Archives de l’auteur : Amélie Ferrigno

La recherche de Paul Bonnenfant, une « démarche amoureuse »

 Porte de maison dans la ville de Baḍa, wâdî Dû‘an,Yémen, Ḥaḍramawt,1997.

Porte de maison dans la ville de Baḍa, wâdî Dû‘an,Yémen, Ḥaḍramawt, 1997.         

Comme nous l’avons vu dans un précédent billet, les archives photographiques de Paul Bonnenfant, prises entre 1974 et 2004, présentent un intérêt évident par le témoignage qu’elles apportent sur les transformations de la péninsule Arabique. Les images prises par ce « chercheur de terrain » mêlent plusieurs thématiques exploitables par des sociologues, des anthropologues, des archéologues, des architectes, des historiens ou des concepteurs de musées… PB adhère à ces projets car le lien avec son terrain de recherche, sa « terre », est encore très fort. Son amour pour le monde arabe et musulman nourrit toujours son activité.

Dans une définition académique du chercheur et du travail de recherche donnée par les institutions, on dira que ses missions principales sont la production, la valorisation et la diffusion d’un travail scientifique. Dans son laboratoire, ou sur le terrain, son rôle est de mener à bien ces différents objectifs afin de fournir une production scientifique qui va contribuer à améliorer le savoir et apporter de nouvelles connaissances dans son domaine. Le travail de recherche est donc, avant tout, un travail méthodique, rationnel, basé sur la réalisation d’expériences et d’analyses qui aboutissent enfin à la diffusion des résultats par la publication.

Ayant mené à bien toutes ces activités durant sa carrière, Paul Bonnenfant ne s’est pourtant pas contenté d’accomplir son travail de chercheur au seul sens académique du terme. Il « ressent » sa recherche, la décrivant lui-même comme une « démarche amoureuse ». Dans l’avant-propos de son troisième ouvrage, à paraître, Zabîd. Fragments d’histoire sociale au XXe siècle, PB laisse deviner son approche personnelle de la recherche, en même temps que sa méthode, qui, dit-il, « se caractérise précisément par une absence de méthode ». En revenant sur les souvenirs de ses séjours à Zabîd, entre 1990 et 2004, il fait part de la manière dont il ressent son travail.

Minaret de mosquée et maisons en briques d’argile dans le noyau historique de ‘Unayzah, Arabie Saoudite, Najd, région du Qaṣîm 1974

Minaret de mosquée et maisons en briques d’argile dans le noyau historique de ‘Unayzah, Arabie Saoudite, Najd, région du Qaṣîm 1974          

 

En effet, pour comprendre son sujet d’étude, Paul Bonnenfant s’appuie avant tout sur une « expérience » de la recherche, en privilégiant « le ressenti » plutôt qu’une méthode rationnelle et scientifique. Une forme de méthode qu’il a dû appliquer dès le début de ses séjours dans la péninsule Arabique. Dans les années 1970, pratiquement aucune étude de type universitaire n’existe sur cette immense « île des Arabes », contrairement au Maghreb. Très peu de livres ou d’articles sur des sujets concrets touchant à l’anthropologie sont déjà rédigés. Le chercheur doit faire face à l’absence de cartes et à la faible quantité de sources écrites en langues européennes. Pour apprivoiser son sujet et répondre aux exigences scientifiques, il fait d’abord appel à « son ressenti », allant « le nez au vent » dit-il, guidé par des articles de l’Encyclopédie de l’Islam et des sources arabes, comme les dictionnaires géographiques ou les biographies. C’est donc avec ses compétences scientifiques, méthodiques et rationnelles, mais également avec sa sensibilité, son instinct, qu’il travaille durant toute sa carrière, pour aller véritablement à la recherche de son sujet d’étude.

Revenons à l’avant-propos déjà cité. Paul Bonnenfant débute en écrivant qu’il « faut une énergie amoureuse pour commencer une recherche. Désir de voir, de sentir, de toucher, de découvrir ou de dévoiler, de s’immerger, de comprendre, de connaître. Démarche indispensable du cœur, du corps et de l’esprit qui s’ouvrent, qui ne mettent plus de barrières, qui déposent les soucis du monde et acceptent l’écoute »[1]. Les sentiments de PB face à la recherche sont donc bien ceux d’une rencontre amoureuse entre le chercheur et son sujet. Si nous poursuivons l’analogie, cette rencontre porte également en elle ses turbulences émotionnelles habituelles : désir, excitation, curiosité, impatience, mais également doute, réticence, peur, déception. Elle exige l’inévitable don de soi, unique moyen d’entrer en contact avec l’autre. En effet, pour que la rencontre avec son sujet ait lieu, il faut d’abord la mériter. C’est en faisant preuve d’humilité, de respect et d’un état d’esprit de réciprocité vis-à-vis de cette « terre », que PB entre en contact avec elle. Promesse d’émerveillements, de découvertes, la rencontre n’est possible que si le chercheur accepte de s’offrir lui-même en premier, dans une attitude d’abandon.

Dans un autre passage, il évoque cette acceptation mutuelle : « En accueillant le corps de l’Aimée, en acceptant les attraits et les défauts de sa chair, et même les répulsions que parfois elle me suscite, je lui permets, je l’autorise à m’accepter aussi, avec mes propres défauts, mes différences et les dégoûts que parfois je provoque. Quel parallèle avec ma découverte de Zabîd, cette longue approche, la douceur d’un premier baiser reçu comme touriste en 1975, les phases exploratoires, cette découverte progressive et émerveillée des trésors de la ville, mais aussi la nécessaire acceptation de sa misère et des conséquences de la misère, les odeurs, la boue visqueuse et nauséabonde qui submerge les tongs et gicle entre les orteils dans le piétinement d’un cortège de mariage. Zabîd aussi doit m’accepter avec toutes les impuretés que je véhicule, les colères que suscite le fait que je représente, volens nolens, un monde technique, industrialisé et athée qui l’écrase de toutes les manières. […] Justement, avec mon attirail photographique, je brave un interdit sur l’image[2] et je représente un monde industrialisé toujours plus prédateur à l’égard des pays pauvres. Laisser venir l’information, ne pas la solliciter, être seulement dans la présence, voir le détail qui révèle ».

L’avant-propos de Paul Bonnenfant montre que « Zabîd l’oubliée », surnom donné à la ville par ses habitants, l’oblige à une acceptation totale de son sujet, avec ses difficultés et ses obstacles, en même temps qu’elle l’invite à une acceptation de soi, de ses forces mais aussi de ses limites. Vouloir venir à bout de la ville étudiée comme un prédateur fonce sur sa proie, c’est l’échec assuré. En réalité, et c’est le message que livrent les lignes de PB, c’est la ville qui vient au chercheur. Laisser venir l’information… Zabîd n’accepte de le guider que s’il fait preuve, pour la recevoir, de renoncement et d’abandon, de générosité et de patience : « Inversion des rythmes, accepter de changer ses habitudes pour la recherche… Encore la démarche amoureuse, accepter l’arrivée d’un être dans sa vie, casser les vieux rythmes, les petites habitudes et les grandes manies… Comment ne pas faire le rapprochement avec le jeûne du ramadan ? Pour le Transcendant, s’adonner à de nouveaux rythmes, accepter un autre point de vue sur les choses de la vie, les rythmes de la nourriture et de la vie sexuelle.  Accepter un temps de revenir sur soi et de tout bouleverser ».

C’est alors un territoire inconnu, neuf, vierge, qui se présente à lui et qu’il amadoue lentement. Pour cela, il faut qu’il accepte de se rendre vulnérable lui aussi, dévêtu de tous ses préjugés culturels, sociaux ou religieux, de tous ses a priori, de toutes ses idées reçues ou préconçues. Tous les dogmes doivent être dépassés, toutes les barrières levées. En réalité, pour apprécier, comprendre la valeur du sujet en voie d’apparition dans sa totalité, pour aller à sa recherche, il faut que le chercheur en sciences de l’homme soit prêt à se découvrir lui aussi. C’est dans cette réciprocité que le « travail » de recherche est possible. Une fois débarrassé de ce qu’il sait, la recherche accepte de le laisser entrer dans son territoire, de le guider dans ses découvertes.

Le scientifique fait don de soi, de ses sens, de ses compétences, de ses connaissances, s’il veut pouvoir recevoir en exclusivité (privilège du chercheur) la découverte, et goûter la saveur de sa recherche. Cela oblige en contrepartie de l’accepter dans ce qu’elle a de plus difficile, de plus réticent. Respecter son rythme, ses résistances, faire face à ses obstacles sont les conditions sous lesquelles elle accepte de se dévoiler. « Ne pas lutter », « ne pas résister », « ne penser à rien », écrit PB : en s’abandonnant au lâcher prise, en renonçant à vouloir s’emparer d’elle à tout prix, mais plutôt en se laissant guider par la recherche, le scientifique peut découvrir toutes les révélations qui vont s’offrir à lui, en une sorte de fusion avec son sujet avec lequel il ne forme plus qu’Un.

« Ne former plus qu’Un… », commente PB. « Cela évoque évidemment l’union sexuelle quand elle est réussie. Mais au-delà, comment ne pas évoquer les grands mystiques chrétiens ou le savant soufi Jalâl ad-Dîn al-Rûmî qui évoque “un Dieu plus près de toi que ta veine jugulaire“ ? Et encore, les techniques mises au point par le tantrisme et le bouddhime, souvent reprises par le soufisme : le rassemblement du geste corporel, du souffle, du son, d’une concentration extrême visant à balayer les réactions compulsives, les scories du passé et les peurs pour l’avenir. Ressentir le vide, le temps suspendu, l’absence de besoin, l’instant, la présence à l’instant ! Tout cela engendre la paix du corps et du mental et, plus tard, une grande disponibilité à ce qui se passe, une ouverture au monde, et nous retrouvons la recherche ! »

La recherche et la quête d’unité avec son sujet lui permettent de s’imprégner de tout ce qui l’entoure pour en percevoir et en saisir tout ce qui le constitue. Dans ce don généreux, l’environnement, les bruits, le climat, les gens, la ville, tout s’offre à lui pour divulguer enfin les secrets que la recherche lui avait promis. On ne sait plus très bien alors s’il est parvenu à amadouer son sujet, ou si c’est la recherche qui l’a amadoué.

Maisons du village fortifié de Miz‘al, bâti en briques d’argile, Arabie Saoudite, région centrale du Najd 1982.

Maisons du village fortifié de Miz‘al, bâti en briques d’argile, Arabie Saoudite, région centrale du Najd 1982.        

À travers cette mince description de l’état d’esprit dans lequel Paul Bonnenfant accomplit son « travail », nous entrons dans une com-préhension du fonds photographique sur la péninsule Arabique, nous saisissons le fondement de sa recherche en captant ce qu’elle nous livre. PB est foncièrement un « chercheur de terrain » respectueux et amoureux de la terre qui l’a conquis dès le début de sa carrière. C’est ce même amour qui le pousse aujourd’hui à revenir sur son terrain en effectuant un nouveau travail de traitement sur ses propres sources. Il accepte de faire évoluer son métier : en permettant cette nouvelle forme de transmission et de valorisation de ses archives photographiques, elles deviennent une source d’informations et de recherches pour les générations futures. Cette forme de valorisation inédite offre la démonstration d’un esprit scientifique profondément lié à son cœur. Ainsi, la diffusion du fonds sur le site e-mediathèque s’insère totalement dans la perspective d’une large vulgarisation par laquelle les photographies deviennent tout aussi précieuses pour les scientifiques que pour le grand public.


[1] Ouvrage à paraître : Zabîd. Fragments d’histoire sociale au XXe siècle.

[2] Un cinéma de Zabîd, ouvert dans les années 1970 dans une ancienne teinturerie à l’indigo, a été fermé, suite à l’opposition de certains religieux de la ville.

Le fonds Paul Bonnenfant : une nouvelle approche de la valorisation des archives de chercheur

Le dépôt des archives d’un chercheur est toujours accueilli avec intérêt par les professionnels des bibliothèques et de la documentation. Synonyme de nouvelles sources, elles enrichissent l’établissement qui s’enorgueillit de les posséder dans ses collections. Il reste, une fois le don effectué, à déterminer la manière dont les archives vont vivre au sein de l’établissement. Après avoir été créé et défini par diverses conventions, le dynamisme du fonds dépend alors des possibilités de valorisation et des paramètres auxquels il est liée : moyens financiers, personnel, matériel, infrastructures.

Paul Bonnenfant, ancien chercheur à l’IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, Aix-en-Provence), a effectué notamment des recherches sur la péninsule Arabique. Son fonds d’archives photographiques a été accueilli par la médiathèque de la MMSH (Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme) à Aix-en-Provence. Il constitue l’un des derniers fonds numérisés et publiés sur la plate-forme d’édition numérique « e-médiathèque » et se démarque par l’opération de valorisation dont il a bénéficié.

Celle-ci a, en effet, réuni trois types de compétences : des professionnels de la documentation, des professionnels de l’édition et le chercheur lui-même. Dans le cadre du contrat doctoral et d’une mission « valorisation de l’information scientifique » effectuée au sein de la médiathèque de la MMSH, j’ai intégrée ce projet en cours de réalisation et j’ai pu observer les particularités du processus de valorisation dont il a fait l’objet ainsi que les divers questionnements qu’il a pu susciter. Valorisation des archives de chercheurs, transmission et diffusion des savoirs scientifiques seront les thématiques abordées ; des notions incontestablement attachées à une définition personnelle de la recherche donnée par le chercheur lui-même. Ainsi, présenter ce fonds et le traitement spécifique de ces archives inédites implique également de présenter le chercheur, de connaître ses différents domaines de recherche, de comprendre la manière dont il a travaillé tout au long de sa carrière, et de savoir ce que représente pour lui la recherche. La seule évocation des chiffres, de la quantité de photos et des différentes thématiques abordées aurait été insuffisante pour apprécier l’investissement du chercheur devenu un des acteurs de la valorisation de ses propres archives.

Présentation du chercheur 

Paul Bonnenfant, ancien directeur de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique, France), affecté à l’IREMAM, a effectué tout au long de sa carrière de nombreuses missions dans divers pays arabes. C’est au cours de ces voyages qu’il a pris les photographies  jalonnant les diverses étapes de ses recherches.

La formation universitaire, le premier voyage

Préparant une licence en sociologie à la faculté des Lettres de Bordeaux à la fin des années 1950, il fait ses études pendant la guerre d’indépendance de l’Algérie qui est, à cette époque, « le » sujet dont tout le monde parle dans les universités.

Maisons du village fortifié de Miz‘al, bâti en briques d’argile, Arabie Saoudite, région centrale du Najd 1982.

Maisons du village fortifié de Miz‘al, bâti en briques d’argile, Arabie Saoudite, région centrale du Najd 1982. 

En fin de licence, en 1960, un de ses professeurs évoque le souhait de la Compagnie française des pétroles (Algérie)1 d’étudier l’impact de son implantation sur la vie rurale et bédouine du Sahara. La compagnie cherche un étudiant qui, sous la direction du professeur, pourrait mener cette étude. PB est immédiatement attiré par l’idée de partir comme civil en Algérie, au moment où des centaines de milliers de jeunes gens français de son âge partent comme militaires. Il est, en effet, séduit par le projet de poser un regard « civil » sur les diverses transformations qu’a impliquées l’arrivée des compagnies pétrolières.

Accompli dans une ambiance politique et sociale particulièrement difficile, ce séjour au Sahara est pourtant déterminant. La passion de PB pour la culture du monde arabe et musulman prend alors racine. Elevé dans un catholicisme strict, il est fasciné par l’idée de découvrir une autre religion monothéiste, l’islam. Le fait que cet islam se développe notamment autour du fonds culturel commun de la Méditerranée, le séduit aussi, par la rencontre du fonds sémitique avec les héritages grec, romain et byzantin. Une dernière raison, mais non la moindre, est le goût des grands espaces. PB se passionne pour cette civilisation nouvelle pour lui et décide de se spécialiser dans la sociologie du monde arabe actuel. Il se lance alors dans l’apprentissage de la langue arabe, d’abord à Bordeaux, puis au Liban et en Tunisie.

Parcours professionnel

Recruté par le CNRS en 1966, il poursuivra ses recherches dans ce domaine durant toute sa carrière. Celle-ci se déroule d’abord en Tunisie. Installé à Gafsa, il étudie les mécanismes d’appropriation du sol et de création de villes petites et moyennes dans les steppes tunisiennes, en liaison avec la direction de l’Aménagement du territoire de ce pays.

Filets de pêche et extraction de sable sur la plage d’al-Bustân, en Oman, où est bâti aujourd’hui l’hôtel al-Bustân, d’un luxe extrême, 1977.

Filets de pêche et extraction de sable sur la plage d’al-Bustân, en Oman, où est bâti aujourd’hui l’hôtel al-Bustân, d’un luxe extrême, 1977.

De 1974 à 1985 il est sollicité par différents bureaux d’études en Arabie Saoudite où il effectue des missions de consultant. On lui demande notamment de participer au plan de développement de la région centrale (Najd), d’étudier les changements économiques et sociaux en Arabie Saoudite, ou de réviser le plan directeur de la ville de Riyadh…  Il y vit près de trois ans en plusieurs séjours et de nombreuses photographies sont prises pendant les différentes missions. Les voyages se déroulent dans le Najd, l’Ouest et le Sud-Ouest saoudien, dans les régions du Hijâz, du ‘Asîr et de la Tihâma, Riyâdh… Il en profite également pour entreprendre en 1976 un voyage dans les pays voisins, pour élargir à toute la péninsule Arabique l’expérience acquise dans ce pays. Ce voyage confirme le puissant attrait exercé sur PB par les sociétés, les architectures et les paysages de « l’île des Arabes ». Il décide alors d’en faire son terrain privilégié de recherche. Il passe plusieurs mois dans le sultanat d’Oman entre 1976 et 1978 et se rend de un à trois mois par an au Yémen entre 1976 et 2004, presque tous les ans, dans le cadre de missions de recherche du CNRSDurant la période 1984-2004, PB a constamment des activités de consultant bénévole pour l’Organisation générale de sauvegarde des villes historiques du Yémen (acronyme anglais : GOPHCY), qui est son organisme de tutelle au Yémen. À la requête de cette institution, il dirige avec succès, en 1993, la demande de classement de la ville de Zabîd au Patrimoine mondial de l’UNESCO, liste des biens culturels. Il dirige également la publication d’ouvrages collectifs de 1982 à  20082.

Création  d’une collection de photographies

Alimentant ses travaux de recherche par des photos de terrain, la nécessité de prendre des clichés convenables devient rapidement une préoccupation du chercheur. N’ayant aucune formation de photographe, PB veut cependant obtenir des clichés de bonne qualité. En 1974, il s’informe sur les techniques et les différents appareils existant sur le marché.

Il acquiert sur son budget personnel du matériel photographique de haute qualité, de marque Nikon. L’équipement de base est constitué de deux boîtiers reflex, les plus simples possible, car travailler en zone tropicale impose de nombreuses contraintes aux appareils : chaleur, humidité, sécheresse, poussière et vibrations sur les pistes. Le premier boîtier est nécessaire pour les photos diapositives en couleurs, utiles à l’époque pour les projections sur écran, les expositions et certains ouvrages ou articles. Le second prend des photos en noir et blanc, souvent les seules acceptées dans les revues scientifiques du moment, pour des raisons d’économie. Deux boîtiers permettent aussi d’avoir en réserve un appareil qui fonctionne, en cas de panne de l’un d’eux.

Désormais équipé d’un bon matériel, PB prend, au cours de ses voyages, les photographies qui constituent aujourd’hui le fonds créé à son nom à la médiathèque de la MMSH, et qui comptera dans l’avenir environ 20 000 photographies, si le projet a une suite.

La majeure partie des photos, environ 13 860, porte sur les différents pays de la péninsule Arabique, soit, par ordre chronologique des prises de vue :

Maison tour bâtie par assises de terre projetée, dans la palmeraie de Najrân, Arabie Saoudite, 1978

Maison tour bâtie par assises de terre projetée, dans la palmeraie de Najrân, Arabie Saoudite, 1978

– Le royaume d’Arabie Saoudite (1974-1985) : 4 670 environ ;

– La république du Yémen (1975-2004) : 7 480 environ ;

– Le sultanat d’Oman (1976-1978 et 1994) : 1 360 environ ;

– Les émirats de Kuwayt

Vue d’ensemble du village de ‘Awra, wâdî Dû‘an, Yémen, Ḥaḍramawt 1997

Vue d’ensemble du village de ‘Awra, wâdî Dû‘an, Yémen, Ḥaḍramawt, 1997.

et de Bahrayn (1976), ainsi que Qatar et les Emirats Arabes Unis (1976-1994) : 350 photos environ.

En dehors de la péninsule Arabique, le fonds photographique concerne un grand nombre de pays arabes (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte, Liban, Syrie, Palestine, Irak) et des pays musulmans non arabes (Turquie, Iran, Pakistan, Inde du Nord).

Les photos sont prises dans différents contextes, soit durant les missions qu’il effectue dans des études en relation avec les gouvernements tunisien, saoudien, omanais et yéménite, soit pour ses propres recherches dans le cadre du CNRS. Les buts respectifs de ces voyages suscitent la richesse et la diversité des sujets traités, mais le fil directeur en est l’anthropologie de l’espace habité, plus précisément l’habitat humain et ses rapports avec les structures sociales. Le fonds offre ainsi un témoignage unique de l’évolution du paysage construit à travers divers sujets :

– les mouvements migratoires des populations originaires du milieu bédouin et du milieu sédentaire des oasis et des montagnes, en Tunisie et en Arabie Saoudite ;

– l’urbanisation : émergence d’une métropole internationale, Riyadh, et essor de villes petites et moyennes en Tunisie et en Arabie Saoudite ;

– l’architecture vernaculaire ;

– les usages de l’espace habité, en rapport avec les statuts sociaux et familiaux des habitants ;

Intérieur de la pièce principale d’une habitation, appelée ṣuffa. Plafond peint et profusion de la décoration mobilière à forte charge symbolique,Sharqiyya d’Oman.

Intérieur de la pièce principale d’une habitation, appelée ṣuffa. Plafond peint et profusion de la décoration mobilière à forte charge symbolique, Sharqiyya d’Oman.

– la protection symbolique de la demeure ;

 

– l’histoire des différentes influences architecturales ayant marqué les villes étudiées, par exemple al-Mudayrib (Oman), Sanaa, Zabîd et al-Luhayya (Yémen), et l’histoire de l’art musulman ;

Aspects d’une maison du village d’al-Muntarib, situé dans la Sharqiyya d’Oman, Yémen, galerie appelée dihrîz. 1976.

Aspects d’une maison du village d’al-Muntarib, situé dans la Sharqiyya d’Oman, Yémen, galerie appelée dihrîz. 1976.

– et enfin, le travail en coopération avec le Comité du patrimoine mondial à l’UNESCO.

Les photographies de PB constituent un témoignage précieux sur les sociétés de la péninsule Arabique et les profonds changements survenus depuis 1950, début du versement massif de la rente pétrolière. « Chercheur de terrain »,3 il capture par son objectif les transformations rurales, urbaines, économiques, sociales et culturelles que connaissent les pays qu’il étudie. Il fait notamment partie des sociologues et architectes qui perçoivent et craignent les dangers d’une amnésie architecturale ayant pour conséquence l’oubli des savoir- faire, du patrimoine artisanal et culturel de ces différents pays. « Avant l’invasion du ciment, dit-il, les constructions traditionnelles présentaient des qualités d’isolation thermique et phonique exceptionnelles. Les gens savaient bâtir avec les matériaux locaux et sans intervention d’architecte. Ils exprimaient sur le terrain leurs structures sociales et leur patrimoine culturel et historique »4.  A partir de 1990, le souci de garder une mémoire de ce patrimoine constitue une des principales composantes de sa recherche.

Le don du fonds documentaire et le projet de publication numérique

Les étapes du dépôt du fonds documentaire

Né en 1938, PB considère qu’il est temps « de préparer son départ pour le dernier grand voyage » !  Il ne veut pas encombrer ses enfants d’une bibliothèque spécialisée dont ils ne sauraient que faire. Il a également le souci de ne pas laisser une collection de photographies qui ne seraient pas vraiment exploitables sans de sérieuses références à ses notes de terrain. En conséquence, il travaille depuis 2009 à faire don de son fonds documentaire personnel à la médiathèque de la MMSH et à l’IREMAM. Ce fonds est localisé et géré au sein de la médiathèque de la MMSH, composante d’Aix-Marseille Université (AMU) et du CNRS.

Ce fonds est d’abord constitué de sa bibliothèque personnelle, spécialisée sur la péninsule Arabique et déjà mise partiellement à la disposition des chercheurs5 , afin de la préserver comme une véritable collection à disposition du public de la recherche. Elle se compose d’environ 1 500 ouvrages en lettres latines et en arabe6.

En avril 2011, pendant le déroulement des opérations de recensement et de transfert de la bibliothèque du domicile de PB à la MMSH, l’équipe de la médiathèque apprend qu’il possède une importante collection de photographies, et qu’il est en train de la numériser partiellement pour la préparation de son ouvrage : Zabîd, Fragments d’histoire sociale au XXe siècle. Elle lui manifeste aussitôt l’intérêt de la médiathèque de la MMSH (qui a pour mission la gestion et la valorisation des fonds documentaires des ouvrages, mais aussi d’autres supports comme les images, le son, les cartes) et lui propose de faire don de ses photographies.

Après avoir légué sa bibliothèque spécialisée, PB décide en avril 2011 de faire progressivement don de ses archives photographiques à la médiathèque de la MMSH.

La première motivation qui l’amène à effectuer ce don est la préoccupation de trouver  un environnement adapté à la conservation de ses archives. Le film photographique est vulnérable à la chaleur, à l’humidité, et particulièrement sensible à l’altération du temps7. Néanmoins, les exigences et besoins de conservation des photographies ne sont pas l’unique motivation du sociologue. Le legs de ce fonds a surtout pour but d’assurer une large diffusion des photographies et de les offrir en consultation au grand public sous forme numérique. La volonté de PB est d’inscrire son fonds dans la dynamique de valorisation des fonds de chercheurs lancée par la médiathèque de la MMSH, dans le cadre de sa plate-forme de publication numérique e-médiathèque. Ainsi, il ne se contente pas de « déposer » ses archives, mais trouve, dans le legs de son fonds, l’occasion de le rendre vivant par le moyen de diffusion qu’offre la mise en ligne sur Internet.

La plate-forme de publication de la médiathèque

Le projet e-médiathèque vise à constituer des corpus électroniques (imprimés, manuscrits, archives, iconographie et multimédia) et à les rendre accessibles aux chercheurs et à un large public. Encouragé et soutenu par les responsables du projet, PB se lance dans un traitement de ses archives photographiques, afin de constituer une collection numérique de son fonds iconographique, intégrée au projet de mise en valeur des archives des chercheurs et de la recherche. Il s’inscrit ainsi dans une tradition aixoise d’études sur l’architecture et l’habitat du monde arabe et musulman, et trouve sa place parmi les études menées par d’autres chercheurs, dont les fonds ont également été recueillis par la médiathèque. Dans la continuité d’Yves Bonète, de Lucien Golvin, d’Alexandre Lézine et de Jacques Revault, qui ont chacun travaillé sur ces sujets, PB vient apporter son regard et ses propres réflexions sur le terrain qu’il a étudié. Ses photographies participent à une convergence des fonds qui se répondent et se complètent les uns les autres à travers leurs différentes spécificités. Ils portent sur des sujets d’études communs, architecture, habitat, ethnologie, urbanisme, histoire de l’art musulman… et sur une même aire géographique, les pays du monde arabe et/ou musulman.

 

Hameau dans le jabal Ṣalab, Arabie Saoudite, la région du ‘Asîr, le jabal Ṣalab.1982.
Hameau dans le jabal Ṣalab, Arabie Saoudite, la région du ‘Asîr, le jabal Ṣalab.1982.

Une nouvelle façon de procéder au traitement des archives se met alors en place, le donateur devenant également un des acteurs de la valorisation de ses propres documents.

 

 

La valorisation scientifique et ses nouveaux acteurs

Jusqu’en novembre 2011, PB procédait seul à la numérisation des photos dont il avait besoin pour ses publications ou divers projets. Il a scanné ainsi 4000 diapositives environ sur le Yémen, l’Arabie Saoudite et l’Oman. Passer à la numérisation de toute sa collection impliquait un travail long et fastidieux, consistant à scanner près de 20 000 photos et à insérer le maximum d’informations dans le nom de fichier Photoshop de chaque photo. Le temps et la somme de travail que représentait un tel projet étaient considérables et devenaient un frein à ses projets de recherches et de publications. PB était prêt à abandonner son projet personnel de numérisation de toute sa collection quand est apparu un facteur nouveau.

 Le contrat doctoral au service de la valorisation

En effet, le besoin d’aide et de soutien technique du chercheur a correspondu, en 2011-2012, à un appui apporté à l’équipe du projet grâce à la mission « Valorisation de l’information scientifique », dont j’ai bénéficié dans le cadre d’un contrat doctoral8. L’ayant obtenu en octobre 2010, mon objectif était de pouvoir effectuer la mission supplémentaire prévue par le contrat au sein d’une médiathèque de recherche. Je souhaitais mettre mes compétences au service de la valorisation de la recherche, en l’occurrence des archives de chercheurs. Le projet concernant celles de PB a rassemblé les objectifs de toutes les parties concernées : le besoin de soutien du chercheur, le besoin en personnel de la médiathèque et le besoin, pour moi, d’une structure d’accueil et d’un projet scientifique.

En octobre 2011, j’ai rejoint le projet en articulant ma mission autour de trois axes : l’accompagnement du chercheur dans la valorisation de ses archives, la numérisation des images et leur diffusion sur le site e-médiathèque.

Mon travail a ainsi débuté par plusieurs échanges avec PB au cours desquels je l’ai invité à revenir sur son parcours de chercheur, sur sa carrière et sur sa recherche. En lui posant diverses questions sur son cursus professionnel, en guidant ses souvenirs, mais également en orientant quelquefois les questions sur un plan plus biographique, j’ai récolté des données essentielles afin de comprendre ses motivations et ses travaux. Ensemble, nous avons soulevé et abordé des questions liées à son parcours et aux thématiques des travaux qui ont amené à la constitution de sa collection iconographique. Mon enquête a constitué un véritable accompagnement du chercheur dans la valorisation de ses archives et a conduit à la rédaction des fiches de présentation du chercheur sur le site e-mediatheque et du présent article.

J’ai ensuite poursuivi la numérisation des photographies fournies sous divers supports (diapositives, films négatifs en couleurs, films négatifs en noir et blanc), en participant à toutes les étapes de la dématérialisation de ces archives. Il s’agit du processus par lequel une photographie sur film ou papier devient une image virtuelle : travail sur les logiciels de numérisation, manipulation du matériel (scanner Nikon Supercoolscann 5000 ED, supports de photos, instruments de nettoyage) et surtout à la création des métadonnées permettant d’établir le lien entre le support filmique (diapos, négatifs…) et l’image dématérialisée en identifiant chaque image numérisée dans un fichier Excel.

La dernière partie de ma mission a eu pour objet l’édition du fonds photographique sur la plate-forme numérique de la médiathèque. J’ai participé notamment à la création des vignettes de présentation des photos et à leur mise en ligne.

 Le chercheur

Le facteur déterminant de cette nouvelle approche de la valorisation des archives de chercheurs réside dans l’implication du chercheur lui-même dans ce projet. PB participe activement au projet en effectuant plusieurs tâches.

A partir de 2003, il commence la numérisation des photos qui lui sont utiles pour illustrer ses ouvrages avec une définition de 300 dpi, suffisante pour l’impression de livres9.

Dans un second temps, il nettoie et corrige tous les scans10.

Enfin, troisième opération, la plus importante, PB participe au travail en documentant les images. Il s’agit d’indexer et d’identifier chaque photo en introduisant une série de renseignements. Les premiers sont la cote de la photo à la médiathèque et le numéro dans la collection du chercheur. Suivent le titre de la photo et la date de prise de vue, les mots-clefs qui la concernent, les disciplines concernées par le document, le siècle étudié et la localisation (Etat, subdivisions administratives, nom historico-géographique de la région, le « nom de pays », le toponyme ou l’ethnonyme, la localité, le nom de quartier et de maison éventuellement, et les coordonnées GPS si elles peuvent être retrouvées). Quand c’est nécessaire, la notice s’achève par une rubrique de notes diverses sur la photo.

Cette saisie d’informations dans la base de données est d’autant plus intéressante qu’il s’agit, pour leur immense majorité, de photos inédites : la plupart n’ont encore jamais été publiées ou exploitées d’une manière quelconque. Elles suscitent chez PB une attention particulière, car il souhaite transmettre les informations qui leur sont liées. La rédaction des notices des photos implique un long travail de recherche dans ses notes de terrain, afin de les localiser et de rédiger à leur sujet un commentaire adéquat. Quant aux mots-clefs, PB s’est contenté de décrire les principaux centres d’intérêt de la photo pouvant intéresser le grand public et les chercheurs en sciences de l’homme. Les mots-clefs n’ont pas été puisés dans un thesaurus international : cela aurait demandé trop de temps  au chercheur.

 Les ressources numériques et la médiathèque de la MMSH

Les photographies fournies sous forme numérique sont enfin offertes progressivement à la consultation du public par l’intermédiaire du site « e-mediatheque » géré par la médiathèque et les ressources numériques de la MMSH. Son adresse actuelle est, pour le fonds de Paul Bonnenfant sur la péninsule Arabique : http://e-mediatheque.mmsh.univ-aix.fr/collection/icono/bonnenfant/as/Pages/default.aspx.

Habituellement, les acteurs de la valorisation d’archives sont les documentalistes et les techniciens des bibliothèques. Dans le cas du fonds de PB, la valorisation des photographies est effectuée non seulement par l’équipe du projet de la médiathèque (avec le soutien qu’offre la mission de valorisation du contrat doctoral), mais elle est également accompagnée de l’investissement personnel du chercheur. La particularité du traitement de ce fonds réside dans un processus de co-valorisation des archives. Au moment même de leur dépôt, elles se trouvent valorisées et enrichies par l’association des compétences des métiers de la documentation et de l’édition numérique avec une contextualisation précise des images que seul le chercheur peut fournir. Cette opération de valorisation se démarque donc par le caractère créatif et innovateur qu’apporte le chercheur par son implication. Il accepte ainsi, par le traitement de ses documents, de produire une nouvelle forme d’information scientifique.

La maison du cheikh de la fraction de tribu des Banî Jûna, dans le jabal Banî Jûna, Arabie Saoudite, région du ‘Asîr.1982 1982

La maison du cheikh de la fraction de tribu des Banî Jûna, dans le jabal Banî Jûna, Arabie Saoudite, région du ‘Asîr.1982

 Aspects de la valorisation du fonds sur la péninsule arabique

Le but de la valorisation est, littéralement, de donner de la valeur aux résultats de la recherche, autrement dit de diffuser le plus largement possible l’information scientifique par les outils technologiques. Les formes sont nombreuses et peuvent varier selon les cas.

 La valorisation des archives par l’édition numérique

Quand un nouveau fonds d’archives vient d’être créé, les étudiants ou les chercheurs sollicitent d’ordinaire le personnel de l’institut qui les abrite : ils souhaitent accéder à cette nouvelle source pour tenter d’en extraire une information utile à leur propre recherche. Ici, la source offerte par les archives apparaît déjà décryptée : sur la plate-forme de publication e-mediatheque, la fiche technique de chaque photo offre les nombreux renseignements énumérés plus haut. PB s’engage ainsi dans une démarche de transmission optimale de ses archives. Tous les moyens sont employés afin de « faire parvenir », « faire passer » (définition étymologique du verbe « transmettre ») aux futurs chercheurs non seulement une production scientifique, mais également un « terrain » de recherche à travers lequel ils pourront exploiter les prismes de lecture suggérés par PB.

La valorisation par le retour sur le terrain

Le projet et l’implication du chercheur dans ce travail de valorisation l’obligent d’abord à re-trouver et à re-visiter ses archives. PB, « chercheur de terrain », a traversé au long de sa carrière divers pays en prenant de nombreux clichés. Au cours de ses voyages, il est le plus souvent seul dans les déserts ou les montagnes avec ses appareils photo, ses carnets et une voiture. Il est parfois accompagné de son épouse ou de collègues. De 1974 à 1984, en Arabie Saoudite, il ne dispose que de cartes au 1/1 000 000 ou au 1/500 000, où la plupart des pistes même importantes ne figurent pas : « Autant prétendre découvrir les Alpes avec une carte d’Europe sans routes ! » (PB). Le GPS n’existe pas encore, le seul outil est la boussole ; l’altimètre ne sert presque à rien pour s’orienter et se situer, vu l’imprécision des cartes. Quand cela est possible, les autorités locales lui affectent un guide, seul à savoir repérer les pistes à travers le désert ou les montagnes. Ce compagnon est non seulement un pilote pour rejoindre les territoires où il faut se rendre, mais aussi un excellent introducteur auprès des populations locales qu’il connaît bien et où il a parfois de la parenté.

Il prend donc contact de manière empirique avec le terrain et avec son sujet de recherche. En principe, chaque photo prise fait l’objet d’un signalement dans ses notes : numéro de film et de photo dans le film, date, heure, lieu, repères d’identification et quelques mots de commentaires. Mais ce n’est pas toujours le cas. Dans le cadre de voyages pour des bureaux d’études, beaucoup de photos sont prises rapidement, lors de circuits très importants réalisés pendant les missions éclairs « d’experts » accompagnés du chercheur. Par ailleurs, pour gagner du temps, de nombreuses observations sont enregistrées sur magnétophone, rompant ainsi la continuité des notes de terrain écrites sur papier.

La discontinuité de ses notes oblige donc PB à re-trouver ses archives en retournant sur ses anciens terrains. Un bon exemple en est donné par la localisation des prises de vue ; à l’époque, elle était fort imprécise, nous venons de le voir. Pour renseigner au mieux ses photos dans la base de données, PB s’efforce de retrouver sur Google Earth les coordonnées exactes de chaque photo, chaque fois que c’est possible : « Là, je me régale ! s’exclame-t-il. J’ai beaucoup circulé dans les montagnes du Sud-Ouest saoudien. En 1982, j’ai descendu la grand-route qui va vers la plaine côtière depuis Abhâ, à 2250 m d’altitude. C’était juste après des crues centenaires. La route était toute neuve à l’époque, mais d’innombrables ponts sur le wâdî ad-Dila‘ avaient été emportés, des tabliers en béton de plusieurs dizaines de tonnes charriés par les eaux sur des centaines de mètres. En revoyant l’Arabie Saoudite sur Google Earth, je constate que le gouvernement du royaume a renoncé au risque de routes trop près du lit des wâdîs. Les grands axes sont constitués de routes où alternent de longs tunnels suivis d’immenses viaducs survolant les ravins ».

Le retour sur chaque photo implique de retrouver sa localisation, la date et le contexte dans lequel elle a été prise : PB fait ainsi un retour sur l’ensemble de ses recherches dans divers pays. Il re-lit et relie ce terrain à d’autres terrains ultérieurs, ceux-ci enrichissant les premiers et réciproquement.

Son terrain devient le terrain des autres

Le legs de ce fonds et la nouvelle approche de valorisation dont il a bénéficié donnent l’occasion d’aborder la notion de transmission des archives comme base de données à la future recherche. Cette valorisation s’insère dans la continuité du travail du chercheur scientifique qui expérimente, va sur le terrain, analyse, puis fait connaître et diffuse ses résultats. Si nous considérons la recherche comme une « fabrique d’archives »11 et de savoirs, leur legs, leur dépôt entraîne une réflexion et un questionnement sur l’exploitation dont elles vont faire l’objet.

Les photographies du chercheur représentent des segments, des captures d’images des pays parcourus durant toute sa carrière. A travers elles, c’est donc « son terrain de recherche » qu’il nous livre. Elles représentent un des fondements sur lesquels il a construit sa recherche tout au long de sa carrière, ses ouvrages en témoignent.

La mise en ligne des archives permet un accès et une diffusion plus large des photographies. De plus, en participant à la valorisation du fonds par l’ajout d’informations aux photographies, PB accompagne cette transmission, il donne un sens supplémentaire à ses archives. Le renseignement de la base de données par le chercheur lui-même prend toute son importance, car il est le seul à pouvoir fournir les informations rapportées du terrain. Il fait ainsi don d’un nouveau matériel de recherche, mais il se rend également producteur de nouvelles informations scientifiques.

L’accompagnement de PB dans le processus de valorisation apporte donc une dimension supplémentaire à la transmission. Les précisions fournies par lui sont autant d’informations scientifiques qui enrichissent le travail technique de valorisation mené par l’institut qui les accueille. Elles donnent aux archives léguées une nouvelle envergure. De cette façon, PB accompagne la mémoire (c’est-à-dire les archives) de ses travaux (de sa recherche) en favorisant au maximum une future exploitation. Il a donc compris les enjeux des nouveaux accès à la connaissance scientifique. La valorisation de son fonds photographique offre l’exemple d’une ouverture d’archives commentées au monde sans frontière fourni par internet. Son fonds représente un véritable outil de recherche à travers lequel on peut voir un exemple de valorisation des archives des chercheurs pour l’accès à la connaissance.

Pour autant, PB n’a pas tenté la moindre réorganisation du corpus de photos. « Je me suis contenté de commenter mes photos dans l’ordre chronologique des prises de vue, dit-il. Je n’ai même pas cherché à puiser mes mots-clefs dans un catalogue international de classement. J’y aurais passé un temps fou. Pour moi, l’essentiel n’est pas de faire de ces archives photographiques une œuvre parfaite, un travail scientifique le moins critiquable possible. Mon but est seulement de me débarrasser rapidement d’un travail utile pour d’autres comme pour moi. Mais je souhaite le compléter par des ouvrages plus élaborés comme ceux que j’ai déjà publiés sur Sanaa ou Zabîd. Les outils modernes de recherche par informatique permettront à chacun de trouver ce qu’il souhaite ».

La publication numérique face aux difficultés de la publication sur papier

La valorisation d’un fonds tel que celui de PB s’avère d’autant plus nécessaire que la publication et la diffusion de l’information scientifique sont aujourd’hui confrontées à des obstacles d’ordre économique.

PB a en effet connu quelques difficultés pour publier ses travaux. Les Editions du CNRS (devenues Presses du CNRS, puis CNRS Editions) avaient pour mission d’éditer les travaux des chercheurs. Pendant presque toute sa carrière, PB y publiait la plupart de ses ouvrages. Au tournant du millénaire, il fut confronté aux modifications d’une nouvelle politique éditoriale. CNRS-Editions refuse de publier les travaux sur Zabîd, jugés « pas rentables ». Il fut alors contraint de revoir la maquette de Zabîd au Yémen, paru en 2004. Plus tard, il fut obligé de préparer seul et dans son intégralité son ouvrage, Les Maisons de Zabîd, Eclat et douceur de la décoration, paru en 2008 : il dut en assumer lui-même la rédaction, les photographies, les scans des photos, les dessins et même la maquette, pour fournir à l’éditeur un ouvrage prêt à imprimer. En 2013, il en est de même pour l’ouvrage en préparation, Zabîd, Fragments d’histoire sociale au XXe siècle.

Ces tâches furent vécues par PB comme une « phénoménale perte de temps » par rapport à ses vraies compétences. La politique éditoriale du CNRS au début des années 2000 fut considérée par PB comme un mépris du chercheur et il déplora une politique favorisant une logique commerciale plutôt qu’une logique scientifique12.

La publication, qui fait partie des missions que doivent accomplir les chercheurs, semble  de plus en plus difficile13.

Il note cependant que la plupart de ces ouvrages rédigés ou publiés sous sa direction sont actuellement en cours de réédition numérique dans le cadre du Centre pour l’édition électronique ouverte (Open Edition), constituant, pour lui, un progrès considérable.

 La question des droits d’auteur

La collection des photos est mise en ligne sur e-mediatheque dans une définition ne permettant pas la reproduction. Au début du projet de numérisation, à la fin de 2011, Paul Bonnenfant envisageait deux possibilités. Dans le cas de thèses ou de travaux scientifiques tirés à petit nombre d’exemplaires sur papier, ce serait gratuit a priori, car PB souhaite faciliter l’accès à ses photos. Dans le cas d’ouvrages à visées commerciales, la publication serait rémunérée.

Mais la montée en puissance du nombre et de la qualité des publications sur Internet a profondément changé la notion de « droits d’auteur » depuis une quinzaine d’années. En conséquence, l’autorisation de publier les photos, gratuitement ou non, sera donnée par Paul Bonnenfant au cas par cas, dont voici quelques exemples.

– S’il s’agit d’ouvrages ou de revues à visées commerciales, la publication sera rémunérée au barême habituel des droits d’auteurs de photographies.

– S’il s’agit de livres ou de revues à visées commerciales, mais co-signés par Paul Bonnenfant et un autre auteur, la question fera l’objet d’un accord entre l’autre auteur, l’éditeur et Paul Bonnenfant, en fonction de chaque ouvrage.

– S’il s’agit de thèses, de travaux scientifiques ou de rapports tirés à petit nombre d’exemplaires sur papier, ce sera gratuit a priori, comme Paul Bonnenfant l’a souvent pratiqué par le passé.

– S’il s’agit de thèses ou de travaux scientifiques publiés par mise en ligne sur Internet, ce sera payant. En effet, de nombreux sites universitaires de publication font signer un texte similaire à celui-ci : « Michigan State University Press, a nonprofit academic publisher, requests non-exclusive worldwide English language rights to publish the material in any media, print or electronic, and the right to license secondary publishers to reproduce the article/image in print, microform, or any computer-readable form, including electronic online databases ». Dans ce cas, l’auteur perd toute maîtrise sur ses propres photographies, qui peuvent être réutilisées indéfiniment sur toutes formes de support, et par n’importe quel éditeur.

– S’il s’agit d’utiliser les photographies dans des expositions ou dans des musées, ce sera payant, au barême habituel des droits d’auteurs.

– En revanche, s’il s’agit d’utiliser les photographies pour des expositions prévues à l’occasion du don des photographies numérisées à un Etat, ce sera gratuit, que les expositions aient lieu dans cet Etat ou en France, et qu’elles soient organisées sur intitiative d’institutions étatiques locales ou d’institutions françaises.

L’institution donataire s’engagera à avertir Paul Bonnenfant chaque fois qu’une demande de reproduction lui sera adressée. Elle s’interdira par conséquent de communiquer les photographies sous forme numérique ou sous forme imprimée avant d’avoir obtenu l’accord de l’auteur.

Dans la Sharqiyya d’Oman, le village d’ad-Drîz vu d’avion, 1977.
Dans la Sharqiyya d’Oman,
le village d’ad Drîz vu d’avion,
1977.                                            

Conclusion

1654 photographies du fonds Paul Bonnenfant sont déjà disponibles sur le site e-médiathèque qui continue à être alimenté. La manière dont le chercheur s’investit dans son travail recherche s’inscrit dans une démarche qui lui est propre et qui sera présentée dans le prochain billet.

 

  1. Il s’agit d’un lointain ancêtre de la compagnie pétrolière Total. []
  2. Le lecteur trouvera la bibliographie sur le site MMSH : http://e-mediatheque.mmsh.univ-aix.fr/collection/icono/bonnenfant/Documents/Publications-de-BONNENFANT.pdf []
  3. Terme employé par PB. []
  4. Extrait d’entretien avec PB : novembre 2011. []
  5. http://mediabase.mmsh.univ-aix.fr []
  6. Un cinquième environ porte sur le Maghreb (Tunisie, Algérie, Maroc), les quatre cinquièmes se composent de livres sur la péninsule Arabique contemporaine (Arabie Saoudite, Yémen, Emirats du Golfe et Oman). Les deux ensembles couvrent les mêmes disciplines : anthropologie, histoire, géographie, biographies, économie, architecture, histoire de l’art musulman. []
  7. Les originaux sont jusqu’à présent conservés au domicile du chercheur. Après leur transfert à la médiathèque, ils seront rangés dans une salle de conservation à la température constante de 19°. []
  8. Le contrat doctoral offre la possibilité aux doctorants, en plus du temps consacré à leur thèse, d’effectuer une mission complémentaire : enseignement, expertise ou valorisation et diffusion de l’information scientifique. Ayant une formation aux métiers des bibliothèques et de la documentation (Master professionnel « Métiers des bibliothèques et de la documentation »), j’ai exprimé le souhait d’effectuer une mission de « valorisation » auprès de la médiathèque de la MMSH, qui présente de nombreuses perspectives à ce sujet, notamment à propos des archives de chercheurs. La mission « Valorisation de l’information scientifique » a ainsi été accordée pour la première fois à une doctorante en Lettres et sciences humaines de l’université d’Aix-Marseille. []
  9. La numérisation se continue actuellement à la MMSH en 400 dpi, meilleure définition préconisée par la Bibliothèque nationale de France, institution avec laquelle la médiathèque de la MMSH est en partenariat dans le cadre du pôle associé « Echanges en méditerranée ». Les originaux des scans sont déposés et archivés dans cette médiathèque. []
  10. Malgré le dépoussiérage mécanique qui précède la numérisation, des grains de poussière restent souvent collés au film et peuvent altérer certains clichés ; par ailleurs, il existe souvent sur les originaux des taches ou des rayures, dues à diverses causes physiques ou chimiques. Il faut donc effacer les unes et les autres. C’est le but du nettoyage effectué par PB, car le temps nécessaire est tel qu’il serait totalement au-delà des possibilités du personnel de la MMSH. Quant aux corrections, elles visent à améliorer la photographie : recadrage éventuel, rectification de l’horizontalité, valorisation des parties obscures, atténuation des zones de lumière trop intense, parfois renforcement de la netteté. La colorimétrie de certaines photos est quelquefois améliorée si elle présente une dominante gênante, le rouge par exemple, quand le soleil est proche de l’horizon. Si la photo possède un intérêt évident, un nettoyage du scan est parfois effectué : par exemple des affiches, des fils électriques ou des graffitis sont effacés s’ils défigurent la qualité d’un décor sur un monument historique. PB s’occupe personnellement de toutes les corrections précédentes car, dit-il, « pour mettre en valeur mes photographies, je suis le seul à pouvoir juger de leur intérêt documentaire et du meilleur ‘rendu’ de la photo en fonction de la prise de vue » (PB). La MMSH conserve un exemplaire du scan brut, c’est-à-dire sans aucune modification. []
  11. Cf. Conservation et valorisation du patrimoine des organismes de recherches, publications de l’université de Saint-Etienne, 2007, p. 9 []
  12. Les critiques qu’il formule sur cette politique sont développées à la page 6 de Zabîd au Yémen, Archéologie du vivant. Dans les « Remerciements » de cet ouvrage, il écrit : « Il est regrettable que le CNRS, pris dans son ensemble, considère désormais les livres de ses chercheurs comme des ‘produits économiques’ et ait démissionné de la publication d’ouvrages non assurés de ventes suffisantes, alors qu’il a payé ces chercheurs pendant des années en approuvant leur programme de recherches […]». Il poursuit ses critiques quatre ans plus tard à la page 2 des Maisons de Zabîd, Eclat et douceur de la décoration, où il écrit un commentaire humoristique et moqueur sur « Ordinateurs, livres et chercheurs de dernière génération ». Il y raille la politique éditoriale du CNRS avec une bonne dose d’autodérision. []
  13. sauf à trouver des crédits extérieurs : « il faut être dans des programmes agréés et insérés dans des contrats, dit-on. Mais franchement, répond le chercheur, la première fois que je suis descendu à Zabîd, historiquement renommée, mais surchauffée, poussiéreuse et appauvrie, aurais-je imaginé que je dirigerais sa demande de classement au Patrimoine mondial de l’UNESCO si je n’avais pas d’abord exploré sans contrat ses richesses ? Peut-on tout rapporter à des critères strictement économiques de rentabilité immédiate ? » []