1/Réunion GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans” : le nouveau catalogue de l’Idéo et le projet des 200.

Par Bérengère Clément et Marie-Pierre Oulié.

Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) du CNRS “Moyen-Orient et mondes musulmans” invitait à une journée de réflexion et d’échange sur les bibliothèques arabisantes ou ayant un fond arabisant en France et dans les Unités mixtes des instituts de recherche français à l’étranger  (UMIFRE) concernées. Cette journée s’est déroulée le 3 septembre 2013, à l’Institut des études sur l’islam et les mondes musulmans (IISMM-EHESS) qui est l’un des premiers instituts dont les missions rejoignent celles du GIS.

La matinée a été consacrée à la présentation par Jean Druel du catalogue de l’Institut dominicain d’études orientales Idéo (dont les arabisants et islamisants connaissent le caractère extrêmement utile), de sa nouvelle version (al-Kindi version 4) et du Projet des 200 lié à celle-ci.

 SET_32569

 

 

Rappels:

  •  La bibliothèque de l’Idéo :
  •  Fonds de 155 000 ouvrages, dont près de 1800 titres de périodiques spécialisés.
  •  55 000 textes arabes anciens (dix premiers siècles de l’hégire).
  •  Publication de la revue Midéo tous les deux ans. « Chaque livraison, de 500 pages environ, comprend un bulletin critique des éditions de textes arabes, apprécié de la communauté scientifique » (par l’Idéo : http://www.ideo-cairo.org/spip.php?rubrique26&lang=fr).
  • Le public de la bibliothèque est composé d’Égyptiens et d’étrangers, essentiellement arabes, venant de  la Cité étudiante d’al-Azhar, toute proche du couvent. Jean Druel rappelle l’existence des autres bibliothèques présentes au Caire ou en Égypte (CEDEJ, IFAO, IRD, Institut d’archéologie copte etc… et bien sûr les bibliothèques égyptiennes Dâr al-kutub et al-Azhar).
  • La politique d’acquisition de l’Idéo : acquérir les ouvrages écrits en arabe (toutes éditions) durant les dix premiers siècles de l’hégire. J. Druel prend l’exemple de la Foire de 2012 : lors de cette 43e Foire du Livre, exceptionnelle parce qu’elle « rattrapait » celle de 2011 annulée pour cause de révolution, l’Idéo a acheté plus de 1378 titres (dont 744 textes anciens) pour plus de 12 500 euros d’achats. A chaque foire, le documentaliste fait le tour de tous les éditeurs, avec l’aide de spécialistes de textes anciens, comme Ahmed Chleilat, qui repèrent les titres intéressants, puis vérification immédiate – via Internet – dans le catalogue de l’Idéo, enfin achat, envoi à l’Idéo et catalogage le jour même !  

logo

Le catalogue en ligne al-Kindi (version 3) actuel est en quatre langues (français, anglais, russe et arabe), l’ interrogation est possible par maison d’édition, auteurs, dépouillement (revues indexées article par article) etc…Il faut attirer l’attention sur l’outil « Onomastique » qui permet de trouver un auteur par l’ism, le laqab, la nisba, la šuhra, en croisant cette information avec les dates de naissance ou de mort par exemple.

La version 4 du catalogue Al-Kindi utilisera les FRBR :  en cherchant un ouvrage sur Al-Kindi v.4, les lecteurs auront aussitôt accès à une constellation d’autres ouvrages qui se rattachent directement à lui, ce qui devrait mettre en lumière le cadre intellectuel dans lequel il s’inscrit. Le projet al-Kindi v. 4  va non seulement faciliter la recherche d’ouvrages dans un fonds multilingue, en améliorant les procédés déjà mis en place dans la v.3 d’Al-Kindi, mais il permettra en outre de visualiser, dans une interface logicielle novatrice, le contexte dans lequel ont été écrits les livres du fonds. L’application de nouvelles normes internationales de catalogage (FRBR) rend possible cette contextualisation du turâth parce que ces normes distinguent dans un corpus littéraire chaque œuvre initiale de ses différentes manifestations (traductions, réécritures etc.), et parce qu’elles inscrivent ces relations de filiation entre les ouvrages dans la structure même du catalogue.

Avec les FRBR, on indexe les œuvres elles-mêmes, avec une arborescence pyramidale qui permet d’accéder aux éditions, adaptations, traductions etc. Cela permet de comprendre les liens théoriques, intellectuels, généalogiques  entre plusieurs œuvres. Les RDA (application pratique du modèle des FRBR) dénombrent ainsi 75 types de liens réciproques entre les œuvres.

On comprend bien sûr l’intérêt de l’application de ce modèle de catalogage pour la culture arabe, puisque cela permet d’identifier d’autant plus facilement les réfutations, commentaires, gloses, « ce qui précède » ou au contraire « fait suite à ». On peut aussi choisir de cataloguer comme le fait al-Kindi 4, les œuvres perdues ou non présentes dans la bibliothèque.

Le Projet des 200  : il est lié à un projet de recherche financé par l’Union européenne (dit Projet des 200) qui consiste en l’étude approfondie (en trois ans) des œuvres de 200 auteurs du turâth, le patrimoine arabo-musulman du premier millénaire de l’islam, afin de dresser pour chaque auteur un tableau de son environnement intellectuel, en établissant notamment les relations entre ses travaux et ceux des autres auteurs du turâth. C’est le développement du projet al-Kindi v.4 qui rend cela possible puisque les nouvelles normes de catalogage  permettent d’intégrer dans le catalogue de la bibliothèque ce jeu de relations complexes.

 

artisana_57_20 

Crédits photographiques : Ziad Alset

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *