Archives de l’auteur : Olivier Dubois

Mission d’acquisition à la Foire du livre du Caire (janvier-février 2016)

A la suite d’une mission commune IREMAM / Médiathèque de la MMSH à la 47e foire du livre du Caire, début 2016, Richard Jacquemond, professeur d’arabe à l’Université d’Aix-Marseille et membre de l’IREMAM, a produit une analyse sur les évolutions de la littérature égyptienne constatées, entre autres, lors de cette mission. Le texte de son article, Satiric Literature and Other “Popular” Literary Genres in Egypt Today est disponible en ligne sur le Journal of Arabic and Islamic Studies publié par le Department of Culture studies and Oriental languages (IKOS) de l’Université d’Oslo. Ce journal est entièrement disponible sur internet grâce à la bibliothèque de l’Université d’Oslo.

A cette occasion, nous vous proposons ci-dessous le petit texte qui avait été rédigé pour rendre compte de cette mission :

Mission d’acquisition d’ouvrages. Le Caire, 29/01/2016-12/02/2016

La mission d’acquisition d’ouvrages s’est déroulée durant la 47e Foire internationale du livre du Caire (27/01/2016-10 février 2016). Les chiffres annoncés pour cette foire-là sont de 850 exposants, dont 550 égyptiens, 250 arabes et 50 étrangers (sans compter les plus de 100 bouquinistes présents dans la section intitulée « Sūr al-Ezbekiyya » (en référence au lieu traditionnel où se regroupent les vendeurs de livres d’occasion au centre du Caire).

Cette mission a permis à Richard Jacquemond, enseignant-chercheur à l’IREMAM, et Olivier Dubois, bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, d’acquérir 922 titres pour 1074 volumes (62 volumes en anglais, 1012 sont en arabe). Nous nous sommes bien sûr concentrés sur les éditeurs égyptiens, dont la production récente n’avait pas été acquise ces dernières années du fait de deux annulations successives de missions (en particulier en 2011, lorsque la révolution égyptienne s’est déroulée sur la période prévue de la Foire du livre…), mais nous avons également profité de la présence de quelques centres de recherche soudanais pour y acquérir les ouvrages disponibles.

Ces volumes ont été acquis auprès de quelque 70 maisons d’édition et/ou libraires, les plus importantes étant bien sûr la General Egyptian Book Organization (الهيئة المصرية العامة للكتاب , qui est également l’organisatrice de la Foire) avec 96 titres, la Bibliotheca Alexandrina avec 75 titres, la Bibliothèque nationale et archives (دار الكتب والوثائق القومية) avec 44 titres. A noter également le National Center for Social and Criminological Research (المركز القومى للبحوث الاجتماعية والجنائية),  le centre de diffusion d’al-Ahrām, ainsi que certains éditeurs privés : Dār al-Šurūq (دار الشروق), al-ʿAyn (دار العين للنشر), Dār al-Zahrā’ (دار الزهراء) ainsi bien sûr que l’American University of Cairo Press où nous avons acquis tous les ouvrages de recherche disponibles. Nous avons également largement profité des fonds de la librairie/maison d’édition Madbūlī (مكتبة مدبولي) qui a été également d’un soutien sans faille pour la gestion de toute  la logistique, à un moment où l’activité est très intense. Qu’ils soient tous remerciés (à commencer par M. Achraf !) de perpétuer l’approche libérale du fondateur de la librairie,  al-Ḥāǧǧ Madbūlī de célèbre mémoire.

Pour donner des indications financières, nous préciserons que la mission a été réalisée grâce à un financement conjoint de l’IREMAM (mission R. Jacquemond, financement des acquisitions), de la MMSH (mission O. Dubois, frais de transport et de dédouanement) et enfin du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans qui a financé une grande partie des acquisitions. Le soutien de ce dernier a été essentiel cette année pour nous permettre de perpétuer notre politique d’acquisition des ouvrages en arabe mise en place depuis des décennies.

La moyenne d’achat des ouvrages se situe entre 4,5 et 5 euros, suivant que l’on prend en compte le nombre de volumes ou celui des titres ; rapportée à l’ensemble des frais de la mission, elle passe entre 8,5 et 10 euros. On perçoit facilement, au vu de ces chiffres, l’intérêt y compris financier du déplacement, sans même parler de l’intérêt en termes de contenu à assurer ce suivi extrêmement précis du paysage éditorial égyptien.

Richard Jacquemond était également là pour mener une politique d’acquisition sur la littérature égyptienne contemporaine, et ce salon a été l’occasion de constater l’effervescence de la publication dans ce domaine, en particulier avec une multiplication d’ouvrages de littérature plus ou moins satirique sur le fonctionnement de la société égyptienne, bousculant (ou approfondissant ?)  les « normes » esthétiques de la production précédente : titres accrocheurs, voire sarcastiques, utilisation du dialectal, choix des couvertures, etc.  On mentionnera également l’abondance de romans policiers, de vampires, de fantômes qui ont désormais une place acquise auprès des jeunes lecteurs égyptiens…

Dans un contexte économique et politique difficile, nous avons été frappés par la vitalité de la production éditoriale (plus de 25.000 titres en 2015, si l’on en croit le n° de dépôt légal indiqué sur les nombreuses publications imprimées en fin d’année pour être présentes à l’ouverture de la foire ; pour mémoire, le nombre de titres au dépôt légal était d’environ 10.000/an au tournant du millénaire). Une part importante de cette production relève du secteur universitaire (nombre d’éditeurs sont spécialisés dans ce secteur et on sait que la publication d’ouvrages est pour les universitaires à la fois une obligation professionnelle et une source appréciable de revenus quand les étudiants sont contraints d’acheter le manuel du professeur). On a également remarqué la présence plutôt discrète du livre « islamique » (aussi bien les rééditions de classiques que les auteurs et éditeurs islamiques contemporains), comparativement aux foires des années 1990 et 2000.

De façon plus générale, nous avons pu constater une affluence considérable lors de ce salon, en particulier des jeunes et des familles. L’observation des visiteurs à la sortie permettait de constater que très rares étaient les personnes sortant sans au moins un livre en main. Les acheteurs étrangers (Indonésiens en grand nombre…) sortaient quant à eux avec d’énormes cartons, des valises entières… Un détail peut donner une idée de l’étendue (environ 1 km de long sur 600 m de large) du lieu d’exposition et de l’affluence des visiteurs : nombre de maisons d’éditions et de librairies ouvrent deux pavillons, l’un du côté sud, l’autre du côté nord, afin d’être sures de toucher tous les visiteurs.  A l’inverse, certaines maisons préfèrent concentrer leur présence à un endroit en fonction de critères de sélection de clientèle : par exemple, l’entrée sud n’étant pas desservie par le métro, les visiteurs s’y présentant sont ceux qui peuvent venir en voiture ou en bus, donc plus argentés que ceux qui arrivent par le nord…

Lors de la fermeture de la foire, les organisateurs ont annoncé avoir reçu plus de 3 millions de visiteurs, et que les ventes avaient connu une forte progression cette année (+180 %) (voir cet article du 11 février 2016). Il faut rappeler que les années précédentes avaient été peu propices aux achats de livres du fait de l’agitation politique qu’a connue le pays.

Les ouvrages sont arrivés à l’aéroport de Marignane quinze jours après que nous ayons quitté Le Caire. Ils ont fait l’objet d’un catalogage « minimal » (titre, auteur, éditeur) assuré par nos collègues étudiants tuteurs, afin qu’ils soient aussi rapidement  que possible signalés dans la base de données de la médiathèque. Ce catalogage sera prochainement complété et la liste des acquisitions réalisées lors de cette mission pourra alors être éditée et mise sur le site de la médiathèque.

Cette mission a été également l’occasion de contacts avec l’IFAO, le CEDEJ, ainsi que l’IDEO afin de mettre à jour les procédures d’échanges et de dons. Signalons enfin que l’hébergement que nous a assuré l’IFAO a été très confortable, ce qui n’est pas à négliger après d’intenses journées d’achat d’ouvrages.

Olivier Dubois et Richard Jacquemond

Ps : le programme des animations culturelles des Foires du livre se trouve sur le site internet de la Foire. On peut également trouver des indications sur la page facebook en revenant aux dates de la foire.

 

 

 

 

Colonialisme au début du XXe siècle : de nouvelles ressources numériques sur le site de la Bibliothèque Universitaire

La Bibliothèque Universitaire de l’Université d’Aix-Marseille a contracté l’abonnement à 5 bases de données de ressources numériques sur le colonialisme européen dans la première moitié du XXe siècle (European Colonialism in the Early 20th Century). Ces bases de données ont été élaborées à partir des documents consulaires américains conservés aux Archives nationales des États-Unis.

La base sur le colonialisme français de 1910 à 1930 englobe quelques 800 documents (files) offrant 18 000 pages qui peuvent être visualisées en ligne et/ou téléchargées. Les autres bases concernent les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Italie.

L’accès se fait sans mot de passe sur place, à la Médiathèque ou dans les bibliothèques de l’Université, ou hors sites grâce aux identifiants de l’environnement numérique de travail que peuvent utiliser les enseignants-chercheurs, chercheurs et étudiants de l’Université.

Nous sommes à votre disposition pour une première prise de contact avec cet outil si vous le désirez.

Voici ce que nous communique le service des ressources numériques du SCD :

Accès : http://go.galegroup.com.lama.univ-amu.fr/gdsc/start.do?p=GDSC&u=univmars&authCount=1

Il s’agit de collections de sources primaires (correspondances, études et rapports, cartes géographiques etc.) sur le colonialisme européen du début de 20ème siècle.

Elles contiennent :
– European Colonialism in the Early 20th Century: Colonialism and Nationalism in the Dutch East Indies, 1910-1930
– European Colonialism in the Early 20th Century: French Colonialism in Africa: From Algeria to Madagascar, 1910-1930
– European Colonialism in the Early 20th Century: German Colonies in Asia and the Pacific: From Colonialism to Japanese Mandates, 1910-1929
– European Colonialism in the Early 20th Century: German Colonies to League of Nations Mandates in Africa 1910-1929
– European Colonialism in the Early 20th Century: Italian Colonies in North Africa and Aggression in East Africa, 1930-1939

La base est signalée sur le guide Histoire, onglet Cadist : http://bu.univ-amu.libguides.com/c.php?g=511727&p=3496847

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter :

Anne Girard – Ressources électroniques – Web – @zimut – SERVICE COMMUN DOCUMENTATION Aix-Marseille Université – SCHUMAN – 29 avenue R. Schuman – 13626 Aix-en-Provence              Tél: +33(0)4 13 55 39 78  Site : http://bu.univ-amu.fr/ – Email : anne-christine.girard@univ-amu.fr

Acquisitions de la médiathèque pour l’année 2015

La médiathèque est le service de documentation de cinq laboratoires de la MMSH (IDEMEC, IMAf, IREMAM, LAMES et TELEMME ). Elle gère donc, en partenariat avec eux, les fonds existants et elle les enrichit tout au long de l’année par de nouvelles acquisitions.

Vous trouverez ci-dessous la liste des ouvrages en lettres latines acquis en 2015, complétée par la liste des périodiques que nous recevons par abonnements, par échange ou par don.

La liste des acquisitions en arabe sera publiée très prochainement.

Médiathèque MMSH_listing acquisitions 2015

Evolutions de l’interface du Catalogue collectif de France

CCfr2

Le Catalogue collectif de France (CCFr ) est un outil géré par la Bibliothèque nationale de France. Il permet de faire une interrogation commune sur le catalogue de la BnF, le SUDOC, la base Patrimoine (présentation ici) qui a été créée grâce à la rétroconversion des catalogues des grandes bibliothèques françaises ayant des fonds patrimoniaux. On y trouve aussi la base Manuscrits qui est composée de 4 ensembles : le Catalogue général des manuscrits (CGM), BnF Archives et manuscrits, le Répertoire des manuscrits littéraires français du XXe siècle (Palme), et Calames (manuscrits conservés dans les établissements relevant de l’Enseignement supérieur). Accessibles également les catalogues intégraux de certaines bibliothèques municipales (mais pas celles des Bouches du Rhône) ainsi que ceux de réseaux comme Rachelnet (7 bibliothèques judaïca et hebraïca) et Valdo (réseau européen de bibliothèques d’institutions protestantes).
Il permet de localiser quelque 30 millions de documents. En complément à cela, le Répertoire national des bibliothèques et des fonds documentaires (RNBFD) permet de localiser, trouver le site web, avoir des informations des 5000 bibliothèques et centres de documentation qui y sont recensées.
Les « Evolutions de l’interface du Catalogue collectif de France » que le CCFr annonce dans sa Lettre d’information 18 seront une occasion d’approfondir ou de découvrir un outil qui est inégalable pour les recherches bibliographiques dans le domaine français.

L’enseignement de l’arabe à Marseille au XIXe siècle : un article en ligne

 

 

Cour du lycée Thiers avec la Chapelle des Bernardines – Photo de Charlotte Noblet

On peut lire un article passionnant sur L’enseignement de l’arabe au lycée de Marseille au XIXe siècle sur le site de la revue : Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde (revue de la Société internationale pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde (SIHFLES)  en accès libre sur revues.org).

Deux autres articles issus de cette publication traitent de l’enseignement de l’arabe :

Henri Besse : Un homme des Lumières face aux langues du sud de la Méditerranée, ou Volney et sa « méthode alfabétique »

Karène Sanchez-Summerer : Langue(s) et religion(s) en Palestine mandataire au sein d’institutions éducatives catholiques

D’un grand intérêt également, on trouvera en accès libre sur le même site une moitié de numéro centrée sur Langue française, identité(s) et école(s) : le cas de la minorité catholique au Levant (milieu XIXe-XXe siècles). (n° 45 de 2010)

Un autre (n° 38/39 de 2007) fait le point sur Le français langue des “élites” dans le bassin méditerranéen et les pays balkaniques (XVIIIe siècle-moitié du XXe siècle) avec des articles traitant de l’Empire ottoman, la Turquie, l’Egypte, la Palestine…

A consulter aussi l’ Histoire de l’enseignement du français langue étrangère ou seconde dans le bassin méditerranéen. Volume 1 et Volume 2 ou : L’enseignement et la diffusion du français dans l’empire colonial français. 1815-1962.

 Bonne lecture !

 

Trouver des revues en ligne concernant le Proche-Orient

Liste Orient et Med

Un instrument de grande qualité existe pour retrouver les revues en ligne qui concernent l’

Histoire et archéologie du Proche-Orient et de la Méditerranée aux époques antique et médiévale

Produite par le laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167 associant le CNRS, les universités Paris I et IV, l’EHESS et le Collège de France), cette liste donne des informations sur quelque 400 titres couvrant ces domaines et qui sont accessibles sur internet, que ce soit sous forme gratuite ou par l’intermédiaire des bouquets de ressources numériques contractés par les universités ou le CNRS. Elle a l’intérêt immense de réunir des données éparpillées mais également d’attirer l’attention sur des parutions peu connues et jusqu’alors difficiles d’accès, que leur présence sur internet rend consultables sans difficultés (autres que linguistiques pour les titres d’Europe de l’Est par exemple).

 

AMIR

Il faut signaler également ici un site et une liste de diffusion extrêmement utiles :

Access to Mideast and Islamic Resources (AMIR)

Au rythme d’un à deux messages par semaine, AMIR nous fournit des informations sur toutes les nouvelles ressources disponibles gratuitement sur internet qui concernent le Proche Orient et l’Islam. Ce blog est alimenté par 5 bibliothécaires de nationalités différentes (Etats-Unis, Canada, Pays-Bas, Allemagne). Il invite les producteurs de données numériques sur le sujet à se signaler. On retrouve les billets précédents soit sous le classement chronologique (environ 900 entrées), soit au moyen de « mots-clefs  » très larges (noms des pays concernés mais aussi type de documents : manuscrits, thèses ; ou encore sujets généraux : histoire de l’art, voyages,… Environ 150 entrées.) Là également, on trouvera parmi les occurrences bien connues des entrées moins courues (Azerbaïdjan, Bulgarie, Japon, Malaisie, République tchèque,…) que leur présence sur cette liste signale à l’attention. AMIR est donc bien un outil plus que précieux pour utiliser l’extrême richesse des ressources numériques sur internet.

Réouverture de REFDOC, service de fourniture d’articles de l’INIST

REFDOC est un service de fourniture de copie d’articles à partir d’un réservoir de « 54 millions de références d’articles, ouvrages, actes de congrès… en science, technologie, médecine, sciences humaines et sociales sont signalées. Les articles sont issus de 178 000 titres de séries différentes. 400 000 monographies  sont répertoriées. Les dates de publication des documents vont de 1823 à nos jours, avec une mise à jour quotidienne. »

 REFDOC

Le directeur de l’INIST a annoncé le 7/11 la réouverture de REFDOC avec de nouvelles règles de fonctionnement et de paiement des services en accord avec les lois et l’éthique :

« Réouverture de notre service de copies de documents le 12 novembre 2014

Depuis janvier 2014, le CNRS et le CFC (Centre Français d’exploitation du droit de Copie) se sont attachés à la mise en œuvre de la nécessaire sécurisation de la fourniture de copies d’articles scientifiques.
Dans le cadre du nouveau projet de l’Inist-CNRS, ce service est désormais réservé à la communauté de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche français.

  • Pour la communauté CNRS, les copies de documents seront désormais gratuites1. Le contrat du CFC s’applique pour le CNRS dans le cadre de la dévolution légale et le montant de droit de copie s’élève à  1.99 € par article (redevance fixée par le CFC pour l’année 2014 et reversée intégralement à ce dernier) et sera pris en charge par l’Inist-CNRS. La reproduction par reprographie de vos articles sera réalisée depuis notre fonds documentaire ou depuis les fonds de nos bibliothèques de recours (droit de copie variable pris en charge également), sous réserve de leur disponibilité.
  • Pour la communauté ESR (hors CNRS), la sécurisation juridique  a porté sur les contrats signés avec le CFC et les dispositifs mis en œuvre par ce dernier auprès des éditeurs pour obtenir des listes d’autorisation de reproduction par reprographie pour les copies à fin de vente. De ce fait, notre offre porte exclusivement sur les documents pour lesquels le CFC dispose des autorisations expresses des ayants droit. Les tarifs de fourniture des documents restent inchangés en 2014, soit 4,40 € HT auquel il convient d’ajouter le droit de copie déterminé par CFC, soit 4,97 € HT par article reversé intégralement à ce dernier. La fourniture des documents, autorisés à la reproduction par reprographie par le CFC, sera réalisée depuis notre fonds documentaire ou depuis les fonds de nos bibliothèques de recours, sous réserve de leur disponibilité.

Toutes les informations relatives à l’offre en termes de services et délais de fourniture seront à votre disposition sur Refdoc.fr dès la réouverture le 12 novembre.
N’hésitez pas à prendre contact avec votre chargée des utilisateurs pour tout renseignement complémentaire.

Raymond Bérard
Directeur de l’Inist-CNRS »

Pour pouvoir interroger la base, il faut être inscrit, soit auprès de REFDOC même, soit auprès du correspondant de son laboratoire. La page des questions les plus fréquentes a été remise à jour et donne tous les détails pour la commande d’articles. La recherche avancée permet de spécifier quelques champs sur lesquels elle doit porter : titre général, titre d’articles, auteur ainsi que l’année ou la numérotation. On peut ensuite affiner les résultats par langue ou type de documents. Des pictogrammes permettent de reconnaître si les références sont présentes sur un des portails de ressources numériques du CNRS (b), existent en accès libre (o) ou peuvent être reproduites (p).

Toutes ces nouvelles modalités sont une réponse aux critiques qui avaient été adressées il y a quelque temps à REFDOC et à l’INIST (voir par exemple cette brève sur le site de l’ENSSIB).

 

 

  1. surlignage par l’auteur du billet []

OpenGrey : une base européenne de données bibliographiques concernant la « littérature grise »

Parmi les outils qu’il est important de connaître pour retrouver les informations et les documents numériques, la base de données européenne

OpenGrey

Open grey

se définit comme suit :

« Système pour l’Information en Littérature Grise en Europe, Open Grey vous permet un accès libre à 700 000 références bibliographiques de littérature grise papier produites en Europe et vous facilite l’accès aux documents via l’export et leur localisation.

La littérature grise comprend des rapports techniques ou de recherche, des thèses de doctorat, des actes de congrès, des publications officielles, etc.

OpenGrey couvre les champs des sciences pure et appliquée, la technologie, les sciences biomédicales, l’économie, ainsi que les sciences humaines et sociales. »

Les partenaires d’Open Grey proviennent pour l’instant d’une dizaine de pays européens (pour la France, le SUDOC et l’INIST). La base de données offre l’accès à plus d’1 million de références, dont 325 000 concernent les Sciences humaines et sociales.

En septembre, elle s’est enrichie de plus de 113 000 références issues d’EThOS (Electronic Theses Online Service) depuis 2003, 33 000 d’entre elles proposant un lien vers le texte intégral des thèses de doctorat électroniques ou numérisées (voir l’article de l’INIST).

On pensera bien sûr, lorsqu’on recherche des documents numériques produits en Europe, à consulter également EROMM, abréviation de « European Register of Microform and Digital Masters ». Cette base de données offre des informations sur des documents imprimés ou manuscrits qui ont été numérisés ou microformés. Produite par 12 pays européens (la BnF pour la France), elle contient environ 15 millions de données.

EROMM  est interrogeable également via le KVK (Karlsruhe Virtual Catalog), à propos duquel nous ferons prochainement un billet, ce qui n’est pas le cas d’OpenGrey.

Pour en savoir plus sur OpenGrey : http://www.opengrey.eu
Pour en savoir plus sur EthOS : http://ethos.bl.uk

Changement des modalités de l’accueil à la médiathèque

L’équipe de la médiathèque de la MMSH est confrontée depuis le mois de septembre à une réduction très importante de ses effectifs.

C’est pourquoi, à partir du 20 octobre, les modalités de l’accueil vont être modifiées de la façon suivante :

–          Les services aux lecteurs : prêts, communication des ouvrages du magasin (demandes déposées à l’accueil ou envoyées par mail), inscriptions, renseignements, ne seront désormais assurés que les après-midis.

–          Une étagère des « réservations » sera installée pour que les lecteurs puissent disposer des documents demandés à l’avance.

–          Durant les matinées, le service aux lecteurs ne sera pas assuré. Seuls les documents en libre accès et ceux déposés sur l’étagère des réservations seront accessibles.

–          Les horaires d’ouverture restent les mêmes (lundi 13h-17h30, mardi au vendredi : 9h-17h30)

Nous vous tiendrons informés de l’évolution de cette organisation en fonction des circonstances.

Avec toutes nos excuses pour les difficultés que cela pourra provoquer pour nos lecteurs,

L’équipe de la médiathèque

« Les BU se désabonnent » : un article de Documentaliste, la revue de l’ADBS

Dans le n° de septembre 2014 de Documentaliste sciences de l’information, la revue de l’Association des professionnels de l’information et de la documentation (ADBS), l’article « Les bibliothèques universitaires se désabonnent »1  traite d’un sujet alarmant : le désabonnement des Bibliothèques universitaires à des revues ou bouquets de revues électroniques. L’article examine les différents cas de figure qui se sont posés (augmentation des tarifs, principe de calcul des abonnements aléatoires, explosion du coût des ressources numériques dans un contexte budgétaire qui se restreint) et trace un paysage des effets qui en ont découlé : arrêt complet des acquisitions d’ouvrages pour les premières années dans certains établissements ; désabonnements (en fonction des statistiques de consultation) dans beaucoup ; disparition de certains services due à l’absence de budget pour les vacation,…

Ce sujet pose bien sûr le problème de l’équilibre que les universités se doivent de conserver entre la documentation à destination des premières années et celle qui intéresse les chercheurs, les enseignants-chercheurs, les doctorants. Or la quasi totalité des abonnements aux ressources numériques est à destination de ce dernier public… Pour les bibliothèques spécialisées et de recherche, cela pose à terme la question de la pérennité de l’accès à certains titres absolument essentiels, problème qui peut amener à conserver les abonnements papier tant que ces fluctuations dans les accès ne seront pas stabilisées : rappelons que lorsqu’un abonnement électronique cesse, c’est également l’accès aux archives qui peut être perdu, y compris celles des années durant lesquelles l’abonnement avait été acquitté…

img_1411648299362

 

Dans le même numéro, un grand article de Jean-Luc Arnaud, chercheur au laboratoire TELEMME, s’intitule : « Cataloguer, rechercher des cartes : le référencement géographique en question ». L’article se termine sur une présentation détaillée du projet CartoMundi (projet soutenu par l’Université d’Aix-Marseille, la Bibliothèque nationale de France et l’IGN) qu’on pourra explorer sur le site : http://cartomundi.eu

 

 

  1. article p. 9-11 du n° 3, septembre 2014. La revue se trouve sous la cote P-567 à la médiathèque. []

Nouvel ouvrage : La parenté transgenre

La parenté transgenre

Sous la direction de Laurence Hérault. Presses universitaires de Provence, 2014, 140 p.

(ISBN : 978-2-85399-932-8)

Sans titre

En 2008, un magazine américain, publiait un article dans lequel un homme transgenre ayant légalement changé d’état civil, Thomas Beatie, annonçait qu’il était enceint d’une petite fille. Son histoire a fait rapidement le tour du monde avec un titre mille fois repris : « Le premier homme enceint du monde ». Cet exemple médiatisé de grossesse masculine, qui a fait surgir la question de la parenté transgenre dans l’univers médiatique, n’est que la partie émergée de l’iceberg. D’autres hommes transgenres ont mis au monde leurs enfants, que ce soit avant ou après leur transition, mais surtout beaucoup de personnes transgenres souhaitent être parents et le deviennent avec ou sans l’aide des nouvelles techniques de reproduction assistée. Aborder l’expérience transgenre de la parenté, c’est être confronté à des hommes qui mettent leurs enfants au monde, à des femmes qui conçoivent avec leur sperme mais aussi à des femmes qui sont pères et à des hommes qui sont mères pour celles et ceux qui ont eu des enfants avant leur transition. On perçoit bien, à l’évocation de ces figures parentales, le caractère potentiellement déstabilisant de ces diverses expériences d’engendrement. Les réactions à la médiatisation de T. Beatie sont d’ailleurs symptomatiques de ce trouble, son histoire étant utilisée assez fréquemment comme symbole des dérives insensées de la modernité face auxquelles il est important de réagir avant que le monde ne coure à sa perte.
En proposant de réfléchir sur l’expérience transgenre de la parenté de façon pluridisciplinaire, cet ouvrage veut ainsi prendre la mesure des interrogations qu’elle soulève non pas dans le but de définir un « prêt-à-penser » ou un « prêt-à-évaluer », mais plutôt avec l’idée d’essayer d’élargir les perspectives et d’explorer les manières diverses de comprendre ces modalités actuelles d’engendrement : comment ces expériences se donnent-elles à voir ? Comment sont-elles traitées et reçues socialement et médiatiquement ? Que nous apprennent-elles sur les pratiques et les conceptions contemporaines du genre, de l’engendrement et de la parenté ? Sommes-nous capables de relever le défi qu’elles lancent à nos capacités d’appréhension et de compréhension ?

(présentation de l’ouvrage rédigée par Laurence Hérault, prof. AMU, IDEMEC )

L’ouvrage est accessible à la médiathèque sous la cote : 306.8 PAR

JURN : un moteur de recherche sur les périodiques en libre accès

Parmi les outils qu’il devient essentiel de connaître, tous ceux qui permettent de chercher les articles dans les revues sont en première place.

JURN est un moteur de recherche qui explore le contenu de quelques 5000 périodiques uniquement en accès libre.

JURN_page d'accueil

Le recherche se fait avec un certain nombre d’outils habituels comme les guillemets pour le texte exact, le « intitle: » pour préciser que la recherche porte sur un mot présent dans le titre, le « -keyword » permet d’éliminer les résultats contenant ce mot-clef. On peut également déclarer que la recherche porte sur un site « site: » ou au contraire qu’elle ne doit pas y porter « -site: », ce qui peut être très intéressant quand les résultats sont noyés par des centaines de réponse d’un même site (ou de plusieurs).

La majorité des revues sont en anglais, mais une recherche en français amène un nombre conséquent de réponses. A signaler : les résultats sont limités à 10 pages de 10.

On trouvera dans la FAQ un argumentaire démontrant qu’on ne peut  se contenter d’une recherche dans google scholar, mais pourquoi il est important de combiner la recherche avec des instruments tels que JURN.

 

Pour rappel, du côté français, on pourra utiliser Mirabel

Mirabel

Ce répertoire indique, pour les 2200 revues recensées, où trouver en ligne le texte intégral des articles, les sommaires des numéros, les résumés des articles et les références bibliographiques. Pour la recherche des articles scientifiques eux-mêmes, ISIDORE  est le moteur de recherche à utiliser en SHS (1 million d’articles indexés sur 3 millions de ressources).

Isidore

La vidéothèque en ligne du CNRS

Sur le site de la vidéothèque en ligne du CNRS, on peut trouver plus d’un millier de films à visionner en ligne. De durée variable (beaucoup sont de quelques minutes, mais certains durent une heure ou plus), ils concernent tous les domaines couverts par le CNRS.

vidéothèque du CNRS

Grâce à la « recherche avancée », on peut avoir une idée de ces domaines et des films qui les concernent. La recherche sur « anthropologie » donne 30 résultats, mais elle pourra se compléter avec les domaines « ethnologie Afrique » (113 résultats), « ethnologie Asie » (49 résultats), « ethnologie Europe » (20 résultats), etc. La recherche « histoire » donne 37 films, la rubrique « sociologie », 57. On peut également chercher par lieux, par personnalité, par mots clefs ou encore dans les mots du résumé (le terme « eau » amène 109 résultats).

Une occasion de « déambuler » pour entendre les chercheurs parler de leurs travaux… Un exemple ci-dessous :

Bassin minier de Provence : un creuset pour la recherche

 

 

Le Conseil Constitutionnel valide le projet ReLire

Illustration BnF projet ReLire

Le projet ReLire, géré par la BnF, « met en place les conditions juridiques relatives à l’exploitation numérique des livres indisponibles du XXe siècle ». Il vient d’être validé par le Conseil constitutionnel.

Voir le texte de la décision.

Dans le cadre de ce projet, « 500 000 livres pourront être identifiés au cours des dix prochaines années. »

On peut interroger très facilement le registre des œuvres déjà sélectionnées sur le site de la BnF.

 

et se renseigner sur le cadre légal.

sans-titre

Le fait de ne pas s’opposer à la présence de ses ouvrages sur le registre équivaut à une acceptation.

La procédure de refus est explicitée : « Si vous ne souhaitez pas que vos livres entrent en gestion collective, vous pouvez vous y opposer pendant une période de 6 mois, du 21 mars au 20 septembre [de l’année en cours], auprès de la BnF, qui transmet votre demande d’opposition à la Sofia. A partir du 21 septembre, les livres qui ne font l’objet d’aucune demande d’opposition entrent en gestion collective. Vous pouvez, à tout moment, sortir vos livres de la gestion collective en faisant une demande de retrait auprès de la Sofia. »

LaSOFIA est la société chargée de la gestion. On peut aller chercher des informations sur son site.

Un article de wikipedia sur le projet donne beaucoup de détails.

On trouvera sur l’internet de nombreux autres sites traitant de ce projet. Pour rappel, l’article du blog affordance.info est ici et celui des carnets de la phonothèque est .

 

—-

L’illustration du haut de billet est extraite du rapport 2012 de la BnF : rubrique Focus : le registre ReLIRE, nouvelle mission de la BnF (http://webapp.bnf.fr/rapport/html/focus/2_focus_4.htm)

57ème Salon arabe et international du livre de Beyrouth (6 au 19 décembre 2013)

La 57ème édition du Salon arabe et international du livre de Beyrouth s’est tenue du 6 au 19 décembre 2013 dans l’une des constructions du « Beirut International Exhibition & Leisure center » (dire BIEL ou, en arabe, « el-Biel »). Ce parc de 82000 m2 en cours d’aménagement jouxte le centre de Beyrouth sur des superficies remblayées sur la mer.

6e3b8a3c-285b-4d83-858a-075f76230349

Le salon arabe du livre existe depuis 1956. Il est organisé par le Club culturel arabe (النادي الثقافي العربي). On pourra trouver des informations en arabe sur les activités culturelles durant le salon ; sur son historique, etc. Cette année il rassemblait plus de 250 stands d’éditeurs, de groupement d’éditeurs et/ou de libraires. Signalons qu’au même endroit, du 1er au 10 novembre, se tenait 20ème Salon du livre francophone de Beyrouth (2013).

Lors de cette mission IREMAM-MMSH, nous avons centré notre travail sur les éditeurs libanais, avec quelques incursions du côté des éditeurs palestiniens et iraqiens.

Parmi les éditeurs, trois types de production :

Celle des universités : Université Saint-Joseph , Université libanaise , Université de Balamand , Université américaine de Beyrouth, Université islamique de Beyrouth (جامعة بيروت الإسلامية ) .

Celle des centres de recherches : Centre d’études de l’unité arabe (مركز دراسات الوحدة العربية ), Institut d’études palestiniennes (مؤسسة الدراسات الفلسطينية),  Centre al-Zaytūna de recherches (مركز الزيتونة للدراسات والاستشارات), Bayt al-ḥikma-Iraq, Orient-Institut Beirut  

Celle des maisons d’éditions commerciales : al-Furāt, Riyad al-Rayyes, Sāqī books, al-Dār al-ʿarabiyya li-l-ʿulūm, Ǧadāwil, Šarq al-kutub, Maktaba Lubnān, les maisons d’édition des journaux al-Nahār et al-Safīr… Là également, une maison iraqienne : Dār al-Basā’ir.

Pour les revues, nombre de collections ont été complétées. On signalera également l’acquisition de nouveaux titres signalés comme importants par nos interlocuteurs : Kalamun (كلمن) est une revue « indépendante destinée à revivifier le dialogue entre les courants de pensée et culturels » ; Portal 9 est un magazine d’urbanisme lancé par Solidere, la société d’aménagement de Beyrouth-centre1 ; al-Aḫar (الاخر) est une revue lancée par le poète Adonis; Bidāyāt (بدايات), dirigée par Fawaz Tarabulsi, est une « revue de politique et de culture » qui porte le slogan « à chaque saison, le changement » ; enfin la revue Ǧasad (جسد ,Corps) éditée par l’écrivaine Jumana Haddad a occasionné de nombreuses discussions, voire le scandale2 .

issue_6_resized

Ce salon a été l’occasion de nous procurer 715 volumes, ouvrages et revues confondus. Cela nous a permis de reprendre contact en premier lieu avec une production éditoriale libanaise qui semble toujours florissante. Bien sûr, notre priorité pour les acquisitions (essentiellement sur les publications de 2010 à 2013) s’est portée sur les approches qui peuvent s’y exprimer à propos des évolutions récentes du Monde Arabe.

Si les ouvrages palestiniens et iraqiens sont en nombre beaucoup plus réduit, on espère cependant qu’ils permettront également un accès intéressant de la production intellectuelle de ces deux pays.

Ce billet ne pourrait être complet sans mentionner l’équipe de l’IFPO, et en particulier l’équipe de la médiathèque , pour l’accueil, l’aide, la disponibilité et la gentillesse. Signalons enfin le sérieux et le professionnalisme sans faille de l’équipe de la librairie el-Bourj el-bourjsur laquelle toute la logistique des acquisitions s’est appuyée.3

Merci à tous !

  1. Une présentation est disponible sur le site du Commerce du Levant  []
  2. Voir l’article sur CNN. Ouvrages traduits disponibles à la bibliothèque : J’ai tué Shéhérazade et Superman est arabe []
  3. Librairie EL BOURJ – Michel Choueiri, Chantal Sfeir : Place des Martyrs – Imm. An Nahar – B.P. 11-533 Beyrouth – LIBAN     Tél.: 00 961 1 97 37 97        Fax: 00 961 1 97 36 97     E-mail: elbourj@cyberia.net.lb []