Nouvelle acquisition de la médiathèque : Vania de Gila-Kochanowski

Le livre suivant est disponible à la médiathèque :

Vania de Gila-Kochanowski : un savant tsigane / Jean-Claude Mégret. Paris : L’harmattan, 2017. Cote : 909 MEG

Une partie de la bibliothèque de recherche de Vania Gila-Kochnowski et ses archives de chercheur ont été déposées à la médiathèque, elles sont actuellement en cours de traitement.

Liste des monographies traitées : Don Vania de Gila.

Les trésors de la médiathèque : Histoire des parfums….senteur lavande

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Dans la continuité de l’article précédent consacré au savon, nous vous proposons ce mois-ci de découvrir l’ouvrage suivant :

Histoire des parfums et hygiène de la toilette : poudres, vinaigres, dentifrices, fards, teintures, cosmétiques, etc.  / S. Piessearis : Libr. J.B. Bailliere et Fils , 1905, cote 12-5190 FB .

La société, l’économie et le paysage de la Provence ont, depuis longtemps,  été liés à la cueillette et la distillation des plantes. Celle-ci sont si nombreuses que, pour ne se concentrer que sur une seule, le choix s’est porté sur la lavande, en pleine floraison à l’heure actuelle.

Plante aromatique, la lavande, de l’italien « lavanda », (car l’eau parfumée produite  à base de lavande servait à se laver.)  fut,  en premier lieu exploitée à l’état sauvage, puis cultivée dès la fin du XIXème siècle mais c’est à partir de la fin de la première guerre mondiale que la culture du lavandin (hybride de la lavande officinale et de la lavande aspic) va peu à peu remplacer la lavande aspic.

Deux variétés sont cultivées en Provence :

La « lavande vraie » dite aussi « fine » qui poussait autrefois à l’état sauvage (Lavandula angustifolia)  est la plus noble des lavandes pour la qualité de son huile essentielle qui possède de multiples propriétés médicinales. ( classée AOC : « Huile essentielle de lavande de Haute-Provence). Elle se différencie par une longue tige porteuse d’un seul épi de fleurs, et pousse en montagne, sur les versants ensoleillés  entre 500 et 1500 mètres d’altitude.

Le lavandin est un hybride de lavande vraie et de lavande aspic. Il est essentiellement cultivé et on en trouve peu à l’état sauvage. Il se présente en branches ramifiées à trois épis de fleurs « en papillon »  et son rendement est beaucoup plus volumineux que la lavande fine ou vraie, environ quatre fois supérieur, et cela explique sa culture intensive.

Voici un extrait de l’enquête 4537 réalisée en juillet 2000 par Danielle Musset, ancienne Directrice du Musée de Salagon à Mane (04).

Cet enregistrement est effectué auprès de Félix Chailan , habitant de Douroulles (04)  qui nous décrit le travail dans les lavandes à son époque. En voici un extrait :

 

Bibliographie sélective :

La plante :

Long, Stéphane. « La lavande : étude de la plante et de ses utilisations de l’antiquité à l’époque moderne », s. d. Cote médiathèque MMSH : MT-26037

Meunier, Christiane. Lavandes et lavandins. La Calade, Aix-en-Provence : Edisud, 1985.Cote médiathèque MMSH :  8-33360

Musset, Danielle. Lavandes et plantes aromatiques : un itinéraire de découverte en Haute-Provence. Mane : Les Alpes de Lumières, 2001. Cote médiathèque MMSH : 8-30302

Usages :

Buffa, Géraud. « La parfumerie grassoise et la lavande ». Cahiers de la Méditerranée, no 92 (2016). Cote médiathèque MMSH : P-206

pharmaciens d’officine. Sciences pharmaceutiques. 2016. Cote médiathèque MMSH : F.ME 630 REP

Gonnet, Paul, éd. Histoire de Grasse et de sa région. Collection Histoire des villes de France. Le Coteau, Roanne : Editions Horvath, 1984. Cote médiathèque MMSH : 8-36806

Le Guérer, Annick. Le parfum des origines à nos jours. Paris : O. Jacob, 2005. Cote médiathèque MMSH : 8-32311

Monge, Romain. Les routes de la lavande : au carrefour du développement culturel et de la valorisation de la ressource. In Routes touristiques et itinéraires culturels : entre mémoire et développement : colloque. pp.139-147. Québec : juin 2012

Ricciardi-Bartoli, Félicienne. Lavandes : l’or bleu. Saint-Rémy-de-Provence : Édisud, 2014. Cote médiathèque MMSH : 8-38246

Zellal, Coline. A l’ombre des usines en fleurs : genre et travail dans la parfumerie grassoise. 1900-1950. Collection : penser le genre. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2013. Cote médiathèque MMSH : F.ME 330 ZEL

Histoire culturelle :

Rolshoven, Johanna. Provencebild mit Lavendel : zur Kulturgeschichte eines Duftes in seiner Region. Bremen: Edition CON, 1991. Cote médiathèque MMSH : 8-36838

Teyssier, Jacques. La fête de la lavande, Digne-les-Bains. Villeurbanne [France] : Éditions du Mot Passant, 1997. Cote médiathèque MMSH : 8-36082

Reparaz, André de. « Le déclin de la lavande dans l’agriculture et dans la vie rurale de la Haute Provence ». Provence Historique, no 161 (1990). Cote médiathèque MMSH : P-47 – En salle

Bibliogr. établie par Annick Richard

2e journée scientifique de l’école doctorale 355 : 22 juin 2017, MMSH

 

 

La 2e journée scientifique de l’école doctorale 355 se déroulera le 22 juin 2017 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, en salle Duby.

 

 

 

Le thème retenu cet année ?  Société(s) : organisations, interactions et représentations

Objectifs ? Il s’agit d’interroger différents aspects de la notion de société(s) dans les contextes disciplinaires variés qui composent notre école doctorale. Grâce à l’étude de cette notion fédératrice, nous espérons favoriser les échanges autour des méthodologies mises en place par les doctorants de l’école pour prendre en compte, en diachronie et en synchronie, cette notion fondamentale pour les sciences humaines et sociales.

Durant toute la journée, des posters préparés par les doctorants de 1ère année seront affichés à la MMSH. Le concours qui sera organisé à cette occasion donnera lieu à l’attribution de trois prix aux meilleurs posters : deux prix du jury (composé de membres de la MMSH) et un prix spécial du public.

Déroulement de la journée, ouverte à tous les publics :

  • 9h : Accueil café / temps posters n°1
  • 9h30 : Ouverture de la journée avec Mmes Sophie Bouffier (Professeure ,CCJ, Directrice de la MMSH) et Sabine Luciani (Professeure, TDMAM, Directrice de l’École Doctorale 355 « Espaces, Cultures, Sociétés »)
  • 9h45 : Conférence inaugurale par M. Nicolas Sembel (Professeur, ADEF)
    « Faire société ou faire science ? La priorité de la démarche sur l’objet dans l’édification d’une science sociale concrète, de Durkheim (et Mauss) à nos jours »
  • 10h30 : Discussions
  • 11h : Pause-café / Temps posters n°2
  • 11h15 : Atelier 1 « Faire société »
    animé par Agnès Caraglio (Docteure, LAMPEA) et Pierre Fournier (Professeur, LAMES)
    Intervenants :
    – Mme Daphné Bibard (LAMES) :  » La délinquance des mineurs dans les Bouches-du-Rhône : les facteurs discriminants du passage à l’acte dans la société. »
    – M. Axel Cauvin (CCJ) : « Du fait archéologique au concept : l’exemple de la protohistoire méridionale française. »
    – Mme Marlène De Saussure (CMS/TU Berlin) : « La société métropolitaine à Marseille, ou la conceptualisation contingente du rapport à l’Autre ? Regards croisés en 1906 et 2016. »
    – Mme Anna Lagaron (IREMAM) : « Étude des interactions sociales entre les différentes communautés qui composent la société égyptienne à l’époque médiévale vues au prisme des graffitis arabes. »
  • 13h : Déjeuner offert par l’école doctorale à tous les participants
  • 14h15 : Temps posters n°3
  • 14h30 : Atelier 2 « Pratiques, Cultures et Représentations »
    animé par Nicolas Sembel (Professeur, ADEF) et Laurine Viel (Doctorante, LAMPEA)
    Intervenants :
    – M. Mathieu Flinois (LAMES) : « La médiation sociale. Des mots pour décrire les maux de la société. »
    – M. Lionel Kieffer (ESPACE) : « La mobilité quotidienne au travers du prisme de l’espace et du temps. Quand le temps devient la première unité de mesure. »
    – M. Battista Liserre (CAER) : « Société, politique et religion chez les Orti Oricellari. »
    – Mme Marie-Elise Porqueddu (LAMPEA), Réflexions autour des notions de collectif et d’organisation des groupes préhistoriques : étude de la mise en place des cavités artificielles funéraires en Méditerranée Occidentale.
  • 16h15 : Pause-café / Vote du public
  • 16h45 : Fin du vote
  • 17h : Remise des prix du public et du jury
  • 17h15 : Conclusion de la journée par Sabine Luciani (Professeure, TDMAM, Directrice de l’Ecole Doctorale 355 « Espaces, Cultures Sociétés »)
  • 18h : Apéritif au centre-ville proposé par l’ADRESS et DynAMU

Les trésors de la Médiathèque : la bugade en Provence

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Exceptionnellement, ce mois-ci nous avons choisi un ouvrage  plus récent, pour faire écho au précédent sujet sur le savon de Marseille, il  y est question de lessive à base de cendres : En Provence l’eau est d’or, mémoire en images,  Ed. A. Sutton , 2009, cote FME 900 JOA.

La lessive :

La lessive, (« bugade» en Provence, buée en Touraine, bua dans les pays de langue d’oc, bugée en Poitou) se faisait deux à trois fois par an, au printemps et à l’automne, vers la Toussaint. Les femmes se rassemblaient à cette occasion et c’était un véritable évènement de la vie sociale et l’occasion d’une fête.
Le linge s’étant accumulé pendant des mois, la lessive durait trois jours et se déroulait en plusieurs étapes.

La préparation de la lessive :

Elle se faisait à la cendre(( si vous voulez tenter, en plus modeste quantité prévoir trois verres pour un litre d’eau que l’on fait macérer 48h en remuer de temps à autre avant de filtrer dans une passoire recouverte d’un torchon avant utilisation en machine)). Celle-ci ne devait, en aucun cas, être à base de chêne ou de châtaignier car cela colore le linge.

Faire chauffer l’eau dans le chaudron « lou peirou » sur le foyer.

Le trempage ou encuvage :

Installer le cuvier ou « tinèu », une cuve en bois cerclée de métal, posée sur un trépied et qui pouvait contenir jusqu’à 400 litres en prenant soin de mettre devant la sortie, des branches de thym et un morceau de tuile, pour éviter que le linge, alourdi par l’eau ne bouche le trou de vidange. Relié par un tuyau on plaçait devant celui-ci un récipient, un chaudron qui  récupérait et réchauffait l’eau.

Placer le linge dans le cuvier en commençant par le plus sale au fond pour finir par le linge le moins sale. Terminer en posant sur le dessus un drap de chanvre appelé « florié ou charrier » recouvert d’un bonne couche de cendre. Relever les coins du drap pour emprisonner la cendre et éviter tout contact avec le linge.

Le coulage ou la coulée :

Pour couler la lessive ou « coula la bugado » on utilisait soit,  un placard, appelé « bugadière », qui comportait des étagères de bois trouées de multiples trous. Le linge le plus sale, de même que dans le cuvier, était placé sur l’étagère la plus basse et le moins sale sur l’étagère haute, la seule différente étant que la cendre déjà filtrée était dans l’eau et non pas sur le drap. On utilisait alors  un coule-lessive, une sorte de récipient à long manche pour prélever de l’eau chaude que l’on versait sur le linge.

Alors que dans le cuvier on versait, toujours à l’aide du coule-lessive, l’eau chaude à travers les cendres et le linge, et celle-ci ressortait par la bonde et était redirigée par le tuyau vers le chaudron où l’eau qui sortait appelée « leissièu » était réchauffée, il fallait renouveler  l’opération  plusieurs fois. L’eau devait être chaude mais non bouillante pour éviter que les protéines que contiennent les salissures ne coagulent et se fixent alors définitivement aux fibres. On jugeait la fin du coulage lorsque le « lessièu » prenait une teinte café au lait.

Puis on laissait macérer toute la nuit. Le lendemain, à l’aide d’une pince en bois à longues branches, on sortait  le linge froid du cuvier mais,  l’eau,  précieuse, était alors recyclée pour laver le sol. Les cendres lessivées étaient récupérées pour le jardin pour servir d’engrais

Lavage et rinçage au lavoir :

Après avoir transporté dans une brouette de bois le linge lourd et mouillé,  les lavandières s’installaient, à genoux, dans une caisse en bois  appelée « banasto», ouverte à l’arrière et dotée d’un plan incliné  à l’avant et dont le confort était amélioré de chiffons ou coussins de paille.  Dans le bassin inférieur du lavoir les femmes laissaient flotter le linge tout en le tenant à bout de bras,  puis le ramener pour le frotter à l’aide d’une brosse de chiendent et de savon de Marseille,  elles le battaient  à l’aide d’un battoir à linge en bois, puis le tordaient pour éliminer la lessive.

Le lavoir :

En pierre de taille, et d’un accès pavé ou dallé, il était couvert d’une toiture pour protéger les lavandières des intempéries et comportait plusieurs parties : le rinçoir dans la partie haute du lavoir, qui réceptionne l’eau fraiche directement de la fontaine et au-dessus duquel deux barres de bois ou de métal placées à l’horizontale servaient à égoutter le linge relié à un second bassin, en partie basse, réservé au lavage pour garder l’eau du bassin de rinçage propre. Certains lavoirs étaient équipés d’un plan incliné en pierre qui rendait le travail debout possible.

Le séchage du linge :

Le linge était ensuite étendu au soleil et souvent même à plat dans un champ sur le romarin et on laissait une nuit dehors pour disait-on un blanc plus éclatant.

Le pliage du linge :

Le pliage du linge consistait à étirer le linge le plus possible car il était rarement repassé à l’exception des chemises et robes.

Et chimiquement, que se passe-t- il ?

Les cendres contiennent de la potasse (potasse vient de l’anglais « pot ash » : cendre de pot.)

Une réaction de saponification  se produit au contact d’acides gras provenant du sébum de la peau qui génère la formation de glycérol et surtout d’ions carboxylate de potassium qui constituent le savon.
En clair, il est nécessaire d’avoir du linge bien sale pour obtenir du  linge bien propre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le savon de Marseille fait peau neuve !

L’ancienne usine de stéarinerie (fabrique spécialisée en esters gras) issue de la fusion de la Maison Fournier (bougies) et de C. Ferrier & Cie (savon Le Chat) avait été détruite pour laisser place à la cité Félix-Pyat. Désormais, le lieu retrouve en quelque sorte sa fonction initiale puisque le Musée du Savon de Marseille MuSaMa y ouvrira ses portes en septembre prochain à Marseille au cœur de la ville, dans le quartier du Vieux-Port, rue Henri-Fiocca. A vocation scientifique,  ce nouveau musée proposera un concept ludique et innovant alliant effets spéciaux, vidéos, maquettes, et réalité virtuelle.

Nous vous proposons, à cette occasion, d’écouter les témoignages de personnels de savonneries ou de visionner, sur le site Repères méditerranéens, une vidéo sur la savonnerie Le Sérail  :

Témoignage du co-directeur de la savonnerie Le Sérail à Marseille
Témoignage du préparateur de commande de la savonnerie du Sérail à Marseille
Témoignage du savonnier de la savonnerie Le Sérail à Marseille


Témoignage du savonnier du Fer à cheval autour des savoir-faire de la fabrication du savon
Témoignage de l’ancien PDG de la savonnerie du Fer à Cheval à Marseille
Témoignage du co-directeur de la savonnerie du Fer à Cheval à Marseille

Vous pouvez consulter sur ce thème  de nombreuses ressources dont la plupart sont présentes à la Médiathèque de la MMSH.

la revue Provence Historique :
http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-2002-52-208_06.pdf

http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-1987-37-147_04.pdf

ainsi que :  Revues.org/Rives Méditerranéennes  :
Désindustrialisation et ré-industrialisation à Marseille fin XIXe-début XXe siècle : l’exemple des activités chimiques traditionnelles, Xavier Daumalin, 2013.

mais aussi dans le cadre d’un séminaire doctoral consacré à l’histoire de Marseille :
«Savon marseillais et huile d’Italie méridionale au XVIIIe siècle», in Salvemini Biagio (dir.), Lo spazio tirrenico nella ‘Grande trasformazione’. Merci, uomini e istituzioni nel Settecento e nel primo Ottocento, Edipuglia, Bari, 2009, p. 41-58.

Du savon à la puce : l’industrie marseillaise du XVIIe siècle à nos jours, sous la dir. de Xavier Daumalin, Nicole Girard, Olivier Raveux, Ed. Marseille : J. Laffitte, 2003, cote F.ME 330 SAV.
Mémoire et patrimoine industriel à Salon : la savonnerie : exposition, 26 novembre 1988-27 février 1989, Musée de Salon et de la Crau, [conçue et réalisée par Marie-Christine Roquette], [catalogue rédigé par Bernard Legendrame, Professeur], 1989, cote 8-30772.
Mémoires du savon de Marseille : textes de Patrick Boulanger, Marguerittes : Ed. de l’Equinoxe, 1994, cote F.ME 600 BOU.
Une savonnerie marseillaise au XIXe siècle : étude des sociétés Estrangin et de leur réseau familial, par J. J. Lecun, sous la dir. de E.Temime, 1982, Cote MT 21760.

 

 

e-nédits : la collection numérique de l’IREMAM

Quatre nouveaux ouvrages publiés par l’IREMAM dans sa collection e-nédits viennent « enrichir » le fonds de la médiathèque. La particularité est qu’ils ne sont disponibles qu’ en format numérique et imprimables à la demande. Trois d’entre eux sont téléchargeables en libre accès sur la plateforme OpenEdition Books.

Cataloguer ces documents numériques dans notre base de données, mediabase, alors même que nous ne possédons pas les supports imprimés nous permet d’offrir l’information la plus complète à nos utilisateurs lors de leurs recherches documentaires. Ceci est particulièrement important pour les études arabes, qui constituent l’un des domaines d’excellence de la bibliothèque. L’IREMAM est l’un des cinq laboratoires qui a versé intégralement son fonds documentaire à la médiathèque et qui soutient son enrichissement, année après année, grâce à un appui continu à notre politique documentaire en termes financier, d’expertise et de personnel.

 

 

Les trésors de la médiathèque : Le dictionnaire des bijoux de l’Afrique du Nord…,

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Ce mois-ci nous avons choisi de vous présenter un deux nos ouvrage ancien intitulé :

 Dictionnaire des bijoux de l’Afrique du Nord : Maroc, Algérie, Tunisie, Tripolitaine par Paul Eudel, Paris Ernest Leroux Editeur, 1906, cote : 8-40.

 

Cet ouvrage est disponible sur :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5738601g/f14.double 

https://archive.org/details/dictionnairedes00eudegoog

 et vous pouvez également consulter les archives iconographiques issues des fonds de chercheurs de la MMSH et consacrées aux bijoux sur le site  : http://e-mediatheque.mmsh.univ-aix.fr/search/Pages/results.aspx?k=bijoux

Nous possédons également l’ouvrage du même auteur intitulé : L’orfèvrerie algérienne et tunisienne, par Paul Eudel, Alger, Adolphe Jourdan Editeur , 1902,  cote : 4-20492.

Photographies : Mathilde Bresc  – Numérisation : MMSH

Les trésors de la médiathèque : les dates mémorables, onze juin 1909

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Ce mois-ci , nous avons choisi de vous présenter un deux nos ouvrage ancien intitulé :

Les dates Mémorables, onze Juin 1909 Album-souvenir du tremblement de terre en Provence édité sous le patronage du Comité diocésain d’action religieuse, Aix-en-Provence, Gaston Reyre, Editeur, Salon de Provence, 1909.

Une date qui est gravée dans la mémoire des Provençaux qui, cinq ans avant le reste de la France voient la terre dévastée.

Vous trouverez une version numérisée  de cet ouvrage sur les pages de Sismicité historique de la France métropole.

Lien

La médiathèque propose un nouveau service. Les revues électroniques dont la médiathèque est abonnées sont maintenant disponibles sur tous les postes informatiques de la MMSH sans codes.

 

 

 

 

 

 

Journal of the economic and social history of the orient (JESHO)

accès  aux numéros  de 1957 à nos jours

British journal of Middle Eastern studies

accès aux numéros de 1974 à nos jours

Immigrants & minorities

accès aux numéros de 1982 à nos jours

Islam and christian muslim relations

accès aux numéros de 1990 à nos jours

Journal of modern italian studies (JMIS)

accès aux numéros de 1995 à nos jours

The Journal of North African Studies

accès aux numéros de  1996 à nos jours

Mediterranean historical review

accès aux numéros de 1986 à nos jours

Mediterranean politics

accès aux numéros de 1996 à nos jours

Middle eastern studies

accès aux numéros de 1964 à nos jours

The Arab World Geographer = Le Géographe du Monde Arabe

accès aux numéros de 2012 à nos jours

Anthropology of the Middle East

accès aux numéros de 2006 à nos jours

The Middle East Journal

accès aux numéros de 2004 à nos jours

Review of middle east studies

accès aux numéros de 1967 à nos jours

Revue d’histoire de l’église de France

accès aux numéros de 2008 à nos jours

Revue Mabillon : Revue internationale d’histoire et de littérature religieuse

accès aux numéros de 1990 à nos jours

Romani Studies

accès aux numéros de 2000 à nos jours

Cahiers de recherches médiévales et humanistes

accès aux numéros de 2013 à nos jours

Si vous rencontrez le moindre soucis n’hésitez pas me contacter

Nathalie Cotelle

cotelle@mmsh.univ-aix.fr

Tel. : 04 42 52 40 54

Réouverture de la bibliothèque de l’IMA : 31 mars 2017

Après des travaux de rénovations et de modernisation, la bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe à Paris rouvre ses portes le vendredi 31 mars à 13h00. Cette réouverture est marquée par trois jours de festivités (lectures, concerts, ateliers de calligraphie,… ) qui se dérouleront du 31 mars au 2 avril 2017 et dont voici le programme. La bibliothèque sera, à cette occasion, ouverte jusqu’à 22h30!

Cette réouverture s’accompagne d’une offre enrichie de services aux lecteurs, catalogue (bientôt) en ligne, prêts de tablettes, …et toujours de multiples ressources disponibles sur le web : une bibliothèque numérique, des bibliographies thématiques, une sitothèque sur Delicious regroupant des sites gratuits sur le monde arabe et musulman  (mais indisponible au moment où je rédige ce billet) et un portail documentaire sur le patrimoine méditerranéen  Qantara. Si vous ne trouvez pas la réponse à vos questions parmi toutes ces ressources, posez-les en ligne aux bibliothécaires de l’IMA, ils vous répondront en moins de 72h00 !

« L’école en Algérie, l’Algérie à l’école, de 1830 à nos jours » : une exposition au Munaé

Installé dans le quartier historique de Rouen, le Musée national de l’Education (Munaé) présente une riche collection d’objets, de documents, et d’iconographie sur l’histoire de l’éducation en France et à l’étranger de 1800 à nos jours.

A l’exposition permanente de ses collections, s’ajoutent des expositions temporaires thématiques concernant tous les aspects de l’éducation et de l’évolution du statut de l’enfant dans notre société.

La prochaine exposition temporaire intitulée « L’école en Algérie, l’Algérie à l’école : de 1830 à nos jours » ouvrira le 8 avril 2017 pour se terminer le 2 avril 2018. Le commissaire de cette exposition est Jean Robert Henry, directeur de recherches honoraire à l’IREMAM.

Vous trouverez des informations complémentaires sur les sites du Munaé et de l’IREMAM.

La médiathèque a contribué à la préparation de cet événement en fournissant des imprimés, des manuscrits, des manuels scolaires utilisés pendant l’époque coloniale en Algérie, des revues, des lithographies et des gravures (dont certains sont des dons de Jean-Robert Henry). La numérisation de nombreux documents effectuée par Christian Champaloux au sein de notre équipe, constitue une autre forme de collaboration à cette exposition.

Munae-affiche

Les trésors de la médiathèque : les « arts arabes » de Jules Bourgoin

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Jules Bourgoin, né en 1838 est un théoricien de l’ornement, architecte et dessinateur français. Formé à l’École impériale des beaux-arts de Paris , il se rend à Alexandrie en 1863 pour diriger les travaux du consulat de France. Il vit en Égypte jusqu’en 1866, et dessinera dans ses carnets quantité de planches que l’on retrouve dans l’ouvrage Les Arts arabes consultable à la Médiathèque. L’INHA (Institut National de l’Histoire de l’Art),  dans sa revue en ligne « les collections électroniques « , vous en dévoilera plus précisément le contenu.

Les trésors de la Médiathèque : l’exposition coloniale de Marseille -1922

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH. Le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation.

Ce mois-ci nous vous proposons de découvrir L’Exposition nationale coloniale de Marseille de 1922, décrite par ses auteurs / Commissariat général de l’Exposition, Éditeur : Marseille : Commissariat général de l’Exposition, 922 descriptions, 310 p. : ill. ; exemplaire n° 1320, cote F2151.
Suite au succès de la première Exposition coloniale de 1906, une deuxième avait été programmée pour 1916 mais  la première guerre mondiale ne permit pas de respecter l’ouverture à la date initialement prévue.

Pour vous donner une idée de l’ampleur du projet voici quelques liens :

  • bulletin n° 34 d’Images & Mémoires regroupant les cartes illustrées des pavillons de l’exposition nationale coloniale de Marseille (1922)
  • et sa réalité filmée de l’exposition qui illustre bien les réalisations de l’époque.

Nous possédons également sur le sujet, l’ouvrage : Désirs d’ailleurs : les expositions coloniales de Marseille 1906 et 1922  / Archives municipales de Marseille- Editions Alors Hors Du Temps , 2006, 139 p. A consulter à la médiathèque sous la cote : F. ME 944 DES.

 

Colonialisme au début du XXe siècle : de nouvelles ressources numériques sur le site de la Bibliothèque Universitaire

La Bibliothèque Universitaire de l’Université d’Aix-Marseille a contracté l’abonnement à 5 bases de données de ressources numériques sur le colonialisme européen dans la première moitié du XXe siècle (European Colonialism in the Early 20th Century). Ces bases de données ont été élaborées à partir des documents consulaires américains conservés aux Archives nationales des États-Unis.

La base sur le colonialisme français de 1910 à 1930 englobe quelques 800 documents (files) offrant 18 000 pages qui peuvent être visualisées en ligne et/ou téléchargées. Les autres bases concernent les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Italie.

L’accès se fait sans mot de passe sur place, à la Médiathèque ou dans les bibliothèques de l’Université, ou hors sites grâce aux identifiants de l’environnement numérique de travail que peuvent utiliser les enseignants-chercheurs, chercheurs et étudiants de l’Université.

Nous sommes à votre disposition pour une première prise de contact avec cet outil si vous le désirez.

Voici ce que nous communique le service des ressources numériques du SCD :

Accès : http://go.galegroup.com.lama.univ-amu.fr/gdsc/start.do?p=GDSC&u=univmars&authCount=1

Il s’agit de collections de sources primaires (correspondances, études et rapports, cartes géographiques etc.) sur le colonialisme européen du début de 20ème siècle.

Elles contiennent :
– European Colonialism in the Early 20th Century: Colonialism and Nationalism in the Dutch East Indies, 1910-1930
– European Colonialism in the Early 20th Century: French Colonialism in Africa: From Algeria to Madagascar, 1910-1930
– European Colonialism in the Early 20th Century: German Colonies in Asia and the Pacific: From Colonialism to Japanese Mandates, 1910-1929
– European Colonialism in the Early 20th Century: German Colonies to League of Nations Mandates in Africa 1910-1929
– European Colonialism in the Early 20th Century: Italian Colonies in North Africa and Aggression in East Africa, 1930-1939

La base est signalée sur le guide Histoire, onglet Cadist : http://bu.univ-amu.libguides.com/c.php?g=511727&p=3496847

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter :

Anne Girard – Ressources électroniques – Web – @zimut – SERVICE COMMUN DOCUMENTATION Aix-Marseille Université – SCHUMAN – 29 avenue R. Schuman – 13626 Aix-en-Provence              Tél: +33(0)4 13 55 39 78  Site : http://bu.univ-amu.fr/ – Email : anne-christine.girard@univ-amu.fr