Archives par étiquette : Histoire

Les trésors de la médiathèque : et vogue la galère !

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Aujourd’hui nous vous présentons l’ouvrage (Cote : 8-22934), « Études sur la marine des galères » rédigé par Auguste Laforet, juge au tribunal de première instance de Marseille, membre de l’académie de cette ville et Chevalier de la légion d’honneur.

Publié en 1864, en 300 exemplaires, il est illustré de 2 planches lithographiées à fond teinté, et de 3 planches hors-texte de reproductions de tableaux.

Au début du volume, le lecteur peut découvrir un plan dépliant lithographié de l’arsenal des galères à Marseille.

L’exemplaire relié présent dans le fonds de la médiathèque, a été dédicacé par l’auteur à l’un de ses amis.

Acquis par le Centre d’études des sociétés méditerranéennes, laboratoire fondé par Georges Duby en 1960, cet exemplaire fait partie du fonds que le laboratoire TELEMME, héritier du CESM a confié à la médiathèque. Celle-ci complète toujours ce fonds consacré à l’histoire maritime et qui comporte à ce jour plus de 200 documents concernant la guerre de course, la piraterie, les marines marchande et de guerre en Méditerranée.

A la lecture de cet ouvrage, vous apprendrez mille choses sur l’origine et les différents types de galères, leur construction, la composition des équipages. Sont aussi décrits les conditions de vie des galériens et l’organisation de l’arsenal de Marseille. En annexe vous trouverez un « contrat d’affrètement des galères à Marseille au nom de Saint Louis, en l’année 1246 », une  liste des généraux des galères et un état général des finances des galères.

Ce livre est consultable sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF qui signale également plusieurs autres ouvrages de l’auteur.

Pour plus d’informations sur l’arsenal des galères de Marseille.

 

Illustration : Tableau de Jules Vernet : L’Intérieur du Port de Marseille, vu du Pavillon de l’horloge du Parc musée national de la Marine/A. Fux

Les trésors de la Médiathèque : la bugade en Provence

Par Mathilde Bresc

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Exceptionnellement, ce mois-ci nous avons choisi un ouvrage  plus récent, pour faire écho au précédent sujet sur le savon de Marseille, il  y est question de lessive à base de cendres : En Provence l’eau est d’or, mémoire en images,  Ed. A. Sutton , 2009, cote FME 900 JOA.

La lessive :

La lessive, (« bugade» en Provence, buée en Touraine, bua dans les pays de langue d’oc, bugée en Poitou) se faisait deux à trois fois par an, au printemps et à l’automne, vers la Toussaint. Les femmes se rassemblaient à cette occasion et c’était un véritable évènement de la vie sociale et l’occasion d’une fête.
Le linge s’étant accumulé pendant des mois, la lessive durait trois jours et se déroulait en plusieurs étapes.

La préparation de la lessive :

Elle se faisait à la cendre(( si vous voulez tenter, en plus modeste quantité prévoir trois verres pour un litre d’eau que l’on fait macérer 48h en remuer de temps à autre avant de filtrer dans une passoire recouverte d’un torchon avant utilisation en machine)). Celle-ci ne devait, en aucun cas, être à base de chêne ou de châtaignier car cela colore le linge.

Faire chauffer l’eau dans le chaudron « lou peirou » sur le foyer.

Le trempage ou encuvage :

Installer le cuvier ou « tinèu », une cuve en bois cerclée de métal, posée sur un trépied et qui pouvait contenir jusqu’à 400 litres en prenant soin de mettre devant la sortie, des branches de thym et un morceau de tuile, pour éviter que le linge, alourdi par l’eau ne bouche le trou de vidange. Relié par un tuyau on plaçait devant celui-ci un récipient, un chaudron qui  récupérait et réchauffait l’eau.

Placer le linge dans le cuvier en commençant par le plus sale au fond pour finir par le linge le moins sale. Terminer en posant sur le dessus un drap de chanvre appelé « florié ou charrier » recouvert d’un bonne couche de cendre. Relever les coins du drap pour emprisonner la cendre et éviter tout contact avec le linge.

Le coulage ou la coulée :

Pour couler la lessive ou « coula la bugado » on utilisait soit,  un placard, appelé « bugadière », qui comportait des étagères de bois trouées de multiples trous. Le linge le plus sale, de même que dans le cuvier, était placé sur l’étagère la plus basse et le moins sale sur l’étagère haute, la seule différente étant que la cendre déjà filtrée était dans l’eau et non pas sur le drap. On utilisait alors  un coule-lessive, une sorte de récipient à long manche pour prélever de l’eau chaude que l’on versait sur le linge.

Alors que dans le cuvier on versait, toujours à l’aide du coule-lessive, l’eau chaude à travers les cendres et le linge, et celle-ci ressortait par la bonde et était redirigée par le tuyau vers le chaudron où l’eau qui sortait appelée « leissièu » était réchauffée, il fallait renouveler  l’opération  plusieurs fois. L’eau devait être chaude mais non bouillante pour éviter que les protéines que contiennent les salissures ne coagulent et se fixent alors définitivement aux fibres. On jugeait la fin du coulage lorsque le « lessièu » prenait une teinte café au lait.

Puis on laissait macérer toute la nuit. Le lendemain, à l’aide d’une pince en bois à longues branches, on sortait  le linge froid du cuvier mais,  l’eau,  précieuse, était alors recyclée pour laver le sol. Les cendres lessivées étaient récupérées pour le jardin pour servir d’engrais

Lavage et rinçage au lavoir :

Après avoir transporté dans une brouette de bois le linge lourd et mouillé,  les lavandières s’installaient, à genoux, dans une caisse en bois  appelée « banasto», ouverte à l’arrière et dotée d’un plan incliné  à l’avant et dont le confort était amélioré de chiffons ou coussins de paille.  Dans le bassin inférieur du lavoir les femmes laissaient flotter le linge tout en le tenant à bout de bras,  puis le ramener pour le frotter à l’aide d’une brosse de chiendent et de savon de Marseille,  elles le battaient  à l’aide d’un battoir à linge en bois, puis le tordaient pour éliminer la lessive.

Le lavoir :

En pierre de taille, et d’un accès pavé ou dallé, il était couvert d’une toiture pour protéger les lavandières des intempéries et comportait plusieurs parties : le rinçoir dans la partie haute du lavoir, qui réceptionne l’eau fraiche directement de la fontaine et au-dessus duquel deux barres de bois ou de métal placées à l’horizontale servaient à égoutter le linge relié à un second bassin, en partie basse, réservé au lavage pour garder l’eau du bassin de rinçage propre. Certains lavoirs étaient équipés d’un plan incliné en pierre qui rendait le travail debout possible.

Le séchage du linge :

Le linge était ensuite étendu au soleil et souvent même à plat dans un champ sur le romarin et on laissait une nuit dehors pour disait-on un blanc plus éclatant.

Le pliage du linge :

Le pliage du linge consistait à étirer le linge le plus possible car il était rarement repassé à l’exception des chemises et robes.

Et chimiquement, que se passe-t- il ?

Les cendres contiennent de la potasse (potasse vient de l’anglais « pot ash » : cendre de pot.)

Une réaction de saponification  se produit au contact d’acides gras provenant du sébum de la peau qui génère la formation de glycérol et surtout d’ions carboxylate de potassium qui constituent le savon.
En clair, il est nécessaire d’avoir du linge bien sale pour obtenir du  linge bien propre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parution de l’ouvrage : Étudier en liberté les mondes méditerranéens

MelangesRI

L’ouvrage  « Etudier en liberté les mondes méditerranéens : mélanges offerts à Robert Ilbert »   est paru le 2 mai aux éditions Publications de la Sorbonne. Leyla Dakhli et Vincent Lemire en sont les éditeurs scientifiques et de nombreux chercheurs et ingénieurs de la MMSH y ont collaboré (sommaire).

Il est disponible à la médiathèque sous la cote : MED 900 ILB.

Extraits de l’ouvrage :

Femmes…..à l’honneur, aux parcours remarquables ….

