Archives de l’auteur : Bérengère Clément

2/Réunion GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans” : échanges entre bibliothèques arabisantes ou ayant un fond arabisant en France.

Par Bérengère Clément et Marie-Pierre Oulié.

Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) « Moyen-Orient et mondes musulmans » est une initiative du CNRS, créé en janvier 2013, pour 4 ans (renouvelables). Il a pour vocation d’encourager les différentes équipes et chercheurs à travailler ensemble avec notamment la création d’un réseau intégrant chercheurs, bibliothécaires et archivistes sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans.

Les missions du GIS autour des bibliothèques arabisantes :

  • Recréer une association sur le modèle du MELCOM  (Middle East Libraries Committee).
  • Effectuer un recensement complet des bibliothèques arabisantes françaises et de leurs ressources (à l’aide d’un questionnaire-type).
  • Mettre en place un réseau de bibliothèques arabisantes en France (et hors de France : UMIFRE – Unités mixtes des instituts de recherche français à l’étranger-, Ecoles françaises comme l’IFAO, l’IFPO, l’IRMC…).
  • Soutenir les politiques d’achat (notamment lors des foires du livre dans les pays arabes).
  • Organiser un congrès tous les deux ans.

Le projet de portail fédératif GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans » sur la plateforme Hypothèses.org :

La création du portail du GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans » par le Cléo  comprendra une rubrique « bibliothèques » où seront référencés les sites et catalogues (avec le projet de pouvoir interroger tous les catalogues ad hoc) en laissant bien sûr à de nouvelles bibliothèques la possibilité de s’inscrire.

Propositions des participants :

  • Envoi d’un questionnaire-type à toutes les bibliothèques, (même petites) dont les bibliothèques publiques ou municipales.
  • Possibilité d’interrogation en Z3950 des catalogues locaux des bibliothèques ; pour les fonds mixtes l’utilisation du protocole OAI pourrait permettre de ne sélectionner qu’une partie du fonds.
  • Politiques d’achat concertées (foires du livre).
  • Possibilité de proposer des listes d’échanges (doublons).

 

Bosra

Les bibliothèques représentées à la réunion  :

Elle couvre les domaines de la philosophie ancienne et médiévale, de l’étude des monothéismes (judaïsme, christianisme et islam) de l’Antiquité au début de l’époque moderne; de l’histoire des sciences arabes et médiévales ; de l’histoire culturelle, économique et sociale et politique du Moyen Âge. Le fonds est composé d’environ 14 000 titres en langue arabe, d’une cinquantaine de revues vivantes (dépouillées jusqu’en 2011) et de bases de données sur CD ROM. Le catalogue de la bibliothèque est consultable à l’adresse suivante : http://www.itt.vjf.cnrs.fr/et sur le réseau PMC (Premier Millénaire Chrétien). Le budget annuel est de 4000 euros dont 2000 euros consacrés aux revues. La politique d’acquisition dépend du laboratoire, donc des chercheurs et des programmes de recherche. La bibliothèque bénéficie aussi des dons de chercheurs.  La  bibliothèque est rattachée au LEM, Laboratoire d’études sur les Monothéismes (UMR 8584) depuis le 1er janvier 2014.

Elle compte près de  4 000 volumes : éditions de sources médiévales, études modernes et contemporaines, ouvrages de référence, revues en langues arabe et occidentales.

La section arabe possède plusieurs fichiers papier anciens, portant principalement sur des sources sunnites d’Orient (en savoir plus ici), des notices de manuscrits (notices de description des manuscrits arabes musulmans de la BnF fonds G. Vajda). Il existe également une filmothèque (environ 3 000 documents, microfilms, microfiches et CDROM de manuscrits) et une photothèque (la reproduction de plus de 200 papyrus datant des sept premiers siècles de l’hégire couvre les domaines de l’histoire politique, administrative, économique et institutionnelle de l’Egypte, de la Palestine et de la Syrie).

