Trouver des revues en ligne concernant le Proche-Orient

Liste Orient et Med

Un instrument de grande qualité existe pour retrouver les revues en ligne qui concernent l’

Histoire et archéologie du Proche-Orient et de la Méditerranée aux époques antique et médiévale

Produite par le laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167 associant le CNRS, les universités Paris I et IV, l’EHESS et le Collège de France), cette liste donne des informations sur quelque 400 titres couvrant ces domaines et qui sont accessibles sur internet, que ce soit sous forme gratuite ou par l’intermédiaire des bouquets de ressources numériques contractés par les universités ou le CNRS. Elle a l’intérêt immense de réunir des données éparpillées mais également d’attirer l’attention sur des parutions peu connues et jusqu’alors difficiles d’accès, que leur présence sur internet rend consultables sans difficultés (autres que linguistiques pour les titres d’Europe de l’Est par exemple).

 

AMIR

Il faut signaler également ici un site et une liste de diffusion extrêmement utiles :

Access to Mideast and Islamic Resources (AMIR)

Au rythme d’un à deux messages par semaine, AMIR nous fournit des informations sur toutes les nouvelles ressources disponibles gratuitement sur internet qui concernent le Proche Orient et l’Islam. Ce blog est alimenté par 5 bibliothécaires de nationalités différentes (Etats-Unis, Canada, Pays-Bas, Allemagne). Il invite les producteurs de données numériques sur le sujet à se signaler. On retrouve les billets précédents soit sous le classement chronologique (environ 900 entrées), soit au moyen de « mots-clefs  » très larges (noms des pays concernés mais aussi type de documents : manuscrits, thèses ; ou encore sujets généraux : histoire de l’art, voyages,… Environ 150 entrées.) Là également, on trouvera parmi les occurrences bien connues des entrées moins courues (Azerbaïdjan, Bulgarie, Japon, Malaisie, République tchèque,…) que leur présence sur cette liste signale à l’attention. AMIR est donc bien un outil plus que précieux pour utiliser l’extrême richesse des ressources numériques sur internet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *