Archives de l’auteur : Mathilde Bresc

Les trésors de la médiathèque : Histoire des parfums….senteur lavande

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Dans la continuité de l’article précédent consacré au savon, nous vous proposons ce mois-ci de découvrir l’ouvrage suivant :

Histoire des parfums et hygiène de la toilette : poudres, vinaigres, dentifrices, fards, teintures, cosmétiques, etc.  / S. Piessearis : Libr. J.B. Bailliere et Fils , 1905, cote 12-5190 FB .

La société, l’économie et le paysage de la Provence ont, depuis longtemps,  été liés à la cueillette et la distillation des plantes. Celle-ci sont si nombreuses que, pour ne se concentrer que sur une seule, le choix s’est porté sur la lavande, en pleine floraison à l’heure actuelle.

Plante aromatique, la lavande, de l’italien « lavanda », (car l’eau parfumée produite  à base de lavande servait à se laver.)  fut,  en premier lieu exploitée à l’état sauvage, puis cultivée dès la fin du XIXème siècle mais c’est à partir de la fin de la première guerre mondiale que la culture du lavandin (hybride de la lavande officinale et de la lavande aspic) va peu à peu remplacer la lavande aspic.

Deux variétés sont cultivées en Provence :

La « lavande vraie » dite aussi « fine » qui poussait autrefois à l’état sauvage (Lavandula angustifolia)  est la plus noble des lavandes pour la qualité de son huile essentielle qui possède de multiples propriétés médicinales. ( classée AOC : « Huile essentielle de lavande de Haute-Provence). Elle se différencie par une longue tige porteuse d’un seul épi de fleurs, et pousse en montagne, sur les versants ensoleillés  entre 500 et 1500 mètres d’altitude.

Le lavandin est un hybride de lavande vraie et de lavande aspic. Il est essentiellement cultivé et on en trouve peu à l’état sauvage. Il se présente en branches ramifiées à trois épis de fleurs « en papillon »  et son rendement est beaucoup plus volumineux que la lavande fine ou vraie, environ quatre fois supérieur, et cela explique sa culture intensive.

Voici un extrait de l’enquête 4537 réalisée en juillet 2000 par Danielle Musset, ancienne Directrice du Musée de Salagon à Mane (04).

Cet enregistrement est effectué auprès de Félix Chailan , habitant de Douroulles (04)  qui nous décrit le travail dans les lavandes à son époque. En voici un extrait :

 

Bibliographie sélective :

La plante :

Long, Stéphane. « La lavande : étude de la plante et de ses utilisations de l’antiquité à l’époque moderne », s. d. Cote médiathèque MMSH : MT-26037

Meunier, Christiane. Lavandes et lavandins. La Calade, Aix-en-Provence : Edisud, 1985.Cote médiathèque MMSH :  8-33360

Musset, Danielle. Lavandes et plantes aromatiques : un itinéraire de découverte en Haute-Provence. Mane : Les Alpes de Lumières, 2001. Cote médiathèque MMSH : 8-30302

Usages :

Buffa, Géraud. « La parfumerie grassoise et la lavande ». Cahiers de la Méditerranée, no 92 (2016). Cote médiathèque MMSH : P-206

pharmaciens d’officine. Sciences pharmaceutiques. 2016. Cote médiathèque MMSH : F.ME 630 REP

Gonnet, Paul, éd. Histoire de Grasse et de sa région. Collection Histoire des villes de France. Le Coteau, Roanne : Editions Horvath, 1984. Cote médiathèque MMSH : 8-36806

Le Guérer, Annick. Le parfum des origines à nos jours. Paris : O. Jacob, 2005. Cote médiathèque MMSH : 8-32311

Monge, Romain. Les routes de la lavande : au carrefour du développement culturel et de la valorisation de la ressource. In Routes touristiques et itinéraires culturels : entre mémoire et développement : colloque. pp.139-147. Québec : juin 2012

Ricciardi-Bartoli, Félicienne. Lavandes : l’or bleu. Saint-Rémy-de-Provence : Édisud, 2014. Cote médiathèque MMSH : 8-38246

Zellal, Coline. A l’ombre des usines en fleurs : genre et travail dans la parfumerie grassoise. 1900-1950. Collection : penser le genre. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2013. Cote médiathèque MMSH : F.ME 330 ZEL

Histoire culturelle :

Rolshoven, Johanna. Provencebild mit Lavendel : zur Kulturgeschichte eines Duftes in seiner Region. Bremen: Edition CON, 1991. Cote médiathèque MMSH : 8-36838

Teyssier, Jacques. La fête de la lavande, Digne-les-Bains. Villeurbanne [France] : Éditions du Mot Passant, 1997. Cote médiathèque MMSH : 8-36082

Reparaz, André de. « Le déclin de la lavande dans l’agriculture et dans la vie rurale de la Haute Provence ». Provence Historique, no 161 (1990). Cote médiathèque MMSH : P-47 – En salle

Bibliogr. établie par Annick Richard

Les trésors de la Médiathèque : la bugade en Provence

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Exceptionnellement, ce mois-ci nous avons choisi un ouvrage  plus récent, pour faire écho au précédent sujet sur le savon de Marseille, il  y est question de lessive à base de cendres : En Provence l’eau est d’or, mémoire en images,  Ed. A. Sutton , 2009, cote FME 900 JOA.

La lessive :

La lessive, (« bugade» en Provence, buée en Touraine, bua dans les pays de langue d’oc, bugée en Poitou) se faisait deux à trois fois par an, au printemps et à l’automne, vers la Toussaint. Les femmes se rassemblaient à cette occasion et c’était un véritable évènement de la vie sociale et l’occasion d’une fête.
Le linge s’étant accumulé pendant des mois, la lessive durait trois jours et se déroulait en plusieurs étapes.

La préparation de la lessive :

Elle se faisait à la cendre(( si vous voulez tenter, en plus modeste quantité prévoir trois verres pour un litre d’eau que l’on fait macérer 48h en remuer de temps à autre avant de filtrer dans une passoire recouverte d’un torchon avant utilisation en machine)). Celle-ci ne devait, en aucun cas, être à base de chêne ou de châtaignier car cela colore le linge.

Faire chauffer l’eau dans le chaudron « lou peirou » sur le foyer.

Le trempage ou encuvage :

Installer le cuvier ou « tinèu », une cuve en bois cerclée de métal, posée sur un trépied et qui pouvait contenir jusqu’à 400 litres en prenant soin de mettre devant la sortie, des branches de thym et un morceau de tuile, pour éviter que le linge, alourdi par l’eau ne bouche le trou de vidange. Relié par un tuyau on plaçait devant celui-ci un récipient, un chaudron qui  récupérait et réchauffait l’eau.

Placer le linge dans le cuvier en commençant par le plus sale au fond pour finir par le linge le moins sale. Terminer en posant sur le dessus un drap de chanvre appelé « florié ou charrier » recouvert d’un bonne couche de cendre. Relever les coins du drap pour emprisonner la cendre et éviter tout contact avec le linge.

Le coulage ou la coulée :

Pour couler la lessive ou « coula la bugado » on utilisait soit,  un placard, appelé « bugadière », qui comportait des étagères de bois trouées de multiples trous. Le linge le plus sale, de même que dans le cuvier, était placé sur l’étagère la plus basse et le moins sale sur l’étagère haute, la seule différente étant que la cendre déjà filtrée était dans l’eau et non pas sur le drap. On utilisait alors  un coule-lessive, une sorte de récipient à long manche pour prélever de l’eau chaude que l’on versait sur le linge.

Alors que dans le cuvier on versait, toujours à l’aide du coule-lessive, l’eau chaude à travers les cendres et le linge, et celle-ci ressortait par la bonde et était redirigée par le tuyau vers le chaudron où l’eau qui sortait appelée « leissièu » était réchauffée, il fallait renouveler  l’opération  plusieurs fois. L’eau devait être chaude mais non bouillante pour éviter que les protéines que contiennent les salissures ne coagulent et se fixent alors définitivement aux fibres. On jugeait la fin du coulage lorsque le « lessièu » prenait une teinte café au lait.

Puis on laissait macérer toute la nuit. Le lendemain, à l’aide d’une pince en bois à longues branches, on sortait  le linge froid du cuvier mais,  l’eau,  précieuse, était alors recyclée pour laver le sol. Les cendres lessivées étaient récupérées pour le jardin pour servir d’engrais

Lavage et rinçage au lavoir :

Après avoir transporté dans une brouette de bois le linge lourd et mouillé,  les lavandières s’installaient, à genoux, dans une caisse en bois  appelée « banasto», ouverte à l’arrière et dotée d’un plan incliné  à l’avant et dont le confort était amélioré de chiffons ou coussins de paille.  Dans le bassin inférieur du lavoir les femmes laissaient flotter le linge tout en le tenant à bout de bras,  puis le ramener pour le frotter à l’aide d’une brosse de chiendent et de savon de Marseille,  elles le battaient  à l’aide d’un battoir à linge en bois, puis le tordaient pour éliminer la lessive.

Le lavoir :

En pierre de taille, et d’un accès pavé ou dallé, il était couvert d’une toiture pour protéger les lavandières des intempéries et comportait plusieurs parties : le rinçoir dans la partie haute du lavoir, qui réceptionne l’eau fraiche directement de la fontaine et au-dessus duquel deux barres de bois ou de métal placées à l’horizontale servaient à égoutter le linge relié à un second bassin, en partie basse, réservé au lavage pour garder l’eau du bassin de rinçage propre. Certains lavoirs étaient équipés d’un plan incliné en pierre qui rendait le travail debout possible.

Le séchage du linge :

Le linge était ensuite étendu au soleil et souvent même à plat dans un champ sur le romarin et on laissait une nuit dehors pour disait-on un blanc plus éclatant.

Le pliage du linge :

Le pliage du linge consistait à étirer le linge le plus possible car il était rarement repassé à l’exception des chemises et robes.

Et chimiquement, que se passe-t- il ?

Les cendres contiennent de la potasse (potasse vient de l’anglais « pot ash » : cendre de pot.)

Une réaction de saponification  se produit au contact d’acides gras provenant du sébum de la peau qui génère la formation de glycérol et surtout d’ions carboxylate de potassium qui constituent le savon.
En clair, il est nécessaire d’avoir du linge bien sale pour obtenir du  linge bien propre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le savon de Marseille fait peau neuve !

L’ancienne usine de stéarinerie (fabrique spécialisée en esters gras) issue de la fusion de la Maison Fournier (bougies) et de C. Ferrier & Cie (savon Le Chat) avait été détruite pour laisser place à la cité Félix-Pyat. Désormais, le lieu retrouve en quelque sorte sa fonction initiale puisque le Musée du Savon de Marseille MuSaMa y ouvrira ses portes en septembre prochain à Marseille au cœur de la ville, dans le quartier du Vieux-Port, rue Henri-Fiocca. A vocation scientifique,  ce nouveau musée proposera un concept ludique et innovant alliant effets spéciaux, vidéos, maquettes, et réalité virtuelle.

Nous vous proposons, à cette occasion, d’écouter les témoignages de personnels de savonneries ou de visionner, sur le site Repères méditerranéens, une vidéo sur la savonnerie Le Sérail  :

Témoignage du co-directeur de la savonnerie Le Sérail à Marseille
Témoignage du préparateur de commande de la savonnerie du Sérail à Marseille
Témoignage du savonnier de la savonnerie Le Sérail à Marseille


Témoignage du savonnier du Fer à cheval autour des savoir-faire de la fabrication du savon
Témoignage de l’ancien PDG de la savonnerie du Fer à Cheval à Marseille
Témoignage du co-directeur de la savonnerie du Fer à Cheval à Marseille

Vous pouvez consulter sur ce thème  de nombreuses ressources dont la plupart sont présentes à la Médiathèque de la MMSH.

la revue Provence Historique :
http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-2002-52-208_06.pdf

http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-1987-37-147_04.pdf

ainsi que :  Revues.org/Rives Méditerranéennes  :
Désindustrialisation et ré-industrialisation à Marseille fin XIXe-début XXe siècle : l’exemple des activités chimiques traditionnelles, Xavier Daumalin, 2013.

mais aussi dans le cadre d’un séminaire doctoral consacré à l’histoire de Marseille :
«Savon marseillais et huile d’Italie méridionale au XVIIIe siècle», in Salvemini Biagio (dir.), Lo spazio tirrenico nella ‘Grande trasformazione’. Merci, uomini e istituzioni nel Settecento e nel primo Ottocento, Edipuglia, Bari, 2009, p. 41-58.

Du savon à la puce : l’industrie marseillaise du XVIIe siècle à nos jours, sous la dir. de Xavier Daumalin, Nicole Girard, Olivier Raveux, Ed. Marseille : J. Laffitte, 2003, cote F.ME 330 SAV.
Mémoire et patrimoine industriel à Salon : la savonnerie : exposition, 26 novembre 1988-27 février 1989, Musée de Salon et de la Crau, [conçue et réalisée par Marie-Christine Roquette], [catalogue rédigé par Bernard Legendrame, Professeur], 1989, cote 8-30772.
Mémoires du savon de Marseille : textes de Patrick Boulanger, Marguerittes : Ed. de l’Equinoxe, 1994, cote F.ME 600 BOU.
Une savonnerie marseillaise au XIXe siècle : étude des sociétés Estrangin et de leur réseau familial, par J. J. Lecun, sous la dir. de E.Temime, 1982, Cote MT 21760.

 

 

Les trésors de la médiathèque : Le dictionnaire des bijoux de l’Afrique du Nord…,

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Ce mois-ci nous avons choisi de vous présenter un deux nos ouvrage ancien intitulé :

 Dictionnaire des bijoux de l’Afrique du Nord : Maroc, Algérie, Tunisie, Tripolitaine par Paul Eudel, Paris Ernest Leroux Editeur, 1906, cote : 8-40.

 

Cet ouvrage est disponible sur :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5738601g/f14.double 

https://archive.org/details/dictionnairedes00eudegoog

 et vous pouvez également consulter les archives iconographiques issues des fonds de chercheurs de la MMSH et consacrées aux bijoux sur le site  : http://e-mediatheque.mmsh.univ-aix.fr/search/Pages/results.aspx?k=bijoux

Nous possédons également l’ouvrage du même auteur intitulé : L’orfèvrerie algérienne et tunisienne, par Paul Eudel, Alger, Adolphe Jourdan Editeur , 1902,  cote : 4-20492.

Photographies : Mathilde Bresc  – Numérisation : MMSH

Les trésors de la médiathèque : les dates mémorables, onze juin 1909

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Ce mois-ci , nous avons choisi de vous présenter un deux nos ouvrage ancien intitulé :

Les dates Mémorables, onze Juin 1909 Album-souvenir du tremblement de terre en Provence édité sous le patronage du Comité diocésain d’action religieuse, Aix-en-Provence, Gaston Reyre, Editeur, Salon de Provence, 1909.

Une date qui est gravée dans la mémoire des Provençaux qui, cinq ans avant le reste de la France voient la terre dévastée.

Vous trouverez une version numérisée  de cet ouvrage sur les pages de Sismicité historique de la France métropole.

Les trésors de la médiathèque : les « arts arabes » de Jules Bourgoin

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Jules Bourgoin, né en 1838 est un théoricien de l’ornement, architecte et dessinateur français. Formé à l’École impériale des beaux-arts de Paris , il se rend à Alexandrie en 1863 pour diriger les travaux du consulat de France. Il vit en Égypte jusqu’en 1866, et dessinera dans ses carnets quantité de planches que l’on retrouve dans l’ouvrage Les Arts arabes consultable à la Médiathèque. L’INHA (Institut National de l’Histoire de l’Art),  dans sa revue en ligne « les collections électroniques « , vous en dévoilera plus précisément le contenu.

Les trésors de la Médiathèque : l’exposition coloniale de Marseille -1922

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH. Le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation.

Ce mois-ci nous vous proposons de découvrir L’Exposition nationale coloniale de Marseille de 1922, décrite par ses auteurs / Commissariat général de l’Exposition, Éditeur : Marseille : Commissariat général de l’Exposition, 922 descriptions, 310 p. : ill. ; exemplaire n° 1320, cote F2151.
Suite au succès de la première Exposition coloniale de 1906, une deuxième avait été programmée pour 1916 mais  la première guerre mondiale ne permit pas de respecter l’ouverture à la date initialement prévue.

Pour vous donner une idée de l’ampleur du projet voici quelques liens :

  • bulletin n° 34 d’Images & Mémoires regroupant les cartes illustrées des pavillons de l’exposition nationale coloniale de Marseille (1922)
  • et sa réalité filmée de l’exposition qui illustre bien les réalisations de l’époque.

Nous possédons également sur le sujet, l’ouvrage : Désirs d’ailleurs : les expositions coloniales de Marseille 1906 et 1922  / Archives municipales de Marseille- Editions Alors Hors Du Temps , 2006, 139 p. A consulter à la médiathèque sous la cote : F. ME 944 DES.

 

Les trésors de la médiathèque : le costume en Provence

Pour vous faire découvrir le fonds de la Médiathèque de la MMSH. Le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation.

Ce mois-ci, nous vous présentons un ouvrage de Jules Charles-Roux (1841-1918). Il fut directeur d’une usine de savons marseillaise dont il hérita de son père et mena une carrière de député des Bouches-du-Rhône (1889-1898). il fut également administrateur de la Banque de France, président de la Compagnie Transatlantique, initiateur et commissaire général de l’Exposition coloniale de Marseille en 1906.

Un monument a été érigé dans le parc Chanot dans le hall du Pavillon de Marseille et de la Provence  pour honorer Jules Charles-Roux.

Ami de Frédéric Mistral, Jules-CharIes Roux soutint le mouvement du félibrige et défendit l’identité provençale. Il contribua financièrement  à la fondation du « Museon Arlaten » à Arles,  par l’achat du palais du Roure en Avignon  qui devint un musée de la langue provençale.

Voici  son ouvrage, richement illustré,  sur le costume provençal :

Souvenirs du Passé. Le costume en Provence, de Jules-Charles ROUX, avec un sonnet de Frédéric MISTRAL : I. Période ancienne. II. Période moderne. Paris, Lyon, Marseille, Lemerre, Rey, Ruat, 1907 ; 2 vol. in-4, brochés, couv. ill., 22 planches en couleurs hors-texte et 653 reproductions dans le texte dont 76 portraits, cote : F.ME 391 CHA

D’autres livres sur le thème du costume provençal sont présents à la médiathèque :

Biehn, M., Charles-Roux, E., Gallois, Y., Pascal, M., Poujol, G.  : En jupon piqué et robe d’indienne, costumes provençaux. 1987,  J. Laffitte,  Marseille, France. Cote : F.ME 391 BIE

Bourrilly, J., Laget, E. Le costume en Provence au Moyen Age,  1928, Institut historique de Provence : Marseille, France. Cote : YM-190

Niel, N., 1989. L’art du costume d’Arles : traité théorique et pratique de coiffure et d’habillage, texte, illustration, maquette, Niel, Arles, France. Cote : F.ME 391 NIE.

Nougier, S., Nougier, E., Nougier, C., Nougier, E., 1980 : Lou Vesti prouvençau: guide pratique et technique du costume féminin et masculin de Provence,  S. et E. Nougier, Marseille, France. Cote : F.ME 391 NOU.

Pascal, O., Pascal, M. Histoire du costume d’Arles. 1992 : M. Pascal, -, Arles, France. Cote :  F.ME 391 PAS.

D’autre part, signalons cet article de Danièle Dossetto, IDEMEC,  sur le sujet : Savoirs sous influences : deux costumes provençaux  (1937-1943).

Les trésors de la Médiathèque : Noël en Provence, … et Noël 1912 !

Pour mieux vous faire connaître le fonds de la Médiathèque la MMSH. Le deuxième lundi du mois, nous vous ferons découvrir des ouvrages anciens.

Le choix de ce mois de décembre s’est tout naturellement porté sur deux livres, consutables à la médiathèque de la MMSH,  en lien avec la période de Noël : Noël en Provence, usages crêches, santons, Noëls, Pastorales, écrit par G. Arnaud d’ Agnel et Léopold Dor, Paris, Occitania, Editions du Bastidon d’Aix-en-Provence et de Tacussel à Marseille, 1927.

Dans cet ouvrage, sont consignés les  anciens usages liés à Noël : coutumes, gros souper, pratiques religieuses, Defructus,1.

… mais aussi  les autres fêtes, les divers procédés de fabrication des santons, la liste nominative de ceux-ci , les pastorales etc.

Pour accompagner agréablement ces traditions  voici un autre de ces petits trésors lié celui-ci à la gastronomie française : le numéro 1536 des annales politiques et littéraires, Noël 1912, intitulé « A table ! » par Louis Vinsonau. Dans ce numéro : la gastronomie, les cafés de Paris,  des réflexions gastronomiques, des recettes (dont certaines sont écrites en vers) ainsi que « le livre d’or de la cuisine Françoise» de 48 pages dont voici un extrait :

Texte et numérisation par Mathilde Bresc.
  1. terme qui désigne l’ancien usage par un notable d’offrir un repas au clergé de la paroisse la veille de Noël []

Focus sur deux collections : Albert Kahn et Germaine Laoust

Né Abraham Kahn à Marmoutier, en Alsace, en 1860, Albert Kahn a rassemblé un important fonds iconographique intitulé « Archives de la Planète », collection constituée de 72 000 autochromes (photographies en couleur sur plaques de verre) et des films en noir et blanc, un patrimoine ethnologique qui témoigne de l’activité humaine au début du siècle dernier et conservé au Musée départemental Albert-Kahn.
Albert Kahn avait mandaté des photographes entre 1909 et 1931 pour constituer cette collection (ethnologique, sociologique, architecturale et artistique) unique qui est numérisée, et consultable sur le portail :  Archives de la Planète.
Géo-localisées, et en accès libre les images numérisées, d’une exceptionnelle qualité, sont fidèles aux consignes d’Albert Kahn qui avait demandé des prises de vues sous des critères bien définis (plans serrés, vues panoramiques, etc. Ces clichés, pris dans le monde entier, témoignent de modes de vie traditionnels du début du XXe siècle aujourd’hui parfois disparus. Les différents thèmes présents dans ces collections sont : costumes, paysages, commerces, panorama de villes, portraits de groupe.
A partir du thème du costume au début du siècle dernier, nous avons trouvé intéressant de faire un parallèle entre la collection d’images réalisées par Stéphane Passet  pour Albert Kahn en 1912  au Maroc et celle de Germaine Laoust-Chantréaux qui a effectué des recherches précises sur les activités féminines dans certains groupes berbérophones d’Algérie (Aït Hichem) et du Maroc (Aït Mguild) dans les années 30  et dont un album photo est publié sur la plateforme de documents numériques e-Médiathèque.

            Femme rifaine des Beni Ulid (haut Ouergha, Maroc, 1931)Femme devant une porte cloutée, Marrakech, Maroc, décembre 1912, (Autochrome, 12 x 9 cm), Stéphane Passet, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 919
Femme rifaine des Beni Ulid (haut Ouergha, Maroc,  voir notice),Germaine Laoust-chantréaux, archives de la Médiathèque, MMSH,AIX-en-Provence,1931.
Femme devant une porte cloutée, Marrakech, Maroc, décembre 1912, (Autochrome, 12 x 9 cm),Stéphane Passet, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, 1919.

Par ailleurs,  à titre d’information, sachez que le musée Albert Khan participe la quatrième édition du festival  Allers-Retours« Sortez des clichés ! Regard sur des patrimoines vivants », organisé par la fédération des écomusées et des musées des sociétés.
Il se déroule du 21 juin au 2 octobre 2016. Le musée propose à cette occasion une exposition regroupant les œuvres de six photographes.

 

 

Homme à l’honneur…Charles Samaran

Charles Samaran était un archiviste et historien français, né le 28 octobre 1879 et mort le 15 octobre 1982. Archiviste paléographe (1901), ayant soutenu une thèse sur la Maison d’Armagnac, il a été membre de l’École française de Rome de 1901 à 1903. En 1927, Charles Samaran devint directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (chaire de paléographie) puis professeur de « bibliographie et archives de l’histoire de France » à l’École nationale des chartes de 1933 à 1941. Il occupe la direction de la bibliothèque de l’École nationale des chartes de 1935 à 1948. Il est élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1941 et il est nommé directeur général des Archives de France jusqu’en 1948. De 1960 à 1982, il a été président du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS).Charles Samaran, travailleur insatiable, est l’auteur d’une production scientifique très riche et devient un spécialiste du XVe siècle (du règne de Charles VII plus particulièrement) et s’attache aussi à étudier quelques personnalités comme : d’Artagnan, Casanova etc. Il est l’auteur d’une bibliographie impressionnante comptant plusieurs centaines de titres et d’articles et dirigea la prestigieuse Histoire littéraire de la France jusqu’en 1981 (il était alors âgé de 102 ans).

La phonothèque de la médiathèque est riche d’un enregistrement passionnant concernant Charles Samaran, alors âgé de 101 ans, et nous vous proposons d’écouter un extrait de l’ enquête réalisée par Jean Claude Bouvier ancien professeur de dialectologie et de langue occitane à l’université d’Aix-en-Provence qui l’interroge, le 28 avril 1980  :


Trois ouvrages sont présents à la médiathèque :
– Recueil des actes de l’abbaye cistercienne de Bonnefont de Comminges publiés par Charles Samaran et Charles Higounet – Paris : Bibliothèque nationale , 1970.  Cote :  SO.H C-6
– L’Histoire et ses méthodes… sous la direction de Charles Samaran, … – Paris : Encyclopédie de la Pléiade, 1961. Cote : ENC 900 SAM
– Histoire de l’Europe occidentale XI-XIVe s. de Edmond-René Labande  / préface de Charles Samaran – London : Variorum Reprints, 1973. Cote : 8-20031

Femmes…..à l’honneur, aux parcours remarquables ….

Article rédigé en collaboration avec Annick Richard

Régine GoutalierProfesseur d’histoire à l’Université d’Aix-en-Provence, dont le fonds a été déposé à la  médiathèque de la MMSH avait réalisé des travaux de recherche sur des sujets relatifs à l’histoire de la colonisation et sur le féminisme et était l’auteure de livres de historiques remarquables (bibliographie.docx) .
Elle avait collaboré avec Yvonne Knibiehler historienne et féministe française, professeure émérite de l’université d’Aix-en-Provence, spécialiste de l’histoire des femmes et de la maternité, également auteure de nombreux ouvrages (bibliographie-YK.docx).
Dans un entretien (enquête n° 4809 du 14.01.2013),  Yvonne Knibiehler, interrogée par Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque, expose ce qui lui apparait comme essentiel dans l’oralité, reconnaissant que souvent cela lui a apporté beaucoup plus que les archives classiques…en voici un extrait :

Crédits photographiques : Mathilde Bresc  (femmes à l’usine de bouchons : 1910, Roquebrune-sur-Argens, 83 Var)

Regards sur un extrait du fonds de la Médiathèque, à l’occasion de l’exposition « Juifs d’Algérie » (MAHJ)

Nous vous invitons à consulter les ressources de la Médiathèque de la MMSH (monographies, revues) dont voici une liste évocatrice :

 

Juifs d’Algérie hier et aujourd’hui : Mémoires et identités – Bensimon, Doris – 1989

Juifs d’Algérie – diaporama d’une diaspora

Les Trois exils – Juifs d’Algérie – Stora, Benjamin – 2006

Le Processus d’acculturation des Juifs d’Algérie – Deldyck, Jean-Jacques – Paris – 2000

Brève relation de l’expulsion des Juifs d’Oran en 1669 – De Sotomayor, Y. – 1998

Européens, « indigènes »et Juifs en Algérie (1830-1962) – représentations et réalités de – Kateb , Kamel – 2001

Les Juifs d’Algérie : Images et textes – 1987

Archives juives (revue)

 

La phonothèque de la Médiathèque  détient également des archives sonores : ce patrimoine  « enregistré » qui concerne l’aire méditerranéenne  est une véritable réserve d’informations  sur le plan historique, linguistique, ethnologique, musicologique ou littéraire.

« Juifs d’Algérie » du 28 septembre 2012 -27 janvier 2013 – Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MAHJ)

Annonce de l’exposition inédite parue sur le site MAHJ :

« L’année 2012 marque le cinquantenaire des accords d’Évian. Le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme a choisi de se joindre aux nombreuses institutions qui souhaitent rappeler, par diverses approches, la date charnière que fut 1962 pour la France et pour l’Algérie. Il présente une exposition inédite retraçant les grandes étapes de l’histoire des Juifs d’Algérie. »

Pour lire la suite : http://www.mahj.org/fr/3_expositions/expo-Juifs-d-Algerie.php?niv=2&ssniv=2

Commissaires de l’exposition : Anne Hélène Hoog assistée de Virginie Michel et Sophie Rodrigues

La Médiathèque possède des références consultables sur ce thème (voir billet).