Archives par étiquette : Moeurs et coutumes

Les trésors de la Médiathèque : la bugade en Provence

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Exceptionnellement, ce mois-ci nous avons choisi un ouvrage  plus récent, pour faire écho au précédent sujet sur le savon de Marseille, il  y est question de lessive à base de cendres : En Provence l’eau est d’or, mémoire en images,  Ed. A. Sutton , 2009, cote FME 900 JOA.

La lessive :

La lessive, (« bugade» en Provence, buée en Touraine, bua dans les pays de langue d’oc, bugée en Poitou) se faisait deux à trois fois par an, au printemps et à l’automne, vers la Toussaint. Les femmes se rassemblaient à cette occasion et c’était un véritable évènement de la vie sociale et l’occasion d’une fête.
Le linge s’étant accumulé pendant des mois, la lessive durait trois jours et se déroulait en plusieurs étapes.

La préparation de la lessive :

Elle se faisait à la cendre(( si vous voulez tenter, en plus modeste quantité prévoir trois verres pour un litre d’eau que l’on fait macérer 48h en remuer de temps à autre avant de filtrer dans une passoire recouverte d’un torchon avant utilisation en machine)). Celle-ci ne devait, en aucun cas, être à base de chêne ou de châtaignier car cela colore le linge.

Faire chauffer l’eau dans le chaudron « lou peirou » sur le foyer.

Le trempage ou encuvage :

Installer le cuvier ou « tinèu », une cuve en bois cerclée de métal, posée sur un trépied et qui pouvait contenir jusqu’à 400 litres en prenant soin de mettre devant la sortie, des branches de thym et un morceau de tuile, pour éviter que le linge, alourdi par l’eau ne bouche le trou de vidange. Relié par un tuyau on plaçait devant celui-ci un récipient, un chaudron qui  récupérait et réchauffait l’eau.

Placer le linge dans le cuvier en commençant par le plus sale au fond pour finir par le linge le moins sale. Terminer en posant sur le dessus un drap de chanvre appelé « florié ou charrier » recouvert d’un bonne couche de cendre. Relever les coins du drap pour emprisonner la cendre et éviter tout contact avec le linge.

Le coulage ou la coulée :

Pour couler la lessive ou « coula la bugado » on utilisait soit,  un placard, appelé « bugadière », qui comportait des étagères de bois trouées de multiples trous. Le linge le plus sale, de même que dans le cuvier, était placé sur l’étagère la plus basse et le moins sale sur l’étagère haute, la seule différente étant que la cendre déjà filtrée était dans l’eau et non pas sur le drap. On utilisait alors  un coule-lessive, une sorte de récipient à long manche pour prélever de l’eau chaude que l’on versait sur le linge.

Alors que dans le cuvier on versait, toujours à l’aide du coule-lessive, l’eau chaude à travers les cendres et le linge, et celle-ci ressortait par la bonde et était redirigée par le tuyau vers le chaudron où l’eau qui sortait appelée « leissièu » était réchauffée, il fallait renouveler  l’opération  plusieurs fois. L’eau devait être chaude mais non bouillante pour éviter que les protéines que contiennent les salissures ne coagulent et se fixent alors définitivement aux fibres. On jugeait la fin du coulage lorsque le « lessièu » prenait une teinte café au lait.

Puis on laissait macérer toute la nuit. Le lendemain, à l’aide d’une pince en bois à longues branches, on sortait  le linge froid du cuvier mais,  l’eau,  précieuse, était alors recyclée pour laver le sol. Les cendres lessivées étaient récupérées pour le jardin pour servir d’engrais

Lavage et rinçage au lavoir :

Après avoir transporté dans une brouette de bois le linge lourd et mouillé,  les lavandières s’installaient, à genoux, dans une caisse en bois  appelée « banasto», ouverte à l’arrière et dotée d’un plan incliné  à l’avant et dont le confort était amélioré de chiffons ou coussins de paille.  Dans le bassin inférieur du lavoir les femmes laissaient flotter le linge tout en le tenant à bout de bras,  puis le ramener pour le frotter à l’aide d’une brosse de chiendent et de savon de Marseille,  elles le battaient  à l’aide d’un battoir à linge en bois, puis le tordaient pour éliminer la lessive.

Le lavoir :

En pierre de taille, et d’un accès pavé ou dallé, il était couvert d’une toiture pour protéger les lavandières des intempéries et comportait plusieurs parties : le rinçoir dans la partie haute du lavoir, qui réceptionne l’eau fraiche directement de la fontaine et au-dessus duquel deux barres de bois ou de métal placées à l’horizontale servaient à égoutter le linge relié à un second bassin, en partie basse, réservé au lavage pour garder l’eau du bassin de rinçage propre. Certains lavoirs étaient équipés d’un plan incliné en pierre qui rendait le travail debout possible.

Le séchage du linge :

Le linge était ensuite étendu au soleil et souvent même à plat dans un champ sur le romarin et on laissait une nuit dehors pour disait-on un blanc plus éclatant.

Le pliage du linge :

Le pliage du linge consistait à étirer le linge le plus possible car il était rarement repassé à l’exception des chemises et robes.

Et chimiquement, que se passe-t- il ?

Les cendres contiennent de la potasse (potasse vient de l’anglais « pot ash » : cendre de pot.)

Une réaction de saponification  se produit au contact d’acides gras provenant du sébum de la peau qui génère la formation de glycérol et surtout d’ions carboxylate de potassium qui constituent le savon.
En clair, il est nécessaire d’avoir du linge bien sale pour obtenir du  linge bien propre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les trésors de la médiathèque : le costume en Provence

Pour vous faire découvrir le fonds de la Médiathèque de la MMSH. Le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation.

Ce mois-ci, nous vous présentons un ouvrage de Jules Charles-Roux (1841-1918). Il fut directeur d’une usine de savons marseillaise dont il hérita de son père et mena une carrière de député des Bouches-du-Rhône (1889-1898). il fut également administrateur de la Banque de France, président de la Compagnie Transatlantique, initiateur et commissaire général de l’Exposition coloniale de Marseille en 1906.

Un monument a été érigé dans le parc Chanot dans le hall du Pavillon de Marseille et de la Provence  pour honorer Jules Charles-Roux.

Ami de Frédéric Mistral, Jules-CharIes Roux soutint le mouvement du félibrige et défendit l’identité provençale. Il contribua financièrement  à la fondation du « Museon Arlaten » à Arles,  par l’achat du palais du Roure en Avignon  qui devint un musée de la langue provençale.

Voici  son ouvrage, richement illustré,  sur le costume provençal :

Souvenirs du Passé. Le costume en Provence, de Jules-Charles ROUX, avec un sonnet de Frédéric MISTRAL : I. Période ancienne. II. Période moderne. Paris, Lyon, Marseille, Lemerre, Rey, Ruat, 1907 ; 2 vol. in-4, brochés, couv. ill., 22 planches en couleurs hors-texte et 653 reproductions dans le texte dont 76 portraits, cote : F.ME 391 CHA

D’autres livres sur le thème du costume provençal sont présents à la médiathèque :

Biehn, M., Charles-Roux, E., Gallois, Y., Pascal, M., Poujol, G.  : En jupon piqué et robe d’indienne, costumes provençaux. 1987,  J. Laffitte,  Marseille, France. Cote : F.ME 391 BIE

Bourrilly, J., Laget, E. Le costume en Provence au Moyen Age,  1928, Institut historique de Provence : Marseille, France. Cote : YM-190

Niel, N., 1989. L’art du costume d’Arles : traité théorique et pratique de coiffure et d’habillage, texte, illustration, maquette, Niel, Arles, France. Cote : F.ME 391 NIE.

Nougier, S., Nougier, E., Nougier, C., Nougier, E., 1980 : Lou Vesti prouvençau: guide pratique et technique du costume féminin et masculin de Provence,  S. et E. Nougier, Marseille, France. Cote : F.ME 391 NOU.

Pascal, O., Pascal, M. Histoire du costume d’Arles. 1992 : M. Pascal, -, Arles, France. Cote :  F.ME 391 PAS.

D’autre part, signalons cet article de Danièle Dossetto, IDEMEC,  sur le sujet : Savoirs sous influences : deux costumes provençaux  (1937-1943).

Les trésors de la Médiathèque : Noël en Provence, … et Noël 1912 !

Pour mieux vous faire connaître le fonds de la Médiathèque la MMSH. Le deuxième lundi du mois, nous vous ferons découvrir des ouvrages anciens.

Le choix de ce mois de décembre s’est tout naturellement porté sur deux livres, consutables à la médiathèque de la MMSH,  en lien avec la période de Noël : Noël en Provence, usages crêches, santons, Noëls, Pastorales, écrit par G. Arnaud d’ Agnel et Léopold Dor, Paris, Occitania, Editions du Bastidon d’Aix-en-Provence et de Tacussel à Marseille, 1927.

Dans cet ouvrage, sont consignés les  anciens usages liés à Noël : coutumes, gros souper, pratiques religieuses, Defructus,1.

… mais aussi  les autres fêtes, les divers procédés de fabrication des santons, la liste nominative de ceux-ci , les pastorales etc.

Pour accompagner agréablement ces traditions  voici un autre de ces petits trésors lié celui-ci à la gastronomie française : le numéro 1536 des annales politiques et littéraires, Noël 1912, intitulé « A table ! » par Louis Vinsonau. Dans ce numéro : la gastronomie, les cafés de Paris,  des réflexions gastronomiques, des recettes (dont certaines sont écrites en vers) ainsi que « le livre d’or de la cuisine Françoise» de 48 pages dont voici un extrait :

Texte et numérisation par Mathilde Bresc.
  1. terme qui désigne l’ancien usage par un notable d’offrir un repas au clergé de la paroisse la veille de Noël []