Archives par étiquette : Bibliothèques

Réouverture de la bibliothèque de l’IMA : 31 mars 2017

Après des travaux de rénovations et de modernisation, la bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe à Paris rouvre ses portes le vendredi 31 mars à 13h00. Cette réouverture est marquée par trois jours de festivités (lectures, concerts, ateliers de calligraphie,… ) qui se dérouleront du 31 mars au 2 avril 2017 et dont voici le programme. La bibliothèque sera, à cette occasion, ouverte jusqu’à 22h30!

Cette réouverture s’accompagne d’une offre enrichie de services aux lecteurs, catalogue (bientôt) en ligne, prêts de tablettes, …et toujours de multiples ressources disponibles sur le web : une bibliothèque numérique, des bibliographies thématiques, une sitothèque sur Delicious regroupant des sites gratuits sur le monde arabe et musulman  (mais indisponible au moment où je rédige ce billet) et un portail documentaire sur le patrimoine méditerranéen  Qantara. Si vous ne trouvez pas la réponse à vos questions parmi toutes ces ressources, posez-les en ligne aux bibliothécaires de l’IMA, ils vous répondront en moins de 72h00 !

2/Réunion GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans” : échanges entre bibliothèques arabisantes ou ayant un fond arabisant en France.

Par Bérengère Clément et Marie-Pierre Oulié.

Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) « Moyen-Orient et mondes musulmans » est une initiative du CNRS, créé en janvier 2013, pour 4 ans (renouvelables). Il a pour vocation d’encourager les différentes équipes et chercheurs à travailler ensemble avec notamment la création d’un réseau intégrant chercheurs, bibliothécaires et archivistes sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans.

Les missions du GIS autour des bibliothèques arabisantes :

  • Recréer une association sur le modèle du MELCOM  (Middle East Libraries Committee).
  • Effectuer un recensement complet des bibliothèques arabisantes françaises et de leurs ressources (à l’aide d’un questionnaire-type).
  • Mettre en place un réseau de bibliothèques arabisantes en France (et hors de France : UMIFRE – Unités mixtes des instituts de recherche français à l’étranger-, Ecoles françaises comme l’IFAO, l’IFPO, l’IRMC…).
  • Soutenir les politiques d’achat (notamment lors des foires du livre dans les pays arabes).
  • Organiser un congrès tous les deux ans.

Le projet de portail fédératif GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans » sur la plateforme Hypothèses.org :

La création du portail du GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans » par le Cléo  comprendra une rubrique « bibliothèques » où seront référencés les sites et catalogues (avec le projet de pouvoir interroger tous les catalogues ad hoc) en laissant bien sûr à de nouvelles bibliothèques la possibilité de s’inscrire.

Propositions des participants :

  • Envoi d’un questionnaire-type à toutes les bibliothèques, (même petites) dont les bibliothèques publiques ou municipales.
  • Possibilité d’interrogation en Z3950 des catalogues locaux des bibliothèques ; pour les fonds mixtes l’utilisation du protocole OAI pourrait permettre de ne sélectionner qu’une partie du fonds.
  • Politiques d’achat concertées (foires du livre).
  • Possibilité de proposer des listes d’échanges (doublons).

 

Bosra

Les bibliothèques représentées à la réunion  :

Elle couvre les domaines de la philosophie ancienne et médiévale, de l’étude des monothéismes (judaïsme, christianisme et islam) de l’Antiquité au début de l’époque moderne; de l’histoire des sciences arabes et médiévales ; de l’histoire culturelle, économique et sociale et politique du Moyen Âge. Le fonds est composé d’environ 14 000 titres en langue arabe, d’une cinquantaine de revues vivantes (dépouillées jusqu’en 2011) et de bases de données sur CD ROM. Le catalogue de la bibliothèque est consultable à l’adresse suivante : http://www.itt.vjf.cnrs.fr/et sur le réseau PMC (Premier Millénaire Chrétien). Le budget annuel est de 4000 euros dont 2000 euros consacrés aux revues. La politique d’acquisition dépend du laboratoire, donc des chercheurs et des programmes de recherche. La bibliothèque bénéficie aussi des dons de chercheurs.  La  bibliothèque est rattachée au LEM, Laboratoire d’études sur les Monothéismes (UMR 8584) depuis le 1er janvier 2014.

Elle compte près de  4 000 volumes : éditions de sources médiévales, études modernes et contemporaines, ouvrages de référence, revues en langues arabe et occidentales.

La section arabe possède plusieurs fichiers papier anciens, portant principalement sur des sources sunnites d’Orient (en savoir plus ici), des notices de manuscrits (notices de description des manuscrits arabes musulmans de la BnF fonds G. Vajda). Il existe également une filmothèque (environ 3 000 documents, microfilms, microfiches et CDROM de manuscrits) et une photothèque (la reproduction de plus de 200 papyrus datant des sept premiers siècles de l’hégire couvre les domaines de l’histoire politique, administrative, économique et institutionnelle de l’Egypte, de la Palestine et de la Syrie).

Les reproductions partielles ou totales des microfilms sont à rechercher dans la base Medium (http://medium.irht.cnrs.fr/) ainsi que dans la BVMM (Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux  : http://bvmm.irht.cnrs.fr).

Les bases de données : Codicologia fournit un vocabulaire multilingue pour la description des manuscrits. Elle entend proposer un instrument de travail à tous les catalogueurs de manuscrits, les éditeurs de textes et plus généralement à tous ceux qui s’intéressent aux manuscrits anciens.

Onomasticon Arabicum (OA-online) traite, en écriture arabe, les biographies des savants ayant vécu en terres d’Islam au cours des dix premiers siècles de l’hégire (VIIe-XVIe siècles).

CALD (Comparing Arabic Legal Documents) est développée dans le cadre du Projet européen « Islamic Law Materialized » et comprend quelque 2 000 documents légaux. Une version accessible en ligne est prévue fin 2013.

Il est de plus en plus difficile d’acquérir des ouvrages. Autrefois, la bibliothèque passait par la librairie Avicenne, actuellement c’est plus compliqué car les libraires parisiens ont peu d’intérêt pour les sources médiévales, et que Leila Books ne  travaille pas sur des budgets peu importants. Quant aux reproductions de manuscrits, elles sont devenues presque impossibles à acquérir pour une institution, c’est beaucoup plus facile pour un particulier, mais un étudiant n’a pas toujours les moyens d’acheter les copies numérisées des manuscrits dont il a besoin.

Elle est le résultat de la fusion de l’Institut d’études islamiques  et du Centre d’études de l’Orient contemporain. La bibliothèque compte 15 000 ouvrages dont 50% en langue arabe et 1000 ouvrages pour le fonds hébraïque. 500 titres  périodiques, dont 50 vivants. La bibliothèque fait partie du réseau SUDOC. Le catalogue local s’appelle : Virtuose + . Les acquisitions représentent 15 000 euros par an dont la moitié est consacrée aux monographies. Pour les revues publiées dans le Monde arabe, Leïla Books est titulaire du marché et donne toute satisfaction.

5 à 6000 ouvrages en arabe en libre-accès, 1000 ouvrages en magasin.  Budget de 6000 euros. Les fonds concernent surtout la littérature, l’histoire et la philosophie.

Les achats se font via Leila Books ou Soliman Books à Beyrouth, et un fournisseur local à Paris.  La préparation à l’agrégation d’arabe entraine l’achat de la bibliographie ad hoc.

Ces collections couvrent l’essentiel des domaines de recherche de la MOM. Elles continuent d’être enrichies et s’accroissent d’environ 2 500 ouvrages par an (achats, dons, échanges). Elles représentent :  environ 70 000 volumes : monographies, bibliographies, thèses, publications de fouilles, catalogues.  1 100 titres de périodiques dont 610 titres suivis.  Un fonds ancien : environ 1 500 volumes , ouvrages rares, anciens ou précieux, XVIe – XXe siècles. Le catalogue informatisé est accessible sur place ou par le réseau. Il est alimenté régulièrement par les nouvelles acquisitions.1.

Il s’agit d’une bibliothèque privée, à la fois grand public et destinée aux étudiants et chercheurs. Les fonds : le monde arabe contemporain mais aussi les indispensables bases classiques. Le fonds ancien s’est constitué grâce à des dons ou des achats ;

85 000 monographies dont la moitié en langues occidentales. Environ 1300 titres de périodiques (304 vivants et 700 titres en arabe.)

Actuellement, le Musée vient d’être rénové grâce à des fonds européens. La BIMA a reçu un don du Qatar qui permet d’ouvrir le chantier de la rénovation après trente ans d’existence, de ré-informatiser, de créer un nouveau portail (en cours depuis décembre). Il faut y faire migrer 17 bases de données.

La rétroconversion du catalogue dans le SUDOC sera faite d’ici 2014-2015. Actuellement, la bibliothèque est en cours de désherbage (dons à IBLA à Tunis) et s’ouvre vers le multimédia numérique. Un partenariat avec Alexandrina a été lancé pour la numérisation.

La BIMA acquiert 3000 ouvrages par an toutes langues confondues : en arabe lors des foires dans le Monde arabe, et en langues occidentales via la librairie de l’IMA. Les axes privilégiés sont : la littérature et l’histoire contemporaines, le droit, l’art et la science politique.

La bibliothèque deviendra une médiathèque avec 150 places assises, 3 salles de 1000 m2, peut-être la possibilité d’un espace chercheurs à part.

Il s’agit d’une petite bibliothèque : 15 000 livres dont moins de 1000 ouvrages en langue arabe (des sources pour l’essentiel). Il s’agit surtout d’ouvrages en langues occidentales en fonction des intérêts des chercheurs du laboratoire. On trouve donc de l’histoire médiévale du Proche-Orient (ni Maghreb, ni al-Andalus). Les acquisitions se font beaucoup par dons, sinon par achats : une seule tentative (2008) d’achats à la Foire du Livre au Caire.

Le public : des étudiants à partir de la L3 et des chercheurs.

Le catalogue est désormais dans le SUDOC, pour 80% des fonds.

La bibliothèque compte 8000 ouvrages dont 40% en arabe. Elle est née vers 1980 de la fusion de deux bibliothèques privées, celle de Henri Massé et celle de Charles Pellat. L’atout de la bibliothèque : elle est très  fréquentée en raison de l’emplacement ses locaux situés au milieu de l’UFR d’arabe.

Budget de 4000 euros par an, avec des achats surtout tournés vers l’enseignement (programmes d’agrégation) et la recherche des enseignants-chercheurs en place. Mais l’impossibilité d’aller dans les foires entraine de gros problèmes d’acquisition des ouvrages. Les données numériques permettent de pallier partiellement la défaillance en matière d’acquisition.

Les collections arabes viennent essentiellement de l’INALCO. Il s’agit d’un fonds très riche : le fonds ancien, localisé désormais à la Réserve, est fantastique. On trouve par exemple toutes les éditions des dominicains de Mossoul ; un fonds de manuscrits catalogué à la main avant 1914 ; des fragments de manuscrits en vrac que F. Richard commence à cataloguer, collectés et légués par un ancien lecteur d’arabe de l’ENLOV (ex-INALCO). Le fonds des périodiques (lacunaire) est très important.

Les points forts des collections : linguistique, civilisation, sciences humaines, langue arabe, islamologie (toutefois négligée depuis quelques années). Il y a une convention de partage documentaire avec la BN, une convention avec l’IMA ainsi qu’une collaboration avec Paris-III. La BULAC est intéressée au catalogage partagé.

Le catalogage est en bi-écriture : caractères originaux et translittération. Le gros chantier de la rétroconversion est en cours (actuellement 30% a été fait pour l’arabe).

Les acquisitions : celles-ci se font selon le système des marchés, via Leila Books. Actuellement une personne fait un tiers temps pour le catalogage ; le recrutement d’un véritable bibliothécaire arabisant est attendu à l’automne .

C’est une bibliothèque de recherche. Elle compte 140 000 exemplaires, dont 41 000 en arabe. Le catalogue de la médiathèque, à l’exception des revues, n’est pas pour l’instant  intégré dans les grands catalogues communs (SUDOC, CCFr).

Le fonds IREMAM constitue les 2/3 de l’ensemble de la médiathèque, constituée par mutualisation des fonds de 5 laboratoires.

Le fonds des revues est constitué de 4 700 titres, dont 800 en langue arabe (une centaine de titres sont vivants), 200 titres en abonnements (budget 27 000 euros), 50 titres en échange et dons. Le problème pour les  acquisitions des revues en langue arabe est que la médiathèque est dépendante du marché du CNRS dont le prestataire n’est pas spécialisé en langue arabe. En fait, beaucoup des numéros de revues (en langue arabe) sont acquis lors des Foires du Livre, où on fait des « rattrapages » sur les lacunes.

La politique d’acquisition en langue arabe  se fait presque uniquement dans les Foires du Livre (Casablanca, Tunis, Alger, Le Caire, Damas et/ou Beyrouth). L’instabilité politique pose évidemment problème (Damas, Le Caire), et nous dépendons des autorisations du fonctionnaire de la Défense. En principe, sur chaque Foire du Livre, il y a un bibliothécaire pour les acquisitions courantes et un chercheur de l’IREMAM qui approfondit le travail d’acquisition sur son domaine de compétences. On achète ainsi entre 1500 et 2000 titres par an, en arabe. Cette démarche d’acquisition dans les pays arabes est continue depuis la création de l’IREMAM (1950) d’où un fonds en arabe exceptionnel, parfois lacunaire, mais avec des raretés – toujours grâce aux Foires. Il s’agit d’ouvrages en sciences humaines et sociales ; traditionnellement il y avait aussi des spécialités fortes en économie et droit, que la médiathèque cherche à maintenir afin de perpétuer la qualité du fonds dans ces domaines. De nouveaux sujets apparaissent : la finance islamique, le droit positif en pays d’islam…

A la MMSH, dès le début, le fonds avait une forte orientation Maghreb avant de s’orienter également vers le Machrek. Sur le Maghreb contemporain, la bibliothèque peut être considérée comme « au top », en écriture latine comme en arabe.

Le budget total dédié aux acquisitions sur le Monde arabe et musulman représente 13 600 euros par an (10 000 pour l’IREMAM et 3600 pour l’USR).

Le pôle associé à la BNF intitulé « échanges en Méditerranée » auquel participait la MMSH a également permis beaucoup d’acquisitions en arabe jusqu’en 2011. La BNF a désormais réorienté cette politique vers la numérisation.

La médiathèque compte énormément de dons dans ses entrées, dons qui concernent ses trois secteurs : l’iconothèque, la phonothèque2 et  la bibliothèque.

Ces dons ont une grande importance pour ce qui concerne la numérisation car le numérique porte sur plusieurs volets : sur les documents anciens, donc difficilement communicables et libres de droits (surtout les ouvrages publiés en France lorsque le projet bénéficie d’un financement BnF), mais également (et peut-être surtout) sur la production de nouveaux corpus pour la recherche : exemple des photographies de Paul Bonnenfant sur la Péninsule arabique, qui nous sont déposées sous forme numérisée.

SET_17956

Crédits photographiques : Ziad Alset 

 


 

Personnes présentes :

Anas Alaili, chargé de la politique d’achat en arabe pour la bibliothèque Diderot de  Lyon

Malika Bakhti, bibliothécaire de l’Institut des traditions textuelles.

Anne-Sylvie Cathelineau, bibliothécaire à Paris-III.

Bérengère Clément, (IREMAM) correspondante-laboratoire, responsable des acquisitions IREMAM à la médiathèque de la MMSH.

Jean-Charles Coulon, futur secrétaire de rédaction de la revue Arabica.

Nessima Dechache, IMA, bibliothécaire de la BIMA.

Jean Druel, IDEO, conférencier, responsable du projet des Deux-Cents

Olivier Dubois, responsable du secteur bibliothèque de la médiathèque de la MMSH

Julien Gilet, Cléo-OpenEdition, Marseille.

Bernard Heyberger, GIS et IISMM.

Claire Jan, Bibliothècaire à la Sorbonne  (études arabes et hébraïques)

Catherine Mayeur-Jaouen, GIS.

Laurence Mazaud, IMA – Bibliothèque de l’Institut du monde arabe, Service de la Bibliothèque en ligne.

Marie-Pierre Oulié, (IREMAM), responsable du service des périodiques à la médiathèque de la MMSH dont ceux de l’IREMAM, intégrés à la Médiathèque  et spécialisés sur le monde arabe et musulman.

Paule Pagès, IRBIMMA, Paris I.

Francis Richard, conservateur des bibliothèques, directeur scientifique de la BULAC.

Muriel Rolland-Rouabah, ingénieur d’études, responsable de la bibliothèque de la Section arabe de l’Institut de recherche en histoire des textes (IRHT-CNRS).

 

  1. Site de la MOM, dans présentation de la bibliothèque : http://www.mom.fr/-Presentation,165-.html []
  2. La phonothèque de la MMSH  participe au GIS pour ce qui concerne les archives de recherche du domaine et en particulier celles issues du terrain. Par Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque. []

1/Réunion GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans” : le nouveau catalogue de l’Idéo et le projet des 200.

Par Bérengère Clément et Marie-Pierre Oulié.

Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) du CNRS “Moyen-Orient et mondes musulmans” invitait à une journée de réflexion et d’échange sur les bibliothèques arabisantes ou ayant un fond arabisant en France et dans les Unités mixtes des instituts de recherche français à l’étranger  (UMIFRE) concernées. Cette journée s’est déroulée le 3 septembre 2013, à l’Institut des études sur l’islam et les mondes musulmans (IISMM-EHESS) qui est l’un des premiers instituts dont les missions rejoignent celles du GIS.

La matinée a été consacrée à la présentation par Jean Druel du catalogue de l’Institut dominicain d’études orientales Idéo (dont les arabisants et islamisants connaissent le caractère extrêmement utile), de sa nouvelle version (al-Kindi version 4) et du Projet des 200 lié à celle-ci.