Article rédigé en collaboration avec Annick Richard

Régine GoutalierProfesseur d’histoire à l’Université d’Aix-en-Provence, dont le fonds a été déposé à la  médiathèque de la MMSH avait réalisé des travaux de recherche sur des sujets relatifs à l’histoire de la colonisation et sur le féminisme et était l’auteure de livres de historiques remarquables (bibliographie.docx) .
Elle avait collaboré avec Yvonne Knibiehler historienne et féministe française, professeure émérite de l’université d’Aix-en-Provence, spécialiste de l’histoire des femmes et de la maternité, également auteure de nombreux ouvrages (bibliographie-YK.docx).
Dans un entretien (enquête n° 4809 du 14.01.2013),  Yvonne Knibiehler, interrogée par Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque, expose ce qui lui apparait comme essentiel dans l’oralité, reconnaissant que souvent cela lui a apporté beaucoup plus que les archives classiques…en voici un extrait :

Crédits photographiques : Mathilde Bresc  (femmes à l’usine de bouchons : 1910, Roquebrune-sur-Argens, 83 Var)

« Les systèmes policiers et leurs territoires » : bibliographie du fonds de la médiathèque

Dans le cadre du colloque international « Les systèmes policiers et leurs territoires (XVIIIe-XIXe siècles) »,  organisé par le laboratoire TELEMME,  les 2 et 3 juillet 2015 _ programme détaillé sur le carnet de recherche de l’ANR SYSPOE _  la médiathèque expose cette semaine des livres issus de ses fonds sur ce thème. En voici la bibliographie (si vous souhaitez recevoir la bibliographie sous fichier excel ou word, vous pouvez me contacter : richard@mmsh.univ-aix.fr).

Histoire euro-méditerranéenne (HEMED) : ressources en ligne

Ligurian colours by Valentina A. https://www.flickr.com/photos/tearsandrain/

Créée en 2009-2010 dans le cadre du projet e-OMED (espace numérique ouvert de la Méditerranée), la communauté HEMED (Histoire euro-méditerranéenne) rassemble des enseignants chercheurs issus d’universités du Maroc (Université Ibn Zohr), de Suisse (Université de Genève), du Liban (Université Saint-Esprit de Kaslik) et de France (Université du Maine-UNAM). Dans notre pays,  le coordinateur scientifique est Dominique Avon, directeur du département d’Histoire de l’université du Maine.

HEMED vise deux objectifs :

–          « mutualiser des ressources numériques sur une base symétrique, avec une technologie homogène. »

–           « favoriser une approche convergente de l’enseignement de l’histoire (contenu, méthodes, supports) par l’élaboration concertée d’un module d’enseignement chaque année. »

Chacun de ses modules est disponible en ligne (onglet « enseignements »)  en français, anglais et arabe (sauf le dernier élaboré en 2013-2014 présenté en français uniquement pour le moment). Une bibliographie et une webographie très détaillées sont présentées à la fin de chaque module.

Module 2013-2014 : Sciences et religions à l’époque contemporaine XIXe-XXe siècles

Module 2012-2013 : Honorer les dieux dans l’espace méditerranéen antique et ses marges

Module 2011-2012 : Politique, religion et constructions étatiques (XIe–XVIe/XIXe siècles)

Module 2010-2011 : Migrations religieuses (XVIe–XIXe siècles)

XIe colloque international : « Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord »

 Affiche_web

« Sauvage, domestique ou commensal, acteur de l’économie ou figure symbolique dans les récits ou l’iconographie, l’animal tient une place essentielle dans les sociétés humaines. Bien que de nombreux travaux aient exploré différents aspects de cette relation complexe dans l’espace maghrébin, aucune réunion diachronique, de la Préhistoire au Moyen-Âge, n’a permis de faire le point des travaux récents et de tracer les perspectives de recherche futures.

C’est l’objet de ce colloque, qui s’inscrit dans une perspective résolument diachronique et multidisciplinaire pour confronter les approches développées en Archéologie et en Histoire. Afin de favoriser échanges et débats, la réunion sera organisée autour de trois grandes thématiques conçues pour permettre l’expression de toutes les démarches scientifiques sans les enfermer dans un cadre chronologique et historique trop étroit :

A. L’animal utile : une ressource, des utilisations, des systèmes économiques ;
B. L’animal dans la nature : entre cohabitations et représentations ;
C. L’animal en représentation : symboles, iconographies, croyances. »

 Lieux :

Musée d’Histoire de la Ville de Marseille : Square Belsunce, 2 rue Henri Barbusse, Marseille 1er
Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM, Marseille), Esplanade du J4, Marseille 2e
Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence), 5 rue du Château de l’Horloge.

Organisé par :

Le Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique (LAMPEA),
Le Centre Camille Jullian. Histoire et Archéologie de la Méditerranée et de l’Afrique du Nord (CCJ)
L’Institut de recherche sur l’architecture antique (IRAA)
Le Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée (LA3M)
L’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM)
et la Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (SEMPAM)

Avec la collaboration de :

Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence), Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM, Marseille), Musée d’Histoire de Marseille.

Avec le soutien de :

LabexMed, Aix-Marseille Université, CNRS, Région Provence Alpes Côte d’Azur, Ecole Pratique des Hautes Etudes (Paris), Fondation Khôra (Institut de France, Paris), SEMPAM.

Comité scientifique :

Aomar Akerraz (INSAP, Rabat), Nabiha Aouadi-Abdeljaouad (INP, Tunis – Musée national des arts islamiques de Raqqada), Maxence Bailly (AMU – LAMPEA, Aix-en-Provence), Barbara Barich (Università « La Sapienza », Rome), Azedine Beschaouch (de l’Institut), Mounir Bouchenaki (UNESCO – CNRA, Alger), Youssef Bokbot (INSAP, Rabat), François Déroche (de l’Institut, président de la SEMPAM), Jehan Desanges (de l’Institut), Pierre Gros (de l’Institut), Slimane Hachi (CNRPAH, Alger), Mohamed Hassan (Université de Tunis), David Mattingly (Université de Leicester), Jorge Onrubia Pintado (Université de Castilla-La Mancha), Bruno Pottier (AMU – CCJ, Aix-en-Provence).

Comité d’organisation :

Véronique Blanc-Bijon (CCJ), Jean-Pierre Bracco (LAMPEA), Marie-Brigitte Carre (CCJ), Salem Chaker (IREMAM), François Déroche (de l’Institut, président de la SEMPAM), Xavier Lafon (IRAA), Mohamed Ouerfelli (LA3M).

Site du colloque : http://sempam.sciencesconf.org/ et programme ici.

Ecriture de l’histoire et mobilisation des mémoires sur le web (France-Méditerranée)

Dans le cadre des journées des 9 et 10 décembre 2013 « Ecriture de l’histoire et mobilisation des mémoires sur le web (France-Méditerranée). Acteurs et témoins », (présentation détaillée sur le carnet ImageSon), la médiathèque expose quelques ouvrages sur cette thématique. En voici la bibliographie.

Focus sur le fonds  » Émile Témime « 

Ce 18 novembre, l’association Approches Cultures & Territoires organise au Musée d’Histoire de Marseille une journée en hommage à Emile Témime, « Marseille: des récits à l’histoire ». Le programme a été publié sur cette plate-forme dans le carnet de recherche du « Séminaire doctoral d’histoire de Marseille« .

Cette manifestation est l’occasion de mettre en avant notre fonds « Emile Témime », constitué au fil des années grâce à des acquisitions et des dons effectués par l’ historien lui-même et par le laboratoire TELEMME.

Il comprend :

– des ouvrages rédigés par le chercheur ou auxquels il a participé : Ouvrages-E-Témime

– des travaux d’étudiants qu’il a dirigés : Mémoires dirigés par E. Témime

– la bibliothèque de recherche qui a fait l’objet d’un don à la médiathèque  : Don E.Témime

 

La revue « Provence Historique » désormais sur internet !

La collection historique (1950-2006) de la principale et plus ancienne revue scientifique dédiée à l’histoire de la Provence est désormais en ligne.

Tout lecteur peut désormais consulter sur internet articles et fascicules pour une période de 56 années. Cette édition électronique rassemble près de 2000 articles écrits par 1000 auteurs. L’accès à la base de données peut se faire en utilisant un mot-clef, un nom d’auteur, un nom de lieu ou un nom de personne. Il offre à tous les chercheurs et à toutes les personnes intéressées par l’histoire de la Provence une consultation extrêmement riche sur tous les sujets et toutes les questions abordés par la revue.

