Archives par étiquette : Provence

Les trésors de la médiathèque : le meuble provençal

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Ce mois nous vous proposons de découvrir  cet ouvrage :

Le meuble : ameublement provençal et comtadin du Moyen-Age à la fin du XVIIIe siècle, G. Arnaud d’Agnel. Marseille : Tacussel , 1929, cote YF-19.

Il est difficile de parler du meuble « provençal » tant le territoire couvert est vaste puisqu’il rassemble la « haute Provence », avec sa rigueur alpine, le meuble est sobre, robuste, simple, fonctionnel, aux formes géométriques et la « basse Provence », maritime, où le mobilier est d’un style souple, élégant, richement orné de sculptures et de moulures aux formes arrondies, tout en cintres et en galbes.

La production de mobilier a évolué dès le XIIIe siècle et a été influencé par des styles très variés : l’Espagne, au XIIe siècle, avec un style alliant le cuir et la ferronnerie, l’Italie, au XIIIe siècle avec l’utilisation de la polychromie,  puis l’apparition des premiers buffets, et l’Orient, au  XVIIIe siècle des coffres incrustés de nacre. Le mobilier provençal est à son apogée au XVIIIe avec le style Louis XV et Louis XVI.

Le peuplier et le hêtre étaient les essences de bois les plus communément employées puis à partir du XVIe siècle le noyer devient d’un usage courant. Les ébénistes de l’époque, appelés fustiers, utilisaient aussi le chêne et le châtaignier, qui résistent mieux aux parasites. En haute Provence, ce sont le sapin et le mélèze qui sont les plus usités. Quant aux bois exotiques, ils servaient surtout en marqueterie.

Lexique  :

Brès : (berceau) monté sur deux bois courbes qui permettent le balancement.

Brusc : (ruche),  c’est une ruche mais aussi  une sorte de petite caisse de bois conique  qui permettait de maintenir sous les bras et debout  un enfant en bas âge  pour être suspendu au mur ou à une branche et permettre ainsi de surveiller tout en travaillant.

Courrieu : (promenoir) ou trotte-bébé, structure en bois qui permet au bébé d’avancer

Coumodo : (commode) à deux ou trois tiroirs (fin du XVIIe siècle).

Couteliero: porte-couteaux : il est ouvragé, à piétement, pour être posé.

Dreissadou : (vaisselier) pour présenter les faïences.

Escrivanié : (bureau) secrétaire muni de tiroirs et d’un abattant pour le fermer.

Escudelié : simple présentoir à vaisselle, muni d’un tiroir dans lequel on range les couverts

Estanié : meuble très ouvragé avec étagère pour présenter les belles poteries et les beaux verres

Fariniero : boîte à farine suspendue au mur qui servait à enfariner le poisson à frire tout en conservant la farine superflue

La litoche ou litocho en provençal : lit très sobre qui conserve aux quatre angles les montants, qui, autrefois, maintenaient les colonnes d’un balaquin.

Manjadou (garde-manger) : petite armoire grillagée pour conserver les aliments à l’abri des mouches et autres rongeurs.

Mastro ou pastiero : pétrin trapézoïdal qui faisait partie de la dot de la mariée et dont le plateau-couvercle est amovible et repose sur une base pleine.

Paniero (panetière) : à l’origine, la panetière était une cage de bois ajourée, sur pied en forme d’escargot, et qui comportait deux ou trois panneaux munis de barreaux afin de permettre l’aération et la conservation du pain. Elle était souvent posée sur un buffet bas ou suspendue contre le mur.  A partir du XVIIIe siècle, les barreaux sont remplacés par des  fuseaux de bois tour

Radassié : (le divan) siège provençal à deux ou trois places, dont l’assise est paillée.

Saliero : boîte à sel  accrochée au mur.

Taulo (table) de niue  (table de nuit) : apparaît au début du XVIIIe siècle, c’est une niche sur pieds assez haut composée de deux espaces distincts : un pour  le vase de nuit, l’autre pour poser le bougeoir.

Reloge : (horloge) horloge « comtoise » haute et droite dont la partie haute reçoit le mécanisme de la pendule. Elle est surmontée d’une corniche moulurée arrondie.

Vous pouvez également lire l’article suivant  paru sur le carnet des jeunes chercheurs de Telemme :

 « Une demeure dans son jus » ? Réflexions autour des partis pris de présentation et de conservation du mobilier historique en Provence Par Alexandre Mahue, doctorant en Histoire de l’Art, TELEMME, MMSH.

Les trésors de la médiathèque : Histoire des parfums….senteur lavande

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Dans la continuité de l’article précédent consacré au savon, nous vous proposons ce mois-ci de découvrir l’ouvrage suivant :

Histoire des parfums et hygiène de la toilette : poudres, vinaigres, dentifrices, fards, teintures, cosmétiques, etc.  / S. Piessearis : Libr. J.B. Bailliere et Fils , 1905, cote 12-5190 FB .

La société, l’économie et le paysage de la Provence ont, depuis longtemps,  été liés à la cueillette et la distillation des plantes. Celle-ci sont si nombreuses que, pour ne se concentrer que sur une seule, le choix s’est porté sur la lavande, en pleine floraison à l’heure actuelle.

Plante aromatique, la lavande, de l’italien « lavanda », (car l’eau parfumée produite  à base de lavande servait à se laver.)  fut,  en premier lieu exploitée à l’état sauvage, puis cultivée dès la fin du XIXème siècle mais c’est à partir de la fin de la première guerre mondiale que la culture du lavandin (hybride de la lavande officinale et de la lavande aspic) va peu à peu remplacer la lavande aspic.

Deux variétés sont cultivées en Provence :

La « lavande vraie » dite aussi « fine » qui poussait autrefois à l’état sauvage (Lavandula angustifolia)  est la plus noble des lavandes pour la qualité de son huile essentielle qui possède de multiples propriétés médicinales. ( classée AOC : « Huile essentielle de lavande de Haute-Provence). Elle se différencie par une longue tige porteuse d’un seul épi de fleurs, et pousse en montagne, sur les versants ensoleillés  entre 500 et 1500 mètres d’altitude.

Le lavandin est un hybride de lavande vraie et de lavande aspic. Il est essentiellement cultivé et on en trouve peu à l’état sauvage. Il se présente en branches ramifiées à trois épis de fleurs « en papillon »  et son rendement est beaucoup plus volumineux que la lavande fine ou vraie, environ quatre fois supérieur, et cela explique sa culture intensive.

Voici un extrait de l’enquête 4537 réalisée en juillet 2000 par Danielle Musset, ancienne Directrice du Musée de Salagon à Mane (04).

Cet enregistrement est effectué auprès de Félix Chailan , habitant de Douroulles (04)  qui nous décrit le travail dans les lavandes à son époque. En voici un extrait :

 

Bibliographie sélective :

La plante :

Long, Stéphane. « La lavande : étude de la plante et de ses utilisations de l’antiquité à l’époque moderne », s. d. Cote médiathèque MMSH : MT-26037

Meunier, Christiane. Lavandes et lavandins. La Calade, Aix-en-Provence : Edisud, 1985.Cote médiathèque MMSH :  8-33360

Musset, Danielle. Lavandes et plantes aromatiques : un itinéraire de découverte en Haute-Provence. Mane : Les Alpes de Lumières, 2001. Cote médiathèque MMSH : 8-30302

Usages :

Buffa, Géraud. « La parfumerie grassoise et la lavande ». Cahiers de la Méditerranée, no 92 (2016). Cote médiathèque MMSH : P-206

pharmaciens d’officine. Sciences pharmaceutiques. 2016. Cote médiathèque MMSH : F.ME 630 REP

Gonnet, Paul, éd. Histoire de Grasse et de sa région. Collection Histoire des villes de France. Le Coteau, Roanne : Editions Horvath, 1984. Cote médiathèque MMSH : 8-36806

Le Guérer, Annick. Le parfum des origines à nos jours. Paris : O. Jacob, 2005. Cote médiathèque MMSH : 8-32311

Monge, Romain. Les routes de la lavande : au carrefour du développement culturel et de la valorisation de la ressource. In Routes touristiques et itinéraires culturels : entre mémoire et développement : colloque. pp.139-147. Québec : juin 2012

Ricciardi-Bartoli, Félicienne. Lavandes : l’or bleu. Saint-Rémy-de-Provence : Édisud, 2014. Cote médiathèque MMSH : 8-38246

Zellal, Coline. A l’ombre des usines en fleurs : genre et travail dans la parfumerie grassoise. 1900-1950. Collection : penser le genre. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2013. Cote médiathèque MMSH : F.ME 330 ZEL

Histoire culturelle :

Rolshoven, Johanna. Provencebild mit Lavendel : zur Kulturgeschichte eines Duftes in seiner Region. Bremen: Edition CON, 1991. Cote médiathèque MMSH : 8-36838

Teyssier, Jacques. La fête de la lavande, Digne-les-Bains. Villeurbanne [France] : Éditions du Mot Passant, 1997. Cote médiathèque MMSH : 8-36082

Reparaz, André de. « Le déclin de la lavande dans l’agriculture et dans la vie rurale de la Haute Provence ». Provence Historique, no 161 (1990). Cote médiathèque MMSH : P-47 – En salle

Bibliogr. établie par Annick Richard

Les trésors de la Médiathèque : la bugade en Provence

Par Mathilde Bresc

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Exceptionnellement, ce mois-ci nous avons choisi un ouvrage  plus récent, pour faire écho au précédent sujet sur le savon de Marseille, il  y est question de lessive à base de cendres : En Provence l’eau est d’or, mémoire en images,  Ed. A. Sutton , 2009, cote FME 900 JOA.

La lessive :

La lessive, (« bugade» en Provence, buée en Touraine, bua dans les pays de langue d’oc, bugée en Poitou) se faisait deux à trois fois par an, au printemps et à l’automne, vers la Toussaint. Les femmes se rassemblaient à cette occasion et c’était un véritable évènement de la vie sociale et l’occasion d’une fête.
Le linge s’étant accumulé pendant des mois, la lessive durait trois jours et se déroulait en plusieurs étapes.

La préparation de la lessive :

Elle se faisait à la cendre(( si vous voulez tenter, en plus modeste quantité prévoir trois verres pour un litre d’eau que l’on fait macérer 48h en remuer de temps à autre avant de filtrer dans une passoire recouverte d’un torchon avant utilisation en machine)). Celle-ci ne devait, en aucun cas, être à base de chêne ou de châtaignier car cela colore le linge.

Faire chauffer l’eau dans le chaudron « lou peirou » sur le foyer.

Le trempage ou encuvage :

Installer le cuvier ou « tinèu », une cuve en bois cerclée de métal, posée sur un trépied et qui pouvait contenir jusqu’à 400 litres en prenant soin de mettre devant la sortie, des branches de thym et un morceau de tuile, pour éviter que le linge, alourdi par l’eau ne bouche le trou de vidange. Relié par un tuyau on plaçait devant celui-ci un récipient, un chaudron qui  récupérait et réchauffait l’eau.

Placer le linge dans le cuvier en commençant par le plus sale au fond pour finir par le linge le moins sale. Terminer en posant sur le dessus un drap de chanvre appelé « florié ou charrier » recouvert d’un bonne couche de cendre. Relever les coins du drap pour emprisonner la cendre et éviter tout contact avec le linge.

Le coulage ou la coulée :

Pour couler la lessive ou « coula la bugado » on utilisait soit,  un placard, appelé « bugadière », qui comportait des étagères de bois trouées de multiples trous. Le linge le plus sale, de même que dans le cuvier, était placé sur l’étagère la plus basse et le moins sale sur l’étagère haute, la seule différente étant que la cendre déjà filtrée était dans l’eau et non pas sur le drap. On utilisait alors  un coule-lessive, une sorte de récipient à long manche pour prélever de l’eau chaude que l’on versait sur le linge.

Alors que dans le cuvier on versait, toujours à l’aide du coule-lessive, l’eau chaude à travers les cendres et le linge, et celle-ci ressortait par la bonde et était redirigée par le tuyau vers le chaudron où l’eau qui sortait appelée « leissièu » était réchauffée, il fallait renouveler  l’opération  plusieurs fois. L’eau devait être chaude mais non bouillante pour éviter que les protéines que contiennent les salissures ne coagulent et se fixent alors définitivement aux fibres. On jugeait la fin du coulage lorsque le « lessièu » prenait une teinte café au lait.

Puis on laissait macérer toute la nuit. Le lendemain, à l’aide d’une pince en bois à longues branches, on sortait  le linge froid du cuvier mais,  l’eau,  précieuse, était alors recyclée pour laver le sol. Les cendres lessivées étaient récupérées pour le jardin pour servir d’engrais

Lavage et rinçage au lavoir :

Après avoir transporté dans une brouette de bois le linge lourd et mouillé,  les lavandières s’installaient, à genoux, dans une caisse en bois  appelée « banasto», ouverte à l’arrière et dotée d’un plan incliné  à l’avant et dont le confort était amélioré de chiffons ou coussins de paille.  Dans le bassin inférieur du lavoir les femmes laissaient flotter le linge tout en le tenant à bout de bras,  puis le ramener pour le frotter à l’aide d’une brosse de chiendent et de savon de Marseille,  elles le battaient  à l’aide d’un battoir à linge en bois, puis le tordaient pour éliminer la lessive.

Le lavoir :

En pierre de taille, et d’un accès pavé ou dallé, il était couvert d’une toiture pour protéger les lavandières des intempéries et comportait plusieurs parties : le rinçoir dans la partie haute du lavoir, qui réceptionne l’eau fraiche directement de la fontaine et au-dessus duquel deux barres de bois ou de métal placées à l’horizontale servaient à égoutter le linge relié à un second bassin, en partie basse, réservé au lavage pour garder l’eau du bassin de rinçage propre. Certains lavoirs étaient équipés d’un plan incliné en pierre qui rendait le travail debout possible.

Le séchage du linge :

Le linge était ensuite étendu au soleil et souvent même à plat dans un champ sur le romarin et on laissait une nuit dehors pour disait-on un blanc plus éclatant.

Le pliage du linge :

Le pliage du linge consistait à étirer le linge le plus possible car il était rarement repassé à l’exception des chemises et robes.

Et chimiquement, que se passe-t- il ?

Les cendres contiennent de la potasse (potasse vient de l’anglais « pot ash » : cendre de pot.)

Une réaction de saponification  se produit au contact d’acides gras provenant du sébum de la peau qui génère la formation de glycérol et surtout d’ions carboxylate de potassium qui constituent le savon.
En clair, il est nécessaire d’avoir du linge bien sale pour obtenir du  linge bien propre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les trésors de la médiathèque : le costume en Provence

Pour vous faire découvrir le fonds de la Médiathèque de la MMSH. Le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation.

Ce mois-ci, nous vous présentons un ouvrage de Jules Charles-Roux (1841-1918). Il fut directeur d’une usine de savons marseillaise dont il hérita de son père et mena une carrière de député des Bouches-du-Rhône (1889-1898). il fut également administrateur de la Banque de France, président de la Compagnie Transatlantique, initiateur et commissaire général de l’Exposition coloniale de Marseille en 1906.

Un monument a été érigé dans le parc Chanot dans le hall du Pavillon de Marseille et de la Provence  pour honorer Jules Charles-Roux.

Ami de Frédéric Mistral, Jules-CharIes Roux soutint le mouvement du félibrige et défendit l’identité provençale. Il contribua financièrement  à la fondation du « Museon Arlaten » à Arles,  par l’achat du palais du Roure en Avignon  qui devint un musée de la langue provençale.

Voici  son ouvrage, richement illustré,  sur le costume provençal :

Souvenirs du Passé. Le costume en Provence, de Jules-Charles ROUX, avec un sonnet de Frédéric MISTRAL : I. Période ancienne. II. Période moderne. Paris, Lyon, Marseille, Lemerre, Rey, Ruat, 1907 ; 2 vol. in-4, brochés, couv. ill., 22 planches en couleurs hors-texte et 653 reproductions dans le texte dont 76 portraits, cote : F.ME 391 CHA

D’autres livres sur le thème du costume provençal sont présents à la médiathèque :

Biehn, M., Charles-Roux, E., Gallois, Y., Pascal, M., Poujol, G.  : En jupon piqué et robe d’indienne, costumes provençaux. 1987,  J. Laffitte,  Marseille, France. Cote : F.ME 391 BIE

Bourrilly, J., Laget, E. Le costume en Provence au Moyen Age,  1928, Institut historique de Provence : Marseille, France. Cote : YM-190

Niel, N., 1989. L’art du costume d’Arles : traité théorique et pratique de coiffure et d’habillage, texte, illustration, maquette, Niel, Arles, France. Cote : F.ME 391 NIE.

Nougier, S., Nougier, E., Nougier, C., Nougier, E., 1980 : Lou Vesti prouvençau: guide pratique et technique du costume féminin et masculin de Provence,  S. et E. Nougier, Marseille, France. Cote : F.ME 391 NOU.

Pascal, O., Pascal, M. Histoire du costume d’Arles. 1992 : M. Pascal, -, Arles, France. Cote :  F.ME 391 PAS.

D’autre part, signalons cet article de Danièle Dossetto, IDEMEC,  sur le sujet : Savoirs sous influences : deux costumes provençaux  (1937-1943).

Les trésors de la Médiathèque : Noël en Provence, … et Noël 1912 !

Pour mieux vous faire connaître le fonds de la Médiathèque la MMSH. Le deuxième lundi du mois, nous vous ferons découvrir des ouvrages anciens.

Le choix de ce mois de décembre s’est tout naturellement porté sur deux livres, consutables à la médiathèque de la MMSH,  en lien avec la période de Noël : Noël en Provence, usages crêches, santons, Noëls, Pastorales, écrit par G. Arnaud d’ Agnel et Léopold Dor, Paris, Occitania, Editions du Bastidon d’Aix-en-Provence et de Tacussel à Marseille, 1927.

Dans cet ouvrage, sont consignés les  anciens usages liés à Noël : coutumes, gros souper, pratiques religieuses, Defructus,1.

… mais aussi  les autres fêtes, les divers procédés de fabrication des santons, la liste nominative de ceux-ci , les pastorales etc.

Pour accompagner agréablement ces traditions  voici un autre de ces petits trésors lié celui-ci à la gastronomie française : le numéro 1536 des annales politiques et littéraires, Noël 1912, intitulé « A table ! » par Louis Vinsonau. Dans ce numéro : la gastronomie, les cafés de Paris,  des réflexions gastronomiques, des recettes (dont certaines sont écrites en vers) ainsi que « le livre d’or de la cuisine Françoise» de 48 pages dont voici un extrait :

Texte et numérisation par Mathilde Bresc.
  1. terme qui désigne l’ancien usage par un notable d’offrir un repas au clergé de la paroisse la veille de Noël []

La revue « Provence Historique » désormais sur internet !

La collection historique (1950-2006) de la principale et plus ancienne revue scientifique dédiée à l’histoire de la Provence est désormais en ligne.

Tout lecteur peut désormais consulter sur internet articles et fascicules pour une période de 56 années. Cette édition électronique rassemble près de 2000 articles écrits par 1000 auteurs. L’accès à la base de données peut se faire en utilisant un mot-clef, un nom d’auteur, un nom de lieu ou un nom de personne. Il offre à tous les chercheurs et à toutes les personnes intéressées par l’histoire de la Provence une consultation extrêmement riche sur tous les sujets et toutes les questions abordés par la revue.

Plus qu’une meilleure visibilité, c’est à une véritable valorisation de la collection à laquelle se sont attachés les différents acteurs de cette belle réalisation : non seulement la mise en perspective de l’ensemble des 2000 articles ainsi réunis permet de saisir  la cohérence du travail historique accumulé, mais elle met en lumière les manières renouvelées dont les historiens appréhendent depuis une soixantaine d’années dans leurs recherches les rapports entre pratiques et discours. Parfaite dans son rôle à la fois de recherche et de diffusion de la recherche, Provence historique élargit à l’infini, avec cette nouvelle dynamique, le champ de ses lecteurs, permettant les liens entre les thèmes, les lieux, les années, les acteurs d’une histoire provençale florissante.

Historique de la revue

Publiée avec le concours du ministère de l’Education Nationale et de la Recherche, de l’Université de Provence, de l’UMR Telemme, et du Conseil général des Bouches du Rhône, Provence Historique paraît au rythme de quatre livraisons par an (environ 600 pages), avec parfois la parution de numéros spéciaux  sur l’état de la recherche dans un domaine particulier. Dès la fondation de la Fédération historique de Provence en 1950, créée pour regrouper les sociétés savantes de la région, la publication « d’une revue d’érudition consacrée à l’histoire régionale » est décidée. Provence Historique a dès lors la volonté de couvrir l’ensemble de l’espace provençal et de faire place aux disciplines voisines que sont l’archéologie, l’histoire de l’art, la préhistoire, l’architecture, la géographie, la philosophie, la théologie, l’économie. Centrée sur la Provence, elle n’hésite pas à l’occasion à présenter une démarche comparatiste qui inscrit les résultats de la recherche régionale dans un cadre méditerranéen.

A partir de 1980, la politique éditoriale a privilégié les numéros permettant de faire le point sur l’état de la recherche dans un domaine particulier. Ceux-ci permettent la publication des actes de rencontres scientifiques tenues dans différents centres de recherche de la région (les laboratoires de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, l’Université d’Avignon, l’antenne marseillaise de l’EHESS, le centre d’histoire religieuse de Frigolet…). La revue publie également les actes des congrès organisés par la Fédération historique de Provence.

Les cadres de l’opération

Cette publication numérique a été réalisée grâce au partenariat entre la Fédération historique de Provence et la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, USR 3125, Service des ressources numériques et Médiathèque SHS, avec le soutien du laboratoire Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée (TELEMME), UMR 7303 (Aix-Marseille Université-CNRS).

Elle est le résultat d’un important travail mené en 2011-2013 par une équipe composée de Abdelmajid Arrif (Edition électronique, ressources numériques et coordination), Hassan Moukhlisse (Coordination), Christian Champaloux, Olivier Dubois, Hassan Moukhlisse, Marie-Pierre Oulié et Caroline Rimbault-Minot (Traitement documentaire), Christian Champaloux (Numérisation), Olivier Dubois (Correspondant Médiathèque MMSH), Thierry Pécout et Olivier Raveux (Correspondants Fédération historique de Provence). