Archives de l’auteur : Annick Richard

Nouvelle acquisition de la médiathèque : Vania de Gila-Kochanowski

Le livre suivant est disponible à la médiathèque :

Vania de Gila-Kochanowski : un savant tsigane / Jean-Claude Mégret. Paris : L’harmattan, 2017. Cote : 909 MEG

Une partie de la bibliothèque de recherche de Vania Gila-Kochnowski et ses archives de chercheur ont été déposées à la médiathèque, elles sont actuellement en cours de traitement.

Liste des monographies traitées : Don Vania de Gila.

2e journée scientifique de l’école doctorale 355 : 22 juin 2017, MMSH

 

 

La 2e journée scientifique de l’école doctorale 355 se déroulera le 22 juin 2017 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, en salle Duby.

 

 

 

Le thème retenu cet année ?  Société(s) : organisations, interactions et représentations

Objectifs ? Il s’agit d’interroger différents aspects de la notion de société(s) dans les contextes disciplinaires variés qui composent notre école doctorale. Grâce à l’étude de cette notion fédératrice, nous espérons favoriser les échanges autour des méthodologies mises en place par les doctorants de l’école pour prendre en compte, en diachronie et en synchronie, cette notion fondamentale pour les sciences humaines et sociales.

Durant toute la journée, des posters préparés par les doctorants de 1ère année seront affichés à la MMSH. Le concours qui sera organisé à cette occasion donnera lieu à l’attribution de trois prix aux meilleurs posters : deux prix du jury (composé de membres de la MMSH) et un prix spécial du public.

Déroulement de la journée, ouverte à tous les publics :

  • 9h : Accueil café / temps posters n°1
  • 9h30 : Ouverture de la journée avec Mmes Sophie Bouffier (Professeure ,CCJ, Directrice de la MMSH) et Sabine Luciani (Professeure, TDMAM, Directrice de l’École Doctorale 355 « Espaces, Cultures, Sociétés »)
  • 9h45 : Conférence inaugurale par M. Nicolas Sembel (Professeur, ADEF)
    « Faire société ou faire science ? La priorité de la démarche sur l’objet dans l’édification d’une science sociale concrète, de Durkheim (et Mauss) à nos jours »
  • 10h30 : Discussions
  • 11h : Pause-café / Temps posters n°2
  • 11h15 : Atelier 1 « Faire société »
    animé par Agnès Caraglio (Docteure, LAMPEA) et Pierre Fournier (Professeur, LAMES)
    Intervenants :
    – Mme Daphné Bibard (LAMES) :  » La délinquance des mineurs dans les Bouches-du-Rhône : les facteurs discriminants du passage à l’acte dans la société. »
    – M. Axel Cauvin (CCJ) : « Du fait archéologique au concept : l’exemple de la protohistoire méridionale française. »
    – Mme Marlène De Saussure (CMS/TU Berlin) : « La société métropolitaine à Marseille, ou la conceptualisation contingente du rapport à l’Autre ? Regards croisés en 1906 et 2016. »
    – Mme Anna Lagaron (IREMAM) : « Étude des interactions sociales entre les différentes communautés qui composent la société égyptienne à l’époque médiévale vues au prisme des graffitis arabes. »
  • 13h : Déjeuner offert par l’école doctorale à tous les participants
  • 14h15 : Temps posters n°3
  • 14h30 : Atelier 2 « Pratiques, Cultures et Représentations »
    animé par Nicolas Sembel (Professeur, ADEF) et Laurine Viel (Doctorante, LAMPEA)
    Intervenants :
    – M. Mathieu Flinois (LAMES) : « La médiation sociale. Des mots pour décrire les maux de la société. »
    – M. Lionel Kieffer (ESPACE) : « La mobilité quotidienne au travers du prisme de l’espace et du temps. Quand le temps devient la première unité de mesure. »
    – M. Battista Liserre (CAER) : « Société, politique et religion chez les Orti Oricellari. »
    – Mme Marie-Elise Porqueddu (LAMPEA), Réflexions autour des notions de collectif et d’organisation des groupes préhistoriques : étude de la mise en place des cavités artificielles funéraires en Méditerranée Occidentale.
  • 16h15 : Pause-café / Vote du public
  • 16h45 : Fin du vote
  • 17h : Remise des prix du public et du jury
  • 17h15 : Conclusion de la journée par Sabine Luciani (Professeure, TDMAM, Directrice de l’Ecole Doctorale 355 « Espaces, Cultures Sociétés »)
  • 18h : Apéritif au centre-ville proposé par l’ADRESS et DynAMU

e-nédits : la collection numérique de l’IREMAM

Quatre nouveaux ouvrages publiés par l’IREMAM dans sa collection e-nédits viennent « enrichir » le fonds de la médiathèque. La particularité est qu’ils ne sont disponibles qu’ en format numérique et imprimables à la demande. Trois d’entre eux sont téléchargeables en libre accès sur la plateforme OpenEdition Books.

Cataloguer ces documents numériques dans notre base de données, mediabase, alors même que nous ne possédons pas les supports imprimés nous permet d’offrir l’information la plus complète à nos utilisateurs lors de leurs recherches documentaires. Ceci est particulièrement important pour les études arabes, qui constituent l’un des domaines d’excellence de la bibliothèque. L’IREMAM est l’un des cinq laboratoires qui a versé intégralement son fonds documentaire à la médiathèque et qui soutient son enrichissement, année après année, grâce à un appui continu à notre politique documentaire en termes financier, d’expertise et de personnel.

 

 

Réouverture de la bibliothèque de l’IMA : 31 mars 2017

Après des travaux de rénovations et de modernisation, la bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe à Paris rouvre ses portes le vendredi 31 mars à 13h00. Cette réouverture est marquée par trois jours de festivités (lectures, concerts, ateliers de calligraphie,… ) qui se dérouleront du 31 mars au 2 avril 2017 et dont voici le programme. La bibliothèque sera, à cette occasion, ouverte jusqu’à 22h30!

Cette réouverture s’accompagne d’une offre enrichie de services aux lecteurs, catalogue (bientôt) en ligne, prêts de tablettes, …et toujours de multiples ressources disponibles sur le web : une bibliothèque numérique, des bibliographies thématiques, une sitothèque sur Delicious regroupant des sites gratuits sur le monde arabe et musulman  (mais indisponible au moment où je rédige ce billet) et un portail documentaire sur le patrimoine méditerranéen  Qantara. Si vous ne trouvez pas la réponse à vos questions parmi toutes ces ressources, posez-les en ligne aux bibliothécaires de l’IMA, ils vous répondront en moins de 72h00 !

« L’école en Algérie, l’Algérie à l’école, de 1830 à nos jours » : une exposition au Munaé

Installé dans le quartier historique de Rouen, le Musée national de l’Education (Munaé) présente une riche collection d’objets, de documents, et d’iconographie sur l’histoire de l’éducation en France et à l’étranger de 1800 à nos jours.

A l’exposition permanente de ses collections, s’ajoutent des expositions temporaires thématiques concernant tous les aspects de l’éducation et de l’évolution du statut de l’enfant dans notre société.

La prochaine exposition temporaire intitulée « L’école en Algérie, l’Algérie à l’école : de 1830 à nos jours » ouvrira le 8 avril 2017 pour se terminer le 2 avril 2018. Le commissaire de cette exposition est Jean Robert Henry, directeur de recherches honoraire à l’IREMAM.

Vous trouverez des informations complémentaires sur les sites du Munaé et de l’IREMAM.

La médiathèque a contribué à la préparation de cet événement en fournissant des imprimés, des manuscrits, des manuels scolaires utilisés pendant l’époque coloniale en Algérie, des revues, des lithographies et des gravures (dont certains sont des dons de Jean-Robert Henry). La numérisation de nombreux documents effectuée par Christian Champaloux au sein de notre équipe, constitue une autre forme de collaboration à cette exposition.

Munae-affiche

Acquisitions de la médiathèque pour l’année 2016

photo-billet

Voici les listes des acquisitions de la médiathèque pour l’année écoulée :

Les monographies peuvent être consultées et/ou empruntées à la médiathèque. Les revues sont consultables sur place.

Vous pouvez proposer des suggestions d’acquisitions à l’adresse suivante  : mediatheque@mmsh.univ-aix.fr.

Formation à la recherche documentaire : la médiathèque vous accompagne

L’équipe de la médiathèque vous propose des formations à la recherche documentaire.

 Vous désirez faire une recherche :

  • Sur les portails de revues, rechercher des articles, localiser des revues…, contactez :  Nathalie Cotelle : cotelle@mmsh.univ-aix.fr  Tél : 04 42 52 40 54 – Bureau A17
  • Dans le domaine de l’histoire, effectuer des recherches sur notre base de données, des bases de données externes (Bib-CNRS, SUDOC, revues.org…), repérer des carnets de recherche sur vos thèmes de recherche, être aidé pour publier un billet sur un carnet de recherche sur Hypothèses.org…, contactez :                                                                                    Annick Richard : richard@mmsh.univ-aix.fr     Tél: 04 42 52 49 35 – Bureau A21
  • L’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman possède des fonds documentaires importants en sciences humaines et sociales sur le monde arabe contemporain, en langues occidentales et arabe, qui sont intégrés à la médiathèque de la MMSH depuis 2004. Bérengère Clément est à votre disposition pour vous guider dans ces fonds : clement@mmsh.univ-aix.fr    Tél: 04 42 52 41 15 – Bureau A20

La phonothèque de la MMSH met à disposition plusieurs milliers d’heures d’archives sonores enregistrées sur le terrain par des chercheurs en sciences humaines et sociales avec un focus sur la Méditerranée. Par ailleurs, dans le cadre du Pôle image-son, pratiques numériques en SHS, une convention a été mise en place avec l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) qui permet d’accéder à 14 700 000 d’heures de documents télé et radio à 14 000 sites web médias dans le cadre du dépôt légal du Web.

Nous pouvons vous aider :

      • sur les méthodes de collecte, Véronique Ginouvès vous reçoit sur rendez-vous, contactez : veronique.ginouves@univ-amu.fr
      • sur la recherche documentaire des archives en sciences humaines et sociales, sonores et audiovisuelles inédites, radiodiffusées ou télédiffusées, contactez Hélène Giudicissi :    giudicissi@mmsh.univ-aix.fr
      • pour les archives de l’Ina, contactez Christian Champaloux : champaloux@mmsh.univ-aix
          Tél: 04 42 52 41 08  – Bureau A16

 

Photo  : Labyrinthe dans la cour du château de Sainte-Suzanne – Journée du patrimoine des enfants, 2014 – chateaudesaintesuzanne.fr – CC

Colloque international : Moissonner la mer, MMSH, 11-12 octobre 2016

Gorgone de corail rouge - Photographie en lien avec le corpus sonore "La pêche traditionnelle varoise dans les années 1970"

Gorgone de corail rouge-Henri-Paul Brémondy
https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-01323484

Le colloque international intitulé « Moissonner la mer. Économies, sociétés et pratiques halieutiques méditerranéennes, 15e-21e siècle » se déroulera les 11 et 12 octobre prochains à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Il est organisé par Gilbert Buti, Daniel Faget, Olivier Raveux, Solène Rivoal et Agnès Rabion du laboratoire TELEMME.

 » Occupant aujourd’hui moins de 250 000 actifs pour l’ensemble du bassin méditerranéen, les activités halieutiques ont marqué l’histoire des sociétés littorales depuis l’Antiquité. Sur les rives nord-occidentales, ces activités ont connu depuis le Moyen Âge une série d’innovations technologiques. La multiplication de nouveaux acteurs liés à la fourniture des engins de pêche, à la transformation de la ressource, à sa distribution, mais aussi à la mise en œuvre de politiques édilitaires destinées à assurer l’approvisionnement des marchés urbains, ont alors produit une dilatation de la sphère des économies halieutiques. Connectant les deux rives de la Méditerranée, ces activités animent aussi des axes d’échanges alimentés par des ressources endémiques, qui pour certaines, comme le corail ou les éponges, incarnent l’existence dès le XVIe siècle d’une économie-monde des produits de la mer. L’expression au cours des temps modernes d’une inquiétude sur la pérennité de la ressource démontre cependant la fragilité de ce milieu marin spécifique. Alors que se profile aujourd’hui un épuisement rapide des richesses océaniques, l’examen de la place et la responsabilité des pêches côtières artisanales dans les scénarios d’un développement durable est plus que jamais d’actualité.  »

PROGRAMME DU COLLOQUE

A l’occasion du colloque, la médiathèque exposera des ouvrages issus de son fonds sur ce thème dont voici une bibliographie sélective.

La phonothèque met à disposition plusieurs enquêtes enregistrées sur la pêche et le métier de pêcheur ; en particulier quatre corpus dont les entretiens sont accessibles en ligne :

– un corpus enregistré par Henri-Paul Bremondy (rattaché au CREHOP au moment des entretiens) sur la pêche traditionnelle varoise dans les années 1970, dont 190 photographies en lien avec le terrain, ont été déposées sur MédiHAL,

– Annie-Hélène Dufour (IDEMEC) a travaillé sur les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois dans les années 1980.

Une de ses enquêtes a été valorisée sur Les carnets de la phonothèque, et ses carnets de terrain sur le Brusc sont aujourd’hui accessibles sur la plateforme Transcrire.

– Pierrette Vergès et Arlette Apkarian, alors au LAMES, ont enregistré plus de 140 heures d’entretiens dans le cadre d’une enquête sur l’évolution et la structuration des métiers de la pêche de l’Etang-de-Berre aux Saintes-Maries-de-la-Mer.

Disponible à la médiathèque : le Dictionnaire de la Méditerranée

Le dictionnaire de la Méditerranée vient de paraître aux éditions Actes Sud en coédition avec la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. De nombreux chercheurs de la maison ont participé à sa rédaction. Dionigi Albera, Maryline Crivello et Mohamed Tozy en ont assuré la direction scientifique, en collaboration avec Gisèle Seimandi pour la coordination et la préparation éditoriale.

Une version en arabe est prévue pour fin 2016 ainsi qu’une édition électronique sous la responsabilité d’Abdelmajid Arrif.

Cet ouvrage est disponible à la médiathèque sous la côte : MED DIC 000 DIC

Flashinfo_dictionnaire-de-la-mediterranee

Qantara : revue de l’IMA disponible à la médiathèque

Qantara n°100

Qantara n°100

Qantara est une revue publiée par l’Institut du monde arabe depuis 1991. Grâce aux dons d’un chercheur de la MMSH, la médiathèque a suivi ce magazine depuis son origine. Dorénavant, elle y est abonnée. Les quelques numéros manquants vont venir dans le mois, compléter la collection.

État de collection : n.1,1991-n.27,1998;n.29,1998;n.32,1999-n.45,2002;n.47,2003;n.49,2003-n.60,2006;n.62,2006-n.89,2013;n.98,2016- (lac.28,30,31,46,48,61).

Cote : P-553/En salle

La notion de territoire(s) : 1ere journée scientifique de l’école doctorale 355 « Espace, Cultures, Sociétés »

Pour la première fois, l’École Doctorale 355 « Espaces, Cultures, Sociétés » organise une journée scientifique interdisciplinaire qui aura lieu à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence le 29 juin 2016 de 9h à 18h.

Il s’agira d’interroger la pertinence de la notion de territoire(s) dans les contextes disciplinaires variés qui composent l’école doctorale. L’objectif est de favoriser, grâce à l’étude de cette notion fédératrice, les échanges autour des méthodologies mises en place par les doctorants de Sciences Humaines et Sociales pour prendre en compte, en diachronie et en synchronie, une dimension centrale des représentations humaines et des processus sociaux.

La journée débutera par une conférence de M. Samuel Robert (Géographe, ESPACE) sur :         « Le territoire, du concept à son maniement dans les pratiques de recherche. Exemples en géographie. »

Elle sera structurée autour de trois ateliers co-animés par des doctorants et des enseignants-chercheurs de l’école doctorale.

PROGRAMME :

  • 9H : Accueil
  • 9H15-10H15 : introduction et conférence inaugurale par M. Samuel ROBERT, Géographe, ESPACE
  • 10H15-12H15 : Atelier « Fabrique des territoires »                                                                       avec la participation de M. Romain Borgna (TELEMME), M. Antonio Iodice (TELEMME) M. Julien Dario (LPED) et Mme Nacira Abrous (IREMAM)
  • 13H30-15H30 : Atelier « Territoire(s) et société » avec la participation de M. Geoffrey Meyer-Fernandez (LA3M), Mme Moufida Bourbia (IREMAM), Mme Sophie Gueudet (CHERPA), Mme Céline Bourbousson (LEST)
  • 16H-18H :  Atelier « La notion de territoire en Sciences Humaines et Sociales » avec la participation de M. Matthieu Giaime (CEREGE), Mme Francesca Giraldi (LA3M), Mme Carole Brousse (IDEMEC), M. Gabriele Salvia (ENSA-M).
  • Contact : ed355@mmsh.univ-aix.fr

Parution de l’ouvrage : Étudier en liberté les mondes méditerranéens

MelangesRI

L’ouvrage  « Etudier en liberté les mondes méditerranéens : mélanges offerts à Robert Ilbert »   est paru le 2 mai aux éditions Publications de la Sorbonne. Leyla Dakhli et Vincent Lemire en sont les éditeurs scientifiques et de nombreux chercheurs et ingénieurs de la MMSH y ont collaboré (sommaire).

Il est disponible à la médiathèque sous la cote : MED 900 ILB.

Extraits de l’ouvrage :

Compte-rendu de l’ouvrage de Maurice BORRMANS, « Statut personnel et famille au Maghreb de 1940 à nos jours »

Par Théodore Gudin (1802 - 1880). — [1], Domaine public,

Attaque d’Alger par mer, le 29 juin 1830 par Théodore Gudin (1802 – 1880)

Rédigé par Myriam LAGHMOUCHE (OMIJ / Limoges – IREMAM / Aix-en-Provence
Doctorante histoire du droit)

« Le statut personnel, un modèle juridique français : le cas de l’Algérie à l’époque coloniale ». Compte-rendu de l’ouvrage de Maurice BORRMANS, « Statut personnel et famille au Maghreb de 1940 à nos jours », Mouton et Co, 1977, 708 pages, Paris, La Haye.

Le statut personnel dans les États du Maghreb fait l’objet d’une évolution depuis les débuts de l’entreprise coloniale. S’il pérennise l’application d’un droit religieux aujourd’hui, ceci est le fait d’un passé colonial.
Le statut personnel désigne le sort des biens à l’étranger d’une personne physique, à l’instar du statut réel qui désigne le sort des biens dans son lieu de résidence. Il s’agit d’une notion permettant l’émergence du droit international privé. Cette notion concerne le droit de la famille.1
Le législateur français utilise le terme statut personnel pour désigner la famille musulmane en Algérie.
Il s’agit de se demander comment aujourd’hui la loi musulmane est codifiée dans le droit des États du Maghreb. La question qui se pose est ainsi celle de savoir si le modèle juridique algérien en matière de statut personnel est issu de l’influence coloniale française allant du XIXe au XXe siècle ?
Avant la colonisation française qui commence en 1830, l’empire Ottoman fait déjà figure de domination en Algérie en ce qui concerne le droit, à partir de 1516. L’administration algérienne, le beylicat2, est assurée par la puissance ottomane. Celle-ci par ses fonctionnaires et représentants propose l’application du droit hanafite.
La famille arabe en Algérie obéit à un cadre religieux et coutumier. Elle est régie par les règles issues de l’islam malékite et hanafite en Algérie. C’est l’interprétation de la shari’a, la loi musulmane, qui en diffère.3 L’Islam malékite4 est le rite pratiqué par les Algériens alors que l’Islam hanafite5  est celui pratiqué par les Ottomans.
Le qâdî intervient pour tout acte concernant la formation et la dissolution du lien matrimonial. Il s’agit d’un juge en droit musulman, qui applique est interprète la shari’a, parfois c’est le juge français qui officie en ce qui concerne les litiges de droit des algériens. L’institution du qâdî se pérennise pendant la colonisation.
Par la convention de 1830, la France s’engage en Algérie à respecter les croyances des indigènes algériens.
La particularité de la justice coloniale se situe alors dans l’élaboration d’une jurisprudence influencée par des jurisconsultes anciens algériens interprétant la norme islamique, par exemple « Sidi Khalil apparaît déjà comme l’autorité incontestable en matière de droit musulman. Apparaît déjà comme l’autorité incontestable en matière de droit musulman ».6
C’est avec la colonisation française que les règles liées à la famille seront attachés au concept de statut personnel. Il faut alors s’appuyer sur la législation mis en place par l’administration coloniale de 1830 à 1962.
Dans un premier temps, dans le souci de préserver son assise coloniale, le législateur français pérennise l’application de la loi musulmane. C’est ce qui apparaît dans les législations françaises au début de l’ère coloniale notamment avec le sénatus-consulte de 1865.Les premières règles concernées par ces étapes sont les règles du statut personnel. Peu à peu, le statut personnel régit les règles juridiques liées à la formation et à la dissolution du lien matrimonial, le droit des successions, la famille, le patrimoine…
Le sénatus-consulte de 1865 permet aux musulmans algériens d’acquérir la citoyenneté française moyennant l’abandon de leur statut personnel. Le texte reconnaît ainsi que « l’indigène musulman » est français et qu’il continuera néanmoins d’être régi par la loi musulmane. Il peut être admis à servir dans les armées de terre et de mer. Il peut être appelé à des fonctions et emplois civils en Algérie ».
« Le sénateur Claude Alphonse Delangle insistait également dans son rapport sur ce point, selon lui, crucial : « Ainsi la religion musulmane autorise la polygamie, la répudiation, le divorce. Il en est de même de la religion juive. Il est bien entendu que l’exercice de tels droits sera interdit à l’indigène devenu citoyen français ». Dans cette perspective, citoyenneté française, respect du droit français et mariage monogame et indissoluble étaient intimement liés ».7

Dans un second temps, le colonisateur entreprend de codifier la loi en Algérie, dans un souci de compréhension du droit. C’est ce qui apparaît avec le premier code en Algérie, le code musulman algérien, puis plus tard avec les tentatives de codification du droit en Algérie puis la codification du droit de la famille en 1984.
L’exercice de la justice musulmane nécessite alors des aménagements et des modifications afin d’en être assurée.
Le 22 mars 1905, un arrêté du gouverneur général constitua une « commission de codification du droit musulman algérien », qui propose de formuler avec clarté et méthodiquement les principes de la loi musulmane.
Le projet prend la forme d’un code « le Code Morand », qui pense le droit musulman algérien. Celui-ci garantit à la justice musulmane une unité dans ses rites, coutumes et pratiques.
Marcel Morand dans les propos précédant l’avant-projet du Code Morand précise alors que « c’est en Turquie et en Égypte, c’est-à-dire en des pays musulmans et sur l’ordre de souverains musulmans qu’ont été faites les premières tentatives de codification de la loi musulmane. Elles ont abouti à la rédaction et à la promulgation de deux Codes : la Medjellat ou Code Civil ottoman et le Code égyptien du statut personnel et des successions ».
Le Code Morand se divise alors en trois livres traitant du statut personnel dont le mariage, sa formation, sa dissolution.
Claude Bontems dans son ouvrage « Le droit musulman algérien à l’époque coloniale : de l’invention à la codification » démontre que les tentatives de codification privées du droit musulman en Algérien se multiplient allant ainsi du projet d’Eyssautier, au code civil musulman de V. Meyssonnasse à la tentative d’ E. Norès .
Si le Code Morand n’est resté qu’en l’état de projet. Il est demeuré par la suite un exemple pour les essais de codification du droit.
Le premier projet est élaboré de 1963 à 1964 par plusieurs commissions, réunies dans cette perspective. Le Code Morand est adopté en plan de travail, les commissions ne parviennent pas à se mettre d’accord, notamment sur la question de savoir s’il faut percevoir la norme musulmane de façon traditionnelle ou moderne. Le projet n’aboutit pas.
Le deuxième projet est élaboré en 1966. Il s’agit d’un projet qui le restera, il apparaît alors que la famille reste un élément difficile à appréhender en droit.
Le Code de la famille est adopté en Algérie en 1984. Il est alors le résultat d’un équilibre entre pérennité et modernisation de la loi musulmane. « « L’attentisme » du législateur semble avoir eu pour origine les oppositions entre les « fondamentalistes » et les progressistes ».8 Le droit en Algérie demeure d’origine religieuse mais contient des inspirations de la présence française en Algérie. (( « Si, d’une part, le Code algérien de la famille du 9 juin 1984 est le premier du genre en Algérie, il s’insère, d’autre part, dans le vaste processus de codification du statut personnel que connaissent les pays arabo-musulmans depuis près d’un siècle. Or, dans ce domaine qui touche de très près au Coran, le texte fondateur de l’Islam, codifier apparaît déjà comme une innovation importante, puisque c’est interpréter en termes précis et en formules limitatives l’ensemble des dispositions juridiques de la loi islamique (Sharî’a) qui, jusque-là, restaient susceptibles de multiples interprétations par des méthodes plus ou moins souples de Vigtihâd des juges ».

  1. Jean Hilaire., « Histoire du droit », 13ème édition, éditions Dalloz, 2013, 210 pages, Paris []
  2. Le beylicat étant le lieu où s’exerce le pouvoir du bey, un pouvoir mis en place en Algérie avant 1830. []
  3. Par exemple chez les Hanafites, « si la femme n’est pas pubère, le tuteur (walî) a le droit de la marier à qui il veut. Quand elle devient pubère (bâliga), on lui reconnaît le droit d’option (hiyâr) : selon sa volonté, elle confirme la décision du tuteur ou l’annule si son tuteur n’est ni son père ni son grand-père, car s’il est l’un ou l’autre, le droit d’option ne lui est pas reconnu. Alors que pour les Malékites, « Impubères et incapables sont contraints au mariage par le tuteur (walî mugbir), sans qu’une possibilité d’option leur soit reconnue, par la suite ». BORRMANS Maurice., « Statut personnel et famille au Maghreb de 1940 à nos jours », Mouton et co, 1977, 708 pages, Paris, La Haye, p.16. » []
  4.   Le Malikisme est un des quatre rites juridico-religieux de l’Islam orthodoxe, dont les adeptes se situent en Afrique du Nord. L’originalité de l’enseignement de l’iman Malik-ibn-Anas, né en 97 et mort en 179 de l’hégire. Le système juridico-religieux de Malik s’appuie sur le Coran, la tradition (Sunna) et l’Ijma’. Mohamed Ghalem., « L’Islam algérien avant 1830 : le Malikisme », Insaniyat / إنسانيات, n°31, 2006, p.63-70. []
  5. Le hanafisme est issu d’une école théologique islamique, issue de l’enseignement de l’imam Abu Hanifa qui naquit en l’an 80 et mourut en l’an 150 de l’hégire. MORAND Marcel., « Introduction à l’étude du droit musulman algérien », Jules Carbonnel, ancienne maison Bastide-Jourdan, 1921, Alger, 213 pages. []
  6. BONTEMS Claude., « Le droit musulman algérien à l’époque coloniale. De l’invention à la codification », Slatkine Erudition, Genève, 378 pages, 2014, p. 126. []
  7. Judith Surkis., « Propriété, polygamie et statut personnel en Algérie coloniale, 1830-1873 », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°41, 2010, p. 27 à 48. []
  8. Babadji Ramdane, Mahieddin Nahas M., « Le Fiqh islamique, source non exclusive du droit de la famille en Algérie », revue internationale de droit comparé, volume 39 n°1, Janvier-mars 1987, p. 163 à 173. []