Les reproductions partielles ou totales des microfilms sont à rechercher dans la base Medium (http://medium.irht.cnrs.fr/) ainsi que dans la BVMM (Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux  : http://bvmm.irht.cnrs.fr).

Les bases de données : Codicologia fournit un vocabulaire multilingue pour la description des manuscrits. Elle entend proposer un instrument de travail à tous les catalogueurs de manuscrits, les éditeurs de textes et plus généralement à tous ceux qui s’intéressent aux manuscrits anciens.

Onomasticon Arabicum (OA-online) traite, en écriture arabe, les biographies des savants ayant vécu en terres d’Islam au cours des dix premiers siècles de l’hégire (VIIe-XVIe siècles).

CALD (Comparing Arabic Legal Documents) est développée dans le cadre du Projet européen « Islamic Law Materialized » et comprend quelque 2 000 documents légaux. Une version accessible en ligne est prévue fin 2013.

Il est de plus en plus difficile d’acquérir des ouvrages. Autrefois, la bibliothèque passait par la librairie Avicenne, actuellement c’est plus compliqué car les libraires parisiens ont peu d’intérêt pour les sources médiévales, et que Leila Books ne  travaille pas sur des budgets peu importants. Quant aux reproductions de manuscrits, elles sont devenues presque impossibles à acquérir pour une institution, c’est beaucoup plus facile pour un particulier, mais un étudiant n’a pas toujours les moyens d’acheter les copies numérisées des manuscrits dont il a besoin.

Elle est le résultat de la fusion de l’Institut d’études islamiques  et du Centre d’études de l’Orient contemporain. La bibliothèque compte 15 000 ouvrages dont 50% en langue arabe et 1000 ouvrages pour le fonds hébraïque. 500 titres  périodiques, dont 50 vivants. La bibliothèque fait partie du réseau SUDOC. Le catalogue local s’appelle : Virtuose + . Les acquisitions représentent 15 000 euros par an dont la moitié est consacrée aux monographies. Pour les revues publiées dans le Monde arabe, Leïla Books est titulaire du marché et donne toute satisfaction.

5 à 6000 ouvrages en arabe en libre-accès, 1000 ouvrages en magasin.  Budget de 6000 euros. Les fonds concernent surtout la littérature, l’histoire et la philosophie.

Les achats se font via Leila Books ou Soliman Books à Beyrouth, et un fournisseur local à Paris.  La préparation à l’agrégation d’arabe entraine l’achat de la bibliographie ad hoc.

Ces collections couvrent l’essentiel des domaines de recherche de la MOM. Elles continuent d’être enrichies et s’accroissent d’environ 2 500 ouvrages par an (achats, dons, échanges). Elles représentent :  environ 70 000 volumes : monographies, bibliographies, thèses, publications de fouilles, catalogues.  1 100 titres de périodiques dont 610 titres suivis.  Un fonds ancien : environ 1 500 volumes , ouvrages rares, anciens ou précieux, XVIe – XXe siècles. Le catalogue informatisé est accessible sur place ou par le réseau. Il est alimenté régulièrement par les nouvelles acquisitions.1.

Il s’agit d’une bibliothèque privée, à la fois grand public et destinée aux étudiants et chercheurs. Les fonds : le monde arabe contemporain mais aussi les indispensables bases classiques. Le fonds ancien s’est constitué grâce à des dons ou des achats ;

85 000 monographies dont la moitié en langues occidentales. Environ 1300 titres de périodiques (304 vivants et 700 titres en arabe.)

Actuellement, le Musée vient d’être rénové grâce à des fonds européens. La BIMA a reçu un don du Qatar qui permet d’ouvrir le chantier de la rénovation après trente ans d’existence, de ré-informatiser, de créer un nouveau portail (en cours depuis décembre). Il faut y faire migrer 17 bases de données.

La rétroconversion du catalogue dans le SUDOC sera faite d’ici 2014-2015. Actuellement, la bibliothèque est en cours de désherbage (dons à IBLA à Tunis) et s’ouvre vers le multimédia numérique. Un partenariat avec Alexandrina a été lancé pour la numérisation.

La BIMA acquiert 3000 ouvrages par an toutes langues confondues : en arabe lors des foires dans le Monde arabe, et en langues occidentales via la librairie de l’IMA. Les axes privilégiés sont : la littérature et l’histoire contemporaines, le droit, l’art et la science politique.

La bibliothèque deviendra une médiathèque avec 150 places assises, 3 salles de 1000 m2, peut-être la possibilité d’un espace chercheurs à part.

Il s’agit d’une petite bibliothèque : 15 000 livres dont moins de 1000 ouvrages en langue arabe (des sources pour l’essentiel). Il s’agit surtout d’ouvrages en langues occidentales en fonction des intérêts des chercheurs du laboratoire. On trouve donc de l’histoire médiévale du Proche-Orient (ni Maghreb, ni al-Andalus). Les acquisitions se font beaucoup par dons, sinon par achats : une seule tentative (2008) d’achats à la Foire du Livre au Caire.

Le public : des étudiants à partir de la L3 et des chercheurs.

Le catalogue est désormais dans le SUDOC, pour 80% des fonds.

La bibliothèque compte 8000 ouvrages dont 40% en arabe. Elle est née vers 1980 de la fusion de deux bibliothèques privées, celle de Henri Massé et celle de Charles Pellat. L’atout de la bibliothèque : elle est très  fréquentée en raison de l’emplacement ses locaux situés au milieu de l’UFR d’arabe.

Budget de 4000 euros par an, avec des achats surtout tournés vers l’enseignement (programmes d’agrégation) et la recherche des enseignants-chercheurs en place. Mais l’impossibilité d’aller dans les foires entraine de gros problèmes d’acquisition des ouvrages. Les données numériques permettent de pallier partiellement la défaillance en matière d’acquisition.

Les collections arabes viennent essentiellement de l’INALCO. Il s’agit d’un fonds très riche : le fonds ancien, localisé désormais à la Réserve, est fantastique. On trouve par exemple toutes les éditions des dominicains de Mossoul ; un fonds de manuscrits catalogué à la main avant 1914 ; des fragments de manuscrits en vrac que F. Richard commence à cataloguer, collectés et légués par un ancien lecteur d’arabe de l’ENLOV (ex-INALCO). Le fonds des périodiques (lacunaire) est très important.

Les points forts des collections : linguistique, civilisation, sciences humaines, langue arabe, islamologie (toutefois négligée depuis quelques années). Il y a une convention de partage documentaire avec la BN, une convention avec l’IMA ainsi qu’une collaboration avec Paris-III. La BULAC est intéressée au catalogage partagé.

Le catalogage est en bi-écriture : caractères originaux et translittération. Le gros chantier de la rétroconversion est en cours (actuellement 30% a été fait pour l’arabe).

Les acquisitions : celles-ci se font selon le système des marchés, via Leila Books. Actuellement une personne fait un tiers temps pour le catalogage ; le recrutement d’un véritable bibliothécaire arabisant est attendu à l’automne .

C’est une bibliothèque de recherche. Elle compte 140 000 exemplaires, dont 41 000 en arabe. Le catalogue de la médiathèque, à l’exception des revues, n’est pas pour l’instant  intégré dans les grands catalogues communs (SUDOC, CCFr).

Le fonds IREMAM constitue les 2/3 de l’ensemble de la médiathèque, constituée par mutualisation des fonds de 5 laboratoires.

Le fonds des revues est constitué de 4 700 titres, dont 800 en langue arabe (une centaine de titres sont vivants), 200 titres en abonnements (budget 27 000 euros), 50 titres en échange et dons. Le problème pour les  acquisitions des revues en langue arabe est que la médiathèque est dépendante du marché du CNRS dont le prestataire n’est pas spécialisé en langue arabe. En fait, beaucoup des numéros de revues (en langue arabe) sont acquis lors des Foires du Livre, où on fait des « rattrapages » sur les lacunes.

La politique d’acquisition en langue arabe  se fait presque uniquement dans les Foires du Livre (Casablanca, Tunis, Alger, Le Caire, Damas et/ou Beyrouth). L’instabilité politique pose évidemment problème (Damas, Le Caire), et nous dépendons des autorisations du fonctionnaire de la Défense. En principe, sur chaque Foire du Livre, il y a un bibliothécaire pour les acquisitions courantes et un chercheur de l’IREMAM qui approfondit le travail d’acquisition sur son domaine de compétences. On achète ainsi entre 1500 et 2000 titres par an, en arabe. Cette démarche d’acquisition dans les pays arabes est continue depuis la création de l’IREMAM (1950) d’où un fonds en arabe exceptionnel, parfois lacunaire, mais avec des raretés – toujours grâce aux Foires. Il s’agit d’ouvrages en sciences humaines et sociales ; traditionnellement il y avait aussi des spécialités fortes en économie et droit, que la médiathèque cherche à maintenir afin de perpétuer la qualité du fonds dans ces domaines. De nouveaux sujets apparaissent : la finance islamique, le droit positif en pays d’islam…

A la MMSH, dès le début, le fonds avait une forte orientation Maghreb avant de s’orienter également vers le Machrek. Sur le Maghreb contemporain, la bibliothèque peut être considérée comme « au top », en écriture latine comme en arabe.

Le budget total dédié aux acquisitions sur le Monde arabe et musulman représente 13 600 euros par an (10 000 pour l’IREMAM et 3600 pour l’USR).

Le pôle associé à la BNF intitulé « échanges en Méditerranée » auquel participait la MMSH a également permis beaucoup d’acquisitions en arabe jusqu’en 2011. La BNF a désormais réorienté cette politique vers la numérisation.

La médiathèque compte énormément de dons dans ses entrées, dons qui concernent ses trois secteurs : l’iconothèque, la phonothèque2 et  la bibliothèque.

Ces dons ont une grande importance pour ce qui concerne la numérisation car le numérique porte sur plusieurs volets : sur les documents anciens, donc difficilement communicables et libres de droits (surtout les ouvrages publiés en France lorsque le projet bénéficie d’un financement BnF), mais également (et peut-être surtout) sur la production de nouveaux corpus pour la recherche : exemple des photographies de Paul Bonnenfant sur la Péninsule arabique, qui nous sont déposées sous forme numérisée.

SET_17956

Crédits photographiques : Ziad Alset 

 


 

Personnes présentes :

Anas Alaili, chargé de la politique d’achat en arabe pour la bibliothèque Diderot de  Lyon

Malika Bakhti, bibliothécaire de l’Institut des traditions textuelles.

Anne-Sylvie Cathelineau, bibliothécaire à Paris-III.

Bérengère Clément, (IREMAM) correspondante-laboratoire, responsable des acquisitions IREMAM à la médiathèque de la MMSH.

Jean-Charles Coulon, futur secrétaire de rédaction de la revue Arabica.

Nessima Dechache, IMA, bibliothécaire de la BIMA.

Jean Druel, IDEO, conférencier, responsable du projet des Deux-Cents

Olivier Dubois, responsable du secteur bibliothèque de la médiathèque de la MMSH

Julien Gilet, Cléo-OpenEdition, Marseille.

Bernard Heyberger, GIS et IISMM.

Claire Jan, Bibliothècaire à la Sorbonne  (études arabes et hébraïques)

Catherine Mayeur-Jaouen, GIS.

Laurence Mazaud, IMA – Bibliothèque de l’Institut du monde arabe, Service de la Bibliothèque en ligne.

Marie-Pierre Oulié, (IREMAM), responsable du service des périodiques à la médiathèque de la MMSH dont ceux de l’IREMAM, intégrés à la Médiathèque  et spécialisés sur le monde arabe et musulman.

Paule Pagès, IRBIMMA, Paris I.

Francis Richard, conservateur des bibliothèques, directeur scientifique de la BULAC.

Muriel Rolland-Rouabah, ingénieur d’études, responsable de la bibliothèque de la Section arabe de l’Institut de recherche en histoire des textes (IRHT-CNRS).

 

  1. Site de la MOM, dans présentation de la bibliothèque : http://www.mom.fr/-Presentation,165-.html []
  2. La phonothèque de la MMSH  participe au GIS pour ce qui concerne les archives de recherche du domaine et en particulier celles issues du terrain. Par Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque. []

Tunis 2012 : première Foire du Livre post-révolution

Par Bérengère Clément et Myriam Laakili 

 

Bienvenue à la foire de Tunis ! (Cliché : M. Laakili)

Du 2 au 11 novembre 2012, Myriam Laakili et Bérengère Clément se sont rendues à Tunis pour la 29e édition de la Foire Internationale du Livre avec pour mission d’acquérir la production éditoriale tunisienne 2011 et 2012, et éventuellement de l’édition libyenne, pour l’IREMAM et la Médiathèque de la MMSH.

La Foire du livre de Tunis, mode d’emploi

L’événement était particulièrement important et attendu cette année puisqu’il s’agissait de la première foire organisée depuis la révolution de l’hiver 2011, dans un contexte politique et économique en pleine transition. La Foire du livre se tenait comme à l’habitude au Palais des Expositions du Kram, à Tunis et l’invité d’honneur de cette année 2012 était l’Égypte.

Plus de 22 pays arabes, africains et européens représentés, 317 exposants, moins nombreux toutefois que les années précédentes. Moins d’éditeurs et donc moins de livres, mais une motivation certaine pour ceux qui reprenaient le chemin de la foire. Au cours de cette semaine, nous avons pu acquérir 143 ouvrages en langue arabe et 107 en langue française. En plus des éditeurs et diffuseurs avec lesquels nous avions travaillé les années précédentes, et que nous retrouvions avec plaisir, nous avons pu rencontrer et échanger avec : Abdelhamid Henia (Directeur de DIRASET- études maghrébines, Université de Tunis), Taoufik Monastiri (ancien collègue de l’IREMAM), Michael Béchir Ayari (chercheur à Tunis), Sawssen Fray (bibliothécaire de l’IRMC).

À la fin de notre séjour, nous nous sommes rendues à la Librairie El Kitab, avenue Bourguiba, ainsi qu’à la librairie Diwan, dans la Médina, où nous avons également trouvé un choix de livres intéressants.

L’édition post-révolution

Malgré la crise économique, les responsables des maisons d’éditions étaient dans l’ensemble satisfaits que la Foire du Livre soit placée sous le signe de la liberté d’expression et de l’absence de censure. Naturellement, une production importante était consacrée au printemps arabe : le thème de la révolution tunisienne en l’occurrence était abordé sous différents angles et à travers plusieurs genres : la poésie, les récits de vie d’anciens ministres, ceux des journalistes exilés durant la période Ben Ali, le roman, ainsi qu’une approche sociologique du printemps arabe et même un dictionnaire sur le thème de la révolution tunisienne. Toutes ces formes littéraires, dans leur diversité, sont une source importante pour les chercheurs spécialistes du monde arabe car elles reflètent le contexte de ces révolutions. En parallèle de cette production littéraire sur le printemps arabe, nous avons choisi des ouvrages qui traitent de la femme en islam, notamment sur l’aspect juridique, mais aussi du dialogue islamo-chrétien, de la linguistique, de l’histoire moderne et contemporaine des pays arabes, ainsi que les grands sujets de notre époque : conflits, migrations, violence, genre…

Nous avons noté que les exposants tunisiens proposaient au public, des ouvrages anciens ou récents qui auraient été censurés autrefois. De même, les exposants des stands libyens nous ont proposé des ouvrages d’histoire qui étaient censurés durant le régime de Kadhafi.

 

« Jasmine Rebirth », le nom du premier manga tunisien fait référence à la révolution tunisienne qui a débuté le 14 janvier 2011 (Cliché : M.Laakili)

La Foire de Tunis, observations

Pour Myriam Laakili, sociologue de formation et arabisante, cette Foire du livre de Tunis était une première expérience.

J’ai tout d’abord remarqué la présence d’un public nombreux composé de femmes et d’hommes, de personnes âgées et d’enfants, de familles de différentes catégories sociales et culturelles. La Foire du livre est aussi un lieu où s’organisent des séances de dédicace d’auteurs tunisiens connus, de nombreuses conférences (autour de thèmes tels que : « Le processus de transition démocratique en Égypte et en Tunisie »), des ateliers de graffiti, de peinture, des espaces de lecture, de spectacles pour enfants et pour adultes. C’est aussi un lieu où jeunes et moins jeunes viennent échanger sur le premier manga tunisien ou le dernier ouvrage d’Olfa Youssef.

Outre les ouvrages cités précédemment, on y trouve aussi des livres de recettes de cuisine, de psychologie, de bricolage, de religion, des dictionnaires et encyclopédies pour les étudiants, des livres sur l’économie, l’informatique, les sciences de la vie et de la terre, des livres pour enfants avec des jeux éducatifs…

À travers le livre, c’est aussi les éditeurs que nous avons rencontrés. En discutant avec eux, nous avons pu comprendre les problèmes de cette industrie particulière, mais aussi les questions éditoriales dans le monde arabe. Moncef Ben Ayed, responsable de la maison d’édition Al-Atlassiya nous a fait don de son ouvrage qui soulève la question de l’avenir de l’édition du livre tunisien. En effet, la Foire du Livre est l’occasion aussi pour les éditeurs de discuter et de débattre sur l’avenir de l’édition dans le monde arabe. Certains estiment qu’une possible solution résiderait dans l’union des pays de Maghreb qui permettrait de faciliter la circulation des ouvrages entre les pays de la région ; le premier pas de cette union serait culturel, et l’on pourrait aller jusqu’à imaginer une Union des lecteurs maghrébins.

 

L’Egypte, invitée d’honneur de la foire (Cliché : M. Laakili)

 

D’ailleurs la question éditoriale a fait l’objet d’une table-ronde dans le cadre de cette 29e foire, intitulée : « Les questions éditoriales dans le monde arabe », mais aussi en parallèle, sur un autre registre, les questions sur la numérisation étaient à l’ordre du jour concernant les fonds documentaires nationaux.

Après une semaine passée à la Foire du Livre, force est de constater que la révolution a permis de réimprimer et de proposer à la vente des ouvrages qui étaient interdits, c’est donc une occasion de relancer le marché du livre. De même, une fois l’euphorie de la révolution passée, le mot « révolution », est devenu « marketing », que ce soit dans la littérature, les écrits journalistiques, universitaires ou autres, ce qui pouvait parfois susciter un sentiment de saturation chez les lecteurs. Pour ces derniers, la Foire était surtout l’occasion d’acheter des ouvrages jusque-là censurés.

En résumé, la Foire du Livre est un terrain unique pour pénétrer l’édition d’un pays, y rencontrer ses acteurs et y acquérir des ouvrages introuvables ailleurs.

La logistique

Faire le tour des stands, ce n’est pas si simple et on s’y perd facilement. Il faut penser dès le premier jour à se munir du plan de la Foire. En parallèle, il faut essayer de trouver un porteur que l’on rémunère au jour le jour pour aider à transporter les livres, ou bien, si la chance vous

sourit, arriver à les stocker chez un éditeur sympa. Au bout de deux jours de mission, le volume d’acquisitions rendait nécessaire le service d’un transporteur pour transférer les livres de la Foire jusqu’à l’hôtel. Les autres jours, c’est dans l’une de nos valises à roulettes que nous avons stocké nos achats pour prendre le taxi jusqu’à l’hôtel. Enfin, pour trouver les perles rares et faire de bons choix, il faut allier patience et esprit d’analyse. Parcourir efficacement 317 stands est un véritable marathon, mais qui se fait sans peine grâce à l’accueil et à la générosité des exposants que nous tenons par ailleurs à remercier à travers ce billet.

La dernière démarche importante est le passage au fret : chaque livre doit correspondre à une facture dûment tamponnée qui sera exigée par les services de la douane ; ceux-ci se réservent le droit de vous faire ouvrir les cartons (« la visite ») que vous avez mis tant de soin à empaqueter. Un moment d’inquiétude survient, on vous demande d’aller dans la salle d’attente… puis l’officier de la douane revient avec le sourire, vous avez les autorisations d’« exporter », les cartons de livres peuvent partir !

A l’aéroport de Tunis-Carthage, l’envoi de notre précieuse collecte ! (Cliché : M. Laakili)

 

 

Journée d’études InSHS BAP F du 16 octobre 2012, Paris, CNRS, Michel-Ange

Rédigé par Bérengère Clément et Danielle Rouvier. 

La BAP F regroupe les métiers de la documentation, de la culture, de la communication, de l’édition et des TICE. Le programme de cette journée a été établi par rapport à l’intérêt marqué pour les retours d’expérience des participants à la première journée (http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/bapf-2010.htm).

Grande richesse et variété donc des interventions et des expériences.

De l’éditeur en ligne au Community manager. Les Digital humanities entre production de contenus et communication en ligne

Thierry Buquet, a exposé les différentes ressources électroniques de l’Ifpo, entre autres des carnets de recherche (http://ifpo.hypotheses.org/). Il a également ouvert différentes pistes de réflexion sur l’évolution de nos métiers dans le tournant numérique.

« Le blog du labo » : enjeux et méthodes pour un carnet de recherches

Clara Tomasini a présenté le “blog du labo” créé depuis janvier 2012 (http://printemps.hypotheses.org/) et a rendu compte de son expérience sur la composition, les difficultés, les questionnements qu’avait engendrés cette création. Le blog, pour elle, est une façon d’accompagner la recherche en train de se faire. Il permet de faire connaître les travaux au sein du laboratoire, auprès d’un public plus large. Il sert aussi à fédérer une équipe. Elle a également posé la question de la définition du métier : secrétaire d’édition ? webmaster ? médiateur ou communiquant scientifique ?

Mise en place d’un compte Facebook et d’un blog à la bibliothèque

Il s’agissait ici d’un retour d’expérience sur la création d’un blog et d’une page Facebook de la bibliothèque de la MOM (http://prefixesmom.hypotheses.org/).

Magali Lugnot, Geneviève Peyres ont montré les différences et l’intérêt d’avoir les deux éléments de communication : page facebook et  carnet de recherche sont complémentaires, ne s’adressent pas au même public, sont rédigés différemment. Elles ont insisté sur le temps qu’il faut consacrer à toutes les tâches engendrées par ces nouvelles compétences.

Plateforme collaborative de la MESHS : un outil de travail en réseau

La MESHS regroupe 30 laboratoires (9 Institutions de tutelle). Cynthia Pedroja a présenté la plate-forme collaborative de la MESHS composé de 3 pôles associés : ressources documentaires numériques, informatique, communication et médiation scientifique (http://www.meshs.fr/page.php?r=142&id=1150&lang=fr).

Mise en place d’un site web collaboratif avec le CMS Drupal

Le site web collaboratif présenté par Judith Hannoun (http://ethnologues.corpus-ir.fr/) est un agenda des événements, une vitrine pour le consortium des archives des ethnologues, une plate-forme d’accès aux différentes bases de données ainsi qu’aux différents catalogues des bibliothèques en ethnologie, le tout en évolution constante. Le graphisme est un élément essentiel pour la compréhension du site web.

FRANTIQ (Fédération et ressources sur l’Antiquité) : travail et outils collaboratifs

30 ans de ressources documentaires en archéologie, un réseau de 30 centres et un catalogue commun de 400 000 références, FRANTIQ (http://www.frantiq.fr/) est un site web collaboratif créé en 1984 qui a pris un nouvel élan en 2010. Blandine Nouvel, Nathalie Le Tellier-Becquart ont évoqué les forces et les faiblesses de cet outil, elles ont insisté sur le fait que le catalogage partagé renforce la notion d’appartenance, ces nouveaux outils sont un moteur du travail collaboratif.

Circulation de l’information interne et externe : l’exemple du CES Actu, newsletter électronique hebdomadaire

Tonia Lastapis a présenté la newsletter du Centre d’économie de la Sorbonne (http://ces.univ-paris1.fr/ces-actu.htm) et expliqué ses choix d’informations, de mise en page, d’écriture par rapport au public visé national et international. Elle nous a donné quelques conseils pratiques : faire vivre l’existant, le faire évoluer, discipliner les auteurs, trier les infos, être pragmatique et simple.

 De la communication interne à la communication externe, sur les chemins de l’identité partagée

Pour Pierre-Yves Saillant, les nouveaux moyens de communication sont utiles pour favoriser les échanges formels ou informels autour d’un événement. Pour cela il est nécessaire de construire une stratégie d’implication, de susciter la curiosité des interlocuteurs, de réunir les compétences et de les valoriser (http://www.ades.cnrs.fr/).

La veille au cœur de l’appui aux chercheurs : le cas de la MSH Lorraine, unité de service et de recherche interdisciplinaire

Elodie Tréhet privilégie la politique des 5 i : interinstitutionnel, identité, interdiscipline, international, insertion dans le milieu régional. Pour 250 chercheurs lorrains pas de bibliothèque mais des envois d’infos, des appels à projet, une veille permanente, des formations, des outils libres (agrégateur de flux, abonnements et newsletters), des astuces pour une veille collaborative et autonome (http://www.msh-lorraine.fr/).    

Gestion d’un projet de veille mutualisé et cartes heuristiques

C’est à l’occasion de la gestion d’un projet de veille mutualisé et d’élaboration de cartes heuristiques que Pascale Hénaut a choisi Mindmap comme outil de travail pour ses capacités dans les techniques de représentation graphique, pour l’organisation et la représentation des connaissances, pour le stockage des archives, le partage des infos mais aussi parce que c’est un outil rapide et attrayant (http://www.irstea.fr/linstitut).

Optimiser la diffusion et les référencements de revues scientifiques en SHS

Dans cette dernière intervention, les points faibles des revues ont été relevés. Pour optimiser la circulation des savoirs, pérenniser la visibilité du chercheur et adapter la diffusion de sa production aux nouvelles technologies et un travail collaboratif à distance, le réseau Medici (http://medici.in2p3.fr/fr/index.php5?title=Accueil)  et la plate forme WICRI ont été créés (http://ticri.inpl-nancy.fr/wicri.fr/index.php/Wicri_Wicri:R%C3%A9seau_Wicri) et s’adressent aux métiers de l’édition scientifique publique. 344 revues sont identifiées. Le travail à distance, les réunions téléphoniques et la plate forme collaborative permettent de construire et de capitaliser les informations. Là encore, il a été question de l’évolution des compétences dans le métier.