Archives de catégorie : Dons

Dons de documents à la médiathèque

Focus sur le fonds  » Émile Témime « 

Ce 18 novembre, l’association Approches Cultures & Territoires organise au Musée d’Histoire de Marseille une journée en hommage à Emile Témime, « Marseille: des récits à l’histoire ». Le programme a été publié sur cette plate-forme dans le carnet de recherche du « Séminaire doctoral d’histoire de Marseille« .

Cette manifestation est l’occasion de mettre en avant notre fonds « Emile Témime », constitué au fil des années grâce à des acquisitions et des dons effectués par l’ historien lui-même et par le laboratoire TELEMME.

Il comprend :

– des ouvrages rédigés par le chercheur ou auxquels il a participé : Ouvrages-E-Témime

– des travaux d’étudiants qu’il a dirigés : Mémoires dirigés par E. Témime

– la bibliothèque de recherche qui a fait l’objet d’un don à la médiathèque  : Don E.Témime

 

La recherche de Paul Bonnenfant, une « démarche amoureuse »

 Porte de maison dans la ville de Baḍa, wâdî Dû‘an,Yémen, Ḥaḍramawt,1997.

Porte de maison dans la ville de Baḍa, wâdî Dû‘an,Yémen, Ḥaḍramawt, 1997.         

Comme nous l’avons vu dans un précédent billet, les archives photographiques de Paul Bonnenfant, prises entre 1974 et 2004, présentent un intérêt évident par le témoignage qu’elles apportent sur les transformations de la péninsule Arabique. Les images prises par ce « chercheur de terrain » mêlent plusieurs thématiques exploitables par des sociologues, des anthropologues, des archéologues, des architectes, des historiens ou des concepteurs de musées… PB adhère à ces projets car le lien avec son terrain de recherche, sa « terre », est encore très fort. Son amour pour le monde arabe et musulman nourrit toujours son activité.

Dans une définition académique du chercheur et du travail de recherche donnée par les institutions, on dira que ses missions principales sont la production, la valorisation et la diffusion d’un travail scientifique. Dans son laboratoire, ou sur le terrain, son rôle est de mener à bien ces différents objectifs afin de fournir une production scientifique qui va contribuer à améliorer le savoir et apporter de nouvelles connaissances dans son domaine. Le travail de recherche est donc, avant tout, un travail méthodique, rationnel, basé sur la réalisation d’expériences et d’analyses qui aboutissent enfin à la diffusion des résultats par la publication.

Ayant mené à bien toutes ces activités durant sa carrière, Paul Bonnenfant ne s’est pourtant pas contenté d’accomplir son travail de chercheur au seul sens académique du terme. Il « ressent » sa recherche, la décrivant lui-même comme une « démarche amoureuse ». Dans l’avant-propos de son troisième ouvrage, à paraître, Zabîd. Fragments d’histoire sociale au XXe siècle, PB laisse deviner son approche personnelle de la recherche, en même temps que sa méthode, qui, dit-il, « se caractérise précisément par une absence de méthode ». En revenant sur les souvenirs de ses séjours à Zabîd, entre 1990 et 2004, il fait part de la manière dont il ressent son travail.

Minaret de mosquée et maisons en briques d’argile dans le noyau historique de ‘Unayzah, Arabie Saoudite, Najd, région du Qaṣîm 1974

Minaret de mosquée et maisons en briques d’argile dans le noyau historique de ‘Unayzah, Arabie Saoudite, Najd, région du Qaṣîm 1974          

 

En effet, pour comprendre son sujet d’étude, Paul Bonnenfant s’appuie avant tout sur une « expérience » de la recherche, en privilégiant « le ressenti » plutôt qu’une méthode rationnelle et scientifique. Une forme de méthode qu’il a dû appliquer dès le début de ses séjours dans la péninsule Arabique. Dans les années 1970, pratiquement aucune étude de type universitaire n’existe sur cette immense « île des Arabes », contrairement au Maghreb. Très peu de livres ou d’articles sur des sujets concrets touchant à l’anthropologie sont déjà rédigés. Le chercheur doit faire face à l’absence de cartes et à la faible quantité de sources écrites en langues européennes. Pour apprivoiser son sujet et répondre aux exigences scientifiques, il fait d’abord appel à « son ressenti », allant « le nez au vent » dit-il, guidé par des articles de l’Encyclopédie de l’Islam et des sources arabes, comme les dictionnaires géographiques ou les biographies. C’est donc avec ses compétences scientifiques, méthodiques et rationnelles, mais également avec sa sensibilité, son instinct, qu’il travaille durant toute sa carrière, pour aller véritablement à la recherche de son sujet d’étude.

Revenons à l’avant-propos déjà cité. Paul Bonnenfant débute en écrivant qu’il « faut une énergie amoureuse pour commencer une recherche. Désir de voir, de sentir, de toucher, de découvrir ou de dévoiler, de s’immerger, de comprendre, de connaître. Démarche indispensable du cœur, du corps et de l’esprit qui s’ouvrent, qui ne mettent plus de barrières, qui déposent les soucis du monde et acceptent l’écoute »[1]. Les sentiments de PB face à la recherche sont donc bien ceux d’une rencontre amoureuse entre le chercheur et son sujet. Si nous poursuivons l’analogie, cette rencontre porte également en elle ses turbulences émotionnelles habituelles : désir, excitation, curiosité, impatience, mais également doute, réticence, peur, déception. Elle exige l’inévitable don de soi, unique moyen d’entrer en contact avec l’autre. En effet, pour que la rencontre avec son sujet ait lieu, il faut d’abord la mériter. C’est en faisant preuve d’humilité, de respect et d’un état d’esprit de réciprocité vis-à-vis de cette « terre », que PB entre en contact avec elle. Promesse d’émerveillements, de découvertes, la rencontre n’est possible que si le chercheur accepte de s’offrir lui-même en premier, dans une attitude d’abandon.

Dans un autre passage, il évoque cette acceptation mutuelle : « En accueillant le corps de l’Aimée, en acceptant les attraits et les défauts de sa chair, et même les répulsions que parfois elle me suscite, je lui permets, je l’autorise à m’accepter aussi, avec mes propres défauts, mes différences et les dégoûts que parfois je provoque. Quel parallèle avec ma découverte de Zabîd, cette longue approche, la douceur d’un premier baiser reçu comme touriste en 1975, les phases exploratoires, cette découverte progressive et émerveillée des trésors de la ville, mais aussi la nécessaire acceptation de sa misère et des conséquences de la misère, les odeurs, la boue visqueuse et nauséabonde qui submerge les tongs et gicle entre les orteils dans le piétinement d’un cortège de mariage. Zabîd aussi doit m’accepter avec toutes les impuretés que je véhicule, les colères que suscite le fait que je représente, volens nolens, un monde technique, industrialisé et athée qui l’écrase de toutes les manières. […] Justement, avec mon attirail photographique, je brave un interdit sur l’image[2] et je représente un monde industrialisé toujours plus prédateur à l’égard des pays pauvres. Laisser venir l’information, ne pas la solliciter, être seulement dans la présence, voir le détail qui révèle ».

L’avant-propos de Paul Bonnenfant montre que « Zabîd l’oubliée », surnom donné à la ville par ses habitants, l’oblige à une acceptation totale de son sujet, avec ses difficultés et ses obstacles, en même temps qu’elle l’invite à une acceptation de soi, de ses forces mais aussi de ses limites. Vouloir venir à bout de la ville étudiée comme un prédateur fonce sur sa proie, c’est l’échec assuré. En réalité, et c’est le message que livrent les lignes de PB, c’est la ville qui vient au chercheur. Laisser venir l’information… Zabîd n’accepte de le guider que s’il fait preuve, pour la recevoir, de renoncement et d’abandon, de générosité et de patience : « Inversion des rythmes, accepter de changer ses habitudes pour la recherche… Encore la démarche amoureuse, accepter l’arrivée d’un être dans sa vie, casser les vieux rythmes, les petites habitudes et les grandes manies… Comment ne pas faire le rapprochement avec le jeûne du ramadan ? Pour le Transcendant, s’adonner à de nouveaux rythmes, accepter un autre point de vue sur les choses de la vie, les rythmes de la nourriture et de la vie sexuelle.  Accepter un temps de revenir sur soi et de tout bouleverser ».

C’est alors un territoire inconnu, neuf, vierge, qui se présente à lui et qu’il amadoue lentement. Pour cela, il faut qu’il accepte de se rendre vulnérable lui aussi, dévêtu de tous ses préjugés culturels, sociaux ou religieux, de tous ses a priori, de toutes ses idées reçues ou préconçues. Tous les dogmes doivent être dépassés, toutes les barrières levées. En réalité, pour apprécier, comprendre la valeur du sujet en voie d’apparition dans sa totalité, pour aller à sa recherche, il faut que le chercheur en sciences de l’homme soit prêt à se découvrir lui aussi. C’est dans cette réciprocité que le « travail » de recherche est possible. Une fois débarrassé de ce qu’il sait, la recherche accepte de le laisser entrer dans son territoire, de le guider dans ses découvertes.

Le scientifique fait don de soi, de ses sens, de ses compétences, de ses connaissances, s’il veut pouvoir recevoir en exclusivité (privilège du chercheur) la découverte, et goûter la saveur de sa recherche. Cela oblige en contrepartie de l’accepter dans ce qu’elle a de plus difficile, de plus réticent. Respecter son rythme, ses résistances, faire face à ses obstacles sont les conditions sous lesquelles elle accepte de se dévoiler. « Ne pas lutter », « ne pas résister », « ne penser à rien », écrit PB : en s’abandonnant au lâcher prise, en renonçant à vouloir s’emparer d’elle à tout prix, mais plutôt en se laissant guider par la recherche, le scientifique peut découvrir toutes les révélations qui vont s’offrir à lui, en une sorte de fusion avec son sujet avec lequel il ne forme plus qu’Un.

« Ne former plus qu’Un… », commente PB. « Cela évoque évidemment l’union sexuelle quand elle est réussie. Mais au-delà, comment ne pas évoquer les grands mystiques chrétiens ou le savant soufi Jalâl ad-Dîn al-Rûmî qui évoque “un Dieu plus près de toi que ta veine jugulaire“ ? Et encore, les techniques mises au point par le tantrisme et le bouddhime, souvent reprises par le soufisme : le rassemblement du geste corporel, du souffle, du son, d’une concentration extrême visant à balayer les réactions compulsives, les scories du passé et les peurs pour l’avenir. Ressentir le vide, le temps suspendu, l’absence de besoin, l’instant, la présence à l’instant ! Tout cela engendre la paix du corps et du mental et, plus tard, une grande disponibilité à ce qui se passe, une ouverture au monde, et nous retrouvons la recherche ! »

La recherche et la quête d’unité avec son sujet lui permettent de s’imprégner de tout ce qui l’entoure pour en percevoir et en saisir tout ce qui le constitue. Dans ce don généreux, l’environnement, les bruits, le climat, les gens, la ville, tout s’offre à lui pour divulguer enfin les secrets que la recherche lui avait promis. On ne sait plus très bien alors s’il est parvenu à amadouer son sujet, ou si c’est la recherche qui l’a amadoué.

Maisons du village fortifié de Miz‘al, bâti en briques d’argile, Arabie Saoudite, région centrale du Najd 1982.

Maisons du village fortifié de Miz‘al, bâti en briques d’argile, Arabie Saoudite, région centrale du Najd 1982.        

À travers cette mince description de l’état d’esprit dans lequel Paul Bonnenfant accomplit son « travail », nous entrons dans une com-préhension du fonds photographique sur la péninsule Arabique, nous saisissons le fondement de sa recherche en captant ce qu’elle nous livre. PB est foncièrement un « chercheur de terrain » respectueux et amoureux de la terre qui l’a conquis dès le début de sa carrière. C’est ce même amour qui le pousse aujourd’hui à revenir sur son terrain en effectuant un nouveau travail de traitement sur ses propres sources. Il accepte de faire évoluer son métier : en permettant cette nouvelle forme de transmission et de valorisation de ses archives photographiques, elles deviennent une source d’informations et de recherches pour les générations futures. Cette forme de valorisation inédite offre la démonstration d’un esprit scientifique profondément lié à son cœur. Ainsi, la diffusion du fonds sur le site e-mediathèque s’insère totalement dans la perspective d’une large vulgarisation par laquelle les photographies deviennent tout aussi précieuses pour les scientifiques que pour le grand public.


[1] Ouvrage à paraître : Zabîd. Fragments d’histoire sociale au XXe siècle.

[2] Un cinéma de Zabîd, ouvert dans les années 1970 dans une ancienne teinturerie à l’indigo, a été fermé, suite à l’opposition de certains religieux de la ville.

Zoom sur une revue : فكر وفن Art & Thought-Fikrun wa Fann

Fikrun wa Fann (« Art et Pensée ») est une revue éditée par le Goethe Institut. Son objectif est de rendre compte et d’encourager le dialogue avec les pays islamiques.

Ce magazine reflète un demi-siècle d’histoire et de contacts culturels et intellectuels entre Allemands et Arabes, et plus généralement entre Européens et Musulmans.

Fondée en 1963 par Annemarie Schimmel et Albert Theile (vous pouvez consulter certains de leurs titres à la médiathèque), Fikrun wa Fann est une revue importante et reconnue contribuant au dialogue entre cultures. Depuis 2001, le magazine est dirigé par le chercheur et islamologue Stefan Weidmer. C’est également la seule publication de ce genre à paraître en persan.

Grâce à la contribution d’islamologues reconnus (d’Allemagne et de pays arabes), la revue est devenue un espace d’information et d’échanges au sein de groupes d’études spécialisés dans ce domaine. Fikrun wa Fann traite en profondeur les questions culturelles et socio-politiques actuelles et sert également de forum ouvert sur des sujets controversés.

Fikrun wa Fann est aussi connu pour la qualité littéraire de ses articles et la grande qualité esthétique de ses illustrations.

Ce périodique est publié deux fois par an à près de 20.000 exemplaires en trois langues : arabe, anglais et persan. Les articles du magazine sont également disponibles dans les trois langues sur le site de la revue (en cliquant sur Take Fikrun wa Fann with you as an e-paper). Vous y trouverez aussi les thèmes récents abordés dans la revue ainsi que des liens vers les institutions et  les projets dédiés à l’échange interculturel.

L’historique de Fikrun wa Fann à la médiathèque : issue du fonds des revues de la bibliothèque de l’IREMAM (3200 titres environ), c’est  André Raymond qui nous fit don régulièrement de cette revue entre 1983 et 2010. Depuis 2011, nous la recevons toujours directement de l’éditeur. Vous pouvez consulter son état de collection ici.

             

Crédits photographiques : Fikrun wa Faan, Goethe Institut Shop.