de modèles, transferts de savoir-faire. France – XIVe-XXIe siècles.

L’évolution des techniques du filage et du tissage : du Moyen Age à la révolution industrielle de Walter Endrei, avec la coll. de avec la collaboration de Jean Pilisi. Paris, La Haye : Mouton & Co , 1968. Cote : 8-20133

et d’autres écrits :

Histoire de la tapisserie depuis le moyen âge jusqu’à nos jours, par Jules Guiffrey. Tours : Alfred Mame et fils éditeurs, 1886.

La peinture tissée : théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV de Pascal-François Bertrand. Rennes : presses universitaires de Rennes, 2015.

Portrait and Tapestry/Portrait et Tapisserie de Philippe Bordes et Pascal-François Bertrand (eds). Turnhout : Brepols, 2015.

Pascale Charron. Les Arts libéraux dans la tapisserie à la fin du Moyen Age : entre iconographie savante et pratiques d’atelier.. Christian Heck. L’allégorie dans l’art du Moyen Age. Formes et fonctions. Héritages, créations, mutations., May 2010, Paris, France. Brepols, p.331- 344, 2011. Répertoire iconographique de la littérature du Moyen Age. Les études du RILMA.

 

 

 

 

  1. née en 1601 dans le quartier des Gobelins à Paris []
  2. manufacture royale fondée en 1664 []
  3. ouvrier qui travaille sur un métier à tisser de haute ou basse lice []
  4. la lice consiste en un fil muni d’un maillon dans lequel passe un fil de chaîne du métier à tisser et  peut aussi s’écrire lisse []

Les trésors de la médiathèque : et vogue la galère !

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Aujourd’hui nous vous présentons l’ouvrage (Cote : 8-22934), « Études sur la marine des galères » rédigé par Auguste Laforet, juge au tribunal de première instance de Marseille, membre de l’académie de cette ville et Chevalier de la légion d’honneur.

Publié en 1864, en 300 exemplaires, il est illustré de 2 planches lithographiées à fond teinté, et de 3 planches hors-texte de reproductions de tableaux.

Au début du volume, le lecteur peut découvrir un plan dépliant lithographié de l’arsenal des galères à Marseille.

L’exemplaire relié présent dans le fonds de la médiathèque, a été dédicacé par l’auteur à l’un de ses amis.

Acquis par le Centre d’études des sociétés méditerranéennes, laboratoire fondé par Georges Duby en 1960, cet exemplaire fait partie du fonds que le laboratoire TELEMME, héritier du CESM a confié à la médiathèque. Celle-ci complète toujours ce fonds consacré à l’histoire maritime et qui comporte à ce jour plus de 200 documents concernant la guerre de course, la piraterie, les marines marchande et de guerre en Méditerranée.

A la lecture de cet ouvrage, vous apprendrez mille choses sur l’origine et les différents types de galères, leur construction, la composition des équipages. Sont aussi décrits les conditions de vie des galériens et l’organisation de l’arsenal de Marseille. En annexe vous trouverez un « contrat d’affrètement des galères à Marseille au nom de Saint Louis, en l’année 1246 », une  liste des généraux des galères et un état général des finances des galères.

Ce livre est consultable sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF qui signale également plusieurs autres ouvrages de l’auteur.

Pour plus d’informations sur l’arsenal des galères de Marseille.

 

Illustration : Tableau de Jules Vernet : L’Intérieur du Port de Marseille, vu du Pavillon de l’horloge du Parc musée national de la Marine/A. Fux

Les trésors de la médiathèque : le meuble provençal

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Ce mois nous vous proposons de découvrir  cet ouvrage :

Le meuble : ameublement provençal et comtadin du Moyen-Age à la fin du XVIIIe siècle, G. Arnaud d’Agnel. Marseille : Tacussel , 1929, cote YF-19.

Il est difficile de parler du meuble « provençal » tant le territoire couvert est vaste puisqu’il rassemble la « haute Provence », avec sa rigueur alpine, le meuble est sobre, robuste, simple, fonctionnel, aux formes géométriques et la « basse Provence », maritime, où le mobilier est d’un style souple, élégant, richement orné de sculptures et de moulures aux formes arrondies, tout en cintres et en galbes.

La production de mobilier a évolué dès le XIIIe siècle et a été influencé par des styles très variés : l’Espagne, au XIIe siècle, avec un style alliant le cuir et la ferronnerie, l’Italie, au XIIIe siècle avec l’utilisation de la polychromie,  puis l’apparition des premiers buffets, et l’Orient, au  XVIIIe siècle des coffres incrustés de nacre. Le mobilier provençal est à son apogée au XVIIIe avec le style Louis XV et Louis XVI.

Le peuplier et le hêtre étaient les essences de bois les plus communément employées puis à partir du XVIe siècle le noyer devient d’un usage courant. Les ébénistes de l’époque, appelés fustiers, utilisaient aussi le chêne et le châtaignier, qui résistent mieux aux parasites. En haute Provence, ce sont le sapin et le mélèze qui sont les plus usités. Quant aux bois exotiques, ils servaient surtout en marqueterie.

Lexique  :

Brès : (berceau) monté sur deux bois courbes qui permettent le balancement.

Brusc : (ruche),  c’est une ruche mais aussi  une sorte de petite caisse de bois conique  qui permettait de maintenir sous les bras et debout  un enfant en bas âge  pour être suspendu au mur ou à une branche et permettre ainsi de surveiller tout en travaillant.

Courrieu : (promenoir) ou trotte-bébé, structure en bois qui permet au bébé d’avancer

Coumodo : (commode) à deux ou trois tiroirs (fin du XVIIe siècle).

Couteliero: porte-couteaux : il est ouvragé, à piétement, pour être posé.

Dreissadou : (vaisselier) pour présenter les faïences.

Escrivanié : (bureau) secrétaire muni de tiroirs et d’un abattant pour le fermer.

Escudelié : simple présentoir à vaisselle, muni d’un tiroir dans lequel on range les couverts

Estanié : meuble très ouvragé avec étagère pour présenter les belles poteries et les beaux verres

Fariniero : boîte à farine suspendue au mur qui servait à enfariner le poisson à frire tout en conservant la farine superflue

La litoche ou litocho en provençal : lit très sobre qui conserve aux quatre angles les montants, qui, autrefois, maintenaient les colonnes d’un balaquin.

Manjadou (garde-manger) : petite armoire grillagée pour conserver les aliments à l’abri des mouches et autres rongeurs.

Mastro ou pastiero : pétrin trapézoïdal qui faisait partie de la dot de la mariée et dont le plateau-couvercle est amovible et repose sur une base pleine.

Paniero (panetière) : à l’origine, la panetière était une cage de bois ajourée, sur pied en forme d’escargot, et qui comportait deux ou trois panneaux munis de barreaux afin de permettre l’aération et la conservation du pain. Elle était souvent posée sur un buffet bas ou suspendue contre le mur.  A partir du XVIIIe siècle, les barreaux sont remplacés par des  fuseaux de bois tour

Radassié : (le divan) siège provençal à deux ou trois places, dont l’assise est paillée.

Saliero : boîte à sel  accrochée au mur.

Taulo (table) de niue  (table de nuit) : apparaît au début du XVIIIe siècle, c’est une niche sur pieds assez haut composée de deux espaces distincts : un pour  le vase de nuit, l’autre pour poser le bougeoir.

Reloge : (horloge) horloge « comtoise » haute et droite dont la partie haute reçoit le mécanisme de la pendule. Elle est surmontée d’une corniche moulurée arrondie.

Vous pouvez également lire l’article suivant  paru sur le carnet des jeunes chercheurs de Telemme :

 « Une demeure dans son jus » ? Réflexions autour des partis pris de présentation et de conservation du mobilier historique en Provence Par Alexandre Mahue, doctorant en Histoire de l’Art, TELEMME, MMSH.

Mission d’acquisition à la Foire du livre du Caire (janvier-février 2016)

A la suite d’une mission commune IREMAM / Médiathèque de la MMSH à la 47e foire du livre du Caire, début 2016, Richard Jacquemond, professeur d’arabe à l’Université d’Aix-Marseille et membre de l’IREMAM, a produit une analyse sur les évolutions de la littérature égyptienne constatées, entre autres, lors de cette mission. Le texte de son article, Satiric Literature and Other “Popular” Literary Genres in Egypt Today est disponible en ligne sur le Journal of Arabic and Islamic Studies publié par le Department of Culture studies and Oriental languages (IKOS) de l’Université d’Oslo. Ce journal est entièrement disponible sur internet grâce à la bibliothèque de l’Université d’Oslo.

A cette occasion, nous vous proposons ci-dessous le petit texte qui avait été rédigé pour rendre compte de cette mission :

Mission d’acquisition d’ouvrages. Le Caire, 29/01/2016-12/02/2016

La mission d’acquisition d’ouvrages s’est déroulée durant la 47e Foire internationale du livre du Caire (27/01/2016-10 février 2016). Les chiffres annoncés pour cette foire-là sont de 850 exposants, dont 550 égyptiens, 250 arabes et 50 étrangers (sans compter les plus de 100 bouquinistes présents dans la section intitulée « Sūr al-Ezbekiyya » (en référence au lieu traditionnel où se regroupent les vendeurs de livres d’occasion au centre du Caire).

Cette mission a permis à Richard Jacquemond, enseignant-chercheur à l’IREMAM, et Olivier Dubois, bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, d’acquérir 922 titres pour 1074 volumes (62 volumes en anglais, 1012 sont en arabe). Nous nous sommes bien sûr concentrés sur les éditeurs égyptiens, dont la production récente n’avait pas été acquise ces dernières années du fait de deux annulations successives de missions (en particulier en 2011, lorsque la révolution égyptienne s’est déroulée sur la période prévue de la Foire du livre…), mais nous avons également profité de la présence de quelques centres de recherche soudanais pour y acquérir les ouvrages disponibles.

Ces volumes ont été acquis auprès de quelque 70 maisons d’édition et/ou libraires, les plus importantes étant bien sûr la General Egyptian Book Organization (الهيئة المصرية العامة للكتاب , qui est également l’organisatrice de la Foire) avec 96 titres, la Bibliotheca Alexandrina avec 75 titres, la Bibliothèque nationale et archives (دار الكتب والوثائق القومية) avec 44 titres. A noter également le National Center for Social and Criminological Research (المركز القومى للبحوث الاجتماعية والجنائية),  le centre de diffusion d’al-Ahrām, ainsi que certains éditeurs privés : Dār al-Šurūq (دار الشروق), al-ʿAyn (دار العين للنشر), Dār al-Zahrā’ (دار الزهراء) ainsi bien sûr que l’American University of Cairo Press où nous avons acquis tous les ouvrages de recherche disponibles. Nous avons également largement profité des fonds de la librairie/maison d’édition Madbūlī (مكتبة مدبولي) qui a été également d’un soutien sans faille pour la gestion de toute  la logistique, à un moment où l’activité est très intense. Qu’ils soient tous remerciés (à commencer par M. Achraf !) de perpétuer l’approche libérale du fondateur de la librairie,  al-Ḥāǧǧ Madbūlī de célèbre mémoire.

Pour donner des indications financières, nous préciserons que la mission a été réalisée grâce à un financement conjoint de l’IREMAM (mission R. Jacquemond, financement des acquisitions), de la MMSH (mission O. Dubois, frais de transport et de dédouanement) et enfin du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans qui a financé une grande partie des acquisitions. Le soutien de ce dernier a été essentiel cette année pour nous permettre de perpétuer notre politique d’acquisition des ouvrages en arabe mise en place depuis des décennies.

La moyenne d’achat des ouvrages se situe entre 4,5 et 5 euros, suivant que l’on prend en compte le nombre de volumes ou celui des titres ; rapportée à l’ensemble des frais de la mission, elle passe entre 8,5 et 10 euros. On perçoit facilement, au vu de ces chiffres, l’intérêt y compris financier du déplacement, sans même parler de l’intérêt en termes de contenu à assurer ce suivi extrêmement précis du paysage éditorial égyptien.

Richard Jacquemond était également là pour mener une politique d’acquisition sur la littérature égyptienne contemporaine, et ce salon a été l’occasion de constater l’effervescence de la publication dans ce domaine, en particulier avec une multiplication d’ouvrages de littérature plus ou moins satirique sur le fonctionnement de la société égyptienne, bousculant (ou approfondissant ?)  les « normes » esthétiques de la production précédente : titres accrocheurs, voire sarcastiques, utilisation du dialectal, choix des couvertures, etc.  On mentionnera également l’abondance de romans policiers, de vampires, de fantômes qui ont désormais une place acquise auprès des jeunes lecteurs égyptiens…

Dans un contexte économique et politique difficile, nous avons été frappés par la vitalité de la production éditoriale (plus de 25.000 titres en 2015, si l’on en croit le n° de dépôt légal indiqué sur les nombreuses publications imprimées en fin d’année pour être présentes à l’ouverture de la foire ; pour mémoire, le nombre de titres au dépôt légal était d’environ 10.000/an au tournant du millénaire). Une part importante de cette production relève du secteur universitaire (nombre d’éditeurs sont spécialisés dans ce secteur et on sait que la publication d’ouvrages est pour les universitaires à la fois une obligation professionnelle et une source appréciable de revenus quand les étudiants sont contraints d’acheter le manuel du professeur). On a également remarqué la présence plutôt discrète du livre « islamique » (aussi bien les rééditions de classiques que les auteurs et éditeurs islamiques contemporains), comparativement aux foires des années 1990 et 2000.

De façon plus générale, nous avons pu constater une affluence considérable lors de ce salon, en particulier des jeunes et des familles. L’observation des visiteurs à la sortie permettait de constater que très rares étaient les personnes sortant sans au moins un livre en main. Les acheteurs étrangers (Indonésiens en grand nombre…) sortaient quant à eux avec d’énormes cartons, des valises entières… Un détail peut donner une idée de l’étendue (environ 1 km de long sur 600 m de large) du lieu d’exposition et de l’affluence des visiteurs : nombre de maisons d’éditions et de librairies ouvrent deux pavillons, l’un du côté sud, l’autre du côté nord, afin d’être sures de toucher tous les visiteurs.  A l’inverse, certaines maisons préfèrent concentrer leur présence à un endroit en fonction de critères de sélection de clientèle : par exemple, l’entrée sud n’étant pas desservie par le métro, les visiteurs s’y présentant sont ceux qui peuvent venir en voiture ou en bus, donc plus argentés que ceux qui arrivent par le nord…

Lors de la fermeture de la foire, les organisateurs ont annoncé avoir reçu plus de 3 millions de visiteurs, et que les ventes avaient connu une forte progression cette année (+180 %) (voir cet article du 11 février 2016). Il faut rappeler que les années précédentes avaient été peu propices aux achats de livres du fait de l’agitation politique qu’a connue le pays.

Les ouvrages sont arrivés à l’aéroport de Marignane quinze jours après que nous ayons quitté Le Caire. Ils ont fait l’objet d’un catalogage « minimal » (titre, auteur, éditeur) assuré par nos collègues étudiants tuteurs, afin qu’ils soient aussi rapidement  que possible signalés dans la base de données de la médiathèque. Ce catalogage sera prochainement complété et la liste des acquisitions réalisées lors de cette mission pourra alors être éditée et mise sur le site de la médiathèque.

Cette mission a été également l’occasion de contacts avec l’IFAO, le CEDEJ, ainsi que l’IDEO afin de mettre à jour les procédures d’échanges et de dons. Signalons enfin que l’hébergement que nous a assuré l’IFAO a été très confortable, ce qui n’est pas à négliger après d’intenses journées d’achat d’ouvrages.

Olivier Dubois et Richard Jacquemond

Ps : le programme des animations culturelles des Foires du livre se trouve sur le site internet de la Foire. On peut également trouver des indications sur la page facebook en revenant aux dates de la foire.

 

 

 

 

Studi africanistici. Quaderni di studi berberi e libico-berberi

La médiathèque vous propose une nouvelle revue Studi africanistici. Quaderni du studi berberi e libico-berberi, revue du laboratoire « l’Orientale » de l’Université de Naples.

Cette revue comprenant des articles en italien, français et anglais est consacrée à la culture et à la langue berbères.

État de collection : n.1,2011-n.5,2016

cote P-2127

Parcours de femmes : Hommage à Gabrielle Démians d’Archimbaud (1929-2017)

Le 1er août 2017, Gabrielle Démians d’Archimbaud  nous a quittés.

Archéologue médiéviste, agrégée des universités en histoire et élève de Georges Duby1 elle a fondé à Aix-en-Provence, dans les années 1960, le laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en méditerranée LA3M sur le site duquel sa bibliographie complète est consultable.

Nombre de ses ouvrages  sont présents à la  Médiathèque :

Et c’est celui-ci concernant la découverte de céramiques médiévales dans le jardin de l’ l’Hôtel de Brion que nous avons choisi de vous faire découvrir:

Céramiques d’Avignon : les fouilles de l’Hôtel de Brion et leur matériel, Gabrielle Démians d’Archimbaud, Lucy Vallauri, Jacques Thiriot, avec la collaboration de Danièle Foy, Avignon : Académie de Vaucluse, 1980, cote 8-22813.

 

Mathilde Bresc
  1. historien médiéviste dont le fonds est présent à Bibliothèque de la Médiathèque-MMSH []

La revue Apulée est disponible à la médiathèque

La médiathèque vous propose une nouvelle revue  Apulée : revue de littérature et de réflexion

Cette nouvelle revue annuelle de littérature et de réflexion initiée par Hubert Haddad s’engage à parler du monde d’une manière décentrée, nomade, investigatrice, loin d’un point de vue étroitement hexagonal, avec pour premier espace d’enjeu l’Afrique et la Méditerranée.

La médiathèque vous propose les deux premiers numéros  : cote P-2122/En salle

Apulée n° 1 – Galaxies identitaires

Apulée n° 2 – De l’imaginaire et des pouvoirs

 

Nouvelle acquisition de la médiathèque : Vania de Gila-Kochanowski

Le livre suivant est disponible à la médiathèque :

Vania de Gila-Kochanowski : un savant tsigane / Jean-Claude Mégret. Paris : L’harmattan, 2017. Cote : 909 MEG

Une partie de la bibliothèque de recherche de Vania Gila-Kochnowski et ses archives de chercheur ont été déposées à la médiathèque, elles sont actuellement en cours de traitement.

Liste des monographies traitées : Don Vania de Gila.

Les trésors de la médiathèque : Histoire des parfums….senteur lavande

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Dans la continuité de l’article précédent consacré au savon, nous vous proposons ce mois-ci de découvrir l’ouvrage suivant :

Histoire des parfums et hygiène de la toilette : poudres, vinaigres, dentifrices, fards, teintures, cosmétiques, etc.  / S. Piessearis : Libr. J.B. Bailliere et Fils , 1905, cote 12-5190 FB .

La société, l’économie et le paysage de la Provence ont, depuis longtemps,  été liés à la cueillette et la distillation des plantes. Celle-ci sont si nombreuses que, pour ne se concentrer que sur une seule, le choix s’est porté sur la lavande, en pleine floraison à l’heure actuelle.

Plante aromatique, la lavande, de l’italien « lavanda », (car l’eau parfumée produite  à base de lavande servait à se laver.)  fut,  en premier lieu exploitée à l’état sauvage, puis cultivée dès la fin du XIXème siècle mais c’est à partir de la fin de la première guerre mondiale que la culture du lavandin (hybride de la lavande officinale et de la lavande aspic) va peu à peu remplacer la lavande aspic.

Deux variétés sont cultivées en Provence :

La « lavande vraie » dite aussi « fine » qui poussait autrefois à l’état sauvage (Lavandula angustifolia)  est la plus noble des lavandes pour la qualité de son huile essentielle qui possède de multiples propriétés médicinales. ( classée AOC : « Huile essentielle de lavande de Haute-Provence). Elle se différencie par une longue tige porteuse d’un seul épi de fleurs, et pousse en montagne, sur les versants ensoleillés  entre 500 et 1500 mètres d’altitude.

Le lavandin est un hybride de lavande vraie et de lavande aspic. Il est essentiellement cultivé et on en trouve peu à l’état sauvage. Il se présente en branches ramifiées à trois épis de fleurs « en papillon »  et son rendement est beaucoup plus volumineux que la lavande fine ou vraie, environ quatre fois supérieur, et cela explique sa culture intensive.

Voici un extrait de l’enquête 4537 réalisée en juillet 2000 par Danielle Musset, ancienne Directrice du Musée de Salagon à Mane (04).

Cet enregistrement est effectué auprès de Félix Chailan , habitant de Douroulles (04)  qui nous décrit le travail dans les lavandes à son époque. En voici un extrait :

 

Bibliographie sélective :

La plante :

Long, Stéphane. « La lavande : étude de la plante et de ses utilisations de l’antiquité à l’époque moderne », s. d. Cote médiathèque MMSH : MT-26037

Meunier, Christiane. Lavandes et lavandins. La Calade, Aix-en-Provence : Edisud, 1985.Cote médiathèque MMSH :  8-33360

Musset, Danielle. Lavandes et plantes aromatiques : un itinéraire de découverte en Haute-Provence. Mane : Les Alpes de Lumières, 2001. Cote médiathèque MMSH : 8-30302

Usages :

Buffa, Géraud. « La parfumerie grassoise et la lavande ». Cahiers de la Méditerranée, no 92 (2016). Cote médiathèque MMSH : P-206

pharmaciens d’officine. Sciences pharmaceutiques. 2016. Cote médiathèque MMSH : F.ME 630 REP

Gonnet, Paul, éd. Histoire de Grasse et de sa région. Collection Histoire des villes de France. Le Coteau, Roanne : Editions Horvath, 1984. Cote médiathèque MMSH : 8-36806

Le Guérer, Annick. Le parfum des origines à nos jours. Paris : O. Jacob, 2005. Cote médiathèque MMSH : 8-32311

Monge, Romain. Les routes de la lavande : au carrefour du développement culturel et de la valorisation de la ressource. In Routes touristiques et itinéraires culturels : entre mémoire et développement : colloque. pp.139-147. Québec : juin 2012

Ricciardi-Bartoli, Félicienne. Lavandes : l’or bleu. Saint-Rémy-de-Provence : Édisud, 2014. Cote médiathèque MMSH : 8-38246

Zellal, Coline. A l’ombre des usines en fleurs : genre et travail dans la parfumerie grassoise. 1900-1950. Collection : penser le genre. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2013. Cote médiathèque MMSH : F.ME 330 ZEL

Histoire culturelle :

Rolshoven, Johanna. Provencebild mit Lavendel : zur Kulturgeschichte eines Duftes in seiner Region. Bremen: Edition CON, 1991. Cote médiathèque MMSH : 8-36838

Teyssier, Jacques. La fête de la lavande, Digne-les-Bains. Villeurbanne [France] : Éditions du Mot Passant, 1997. Cote médiathèque MMSH : 8-36082

Reparaz, André de. « Le déclin de la lavande dans l’agriculture et dans la vie rurale de la Haute Provence ». Provence Historique, no 161 (1990). Cote médiathèque MMSH : P-47 – En salle

Bibliogr. établie par Annick Richard

2e journée scientifique de l’école doctorale 355 : 22 juin 2017, MMSH

 

 

La 2e journée scientifique de l’école doctorale 355 se déroulera le 22 juin 2017 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, en salle Duby.

 

 

 

Le thème retenu cet année ?  Société(s) : organisations, interactions et représentations

Objectifs ? Il s’agit d’interroger différents aspects de la notion de société(s) dans les contextes disciplinaires variés qui composent notre école doctorale. Grâce à l’étude de cette notion fédératrice, nous espérons favoriser les échanges autour des méthodologies mises en place par les doctorants de l’école pour prendre en compte, en diachronie et en synchronie, cette notion fondamentale pour les sciences humaines et sociales.

Durant toute la journée, des posters préparés par les doctorants de 1ère année seront affichés à la MMSH. Le concours qui sera organisé à cette occasion donnera lieu à l’attribution de trois prix aux meilleurs posters : deux prix du jury (composé de membres de la MMSH) et un prix spécial du public.

Déroulement de la journée, ouverte à tous les publics :

  • 9h : Accueil café / temps posters n°1
  • 9h30 : Ouverture de la journée avec Mmes Sophie Bouffier (Professeure ,CCJ, Directrice de la MMSH) et Sabine Luciani (Professeure, TDMAM, Directrice de l’École Doctorale 355 « Espaces, Cultures, Sociétés »)
  • 9h45 : Conférence inaugurale par M. Nicolas Sembel (Professeur, ADEF)
    « Faire société ou faire science ? La priorité de la démarche sur l’objet dans l’édification d’une science sociale concrète, de Durkheim (et Mauss) à nos jours »
  • 10h30 : Discussions
  • 11h : Pause-café / Temps posters n°2
  • 11h15 : Atelier 1 « Faire société »
    animé par Agnès Caraglio (Docteure, LAMPEA) et Pierre Fournier (Professeur, LAMES)
    Intervenants :
    – Mme Daphné Bibard (LAMES) :  » La délinquance des mineurs dans les Bouches-du-Rhône : les facteurs discriminants du passage à l’acte dans la société. »
    – M. Axel Cauvin (CCJ) : « Du fait archéologique au concept : l’exemple de la protohistoire méridionale française. »
    – Mme Marlène De Saussure (CMS/TU Berlin) : « La société métropolitaine à Marseille, ou la conceptualisation contingente du rapport à l’Autre ? Regards croisés en 1906 et 2016. »
    – Mme Anna Lagaron (IREMAM) : « Étude des interactions sociales entre les différentes communautés qui composent la société égyptienne à l’époque médiévale vues au prisme des graffitis arabes. »
  • 13h : Déjeuner offert par l’école doctorale à tous les participants
  • 14h15 : Temps posters n°3
  • 14h30 : Atelier 2 « Pratiques, Cultures et Représentations »
    animé par Nicolas Sembel (Professeur, ADEF) et Laurine Viel (Doctorante, LAMPEA)
    Intervenants :
    – M. Mathieu Flinois (LAMES) : « La médiation sociale. Des mots pour décrire les maux de la société. »
    – M. Lionel Kieffer (ESPACE) : « La mobilité quotidienne au travers du prisme de l’espace et du temps. Quand le temps devient la première unité de mesure. »
    – M. Battista Liserre (CAER) : « Société, politique et religion chez les Orti Oricellari. »
    – Mme Marie-Elise Porqueddu (LAMPEA), Réflexions autour des notions de collectif et d’organisation des groupes préhistoriques : étude de la mise en place des cavités artificielles funéraires en Méditerranée Occidentale.
  • 16h15 : Pause-café / Vote du public
  • 16h45 : Fin du vote
  • 17h : Remise des prix du public et du jury
  • 17h15 : Conclusion de la journée par Sabine Luciani (Professeure, TDMAM, Directrice de l’Ecole Doctorale 355 « Espaces, Cultures Sociétés »)
  • 18h : Apéritif au centre-ville proposé par l’ADRESS et DynAMU

Les trésors de la Médiathèque : la bugade en Provence

Par Mathilde Bresc

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Exceptionnellement, ce mois-ci nous avons choisi un ouvrage  plus récent, pour faire écho au précédent sujet sur le savon de Marseille, il  y est question de lessive à base de cendres : En Provence l’eau est d’or, mémoire en images,  Ed. A. Sutton , 2009, cote FME 900 JOA.

La lessive :

La lessive, (« bugade» en Provence, buée en Touraine, bua dans les pays de langue d’oc, bugée en Poitou) se faisait deux à trois fois par an, au printemps et à l’automne, vers la Toussaint. Les femmes se rassemblaient à cette occasion et c’était un véritable évènement de la vie sociale et l’occasion d’une fête.
Le linge s’étant accumulé pendant des mois, la lessive durait trois jours et se déroulait en plusieurs étapes.

La préparation de la lessive :

Elle se faisait à la cendre(( si vous voulez tenter, en plus modeste quantité prévoir trois verres pour un litre d’eau que l’on fait macérer 48h en remuer de temps à autre avant de filtrer dans une passoire recouverte d’un torchon avant utilisation en machine)). Celle-ci ne devait, en aucun cas, être à base de chêne ou de châtaignier car cela colore le linge.

Faire chauffer l’eau dans le chaudron « lou peirou » sur le foyer.

Le trempage ou encuvage :

Installer le cuvier ou « tinèu », une cuve en bois cerclée de métal, posée sur un trépied et qui pouvait contenir jusqu’à 400 litres en prenant soin de mettre devant la sortie, des branches de thym et un morceau de tuile, pour éviter que le linge, alourdi par l’eau ne bouche le trou de vidange. Relié par un tuyau on plaçait devant celui-ci un récipient, un chaudron qui  récupérait et réchauffait l’eau.

Placer le linge dans le cuvier en commençant par le plus sale au fond pour finir par le linge le moins sale. Terminer en posant sur le dessus un drap de chanvre appelé « florié ou charrier » recouvert d’un bonne couche de cendre. Relever les coins du drap pour emprisonner la cendre et éviter tout contact avec le linge.

Le coulage ou la coulée :

Pour couler la lessive ou « coula la bugado » on utilisait soit,  un placard, appelé « bugadière », qui comportait des étagères de bois trouées de multiples trous. Le linge le plus sale, de même que dans le cuvier, était placé sur l’étagère la plus basse et le moins sale sur l’étagère haute, la seule différente étant que la cendre déjà filtrée était dans l’eau et non pas sur le drap. On utilisait alors  un coule-lessive, une sorte de récipient à long manche pour prélever de l’eau chaude que l’on versait sur le linge.

Alors que dans le cuvier on versait, toujours à l’aide du coule-lessive, l’eau chaude à travers les cendres et le linge, et celle-ci ressortait par la bonde et était redirigée par le tuyau vers le chaudron où l’eau qui sortait appelée « leissièu » était réchauffée, il fallait renouveler  l’opération  plusieurs fois. L’eau devait être chaude mais non bouillante pour éviter que les protéines que contiennent les salissures ne coagulent et se fixent alors définitivement aux fibres. On jugeait la fin du coulage lorsque le « lessièu » prenait une teinte café au lait.

Puis on laissait macérer toute la nuit. Le lendemain, à l’aide d’une pince en bois à longues branches, on sortait  le linge froid du cuvier mais,  l’eau,  précieuse, était alors recyclée pour laver le sol. Les cendres lessivées étaient récupérées pour le jardin pour servir d’engrais

Lavage et rinçage au lavoir :

Après avoir transporté dans une brouette de bois le linge lourd et mouillé,  les lavandières s’installaient, à genoux, dans une caisse en bois  appelée « banasto», ouverte à l’arrière et dotée d’un plan incliné  à l’avant et dont le confort était amélioré de chiffons ou coussins de paille.  Dans le bassin inférieur du lavoir les femmes laissaient flotter le linge tout en le tenant à bout de bras,  puis le ramener pour le frotter à l’aide d’une brosse de chiendent et de savon de Marseille,  elles le battaient  à l’aide d’un battoir à linge en bois, puis le tordaient pour éliminer la lessive.

Le lavoir :

En pierre de taille, et d’un accès pavé ou dallé, il était couvert d’une toiture pour protéger les lavandières des intempéries et comportait plusieurs parties : le rinçoir dans la partie haute du lavoir, qui réceptionne l’eau fraiche directement de la fontaine et au-dessus duquel deux barres de bois ou de métal placées à l’horizontale servaient à égoutter le linge relié à un second bassin, en partie basse, réservé au lavage pour garder l’eau du bassin de rinçage propre. Certains lavoirs étaient équipés d’un plan incliné en pierre qui rendait le travail debout possible.

Le séchage du linge :

Le linge était ensuite étendu au soleil et souvent même à plat dans un champ sur le romarin et on laissait une nuit dehors pour disait-on un blanc plus éclatant.

Le pliage du linge :

Le pliage du linge consistait à étirer le linge le plus possible car il était rarement repassé à l’exception des chemises et robes.

Et chimiquement, que se passe-t- il ?

Les cendres contiennent de la potasse (potasse vient de l’anglais « pot ash » : cendre de pot.)

Une réaction de saponification  se produit au contact d’acides gras provenant du sébum de la peau qui génère la formation de glycérol et surtout d’ions carboxylate de potassium qui constituent le savon.
En clair, il est nécessaire d’avoir du linge bien sale pour obtenir du  linge bien propre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le savon de Marseille fait peau neuve !

L’ancienne usine de stéarinerie (fabrique spécialisée en esters gras) issue de la fusion de la Maison Fournier (bougies) et de C. Ferrier & Cie (savon Le Chat) avait été détruite pour laisser place à la cité Félix-Pyat. Désormais, le lieu retrouve en quelque sorte sa fonction initiale puisque le Musée du Savon de Marseille MuSaMa y ouvrira ses portes en septembre prochain à Marseille au cœur de la ville, dans le quartier du Vieux-Port, rue Henri-Fiocca. A vocation scientifique,  ce nouveau musée proposera un concept ludique et innovant alliant effets spéciaux, vidéos, maquettes, et réalité virtuelle.

Nous vous proposons, à cette occasion, d’écouter les témoignages de personnels de savonneries ou de visionner, sur le site Repères méditerranéens, une vidéo sur la savonnerie Le Sérail  :

Témoignage du co-directeur de la savonnerie Le Sérail à Marseille
Témoignage du préparateur de commande de la savonnerie du Sérail à Marseille
Témoignage du savonnier de la savonnerie Le Sérail à Marseille


Témoignage du savonnier du Fer à cheval autour des savoir-faire de la fabrication du savon
Témoignage de l’ancien PDG de la savonnerie du Fer à Cheval à Marseille
Témoignage du co-directeur de la savonnerie du Fer à Cheval à Marseille

Vous pouvez consulter sur ce thème  de nombreuses ressources dont la plupart sont présentes à la Médiathèque de la MMSH.

la revue Provence Historique :
http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-2002-52-208_06.pdf

http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-1987-37-147_04.pdf

ainsi que :  Revues.org/Rives Méditerranéennes  :
Désindustrialisation et ré-industrialisation à Marseille fin XIXe-début XXe siècle : l’exemple des activités chimiques traditionnelles, Xavier Daumalin, 2013.

mais aussi dans le cadre d’un séminaire doctoral consacré à l’histoire de Marseille :
«Savon marseillais et huile d’Italie méridionale au XVIIIe siècle», in Salvemini Biagio (dir.), Lo spazio tirrenico nella ‘Grande trasformazione’. Merci, uomini e istituzioni nel Settecento e nel primo Ottocento, Edipuglia, Bari, 2009, p. 41-58.

Du savon à la puce : l’industrie marseillaise du XVIIe siècle à nos jours, sous la dir. de Xavier Daumalin, Nicole Girard, Olivier Raveux, Ed. Marseille : J. Laffitte, 2003, cote F.ME 330 SAV.
Mémoire et patrimoine industriel à Salon : la savonnerie : exposition, 26 novembre 1988-27 février 1989, Musée de Salon et de la Crau, [conçue et réalisée par Marie-Christine Roquette], [catalogue rédigé par Bernard Legendrame, Professeur], 1989, cote 8-30772.
Mémoires du savon de Marseille : textes de Patrick Boulanger, Marguerittes : Ed. de l’Equinoxe, 1994, cote F.ME 600 BOU.
Une savonnerie marseillaise au XIXe siècle : étude des sociétés Estrangin et de leur réseau familial, par J. J. Lecun, sous la dir. de E.Temime, 1982, Cote MT 21760.

 

 

e-nédits : la collection numérique de l’IREMAM

Quatre nouveaux ouvrages publiés par l’IREMAM dans sa collection e-nédits viennent « enrichir » le fonds de la médiathèque. La particularité est qu’ils ne sont disponibles qu’ en format numérique et imprimables à la demande. Trois d’entre eux sont téléchargeables en libre accès sur la plateforme OpenEdition Books.

Cataloguer ces documents numériques dans notre base de données, mediabase, alors même que nous ne possédons pas les supports imprimés nous permet d’offrir l’information la plus complète à nos utilisateurs lors de leurs recherches documentaires. Ceci est particulièrement important pour les études arabes, qui constituent l’un des domaines d’excellence de la bibliothèque. L’IREMAM est l’un des cinq laboratoires qui a versé intégralement son fonds documentaire à la médiathèque et qui soutient son enrichissement, année après année, grâce à un appui continu à notre politique documentaire en termes financier, d’expertise et de personnel.

 

 

Les trésors de la médiathèque : Le dictionnaire des bijoux de l’Afrique du Nord…,

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Ce mois-ci nous avons choisi de vous présenter un deux nos ouvrage ancien intitulé :

 Dictionnaire des bijoux de l’Afrique du Nord : Maroc, Algérie, Tunisie, Tripolitaine par Paul Eudel, Paris Ernest Leroux Editeur, 1906, cote : 8-40.

 

Cet ouvrage est disponible sur :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5738601g/f14.double 

https://archive.org/details/dictionnairedes00eudegoog

 et vous pouvez également consulter les archives iconographiques issues des fonds de chercheurs de la MMSH et consacrées aux bijoux sur le site  : http://e-mediatheque.mmsh.univ-aix.fr/search/Pages/results.aspx?k=bijoux

Nous possédons également l’ouvrage du même auteur intitulé : L’orfèvrerie algérienne et tunisienne, par Paul Eudel, Alger, Adolphe Jourdan Editeur , 1902,  cote : 4-20492.

Photographies : Mathilde Bresc  – Numérisation : MMSH

Les trésors de la médiathèque : les dates mémorables, onze juin 1909

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Ce mois-ci , nous avons choisi de vous présenter un deux nos ouvrage ancien intitulé :

Les dates Mémorables, onze Juin 1909 Album-souvenir du tremblement de terre en Provence édité sous le patronage du Comité diocésain d’action religieuse, Aix-en-Provence, Gaston Reyre, Editeur, Salon de Provence, 1909.

Une date qui est gravée dans la mémoire des Provençaux qui, cinq ans avant le reste de la France voient la terre dévastée.

Vous trouverez une version numérisée  de cet ouvrage sur les pages de Sismicité historique de la France métropole.