Plus qu’une meilleure visibilité, c’est à une véritable valorisation de la collection à laquelle se sont attachés les différents acteurs de cette belle réalisation : non seulement la mise en perspective de l’ensemble des 2000 articles ainsi réunis permet de saisir  la cohérence du travail historique accumulé, mais elle met en lumière les manières renouvelées dont les historiens appréhendent depuis une soixantaine d’années dans leurs recherches les rapports entre pratiques et discours. Parfaite dans son rôle à la fois de recherche et de diffusion de la recherche, Provence historique élargit à l’infini, avec cette nouvelle dynamique, le champ de ses lecteurs, permettant les liens entre les thèmes, les lieux, les années, les acteurs d’une histoire provençale florissante.

Historique de la revue

Publiée avec le concours du ministère de l’Education Nationale et de la Recherche, de l’Université de Provence, de l’UMR Telemme, et du Conseil général des Bouches du Rhône, Provence Historique paraît au rythme de quatre livraisons par an (environ 600 pages), avec parfois la parution de numéros spéciaux  sur l’état de la recherche dans un domaine particulier. Dès la fondation de la Fédération historique de Provence en 1950, créée pour regrouper les sociétés savantes de la région, la publication « d’une revue d’érudition consacrée à l’histoire régionale » est décidée. Provence Historique a dès lors la volonté de couvrir l’ensemble de l’espace provençal et de faire place aux disciplines voisines que sont l’archéologie, l’histoire de l’art, la préhistoire, l’architecture, la géographie, la philosophie, la théologie, l’économie. Centrée sur la Provence, elle n’hésite pas à l’occasion à présenter une démarche comparatiste qui inscrit les résultats de la recherche régionale dans un cadre méditerranéen.

A partir de 1980, la politique éditoriale a privilégié les numéros permettant de faire le point sur l’état de la recherche dans un domaine particulier. Ceux-ci permettent la publication des actes de rencontres scientifiques tenues dans différents centres de recherche de la région (les laboratoires de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, l’Université d’Avignon, l’antenne marseillaise de l’EHESS, le centre d’histoire religieuse de Frigolet…). La revue publie également les actes des congrès organisés par la Fédération historique de Provence.

Les cadres de l’opération

Cette publication numérique a été réalisée grâce au partenariat entre la Fédération historique de Provence et la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, USR 3125, Service des ressources numériques et Médiathèque SHS, avec le soutien du laboratoire Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée (TELEMME), UMR 7303 (Aix-Marseille Université-CNRS).

Elle est le résultat d’un important travail mené en 2011-2013 par une équipe composée de Abdelmajid Arrif (Edition électronique, ressources numériques et coordination), Hassan Moukhlisse (Coordination), Christian Champaloux, Olivier Dubois, Hassan Moukhlisse, Marie-Pierre Oulié et Caroline Rimbault-Minot (Traitement documentaire), Christian Champaloux (Numérisation), Olivier Dubois (Correspondant Médiathèque MMSH), Thierry Pécout et Olivier Raveux (Correspondants Fédération historique de Provence). Caroline Rimbault-Minot a assuré l’ensemble de l’indexation et le suivi du projet.

 Pour toute demande concernant la publication numérique des articles, s’adresser à la Fédération historique de Provence.

 Pour tout contact, s’adresser au siège de la Fédération Historique de Provence.

Par courrier électronique : federationhistorique.deprovence@laposte.net

Par courrier postal : Provence Historique, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 18, rue Mirès-BP10099-13303, Marseille cédex 03

Marseille/Provence, rivages des produits du monde et des ouvriers d’ailleurs

Du 14 septembre 2013 au 18 janvier 2014, les archives départementales des Bouches-du-Rhône présentent une double exposition concernant l’histoire économique de Marseille et de sa région, intitulée  » Marseille/ Provence, rivages des produits du monde et des ouvriers d’ailleurs « . Cette exposition, organisée en partenariat avec l’Université d’Aix-Marseille (UMR Telemme et CNRS) et Marseille-Provence 2013 Capitale européenne de la Culture, sera accessible sur les deux sites des Archives départementales à Aix-en-Provence et à Marseille : 

« A Marseille : les 9 matières premières qui ont marqué l’histoire industrielle de la ville et de ses environs : corail, indiennes, minerais et métaux, pétrole, bauxite, matériaux de construction, tabac et allumettes, agroalimentaire, corps gras.

A Aix-en-Provence : la vie des migrants dans les espaces industriels de la région marseillaise. Les lieux et les conditions de travail, les conditions de logement, les lieux de sociabilité. »

Commissaires scientifiques de l’exposition :

Aix-en-Provence : Céline Regnard et Stéphane Mourlane

Marseille : Xavier Daumalin et Olivier Raveux

D’octobre 2013 à février 2014, se déroulera une série de conférences et de rencontres sur le thème de l’immigration ouvrière en Provence avec la participation de chercheurs de TELEMME et de l’université de Nice.

Mardi 8 octobre 2013  : Immigration et culture ouvrière avec Stéphane Mourlane, maître de conférences en histoire contemporaine, Aix-Marseille Université. Lectures d’archives avec Catherine Alias et Yves Muller.

Jeudi 7 novembre 2013 : Seconde industrialisation et immigration autour de l’étang de Berre (1890-1930) avec Xavier Daumalin, professeur d’histoire contemporaine, Aix-Marseille Université.

Mardi 3 décembre 2013 : Xénophobie et solidarité ouvrières à Marseille et dans sa région avec Céline Regnard, maître de conférence en histoire contemporaine, Aix-Marseille Université.

Mardi 21 janvier 2014 : L’accueil des travailleurs immigrés à Marseille pendant les Trente Glorieuses avec Yvan Gastaut, université de Nice.

Ces quatre chercheurs participent au groupe de travail  » Migrations, circulations et territoires en Méditerranée XIXe-XXIe siècle » et à la rédaction du carnet de recherches « Telemme-Migrations : migrations, circulations et territoires en Méditerranée, XIXe-XXIe siècles. »

Mardi 4 février 2014 : Ouvrières venues d’ailleurs : cheminement d’une précieuse main-d’oeuvre au service des industries du Sud-Est de la France avec Stéphane Kronenberger, doctorant en histoire contemporaine, Université de Nice.

Programme détaillé, maître de conférences en histoire contemporaine

La plupart des ouvrages rédigés par les commissaires scientifiques de l’exposition sont disponibles à la médiathèque de la MMSH.

L’Association 1851 pour la mémoire des Résistances républicaines : dons à la médiathèque

L’association 1851-2001 a été créée en 1997 par un groupe de Bas-Alpins et de Varois depuis longtemps attachés au souvenir de l’insurrection républicaine de 1851 et convaincus que les idéaux de la démocratie sociale qui animaient les insurgés restaient toujours porteurs de dignité et d’espérance. Dans un contexte régional inquiétant d’oblitération et de remise en question de cet idéal, il leur paraissait important de profiter du 150e anniversaire de cette insurrection fondatrice de la tradition républicaine, notamment en Provence, pour la faire mieux connaître. L’association s’est donc attaché à sensibiliser les collectivités locales, départementales, régionales, les associations, les enseignants, les chercheurs, etc. et a réussi à mobiliser de nombreuses énergies, en dépit d’une médiatisation limitée sur le plan régional et inexistante sur le plan national, pour que cette commémoration soit réussie. Ce faisant, son audience s’est étendue au-delà de la région.

Une fois la commémoration de 2001 passée, la question du devenir de l’association s’est posée. Compte tenu du succès rencontré, des initiatives lancées (en particulier son site internet) et d’une nécessité civique qui gardait toute son actualité, la plupart de ses initiateurs ont décidé de prolonger, à son rythme et selon ses possibilités, ses activités. L’Association 1851-2001 est devenue en 2002 l’Association 1851 pour la mémoire des  Résistances républicaines. Elle continue à publier un bulletin bimestriel et à apporter son appui aux collectivités qui souhaitent mieux faire connaître un moment d’histoire devenu une référence civique en organisant des rencontres et des conférences, ou des manifestations commémoratives (apposition de plaques en souvenir des insurgés par exemple). L’année 2011 a été ainsi marquée par la collaboration nouée avec le Parc régional du Verdon.

1851VerdonL’association a aidé et continue à aider dans la mesure de ses moyens les publications se rapportant à 1851 ou à son héritage. Parmi les ouvrages publiés à son initiative, on relève, outre les actes des colloques qu’elle a organisés, plusieurs travaux universitaires, mémoires de maîtrises ou master soutenus à Aix-en-Provence.

couverture_constant

 

Le fonds de l’association 1851 pour la mémoire des Résistances républicaines.

L’association 1851 pour la mémoire des  Résistances républicaines a commencé à constituer une bibliothèque dès sa création en 1997. En 2010, son bureau a estimé que le seul moyen de conserver ce fonds dans de bonnes conditions et de le rendre accessible était de le confier à une institution publique. Compte tenu de sa nature de bibliothèque de référence en matière de recherches sur le monde méditerranéen, et en particulier la France méridionale, compte tenu aussi de ses collections anciennes et récentes, il lui a paru que la médiathèque de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’homme était le lieu le plus adéquat pour déposer sa documentation. Ce choix a été validé par l’assemblée générale de l’association en 2011. Les ouvrages et brochures qui constituent ce fonds proviennent des publications de l’association ou soutenus par elle, mais aussi de dons. Il s’agit de textes anciens ou récents sur la Seconde République et le mouvement républicain, la résistance au coup d’état du 2 décembre 1851, sa répression et le Second Empire, l’héritage et la mémoire de l’insurrection républicaine. À cet ensemble, s’ajoutent les bulletins de l’association qui rassemblent de nombreux articles de nature historique et des reproductions de documents. L’association continue d’enrichir ce fonds. C’est par son intermédiaire qu’une partie de la bibliothèque d’Emilien Constant est venue le compléter en 2013.

Le très riche site web de l’Association fournit une documentation exceptionnelle qui complète le fonds déposé à la MMSH.

On y trouvera les bulletins trimestriels (60 numéros au premier trimestre 2013), de très nombreux documents reproduits, soit archives et témoignages d’époque, soit articles historiques, une bibliographie sans cesse mise à jour, une bibliothèque électronique et des liens.

bull1

La revue électronique : les cahiers de civilisation espagnole contemporaine (de 1808 au temps présent)

 

El tres de mayo de 1808 en Madrid / Francisco de Goya. Musée du Prado, Madrid

El tres de mayo de 1808 en Madrid / Francisco de Goya. Musée du Prado, Madrid

Les cahiers de civilisation espagnole contemporaine (de 1808 au temps présent), histoire politique, économique, sociale et culturelle est une revue électronique scientifique à comité de lecture.  Fondée en 2006, sous l’égide du Centre de Recherches Ibériques et Ibéro-Américaines (CRIIA) de l’université Paris X-Nanterre,  la revue  a pour objectif premier de développer un réseau entre chercheurs hispanistes de toutes disciplines travaillant sur l’Espagne contemporaine.

Les cahiers marquent ainsi un intérêt soutenu à la valorisation de la production scientifique des hispanistes. Ceci explique l’importance donnée, dans chaque livraison semestrielle, à la rubrique « Mémoires, thèses et habilitations », ainsi qu’à celle intitulée « Les hispanistes publient  » présentant des comptes rendus et des lectures critiques sur des publications récentes.

Les contributions proposées à la rubrique  « Études » sont des synthèses et des états de la question sur des problématiques actuelles. Elles sont soumises à une évaluation doublement anonyme (auteurs et évaluateurs). Sur le site, des « Instructions aux auteurs » expliquent comment rédiger et soumettre un article à la revue.

Une sélection de sites et de pages web sur l’Espagne contemporaine vous est proposée à la rubrique « Liens ». Cette liste est mise à jour à chaque numéro.

A noter : la possibilité donnée aux lecteurs de réagir aux articles (« la parole est au lecteur »).

En octobre 2012, les cahiers ont publié un neuvième numéro (« En amont, en aval de la Guerre Civile espagnole ») ainsi qu’un numéro hors série sur le thème de l’anarchisme espagnol.

Le moteur d’OpenEdition permet d’effectuer des recherches sur le site de la revue. Il est également possible de feuilleter le site à partir de quatre index : auteurs, mots-clés, lieux et périodes. Deux flux de syndication (l’un concernant les articles, le second concernant les numéros de la revue) vous permettront d’être averti de toute nouvelle publication.

Tous les numéros publiés sont disponibles en texte intégral  et en accès libre sur Revues.org (plateforme d’ OpenEdition).

Le site est en français. Les articles sont publiés en langue française et espagnole avec des résumés en anglais, français et espagnol pour les textes publiés à la rubrique « Études ».

Cette revue a fait l’objet d’une notice dans la revue électronique Aldébaran, éditée sur OpenEdition.

Mise en place d’un fonds de thèses à la médiathèque de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration

Les travaux universitaires à la médiathèque Abdelmalek SAYAD :

La médiathèque de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI) est un centre de ressources documentaires spécialisé dans l’histoire, la mémoire et les cultures de l’immigration en France de 1850 à nos jours. Elle s’adresse à tous les publics mais accueille plus particulièrement des étudiants et des chercheurs.

Son fonds propose des livres, des périodiques, des documents audiovisuels, sonores, iconographiques (affiches et flyers) ainsi que des archives privées du sociologue de l’immigration algérienne, Abdelmalek Sayad.

Le portail documentaire est consultable à l’adresse : http://ressources.histoire-immigration.fr/

 Dans le but de constituer un fonds de thèses, la médiathèque Abdelmalek Sayad propose aux doctorants et aux chercheurs ayant soutenu ou en train de rédiger leur mémoire sur des sujets liés à l’immigration, de déposer leurs travaux à la CNHI après leur soutenance. Les thèses collectées sont celles dont la diffusion est autorisée par un jury. L’objectif étant de rassembler le maximum de travaux universitaires sur les questions migratoires aussi bien en histoire, sociologie,  géographie, sciences économiques et politiques, anthropologie, ethnologie, science de l’éducation, lettres qu’en médecine.

Ces documents se trouvent en général éparpillés dans les bibliothèques universitaires (BU) des établissements de soutenance et le fait de les regrouper en un seul endroit permet aux étudiants et aux chercheurs l’accès  à un plus grand nombre de ressources nécessaires à leur recherche.

Ce fonds, en perpétuel accroissement, compte environ 260 travaux universitaires dont plus de 2/3 de thèses de 3ème cycle. Il comprend également des mémoires de DEA (diplôme d’études approfondies), de DESS (diplôme d’études supérieures spécialisées) et de Masters.

La collecte se fait non seulement en France métropolitaine mais aussi dans les départements d’Outre-mer.

Ces documents peuvent être déposés sous format papier pour une consultation sur place. Il suffit juste de faire parvenir le fichier numérique de la thèse en format PDF à la médiathèque qui se charge de l’impression et de la reliure. Les thèses reliées sont facilement identifiables dans le fonds par leur couleur rouge.

Il est également possible d’opter pour une diffusion numérique intégrale ou restreinte. Ainsi, le fichier numérique en PDF est consultable sur le portail documentaire (Internet) ou sur l’espace multimédia de la médiathèque (Intranet). La thèse électronique favorise l’accès le plus large possible aux fruits de la recherche scientifique et contribue à la renommée de son auteur tout en lui garantissant le respect de la propriété intellectuelle. Ce choix implique la signature d’un «contrat de diffusion» entre l’auteur et la CNHI. Ce contrat prévoit un droit de retrait ou de repentir, c’est-à-dire que l’auteur peut décider de revenir sur sa décision et demander le retrait de sa thèse du portail documentaire ou de l’espace multimédia pour des raisons qui lui sont propres.

La médiathèque rappelle sur son site de diffusion que la thèse est une œuvre protégée par le droit d’auteur et que toute reproduction nécessite l’obtention de son autorisation.  Elle respecte scrupuleusement le cadre juridique en vigueur relatif  à la propriété intellectuelle et au droit d’auteur (aucun document n’est diffusé sans accord préalable de son auteur) et au respect des données personnelles.

Dans un contexte de large diffusion de l’information scientifique et technique, tout auteur conserve ses droits intellectuels, notamment le fait de devoir être correctement cité et reconnu comme l’auteur d’un document.

 

Médiathèque Abdelmalek Sayad , Cité nationale de l’histoire de l’immigration

293 avenue Daumesnil 75012 Paris

Ouverture du mardi au vendredi de 14h00 à 17h30 et le samedi de 14h00 à 19h00

Les documents sont à adresser à Siré DIAW : sire.diaw@ histoire-immigration.fr