Archives de catégorie : avec les labos

e-nédits : la collection numérique de l’IREMAM

Quatre nouveaux ouvrages publiés par l’IREMAM dans sa collection e-nédits viennent « enrichir » le fonds de la médiathèque. La particularité est qu’ils ne sont disponibles qu’ en format numérique et imprimables à la demande. Trois d’entre eux sont téléchargeables en libre accès sur la plateforme OpenEdition Books.

Cataloguer ces documents numériques dans notre base de données, mediabase, alors même que nous ne possédons pas les supports imprimés nous permet d’offrir l’information la plus complète à nos utilisateurs lors de leurs recherches documentaires. Ceci est particulièrement important pour les études arabes, qui constituent l’un des domaines d’excellence de la bibliothèque. L’IREMAM est l’un des cinq laboratoires qui a versé intégralement son fonds documentaire à la médiathèque et qui soutient son enrichissement, année après année, grâce à un appui continu à notre politique documentaire en termes financier, d’expertise et de personnel.

 

 

Colloque international : Moissonner la mer, MMSH, 11-12 octobre 2016

Gorgone de corail rouge - Photographie en lien avec le corpus sonore "La pêche traditionnelle varoise dans les années 1970"

Gorgone de corail rouge-Henri-Paul Brémondy
https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-01323484

Le colloque international intitulé « Moissonner la mer. Économies, sociétés et pratiques halieutiques méditerranéennes, 15e-21e siècle » se déroulera les 11 et 12 octobre prochains à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Il est organisé par Gilbert Buti, Daniel Faget, Olivier Raveux, Solène Rivoal et Agnès Rabion du laboratoire TELEMME.

 » Occupant aujourd’hui moins de 250 000 actifs pour l’ensemble du bassin méditerranéen, les activités halieutiques ont marqué l’histoire des sociétés littorales depuis l’Antiquité. Sur les rives nord-occidentales, ces activités ont connu depuis le Moyen Âge une série d’innovations technologiques. La multiplication de nouveaux acteurs liés à la fourniture des engins de pêche, à la transformation de la ressource, à sa distribution, mais aussi à la mise en œuvre de politiques édilitaires destinées à assurer l’approvisionnement des marchés urbains, ont alors produit une dilatation de la sphère des économies halieutiques. Connectant les deux rives de la Méditerranée, ces activités animent aussi des axes d’échanges alimentés par des ressources endémiques, qui pour certaines, comme le corail ou les éponges, incarnent l’existence dès le XVIe siècle d’une économie-monde des produits de la mer. L’expression au cours des temps modernes d’une inquiétude sur la pérennité de la ressource démontre cependant la fragilité de ce milieu marin spécifique. Alors que se profile aujourd’hui un épuisement rapide des richesses océaniques, l’examen de la place et la responsabilité des pêches côtières artisanales dans les scénarios d’un développement durable est plus que jamais d’actualité.  »

PROGRAMME DU COLLOQUE

A l’occasion du colloque, la médiathèque exposera des ouvrages issus de son fonds sur ce thème dont voici une bibliographie sélective.

La phonothèque met à disposition plusieurs enquêtes enregistrées sur la pêche et le métier de pêcheur ; en particulier quatre corpus dont les entretiens sont accessibles en ligne :

– un corpus enregistré par Henri-Paul Bremondy (rattaché au CREHOP au moment des entretiens) sur la pêche traditionnelle varoise dans les années 1970, dont 190 photographies en lien avec le terrain, ont été déposées sur MédiHAL,

– Annie-Hélène Dufour (IDEMEC) a travaillé sur les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois dans les années 1980.

Une de ses enquêtes a été valorisée sur Les carnets de la phonothèque, et ses carnets de terrain sur le Brusc sont aujourd’hui accessibles sur la plateforme Transcrire.

– Pierrette Vergès et Arlette Apkarian, alors au LAMES, ont enregistré plus de 140 heures d’entretiens dans le cadre d’une enquête sur l’évolution et la structuration des métiers de la pêche de l’Etang-de-Berre aux Saintes-Maries-de-la-Mer.

XIe colloque international : « Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord »

 Affiche_web

« Sauvage, domestique ou commensal, acteur de l’économie ou figure symbolique dans les récits ou l’iconographie, l’animal tient une place essentielle dans les sociétés humaines. Bien que de nombreux travaux aient exploré différents aspects de cette relation complexe dans l’espace maghrébin, aucune réunion diachronique, de la Préhistoire au Moyen-Âge, n’a permis de faire le point des travaux récents et de tracer les perspectives de recherche futures.

C’est l’objet de ce colloque, qui s’inscrit dans une perspective résolument diachronique et multidisciplinaire pour confronter les approches développées en Archéologie et en Histoire. Afin de favoriser échanges et débats, la réunion sera organisée autour de trois grandes thématiques conçues pour permettre l’expression de toutes les démarches scientifiques sans les enfermer dans un cadre chronologique et historique trop étroit :

A. L’animal utile : une ressource, des utilisations, des systèmes économiques ;
B. L’animal dans la nature : entre cohabitations et représentations ;
C. L’animal en représentation : symboles, iconographies, croyances. »

 Lieux :

Musée d’Histoire de la Ville de Marseille : Square Belsunce, 2 rue Henri Barbusse, Marseille 1er
Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM, Marseille), Esplanade du J4, Marseille 2e
Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence), 5 rue du Château de l’Horloge.

Organisé par :

Le Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique (LAMPEA),
Le Centre Camille Jullian. Histoire et Archéologie de la Méditerranée et de l’Afrique du Nord (CCJ)
L’Institut de recherche sur l’architecture antique (IRAA)
Le Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée (LA3M)
L’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM)
et la Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (SEMPAM)

Avec la collaboration de :

Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence), Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM, Marseille), Musée d’Histoire de Marseille.

Avec le soutien de :

LabexMed, Aix-Marseille Université, CNRS, Région Provence Alpes Côte d’Azur, Ecole Pratique des Hautes Etudes (Paris), Fondation Khôra (Institut de France, Paris), SEMPAM.

Comité scientifique :

Aomar Akerraz (INSAP, Rabat), Nabiha Aouadi-Abdeljaouad (INP, Tunis – Musée national des arts islamiques de Raqqada), Maxence Bailly (AMU – LAMPEA, Aix-en-Provence), Barbara Barich (Università « La Sapienza », Rome), Azedine Beschaouch (de l’Institut), Mounir Bouchenaki (UNESCO – CNRA, Alger), Youssef Bokbot (INSAP, Rabat), François Déroche (de l’Institut, président de la SEMPAM), Jehan Desanges (de l’Institut), Pierre Gros (de l’Institut), Slimane Hachi (CNRPAH, Alger), Mohamed Hassan (Université de Tunis), David Mattingly (Université de Leicester), Jorge Onrubia Pintado (Université de Castilla-La Mancha), Bruno Pottier (AMU – CCJ, Aix-en-Provence).

Comité d’organisation :

Véronique Blanc-Bijon (CCJ), Jean-Pierre Bracco (LAMPEA), Marie-Brigitte Carre (CCJ), Salem Chaker (IREMAM), François Déroche (de l’Institut, président de la SEMPAM), Xavier Lafon (IRAA), Mohamed Ouerfelli (LA3M).

Site du colloque : http://sempam.sciencesconf.org/ et programme ici.

Focus sur le fonds  » Émile Témime « 

Ce 18 novembre, l’association Approches Cultures & Territoires organise au Musée d’Histoire de Marseille une journée en hommage à Emile Témime, « Marseille: des récits à l’histoire ». Le programme a été publié sur cette plate-forme dans le carnet de recherche du « Séminaire doctoral d’histoire de Marseille« .

Cette manifestation est l’occasion de mettre en avant notre fonds « Emile Témime », constitué au fil des années grâce à des acquisitions et des dons effectués par l’ historien lui-même et par le laboratoire TELEMME.

Il comprend :

– des ouvrages rédigés par le chercheur ou auxquels il a participé : Ouvrages-E-Témime

– des travaux d’étudiants qu’il a dirigés : Mémoires dirigés par E. Témime

– la bibliothèque de recherche qui a fait l’objet d’un don à la médiathèque  : Don E.Témime

 

La revue « Provence Historique » désormais sur internet !

La collection historique (1950-2006) de la principale et plus ancienne revue scientifique dédiée à l’histoire de la Provence est désormais en ligne.

Tout lecteur peut désormais consulter sur internet articles et fascicules pour une période de 56 années. Cette édition électronique rassemble près de 2000 articles écrits par 1000 auteurs. L’accès à la base de données peut se faire en utilisant un mot-clef, un nom d’auteur, un nom de lieu ou un nom de personne. Il offre à tous les chercheurs et à toutes les personnes intéressées par l’histoire de la Provence une consultation extrêmement riche sur tous les sujets et toutes les questions abordés par la revue.

Plus qu’une meilleure visibilité, c’est à une véritable valorisation de la collection à laquelle se sont attachés les différents acteurs de cette belle réalisation : non seulement la mise en perspective de l’ensemble des 2000 articles ainsi réunis permet de saisir  la cohérence du travail historique accumulé, mais elle met en lumière les manières renouvelées dont les historiens appréhendent depuis une soixantaine d’années dans leurs recherches les rapports entre pratiques et discours. Parfaite dans son rôle à la fois de recherche et de diffusion de la recherche, Provence historique élargit à l’infini, avec cette nouvelle dynamique, le champ de ses lecteurs, permettant les liens entre les thèmes, les lieux, les années, les acteurs d’une histoire provençale florissante.

Historique de la revue

Publiée avec le concours du ministère de l’Education Nationale et de la Recherche, de l’Université de Provence, de l’UMR Telemme, et du Conseil général des Bouches du Rhône, Provence Historique paraît au rythme de quatre livraisons par an (environ 600 pages), avec parfois la parution de numéros spéciaux  sur l’état de la recherche dans un domaine particulier. Dès la fondation de la Fédération historique de Provence en 1950, créée pour regrouper les sociétés savantes de la région, la publication « d’une revue d’érudition consacrée à l’histoire régionale » est décidée. Provence Historique a dès lors la volonté de couvrir l’ensemble de l’espace provençal et de faire place aux disciplines voisines que sont l’archéologie, l’histoire de l’art, la préhistoire, l’architecture, la géographie, la philosophie, la théologie, l’économie. Centrée sur la Provence, elle n’hésite pas à l’occasion à présenter une démarche comparatiste qui inscrit les résultats de la recherche régionale dans un cadre méditerranéen.

A partir de 1980, la politique éditoriale a privilégié les numéros permettant de faire le point sur l’état de la recherche dans un domaine particulier. Ceux-ci permettent la publication des actes de rencontres scientifiques tenues dans différents centres de recherche de la région (les laboratoires de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, l’Université d’Avignon, l’antenne marseillaise de l’EHESS, le centre d’histoire religieuse de Frigolet…). La revue publie également les actes des congrès organisés par la Fédération historique de Provence.

Les cadres de l’opération

Cette publication numérique a été réalisée grâce au partenariat entre la Fédération historique de Provence et la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, USR 3125, Service des ressources numériques et Médiathèque SHS, avec le soutien du laboratoire Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée (TELEMME), UMR 7303 (Aix-Marseille Université-CNRS).

Elle est le résultat d’un important travail mené en 2011-2013 par une équipe composée de Abdelmajid Arrif (Edition électronique, ressources numériques et coordination), Hassan Moukhlisse (Coordination), Christian Champaloux, Olivier Dubois, Hassan Moukhlisse, Marie-Pierre Oulié et Caroline Rimbault-Minot (Traitement documentaire), Christian Champaloux (Numérisation), Olivier Dubois (Correspondant Médiathèque MMSH), Thierry Pécout et Olivier Raveux (Correspondants Fédération historique de Provence). Caroline Rimbault-Minot a assuré l’ensemble de l’indexation et le suivi du projet.

 Pour toute demande concernant la publication numérique des articles, s’adresser à la Fédération historique de Provence.

 Pour tout contact, s’adresser au siège de la Fédération Historique de Provence.

Par courrier électronique : federationhistorique.deprovence@laposte.net

Par courrier postal : Provence Historique, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 18, rue Mirès-BP10099-13303, Marseille cédex 03

Tunis 2012 : première Foire du Livre post-révolution

Par Bérengère Clément et Myriam Laakili 

 

Bienvenue à la foire de Tunis ! (Cliché : M. Laakili)

Du 2 au 11 novembre 2012, Myriam Laakili et Bérengère Clément se sont rendues à Tunis pour la 29e édition de la Foire Internationale du Livre avec pour mission d’acquérir la production éditoriale tunisienne 2011 et 2012, et éventuellement de l’édition libyenne, pour l’IREMAM et la Médiathèque de la MMSH.

La Foire du livre de Tunis, mode d’emploi

L’événement était particulièrement important et attendu cette année puisqu’il s’agissait de la première foire organisée depuis la révolution de l’hiver 2011, dans un contexte politique et économique en pleine transition. La Foire du livre se tenait comme à l’habitude au Palais des Expositions du Kram, à Tunis et l’invité d’honneur de cette année 2012 était l’Égypte.

Plus de 22 pays arabes, africains et européens représentés, 317 exposants, moins nombreux toutefois que les années précédentes. Moins d’éditeurs et donc moins de livres, mais une motivation certaine pour ceux qui reprenaient le chemin de la foire. Au cours de cette semaine, nous avons pu acquérir 143 ouvrages en langue arabe et 107 en langue française. En plus des éditeurs et diffuseurs avec lesquels nous avions travaillé les années précédentes, et que nous retrouvions avec plaisir, nous avons pu rencontrer et échanger avec : Abdelhamid Henia (Directeur de DIRASET- études maghrébines, Université de Tunis), Taoufik Monastiri (ancien collègue de l’IREMAM), Michael Béchir Ayari (chercheur à Tunis), Sawssen Fray (bibliothécaire de l’IRMC).

À la fin de notre séjour, nous nous sommes rendues à la Librairie El Kitab, avenue Bourguiba, ainsi qu’à la librairie Diwan, dans la Médina, où nous avons également trouvé un choix de livres intéressants.

L’édition post-révolution

Malgré la crise économique, les responsables des maisons d’éditions étaient dans l’ensemble satisfaits que la Foire du Livre soit placée sous le signe de la liberté d’expression et de l’absence de censure. Naturellement, une production importante était consacrée au printemps arabe : le thème de la révolution tunisienne en l’occurrence était abordé sous différents angles et à travers plusieurs genres : la poésie, les récits de vie d’anciens ministres, ceux des journalistes exilés durant la période Ben Ali, le roman, ainsi qu’une approche sociologique du printemps arabe et même un dictionnaire sur le thème de la révolution tunisienne. Toutes ces formes littéraires, dans leur diversité, sont une source importante pour les chercheurs spécialistes du monde arabe car elles reflètent le contexte de ces révolutions. En parallèle de cette production littéraire sur le printemps arabe, nous avons choisi des ouvrages qui traitent de la femme en islam, notamment sur l’aspect juridique, mais aussi du dialogue islamo-chrétien, de la linguistique, de l’histoire moderne et contemporaine des pays arabes, ainsi que les grands sujets de notre époque : conflits, migrations, violence, genre…

Nous avons noté que les exposants tunisiens proposaient au public, des ouvrages anciens ou récents qui auraient été censurés autrefois. De même, les exposants des stands libyens nous ont proposé des ouvrages d’histoire qui étaient censurés durant le régime de Kadhafi.