 SET_32569

 

 

Rappels:

  •  La bibliothèque de l’Idéo :
  •  Fonds de 155 000 ouvrages, dont près de 1800 titres de périodiques spécialisés.
  •  55 000 textes arabes anciens (dix premiers siècles de l’hégire).
  •  Publication de la revue Midéo tous les deux ans. « Chaque livraison, de 500 pages environ, comprend un bulletin critique des éditions de textes arabes, apprécié de la communauté scientifique » (par l’Idéo : http://www.ideo-cairo.org/spip.php?rubrique26&lang=fr).
  • Le public de la bibliothèque est composé d’Égyptiens et d’étrangers, essentiellement arabes, venant de  la Cité étudiante d’al-Azhar, toute proche du couvent. Jean Druel rappelle l’existence des autres bibliothèques présentes au Caire ou en Égypte (CEDEJ, IFAO, IRD, Institut d’archéologie copte etc… et bien sûr les bibliothèques égyptiennes Dâr al-kutub et al-Azhar).
  • La politique d’acquisition de l’Idéo : acquérir les ouvrages écrits en arabe (toutes éditions) durant les dix premiers siècles de l’hégire. J. Druel prend l’exemple de la Foire de 2012 : lors de cette 43e Foire du Livre, exceptionnelle parce qu’elle « rattrapait » celle de 2011 annulée pour cause de révolution, l’Idéo a acheté plus de 1378 titres (dont 744 textes anciens) pour plus de 12 500 euros d’achats. A chaque foire, le documentaliste fait le tour de tous les éditeurs, avec l’aide de spécialistes de textes anciens, comme Ahmed Chleilat, qui repèrent les titres intéressants, puis vérification immédiate – via Internet – dans le catalogue de l’Idéo, enfin achat, envoi à l’Idéo et catalogage le jour même !  

logo

Le catalogue en ligne al-Kindi (version 3) actuel est en quatre langues (français, anglais, russe et arabe), l’ interrogation est possible par maison d’édition, auteurs, dépouillement (revues indexées article par article) etc…Il faut attirer l’attention sur l’outil « Onomastique » qui permet de trouver un auteur par l’ism, le laqab, la nisba, la šuhra, en croisant cette information avec les dates de naissance ou de mort par exemple.

La version 4 du catalogue Al-Kindi utilisera les FRBR :  en cherchant un ouvrage sur Al-Kindi v.4, les lecteurs auront aussitôt accès à une constellation d’autres ouvrages qui se rattachent directement à lui, ce qui devrait mettre en lumière le cadre intellectuel dans lequel il s’inscrit. Le projet al-Kindi v. 4  va non seulement faciliter la recherche d’ouvrages dans un fonds multilingue, en améliorant les procédés déjà mis en place dans la v.3 d’Al-Kindi, mais il permettra en outre de visualiser, dans une interface logicielle novatrice, le contexte dans lequel ont été écrits les livres du fonds. L’application de nouvelles normes internationales de catalogage (FRBR) rend possible cette contextualisation du turâth parce que ces normes distinguent dans un corpus littéraire chaque œuvre initiale de ses différentes manifestations (traductions, réécritures etc.), et parce qu’elles inscrivent ces relations de filiation entre les ouvrages dans la structure même du catalogue.

Avec les FRBR, on indexe les œuvres elles-mêmes, avec une arborescence pyramidale qui permet d’accéder aux éditions, adaptations, traductions etc. Cela permet de comprendre les liens théoriques, intellectuels, généalogiques  entre plusieurs œuvres. Les RDA (application pratique du modèle des FRBR) dénombrent ainsi 75 types de liens réciproques entre les œuvres.

On comprend bien sûr l’intérêt de l’application de ce modèle de catalogage pour la culture arabe, puisque cela permet d’identifier d’autant plus facilement les réfutations, commentaires, gloses, « ce qui précède » ou au contraire « fait suite à ». On peut aussi choisir de cataloguer comme le fait al-Kindi 4, les œuvres perdues ou non présentes dans la bibliothèque.

Le Projet des 200  : il est lié à un projet de recherche financé par l’Union européenne (dit Projet des 200) qui consiste en l’étude approfondie (en trois ans) des œuvres de 200 auteurs du turâth, le patrimoine arabo-musulman du premier millénaire de l’islam, afin de dresser pour chaque auteur un tableau de son environnement intellectuel, en établissant notamment les relations entre ses travaux et ceux des autres auteurs du turâth. C’est le développement du projet al-Kindi v.4 qui rend cela possible puisque les nouvelles normes de catalogage  permettent d’intégrer dans le catalogue de la bibliothèque ce jeu de relations complexes.

 

artisana_57_20 

Crédits photographiques : Ziad Alset