Archives par étiquette : Printemps arabe (2010-….)

57ème Salon arabe et international du livre de Beyrouth (6 au 19 décembre 2013)

La 57ème édition du Salon arabe et international du livre de Beyrouth s’est tenue du 6 au 19 décembre 2013 dans l’une des constructions du « Beirut International Exhibition & Leisure center » (dire BIEL ou, en arabe, « el-Biel »). Ce parc de 82000 m2 en cours d’aménagement jouxte le centre de Beyrouth sur des superficies remblayées sur la mer.

6e3b8a3c-285b-4d83-858a-075f76230349

Le salon arabe du livre existe depuis 1956. Il est organisé par le Club culturel arabe (النادي الثقافي العربي). On pourra trouver des informations en arabe sur les activités culturelles durant le salon ; sur son historique, etc. Cette année il rassemblait plus de 250 stands d’éditeurs, de groupement d’éditeurs et/ou de libraires. Signalons qu’au même endroit, du 1er au 10 novembre, se tenait 20ème Salon du livre francophone de Beyrouth (2013).

Lors de cette mission IREMAM-MMSH, nous avons centré notre travail sur les éditeurs libanais, avec quelques incursions du côté des éditeurs palestiniens et iraqiens.

Parmi les éditeurs, trois types de production :

Celle des universités : Université Saint-Joseph , Université libanaise , Université de Balamand , Université américaine de Beyrouth, Université islamique de Beyrouth (جامعة بيروت الإسلامية ) .

Celle des centres de recherches : Centre d’études de l’unité arabe (مركز دراسات الوحدة العربية ), Institut d’études palestiniennes (مؤسسة الدراسات الفلسطينية),  Centre al-Zaytūna de recherches (مركز الزيتونة للدراسات والاستشارات), Bayt al-ḥikma-Iraq, Orient-Institut Beirut  

Celle des maisons d’éditions commerciales : al-Furāt, Riyad al-Rayyes, Sāqī books, al-Dār al-ʿarabiyya li-l-ʿulūm, Ǧadāwil, Šarq al-kutub, Maktaba Lubnān, les maisons d’édition des journaux al-Nahār et al-Safīr… Là également, une maison iraqienne : Dār al-Basā’ir.

Pour les revues, nombre de collections ont été complétées. On signalera également l’acquisition de nouveaux titres signalés comme importants par nos interlocuteurs : Kalamun (كلمن) est une revue « indépendante destinée à revivifier le dialogue entre les courants de pensée et culturels » ; Portal 9 est un magazine d’urbanisme lancé par Solidere, la société d’aménagement de Beyrouth-centre1 ; al-Aḫar (الاخر) est une revue lancée par le poète Adonis; Bidāyāt (بدايات), dirigée par Fawaz Tarabulsi, est une « revue de politique et de culture » qui porte le slogan « à chaque saison, le changement » ; enfin la revue Ǧasad (جسد ,Corps) éditée par l’écrivaine Jumana Haddad a occasionné de nombreuses discussions, voire le scandale2 .

issue_6_resized

Ce salon a été l’occasion de nous procurer 715 volumes, ouvrages et revues confondus. Cela nous a permis de reprendre contact en premier lieu avec une production éditoriale libanaise qui semble toujours florissante. Bien sûr, notre priorité pour les acquisitions (essentiellement sur les publications de 2010 à 2013) s’est portée sur les approches qui peuvent s’y exprimer à propos des évolutions récentes du Monde Arabe.

Si les ouvrages palestiniens et iraqiens sont en nombre beaucoup plus réduit, on espère cependant qu’ils permettront également un accès intéressant de la production intellectuelle de ces deux pays.

Ce billet ne pourrait être complet sans mentionner l’équipe de l’IFPO, et en particulier l’équipe de la médiathèque , pour l’accueil, l’aide, la disponibilité et la gentillesse. Signalons enfin le sérieux et le professionnalisme sans faille de l’équipe de la librairie el-Bourj el-bourjsur laquelle toute la logistique des acquisitions s’est appuyée.3

Merci à tous !

  1. Une présentation est disponible sur le site du Commerce du Levant  []
  2. Voir l’article sur CNN. Ouvrages traduits disponibles à la bibliothèque : J’ai tué Shéhérazade et Superman est arabe []
  3. Librairie EL BOURJ – Michel Choueiri, Chantal Sfeir : Place des Martyrs – Imm. An Nahar – B.P. 11-533 Beyrouth – LIBAN     Tél.: 00 961 1 97 37 97        Fax: 00 961 1 97 36 97     E-mail: elbourj@cyberia.net.lb []

Tunis 2012 : première Foire du Livre post-révolution

Par Bérengère Clément et Myriam Laakili 

 

Bienvenue à la foire de Tunis ! (Cliché : M. Laakili)

Du 2 au 11 novembre 2012, Myriam Laakili et Bérengère Clément se sont rendues à Tunis pour la 29e édition de la Foire Internationale du Livre avec pour mission d’acquérir la production éditoriale tunisienne 2011 et 2012, et éventuellement de l’édition libyenne, pour l’IREMAM et la Médiathèque de la MMSH.

La Foire du livre de Tunis, mode d’emploi

L’événement était particulièrement important et attendu cette année puisqu’il s’agissait de la première foire organisée depuis la révolution de l’hiver 2011, dans un contexte politique et économique en pleine transition. La Foire du livre se tenait comme à l’habitude au Palais des Expositions du Kram, à Tunis et l’invité d’honneur de cette année 2012 était l’Égypte.

Plus de 22 pays arabes, africains et européens représentés, 317 exposants, moins nombreux toutefois que les années précédentes. Moins d’éditeurs et donc moins de livres, mais une motivation certaine pour ceux qui reprenaient le chemin de la foire. Au cours de cette semaine, nous avons pu acquérir 143 ouvrages en langue arabe et 107 en langue française. En plus des éditeurs et diffuseurs avec lesquels nous avions travaillé les années précédentes, et que nous retrouvions avec plaisir, nous avons pu rencontrer et échanger avec : Abdelhamid Henia (Directeur de DIRASET- études maghrébines, Université de Tunis), Taoufik Monastiri (ancien collègue de l’IREMAM), Michael Béchir Ayari (chercheur à Tunis), Sawssen Fray (bibliothécaire de l’IRMC).

À la fin de notre séjour, nous nous sommes rendues à la Librairie El Kitab, avenue Bourguiba, ainsi qu’à la librairie Diwan, dans la Médina, où nous avons également trouvé un choix de livres intéressants.

L’édition post-révolution

Malgré la crise économique, les responsables des maisons d’éditions étaient dans l’ensemble satisfaits que la Foire du Livre soit placée sous le signe de la liberté d’expression et de l’absence de censure. Naturellement, une production importante était consacrée au printemps arabe : le thème de la révolution tunisienne en l’occurrence était abordé sous différents angles et à travers plusieurs genres : la poésie, les récits de vie d’anciens ministres, ceux des journalistes exilés durant la période Ben Ali, le roman, ainsi qu’une approche sociologique du printemps arabe et même un dictionnaire sur le thème de la révolution tunisienne. Toutes ces formes littéraires, dans leur diversité, sont une source importante pour les chercheurs spécialistes du monde arabe car elles reflètent le contexte de ces révolutions. En parallèle de cette production littéraire sur le printemps arabe, nous avons choisi des ouvrages qui traitent de la femme en islam, notamment sur l’aspect juridique, mais aussi du dialogue islamo-chrétien, de la linguistique, de l’histoire moderne et contemporaine des pays arabes, ainsi que les grands sujets de notre époque : conflits, migrations, violence, genre…

Nous avons noté que les exposants tunisiens proposaient au public, des ouvrages anciens ou récents qui auraient été censurés autrefois. De même, les exposants des stands libyens nous ont proposé des ouvrages d’histoire qui étaient censurés durant le régime de Kadhafi.

 

« Jasmine Rebirth », le nom du premier manga tunisien fait référence à la révolution tunisienne qui a débuté le 14 janvier 2011 (Cliché : M.Laakili)

La Foire de Tunis, observations

Pour Myriam Laakili, sociologue de formation et arabisante, cette Foire du livre de Tunis était une première expérience.

J’ai tout d’abord remarqué la présence d’un public nombreux composé de femmes et d’hommes, de personnes âgées et d’enfants, de familles de différentes catégories sociales et culturelles. La Foire du livre est aussi un lieu où s’organisent des séances de dédicace d’auteurs tunisiens connus, de nombreuses conférences (autour de thèmes tels que : « Le processus de transition démocratique en Égypte et en Tunisie »), des ateliers de graffiti, de peinture, des espaces de lecture, de spectacles pour enfants et pour adultes. C’est aussi un lieu où jeunes et moins jeunes viennent échanger sur le premier manga tunisien ou le dernier ouvrage d’Olfa Youssef.

Outre les ouvrages cités précédemment, on y trouve aussi des livres de recettes de cuisine, de psychologie, de bricolage, de religion, des dictionnaires et encyclopédies pour les étudiants, des livres sur l’économie, l’informatique, les sciences de la vie et de la terre, des livres pour enfants avec des jeux éducatifs…

À travers le livre, c’est aussi les éditeurs que nous avons rencontrés. En discutant avec eux, nous avons pu comprendre les problèmes de cette industrie particulière, mais aussi les questions éditoriales dans le monde arabe. Moncef Ben Ayed, responsable de la maison d’édition Al-Atlassiya nous a fait don de son ouvrage qui soulève la question de l’avenir de l’édition du livre tunisien. En effet, la Foire du Livre est l’occasion aussi pour les éditeurs de discuter et de débattre sur l’avenir de l’édition dans le monde arabe. Certains estiment qu’une possible solution résiderait dans l’union des pays de Maghreb qui permettrait de faciliter la circulation des ouvrages entre les pays de la région ; le premier pas de cette union serait culturel, et l’on pourrait aller jusqu’à imaginer une Union des lecteurs maghrébins.

 

L’Egypte, invitée d’honneur de la foire (Cliché : M. Laakili)

 

D’ailleurs la question éditoriale a fait l’objet d’une table-ronde dans le cadre de cette 29e foire, intitulée : « Les questions éditoriales dans le monde arabe », mais aussi en parallèle, sur un autre registre, les questions sur la numérisation étaient à l’ordre du jour concernant les fonds documentaires nationaux.

Après une semaine passée à la Foire du Livre, force est de constater que la révolution a permis de réimprimer et de proposer à la vente des ouvrages qui étaient interdits, c’est donc une occasion de relancer le marché du livre. De même, une fois l’euphorie de la révolution passée, le mot « révolution », est devenu « marketing », que ce soit dans la littérature, les écrits journalistiques, universitaires ou autres, ce qui pouvait parfois susciter un sentiment de saturation chez les lecteurs. Pour ces derniers, la Foire était surtout l’occasion d’acheter des ouvrages jusque-là censurés.

En résumé, la Foire du Livre est un terrain unique pour pénétrer l’édition d’un pays, y rencontrer ses acteurs et y acquérir des ouvrages introuvables ailleurs.

La logistique

Faire le tour des stands, ce n’est pas si simple et on s’y perd facilement. Il faut penser dès le premier jour à se munir du plan de la Foire. En parallèle, il faut essayer de trouver un porteur que l’on rémunère au jour le jour pour aider à transporter les livres, ou bien, si la chance vous

sourit, arriver à les stocker chez un éditeur sympa. Au bout de deux jours de mission, le volume d’acquisitions rendait nécessaire le service d’un transporteur pour transférer les livres de la Foire jusqu’à l’hôtel. Les autres jours, c’est dans l’une de nos valises à roulettes que nous avons stocké nos achats pour prendre le taxi jusqu’à l’hôtel. Enfin, pour trouver les perles rares et faire de bons choix, il faut allier patience et esprit d’analyse. Parcourir efficacement 317 stands est un véritable marathon, mais qui se fait sans peine grâce à l’accueil et à la générosité des exposants que nous tenons par ailleurs à remercier à travers ce billet.

La dernière démarche importante est le passage au fret : chaque livre doit correspondre à une facture dûment tamponnée qui sera exigée par les services de la douane ; ceux-ci se réservent le droit de vous faire ouvrir les cartons (« la visite ») que vous avez mis tant de soin à empaqueter. Un moment d’inquiétude survient, on vous demande d’aller dans la salle d’attente… puis l’officier de la douane revient avec le sourire, vous avez les autorisations d’« exporter », les cartons de livres peuvent partir !

A l’aéroport de Tunis-Carthage, l’envoi de notre précieuse collecte ! (Cliché : M. Laakili)