 

« Jasmine Rebirth », le nom du premier manga tunisien fait référence à la révolution tunisienne qui a débuté le 14 janvier 2011 (Cliché : M.Laakili)

La Foire de Tunis, observations

Pour Myriam Laakili, sociologue de formation et arabisante, cette Foire du livre de Tunis était une première expérience.

J’ai tout d’abord remarqué la présence d’un public nombreux composé de femmes et d’hommes, de personnes âgées et d’enfants, de familles de différentes catégories sociales et culturelles. La Foire du livre est aussi un lieu où s’organisent des séances de dédicace d’auteurs tunisiens connus, de nombreuses conférences (autour de thèmes tels que : « Le processus de transition démocratique en Égypte et en Tunisie »), des ateliers de graffiti, de peinture, des espaces de lecture, de spectacles pour enfants et pour adultes. C’est aussi un lieu où jeunes et moins jeunes viennent échanger sur le premier manga tunisien ou le dernier ouvrage d’Olfa Youssef.

Outre les ouvrages cités précédemment, on y trouve aussi des livres de recettes de cuisine, de psychologie, de bricolage, de religion, des dictionnaires et encyclopédies pour les étudiants, des livres sur l’économie, l’informatique, les sciences de la vie et de la terre, des livres pour enfants avec des jeux éducatifs…

À travers le livre, c’est aussi les éditeurs que nous avons rencontrés. En discutant avec eux, nous avons pu comprendre les problèmes de cette industrie particulière, mais aussi les questions éditoriales dans le monde arabe. Moncef Ben Ayed, responsable de la maison d’édition Al-Atlassiya nous a fait don de son ouvrage qui soulève la question de l’avenir de l’édition du livre tunisien. En effet, la Foire du Livre est l’occasion aussi pour les éditeurs de discuter et de débattre sur l’avenir de l’édition dans le monde arabe. Certains estiment qu’une possible solution résiderait dans l’union des pays de Maghreb qui permettrait de faciliter la circulation des ouvrages entre les pays de la région ; le premier pas de cette union serait culturel, et l’on pourrait aller jusqu’à imaginer une Union des lecteurs maghrébins.

 

L’Egypte, invitée d’honneur de la foire (Cliché : M. Laakili)

 

D’ailleurs la question éditoriale a fait l’objet d’une table-ronde dans le cadre de cette 29e foire, intitulée : « Les questions éditoriales dans le monde arabe », mais aussi en parallèle, sur un autre registre, les questions sur la numérisation étaient à l’ordre du jour concernant les fonds documentaires nationaux.

Après une semaine passée à la Foire du Livre, force est de constater que la révolution a permis de réimprimer et de proposer à la vente des ouvrages qui étaient interdits, c’est donc une occasion de relancer le marché du livre. De même, une fois l’euphorie de la révolution passée, le mot « révolution », est devenu « marketing », que ce soit dans la littérature, les écrits journalistiques, universitaires ou autres, ce qui pouvait parfois susciter un sentiment de saturation chez les lecteurs. Pour ces derniers, la Foire était surtout l’occasion d’acheter des ouvrages jusque-là censurés.

En résumé, la Foire du Livre est un terrain unique pour pénétrer l’édition d’un pays, y rencontrer ses acteurs et y acquérir des ouvrages introuvables ailleurs.

La logistique

Faire le tour des stands, ce n’est pas si simple et on s’y perd facilement. Il faut penser dès le premier jour à se munir du plan de la Foire. En parallèle, il faut essayer de trouver un porteur que l’on rémunère au jour le jour pour aider à transporter les livres, ou bien, si la chance vous

sourit, arriver à les stocker chez un éditeur sympa. Au bout de deux jours de mission, le volume d’acquisitions rendait nécessaire le service d’un transporteur pour transférer les livres de la Foire jusqu’à l’hôtel. Les autres jours, c’est dans l’une de nos valises à roulettes que nous avons stocké nos achats pour prendre le taxi jusqu’à l’hôtel. Enfin, pour trouver les perles rares et faire de bons choix, il faut allier patience et esprit d’analyse. Parcourir efficacement 317 stands est un véritable marathon, mais qui se fait sans peine grâce à l’accueil et à la générosité des exposants que nous tenons par ailleurs à remercier à travers ce billet.

La dernière démarche importante est le passage au fret : chaque livre doit correspondre à une facture dûment tamponnée qui sera exigée par les services de la douane ; ceux-ci se réservent le droit de vous faire ouvrir les cartons (« la visite ») que vous avez mis tant de soin à empaqueter. Un moment d’inquiétude survient, on vous demande d’aller dans la salle d’attente… puis l’officier de la douane revient avec le sourire, vous avez les autorisations d’« exporter », les cartons de livres peuvent partir !

A l’aéroport de Tunis-Carthage, l’envoi de notre précieuse collecte ! (Cliché : M. Laakili)

 

 

Journée d’études InSHS BAP F du 16 octobre 2012, Paris, CNRS, Michel-Ange

Rédigé par Bérengère Clément et Danielle Rouvier. 

La BAP F regroupe les métiers de la documentation, de la culture, de la communication, de l’édition et des TICE. Le programme de cette journée a été établi par rapport à l’intérêt marqué pour les retours d’expérience des participants à la première journée (http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/bapf-2010.htm).

Grande richesse et variété donc des interventions et des expériences.

De l’éditeur en ligne au Community manager. Les Digital humanities entre production de contenus et communication en ligne

Thierry Buquet, a exposé les différentes ressources électroniques de l’Ifpo, entre autres des carnets de recherche (http://ifpo.hypotheses.org/). Il a également ouvert différentes pistes de réflexion sur l’évolution de nos métiers dans le tournant numérique.

« Le blog du labo » : enjeux et méthodes pour un carnet de recherches

Clara Tomasini a présenté le “blog du labo” créé depuis janvier 2012 (http://printemps.hypotheses.org/) et a rendu compte de son expérience sur la composition, les difficultés, les questionnements qu’avait engendrés cette création. Le blog, pour elle, est une façon d’accompagner la recherche en train de se faire. Il permet de faire connaître les travaux au sein du laboratoire, auprès d’un public plus large. Il sert aussi à fédérer une équipe. Elle a également posé la question de la définition du métier : secrétaire d’édition ? webmaster ? médiateur ou communiquant scientifique ?

Mise en place d’un compte Facebook et d’un blog à la bibliothèque

Il s’agissait ici d’un retour d’expérience sur la création d’un blog et d’une page Facebook de la bibliothèque de la MOM (http://prefixesmom.hypotheses.org/).

Magali Lugnot, Geneviève Peyres ont montré les différences et l’intérêt d’avoir les deux éléments de communication : page facebook et  carnet de recherche sont complémentaires, ne s’adressent pas au même public, sont rédigés différemment. Elles ont insisté sur le temps qu’il faut consacrer à toutes les tâches engendrées par ces nouvelles compétences.

Plateforme collaborative de la MESHS : un outil de travail en réseau

La MESHS regroupe 30 laboratoires (9 Institutions de tutelle). Cynthia Pedroja a présenté la plate-forme collaborative de la MESHS composé de 3 pôles associés : ressources documentaires numériques, informatique, communication et médiation scientifique (http://www.meshs.fr/page.php?r=142&id=1150&lang=fr).

Mise en place d’un site web collaboratif avec le CMS Drupal

Le site web collaboratif présenté par Judith Hannoun (http://ethnologues.corpus-ir.fr/) est un agenda des événements, une vitrine pour le consortium des archives des ethnologues, une plate-forme d’accès aux différentes bases de données ainsi qu’aux différents catalogues des bibliothèques en ethnologie, le tout en évolution constante. Le graphisme est un élément essentiel pour la compréhension du site web.

FRANTIQ (Fédération et ressources sur l’Antiquité) : travail et outils collaboratifs

30 ans de ressources documentaires en archéologie, un réseau de 30 centres et un catalogue commun de 400 000 références, FRANTIQ (http://www.frantiq.fr/) est un site web collaboratif créé en 1984 qui a pris un nouvel élan en 2010. Blandine Nouvel, Nathalie Le Tellier-Becquart ont évoqué les forces et les faiblesses de cet outil, elles ont insisté sur le fait que le catalogage partagé renforce la notion d’appartenance, ces nouveaux outils sont un moteur du travail collaboratif.

Circulation de l’information interne et externe : l’exemple du CES Actu, newsletter électronique hebdomadaire

Tonia Lastapis a présenté la newsletter du Centre d’économie de la Sorbonne (http://ces.univ-paris1.fr/ces-actu.htm) et expliqué ses choix d’informations, de mise en page, d’écriture par rapport au public visé national et international. Elle nous a donné quelques conseils pratiques : faire vivre l’existant, le faire évoluer, discipliner les auteurs, trier les infos, être pragmatique et simple.

 De la communication interne à la communication externe, sur les chemins de l’identité partagée

Pour Pierre-Yves Saillant, les nouveaux moyens de communication sont utiles pour favoriser les échanges formels ou informels autour d’un événement. Pour cela il est nécessaire de construire une stratégie d’implication, de susciter la curiosité des interlocuteurs, de réunir les compétences et de les valoriser (http://www.ades.cnrs.fr/).

La veille au cœur de l’appui aux chercheurs : le cas de la MSH Lorraine, unité de service et de recherche interdisciplinaire

Elodie Tréhet privilégie la politique des 5 i : interinstitutionnel, identité, interdiscipline, international, insertion dans le milieu régional. Pour 250 chercheurs lorrains pas de bibliothèque mais des envois d’infos, des appels à projet, une veille permanente, des formations, des outils libres (agrégateur de flux, abonnements et newsletters), des astuces pour une veille collaborative et autonome (http://www.msh-lorraine.fr/).    

Gestion d’un projet de veille mutualisé et cartes heuristiques

C’est à l’occasion de la gestion d’un projet de veille mutualisé et d’élaboration de cartes heuristiques que Pascale Hénaut a choisi Mindmap comme outil de travail pour ses capacités dans les techniques de représentation graphique, pour l’organisation et la représentation des connaissances, pour le stockage des archives, le partage des infos mais aussi parce que c’est un outil rapide et attrayant (http://www.irstea.fr/linstitut).

Optimiser la diffusion et les référencements de revues scientifiques en SHS

Dans cette dernière intervention, les points faibles des revues ont été relevés. Pour optimiser la circulation des savoirs, pérenniser la visibilité du chercheur et adapter la diffusion de sa production aux nouvelles technologies et un travail collaboratif à distance, le réseau Medici (http://medici.in2p3.fr/fr/index.php5?title=Accueil)  et la plate forme WICRI ont été créés (http://ticri.inpl-nancy.fr/wicri.fr/index.php/Wicri_Wicri:R%C3%A9seau_Wicri) et s’adressent aux métiers de l’édition scientifique publique. 344 revues sont identifiées. Le travail à distance, les réunions téléphoniques et la plate forme collaborative permettent de construire et de capitaliser les informations. Là encore, il a été question de l’évolution des compétences dans le métier.