Les trésors de la médiathèque : le meuble provençal

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Ce mois nous vous proposons de découvrir  cet ouvrage :

Le meuble : ameublement provençal et comtadin du Moyen-Age à la fin du XVIIIe siècle, G. Arnaud d’Agnel. Marseille : Tacussel , 1929, cote YF-19.

Il est difficile de parler du meuble « provençal » tant le territoire couvert est vaste puisqu’il rassemble la « haute Provence », avec sa rigueur alpine, le meuble est sobre, robuste, simple, fonctionnel, aux formes géométriques et la « basse Provence », maritime, où le mobilier est d’un style souple, élégant, richement orné de sculptures et de moulures aux formes arrondies, tout en cintres et en galbes.

La production de mobilier a évolué dès le XIIIe siècle et a été influencé par des styles très variés : l’Espagne, au XIIe siècle, avec un style alliant le cuir et la ferronnerie, l’Italie, au XIIIe siècle avec l’utilisation de la polychromie,  puis l’apparition des premiers buffets, et l’Orient, au  XVIIIe siècle des coffres incrustés de nacre. Le mobilier provençal est à son apogée au XVIIIe avec le style Louis XV et Louis XVI.

Le peuplier et le hêtre étaient les essences de bois les plus communément employées puis à partir du XVIe siècle le noyer devient d’un usage courant. Les ébénistes de l’époque, appelés fustiers, utilisaient aussi le chêne et le châtaignier, qui résistent mieux aux parasites. En haute Provence, ce sont le sapin et le mélèze qui sont les plus usités. Quant aux bois exotiques, ils servaient surtout en marqueterie.

Lexique  :

Brès : (berceau) monté sur deux bois courbes qui permettent le balancement.

Brusc : (ruche),  c’est une ruche mais aussi  une sorte de petite caisse de bois conique  qui permettait de maintenir sous les bras et debout  un enfant en bas âge  pour être suspendu au mur ou à une branche et permettre ainsi de surveiller tout en travaillant.

Courrieu : (promenoir) ou trotte-bébé, structure en bois qui permet au bébé d’avancer

Coumodo : (commode) à deux ou trois tiroirs (fin du XVIIe siècle).

Couteliero: porte-couteaux : il est ouvragé, à piétement, pour être posé.

Dreissadou : (vaisselier) pour présenter les faïences.

Escrivanié : (bureau) secrétaire muni de tiroirs et d’un abattant pour le fermer.

Escudelié : simple présentoir à vaisselle, muni d’un tiroir dans lequel on range les couverts

Estanié : meuble très ouvragé avec étagère pour présenter les belles poteries et les beaux verres

Fariniero : boîte à farine suspendue au mur qui servait à enfariner le poisson à frire tout en conservant la farine superflue

La litoche ou litocho en provençal : lit très sobre qui conserve aux quatre angles les montants, qui, autrefois, maintenaient les colonnes d’un balaquin.

Manjadou (garde-manger) : petite armoire grillagée pour conserver les aliments à l’abri des mouches et autres rongeurs.

Mastro ou pastiero : pétrin trapézoïdal qui faisait partie de la dot de la mariée et dont le plateau-couvercle est amovible et repose sur une base pleine.

Paniero (panetière) : à l’origine, la panetière était une cage de bois ajourée, sur pied en forme d’escargot, et qui comportait deux ou trois panneaux munis de barreaux afin de permettre l’aération et la conservation du pain. Elle était souvent posée sur un buffet bas ou suspendue contre le mur.  A partir du XVIIIe siècle, les barreaux sont remplacés par des  fuseaux de bois tour

Radassié : (le divan) siège provençal à deux ou trois places, dont l’assise est paillée.

Saliero : boîte à sel  accrochée au mur.

Taulo (table) de niue  (table de nuit) : apparaît au début du XVIIIe siècle, c’est une niche sur pieds assez haut composée de deux espaces distincts : un pour  le vase de nuit, l’autre pour poser le bougeoir.

Reloge : (horloge) horloge « comtoise » haute et droite dont la partie haute reçoit le mécanisme de la pendule. Elle est surmontée d’une corniche moulurée arrondie.

Vous pouvez également lire l’article suivant  paru sur le carnet des jeunes chercheurs de Telemme :

 « Une demeure dans son jus » ? Réflexions autour des partis pris de présentation et de conservation du mobilier historique en Provence Par Alexandre Mahue, doctorant en Histoire de l’Art, TELEMME, MMSH.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *