Archives de catégorie : Actualité

Mission d’acquisition à la Foire du livre du Caire (janvier-février 2016)

A la suite d’une mission commune IREMAM / Médiathèque de la MMSH à la 47e foire du livre du Caire, début 2016, Richard Jacquemond, professeur d’arabe à l’Université d’Aix-Marseille et membre de l’IREMAM, a produit une analyse sur les évolutions de la littérature égyptienne constatées, entre autres, lors de cette mission. Le texte de son article, Satiric Literature and Other “Popular” Literary Genres in Egypt Today est disponible en ligne sur le Journal of Arabic and Islamic Studies publié par le Department of Culture studies and Oriental languages (IKOS) de l’Université d’Oslo. Ce journal est entièrement disponible sur internet grâce à la bibliothèque de l’Université d’Oslo.

A cette occasion, nous vous proposons ci-dessous le petit texte qui avait été rédigé pour rendre compte de cette mission :

Mission d’acquisition d’ouvrages. Le Caire, 29/01/2016-12/02/2016

La mission d’acquisition d’ouvrages s’est déroulée durant la 47e Foire internationale du livre du Caire (27/01/2016-10 février 2016). Les chiffres annoncés pour cette foire-là sont de 850 exposants, dont 550 égyptiens, 250 arabes et 50 étrangers (sans compter les plus de 100 bouquinistes présents dans la section intitulée « Sūr al-Ezbekiyya » (en référence au lieu traditionnel où se regroupent les vendeurs de livres d’occasion au centre du Caire).

Cette mission a permis à Richard Jacquemond, enseignant-chercheur à l’IREMAM, et Olivier Dubois, bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, d’acquérir 922 titres pour 1074 volumes (62 volumes en anglais, 1012 sont en arabe). Nous nous sommes bien sûr concentrés sur les éditeurs égyptiens, dont la production récente n’avait pas été acquise ces dernières années du fait de deux annulations successives de missions (en particulier en 2011, lorsque la révolution égyptienne s’est déroulée sur la période prévue de la Foire du livre…), mais nous avons également profité de la présence de quelques centres de recherche soudanais pour y acquérir les ouvrages disponibles.

Ces volumes ont été acquis auprès de quelque 70 maisons d’édition et/ou libraires, les plus importantes étant bien sûr la General Egyptian Book Organization (الهيئة المصرية العامة للكتاب , qui est également l’organisatrice de la Foire) avec 96 titres, la Bibliotheca Alexandrina avec 75 titres, la Bibliothèque nationale et archives (دار الكتب والوثائق القومية) avec 44 titres. A noter également le National Center for Social and Criminological Research (المركز القومى للبحوث الاجتماعية والجنائية),  le centre de diffusion d’al-Ahrām, ainsi que certains éditeurs privés : Dār al-Šurūq (دار الشروق), al-ʿAyn (دار العين للنشر), Dār al-Zahrā’ (دار الزهراء) ainsi bien sûr que l’American University of Cairo Press où nous avons acquis tous les ouvrages de recherche disponibles. Nous avons également largement profité des fonds de la librairie/maison d’édition Madbūlī (مكتبة مدبولي) qui a été également d’un soutien sans faille pour la gestion de toute  la logistique, à un moment où l’activité est très intense. Qu’ils soient tous remerciés (à commencer par M. Achraf !) de perpétuer l’approche libérale du fondateur de la librairie,  al-Ḥāǧǧ Madbūlī de célèbre mémoire.

Pour donner des indications financières, nous préciserons que la mission a été réalisée grâce à un financement conjoint de l’IREMAM (mission R. Jacquemond, financement des acquisitions), de la MMSH (mission O. Dubois, frais de transport et de dédouanement) et enfin du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans qui a financé une grande partie des acquisitions. Le soutien de ce dernier a été essentiel cette année pour nous permettre de perpétuer notre politique d’acquisition des ouvrages en arabe mise en place depuis des décennies.

La moyenne d’achat des ouvrages se situe entre 4,5 et 5 euros, suivant que l’on prend en compte le nombre de volumes ou celui des titres ; rapportée à l’ensemble des frais de la mission, elle passe entre 8,5 et 10 euros. On perçoit facilement, au vu de ces chiffres, l’intérêt y compris financier du déplacement, sans même parler de l’intérêt en termes de contenu à assurer ce suivi extrêmement précis du paysage éditorial égyptien.

Richard Jacquemond était également là pour mener une politique d’acquisition sur la littérature égyptienne contemporaine, et ce salon a été l’occasion de constater l’effervescence de la publication dans ce domaine, en particulier avec une multiplication d’ouvrages de littérature plus ou moins satirique sur le fonctionnement de la société égyptienne, bousculant (ou approfondissant ?)  les « normes » esthétiques de la production précédente : titres accrocheurs, voire sarcastiques, utilisation du dialectal, choix des couvertures, etc.  On mentionnera également l’abondance de romans policiers, de vampires, de fantômes qui ont désormais une place acquise auprès des jeunes lecteurs égyptiens…

Dans un contexte économique et politique difficile, nous avons été frappés par la vitalité de la production éditoriale (plus de 25.000 titres en 2015, si l’on en croit le n° de dépôt légal indiqué sur les nombreuses publications imprimées en fin d’année pour être présentes à l’ouverture de la foire ; pour mémoire, le nombre de titres au dépôt légal était d’environ 10.000/an au tournant du millénaire). Une part importante de cette production relève du secteur universitaire (nombre d’éditeurs sont spécialisés dans ce secteur et on sait que la publication d’ouvrages est pour les universitaires à la fois une obligation professionnelle et une source appréciable de revenus quand les étudiants sont contraints d’acheter le manuel du professeur). On a également remarqué la présence plutôt discrète du livre « islamique » (aussi bien les rééditions de classiques que les auteurs et éditeurs islamiques contemporains), comparativement aux foires des années 1990 et 2000.

De façon plus générale, nous avons pu constater une affluence considérable lors de ce salon, en particulier des jeunes et des familles. L’observation des visiteurs à la sortie permettait de constater que très rares étaient les personnes sortant sans au moins un livre en main. Les acheteurs étrangers (Indonésiens en grand nombre…) sortaient quant à eux avec d’énormes cartons, des valises entières… Un détail peut donner une idée de l’étendue (environ 1 km de long sur 600 m de large) du lieu d’exposition et de l’affluence des visiteurs : nombre de maisons d’éditions et de librairies ouvrent deux pavillons, l’un du côté sud, l’autre du côté nord, afin d’être sures de toucher tous les visiteurs.  A l’inverse, certaines maisons préfèrent concentrer leur présence à un endroit en fonction de critères de sélection de clientèle : par exemple, l’entrée sud n’étant pas desservie par le métro, les visiteurs s’y présentant sont ceux qui peuvent venir en voiture ou en bus, donc plus argentés que ceux qui arrivent par le nord…

Lors de la fermeture de la foire, les organisateurs ont annoncé avoir reçu plus de 3 millions de visiteurs, et que les ventes avaient connu une forte progression cette année (+180 %) (voir cet article du 11 février 2016). Il faut rappeler que les années précédentes avaient été peu propices aux achats de livres du fait de l’agitation politique qu’a connue le pays.

Les ouvrages sont arrivés à l’aéroport de Marignane quinze jours après que nous ayons quitté Le Caire. Ils ont fait l’objet d’un catalogage « minimal » (titre, auteur, éditeur) assuré par nos collègues étudiants tuteurs, afin qu’ils soient aussi rapidement  que possible signalés dans la base de données de la médiathèque. Ce catalogage sera prochainement complété et la liste des acquisitions réalisées lors de cette mission pourra alors être éditée et mise sur le site de la médiathèque.

Cette mission a été également l’occasion de contacts avec l’IFAO, le CEDEJ, ainsi que l’IDEO afin de mettre à jour les procédures d’échanges et de dons. Signalons enfin que l’hébergement que nous a assuré l’IFAO a été très confortable, ce qui n’est pas à négliger après d’intenses journées d’achat d’ouvrages.

Olivier Dubois et Richard Jacquemond

Ps : le programme des animations culturelles des Foires du livre se trouve sur le site internet de la Foire. On peut également trouver des indications sur la page facebook en revenant aux dates de la foire.

 

 

 

 

Le savon de Marseille fait peau neuve !

L’ancienne usine de stéarinerie (fabrique spécialisée en esters gras) issue de la fusion de la Maison Fournier (bougies) et de C. Ferrier & Cie (savon Le Chat) avait été détruite pour laisser place à la cité Félix-Pyat. Désormais, le lieu retrouve en quelque sorte sa fonction initiale puisque le Musée du Savon de Marseille MuSaMa y ouvrira ses portes en septembre prochain à Marseille au cœur de la ville, dans le quartier du Vieux-Port, rue Henri-Fiocca. A vocation scientifique,  ce nouveau musée proposera un concept ludique et innovant alliant effets spéciaux, vidéos, maquettes, et réalité virtuelle.

Nous vous proposons, à cette occasion, d’écouter les témoignages de personnels de savonneries ou de visionner, sur le site Repères méditerranéens, une vidéo sur la savonnerie Le Sérail  :

Témoignage du co-directeur de la savonnerie Le Sérail à Marseille
Témoignage du préparateur de commande de la savonnerie du Sérail à Marseille
Témoignage du savonnier de la savonnerie Le Sérail à Marseille


Témoignage du savonnier du Fer à cheval autour des savoir-faire de la fabrication du savon
Témoignage de l’ancien PDG de la savonnerie du Fer à Cheval à Marseille
Témoignage du co-directeur de la savonnerie du Fer à Cheval à Marseille

Vous pouvez consulter sur ce thème  de nombreuses ressources dont la plupart sont présentes à la Médiathèque de la MMSH.

la revue Provence Historique :
http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-2002-52-208_06.pdf

http://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-1987-37-147_04.pdf

ainsi que :  Revues.org/Rives Méditerranéennes  :
Désindustrialisation et ré-industrialisation à Marseille fin XIXe-début XXe siècle : l’exemple des activités chimiques traditionnelles, Xavier Daumalin, 2013.

mais aussi dans le cadre d’un séminaire doctoral consacré à l’histoire de Marseille :
«Savon marseillais et huile d’Italie méridionale au XVIIIe siècle», in Salvemini Biagio (dir.), Lo spazio tirrenico nella ‘Grande trasformazione’. Merci, uomini e istituzioni nel Settecento e nel primo Ottocento, Edipuglia, Bari, 2009, p. 41-58.

Du savon à la puce : l’industrie marseillaise du XVIIe siècle à nos jours, sous la dir. de Xavier Daumalin, Nicole Girard, Olivier Raveux, Ed. Marseille : J. Laffitte, 2003, cote F.ME 330 SAV.
Mémoire et patrimoine industriel à Salon : la savonnerie : exposition, 26 novembre 1988-27 février 1989, Musée de Salon et de la Crau, [conçue et réalisée par Marie-Christine Roquette], [catalogue rédigé par Bernard Legendrame, Professeur], 1989, cote 8-30772.
Mémoires du savon de Marseille : textes de Patrick Boulanger, Marguerittes : Ed. de l’Equinoxe, 1994, cote F.ME 600 BOU.
Une savonnerie marseillaise au XIXe siècle : étude des sociétés Estrangin et de leur réseau familial, par J. J. Lecun, sous la dir. de E.Temime, 1982, Cote MT 21760.

 

 

e-nédits : la collection numérique de l’IREMAM

Quatre nouveaux ouvrages publiés par l’IREMAM dans sa collection e-nédits viennent « enrichir » le fonds de la médiathèque. La particularité est qu’ils ne sont disponibles qu’ en format numérique et imprimables à la demande. Trois d’entre eux sont téléchargeables en libre accès sur la plateforme OpenEdition Books.

Cataloguer ces documents numériques dans notre base de données, mediabase, alors même que nous ne possédons pas les supports imprimés nous permet d’offrir l’information la plus complète à nos utilisateurs lors de leurs recherches documentaires. Ceci est particulièrement important pour les études arabes, qui constituent l’un des domaines d’excellence de la bibliothèque. L’IREMAM est l’un des cinq laboratoires qui a versé intégralement son fonds documentaire à la médiathèque et qui soutient son enrichissement, année après année, grâce à un appui continu à notre politique documentaire en termes financier, d’expertise et de personnel.

 

 

Réouverture de la bibliothèque de l’IMA : 31 mars 2017

Après des travaux de rénovations et de modernisation, la bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe à Paris rouvre ses portes le vendredi 31 mars à 13h00. Cette réouverture est marquée par trois jours de festivités (lectures, concerts, ateliers de calligraphie,… ) qui se dérouleront du 31 mars au 2 avril 2017 et dont voici le programme. La bibliothèque sera, à cette occasion, ouverte jusqu’à 22h30!

Cette réouverture s’accompagne d’une offre enrichie de services aux lecteurs, catalogue (bientôt) en ligne, prêts de tablettes, …et toujours de multiples ressources disponibles sur le web : une bibliothèque numérique, des bibliographies thématiques, une sitothèque sur Delicious regroupant des sites gratuits sur le monde arabe et musulman  (mais indisponible au moment où je rédige ce billet) et un portail documentaire sur le patrimoine méditerranéen  Qantara. Si vous ne trouvez pas la réponse à vos questions parmi toutes ces ressources, posez-les en ligne aux bibliothécaires de l’IMA, ils vous répondront en moins de 72h00 !

« L’école en Algérie, l’Algérie à l’école, de 1830 à nos jours » : une exposition au Munaé

Installé dans le quartier historique de Rouen, le Musée national de l’Education (Munaé) présente une riche collection d’objets, de documents, et d’iconographie sur l’histoire de l’éducation en France et à l’étranger de 1800 à nos jours.

A l’exposition permanente de ses collections, s’ajoutent des expositions temporaires thématiques concernant tous les aspects de l’éducation et de l’évolution du statut de l’enfant dans notre société.

La prochaine exposition temporaire intitulée « L’école en Algérie, l’Algérie à l’école : de 1830 à nos jours » ouvrira le 8 avril 2017 pour se terminer le 2 avril 2018. Le commissaire de cette exposition est Jean Robert Henry, directeur de recherches honoraire à l’IREMAM.

Vous trouverez des informations complémentaires sur les sites du Munaé et de l’IREMAM.

La médiathèque a contribué à la préparation de cet événement en fournissant des imprimés, des manuscrits, des manuels scolaires utilisés pendant l’époque coloniale en Algérie, des revues, des lithographies et des gravures (dont certains sont des dons de Jean-Robert Henry). La numérisation de nombreux documents effectuée par Christian Champaloux au sein de notre équipe, constitue une autre forme de collaboration à cette exposition.

Munae-affiche

Colonialisme au début du XXe siècle : de nouvelles ressources numériques sur le site de la Bibliothèque Universitaire

La Bibliothèque Universitaire de l’Université d’Aix-Marseille a contracté l’abonnement à 5 bases de données de ressources numériques sur le colonialisme européen dans la première moitié du XXe siècle (European Colonialism in the Early 20th Century). Ces bases de données ont été élaborées à partir des documents consulaires américains conservés aux Archives nationales des États-Unis.

La base sur le colonialisme français de 1910 à 1930 englobe quelques 800 documents (files) offrant 18 000 pages qui peuvent être visualisées en ligne et/ou téléchargées. Les autres bases concernent les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Italie.

L’accès se fait sans mot de passe sur place, à la Médiathèque ou dans les bibliothèques de l’Université, ou hors sites grâce aux identifiants de l’environnement numérique de travail que peuvent utiliser les enseignants-chercheurs, chercheurs et étudiants de l’Université.

Nous sommes à votre disposition pour une première prise de contact avec cet outil si vous le désirez.

Voici ce que nous communique le service des ressources numériques du SCD :

Accès : http://go.galegroup.com.lama.univ-amu.fr/gdsc/start.do?p=GDSC&u=univmars&authCount=1

Il s’agit de collections de sources primaires (correspondances, études et rapports, cartes géographiques etc.) sur le colonialisme européen du début de 20ème siècle.

Elles contiennent :
– European Colonialism in the Early 20th Century: Colonialism and Nationalism in the Dutch East Indies, 1910-1930
– European Colonialism in the Early 20th Century: French Colonialism in Africa: From Algeria to Madagascar, 1910-1930
– European Colonialism in the Early 20th Century: German Colonies in Asia and the Pacific: From Colonialism to Japanese Mandates, 1910-1929
– European Colonialism in the Early 20th Century: German Colonies to League of Nations Mandates in Africa 1910-1929
– European Colonialism in the Early 20th Century: Italian Colonies in North Africa and Aggression in East Africa, 1930-1939

La base est signalée sur le guide Histoire, onglet Cadist : http://bu.univ-amu.libguides.com/c.php?g=511727&p=3496847

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter :

Anne Girard – Ressources électroniques – Web – @zimut – SERVICE COMMUN DOCUMENTATION Aix-Marseille Université – SCHUMAN – 29 avenue R. Schuman – 13626 Aix-en-Provence              Tél: +33(0)4 13 55 39 78  Site : http://bu.univ-amu.fr/ – Email : anne-christine.girard@univ-amu.fr

Des nouvelles du service des périodiques de la médiathèque

La médiathèque s’abonne en 2017 aux revues suivantes :

Archivio storico per le province napoletane

état de collection : 1996-2001; vol.133,2015-

Expressions maghrébines

état de collection : vol.1,n.1,2002;vol.2,n.1-vol.2,n.2,2003;vol.3,n.2,2004;vol.6,n.2,2007-

Qantara

état de collection : n.1,1991-n.91, 2014;n.98,2016-

Studia islamica

état de collection : n.1, 1953-n.94,2002;n.97,2003;n.102/103,2006-n.104/105,2007;vol.3,n.1,2016-

studia islamicaexpressions maghrébines

 

 

 

 

 

 

 

La médiathèque se désabonne en 2017 aux revues suivantes :

Bulletin des bibliothèques de France

Journal of the royal anthropological institut

MEED= Middle east economic digest

Sociologia ruralis

La médiathèque vous informe de la mort en 2017 des revues suivantes :

Problèmes économiques

Sociologie du travail

et de la renaissance de la revue

Terrain  disponible sur revues.org

 

 

 

Colloque international : Moissonner la mer, MMSH, 11-12 octobre 2016

Gorgone de corail rouge - Photographie en lien avec le corpus sonore "La pêche traditionnelle varoise dans les années 1970"

Gorgone de corail rouge-Henri-Paul Brémondy
https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-01323484

Le colloque international intitulé « Moissonner la mer. Économies, sociétés et pratiques halieutiques méditerranéennes, 15e-21e siècle » se déroulera les 11 et 12 octobre prochains à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Il est organisé par Gilbert Buti, Daniel Faget, Olivier Raveux, Solène Rivoal et Agnès Rabion du laboratoire TELEMME.

 » Occupant aujourd’hui moins de 250 000 actifs pour l’ensemble du bassin méditerranéen, les activités halieutiques ont marqué l’histoire des sociétés littorales depuis l’Antiquité. Sur les rives nord-occidentales, ces activités ont connu depuis le Moyen Âge une série d’innovations technologiques. La multiplication de nouveaux acteurs liés à la fourniture des engins de pêche, à la transformation de la ressource, à sa distribution, mais aussi à la mise en œuvre de politiques édilitaires destinées à assurer l’approvisionnement des marchés urbains, ont alors produit une dilatation de la sphère des économies halieutiques. Connectant les deux rives de la Méditerranée, ces activités animent aussi des axes d’échanges alimentés par des ressources endémiques, qui pour certaines, comme le corail ou les éponges, incarnent l’existence dès le XVIe siècle d’une économie-monde des produits de la mer. L’expression au cours des temps modernes d’une inquiétude sur la pérennité de la ressource démontre cependant la fragilité de ce milieu marin spécifique. Alors que se profile aujourd’hui un épuisement rapide des richesses océaniques, l’examen de la place et la responsabilité des pêches côtières artisanales dans les scénarios d’un développement durable est plus que jamais d’actualité.  »

PROGRAMME DU COLLOQUE

A l’occasion du colloque, la médiathèque exposera des ouvrages issus de son fonds sur ce thème dont voici une bibliographie sélective.

La phonothèque met à disposition plusieurs enquêtes enregistrées sur la pêche et le métier de pêcheur ; en particulier quatre corpus dont les entretiens sont accessibles en ligne :

– un corpus enregistré par Henri-Paul Bremondy (rattaché au CREHOP au moment des entretiens) sur la pêche traditionnelle varoise dans les années 1970, dont 190 photographies en lien avec le terrain, ont été déposées sur MédiHAL,

– Annie-Hélène Dufour (IDEMEC) a travaillé sur les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois dans les années 1980.

Une de ses enquêtes a été valorisée sur Les carnets de la phonothèque, et ses carnets de terrain sur le Brusc sont aujourd’hui accessibles sur la plateforme Transcrire.

– Pierrette Vergès et Arlette Apkarian, alors au LAMES, ont enregistré plus de 140 heures d’entretiens dans le cadre d’une enquête sur l’évolution et la structuration des métiers de la pêche de l’Etang-de-Berre aux Saintes-Maries-de-la-Mer.

Disponible à la médiathèque : le Dictionnaire de la Méditerranée

Le dictionnaire de la Méditerranée vient de paraître aux éditions Actes Sud en coédition avec la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. De nombreux chercheurs de la maison ont participé à sa rédaction. Dionigi Albera, Maryline Crivello et Mohamed Tozy en ont assuré la direction scientifique, en collaboration avec Gisèle Seimandi pour la coordination et la préparation éditoriale.

Une version en arabe est prévue pour fin 2016 ainsi qu’une édition électronique sous la responsabilité d’Abdelmajid Arrif.

Cet ouvrage est disponible à la médiathèque sous la côte : MED DIC 000 DIC

Flashinfo_dictionnaire-de-la-mediterranee

Focus sur deux collections : Albert Kahn et Germaine Laoust

Né Abraham Kahn à Marmoutier, en Alsace, en 1860, Albert Kahn a rassemblé un important fonds iconographique intitulé « Archives de la Planète », collection constituée de 72 000 autochromes (photographies en couleur sur plaques de verre) et des films en noir et blanc, un patrimoine ethnologique qui témoigne de l’activité humaine au début du siècle dernier et conservé au Musée départemental Albert-Kahn.
Albert Kahn avait mandaté des photographes entre 1909 et 1931 pour constituer cette collection (ethnologique, sociologique, architecturale et artistique) unique qui est numérisée, et consultable sur le portail :  Archives de la Planète.
Géo-localisées, et en accès libre les images numérisées, d’une exceptionnelle qualité, sont fidèles aux consignes d’Albert Kahn qui avait demandé des prises de vues sous des critères bien définis (plans serrés, vues panoramiques, etc. Ces clichés, pris dans le monde entier, témoignent de modes de vie traditionnels du début du XXe siècle aujourd’hui parfois disparus. Les différents thèmes présents dans ces collections sont : costumes, paysages, commerces, panorama de villes, portraits de groupe.
A partir du thème du costume au début du siècle dernier, nous avons trouvé intéressant de faire un parallèle entre la collection d’images réalisées par Stéphane Passet  pour Albert Kahn en 1912  au Maroc et celle de Germaine Laoust-Chantréaux qui a effectué des recherches précises sur les activités féminines dans certains groupes berbérophones d’Algérie (Aït Hichem) et du Maroc (Aït Mguild) dans les années 30  et dont un album photo est publié sur la plateforme de documents numériques e-Médiathèque.

            Femme rifaine des Beni Ulid (haut Ouergha, Maroc, 1931)Femme devant une porte cloutée, Marrakech, Maroc, décembre 1912, (Autochrome, 12 x 9 cm), Stéphane Passet, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 919
Femme rifaine des Beni Ulid (haut Ouergha, Maroc,  voir notice),Germaine Laoust-chantréaux, archives de la Médiathèque, MMSH,AIX-en-Provence,1931.
Femme devant une porte cloutée, Marrakech, Maroc, décembre 1912, (Autochrome, 12 x 9 cm),Stéphane Passet, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, 1919.

Par ailleurs,  à titre d’information, sachez que le musée Albert Khan participe la quatrième édition du festival  Allers-Retours« Sortez des clichés ! Regard sur des patrimoines vivants », organisé par la fédération des écomusées et des musées des sociétés.
Il se déroule du 21 juin au 2 octobre 2016. Le musée propose à cette occasion une exposition regroupant les œuvres de six photographes.

 

 

La notion de territoire(s) : 1ere journée scientifique de l’école doctorale 355 « Espace, Cultures, Sociétés »

Pour la première fois, l’École Doctorale 355 « Espaces, Cultures, Sociétés » organise une journée scientifique interdisciplinaire qui aura lieu à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence le 29 juin 2016 de 9h à 18h.

Il s’agira d’interroger la pertinence de la notion de territoire(s) dans les contextes disciplinaires variés qui composent l’école doctorale. L’objectif est de favoriser, grâce à l’étude de cette notion fédératrice, les échanges autour des méthodologies mises en place par les doctorants de Sciences Humaines et Sociales pour prendre en compte, en diachronie et en synchronie, une dimension centrale des représentations humaines et des processus sociaux.

La journée débutera par une conférence de M. Samuel Robert (Géographe, ESPACE) sur :         « Le territoire, du concept à son maniement dans les pratiques de recherche. Exemples en géographie. »

Elle sera structurée autour de trois ateliers co-animés par des doctorants et des enseignants-chercheurs de l’école doctorale.

PROGRAMME :

  • 9H : Accueil
  • 9H15-10H15 : introduction et conférence inaugurale par M. Samuel ROBERT, Géographe, ESPACE
  • 10H15-12H15 : Atelier « Fabrique des territoires »                                                                       avec la participation de M. Romain Borgna (TELEMME), M. Antonio Iodice (TELEMME) M. Julien Dario (LPED) et Mme Nacira Abrous (IREMAM)
  • 13H30-15H30 : Atelier « Territoire(s) et société » avec la participation de M. Geoffrey Meyer-Fernandez (LA3M), Mme Moufida Bourbia (IREMAM), Mme Sophie Gueudet (CHERPA), Mme Céline Bourbousson (LEST)
  • 16H-18H :  Atelier « La notion de territoire en Sciences Humaines et Sociales » avec la participation de M. Matthieu Giaime (CEREGE), Mme Francesca Giraldi (LA3M), Mme Carole Brousse (IDEMEC), M. Gabriele Salvia (ENSA-M).
  • Contact : ed355@mmsh.univ-aix.fr

Brahim Metiba : Prix Beur FM Méditerranée pour  » Ma mère et moi »

 

A l’occasion de la 22e édition du Maghreb des livres, le prix Beur FM Méditerranée à été remis à Brahim Metiba pour son ouvrage intitulé « Ma mère et moi », paru en 2015, aux éditions du Mauconduit.

Un article  de la revue Livres Hebdo présente l’auteur et son roman.

Quelques photos de l’édition 2016 du Maghreb des livres.

 

22e Maghreb des livres : le Maroc à l’honneur

https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-00878663/thumb

La 22e édition du Maghreb des livres se tiendra les 13 et 14 février 2016 à l’hôtel de ville de Paris.

Cette année, honneur aux lettres marocaines avec la présence de plus de 150 auteurs (Présentation-des-auteurs-et-des-ouvrages.pdf). Des hommages seront rendus à Driss Chraïbi (1926 – 2007), Assia Djebar (1936 – 2015) et François Maspero (1932 – 2015).

Une série de tables rondes seront organisés sur les thèmes suivants :  » L’évolution de la société marocaine depuis quinze ans « ,  » 1956, année charnière dans l’histoire du Maghreb « ,  » Banlieues : quel bilan depuis la révolte de 2005  ?  » et  » Langues métissées en Méditerranée « .

Crédit photo : Sarah Prybyl – Jeunes marocains sur le port de Tanger-Ville – https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-00878663/thumb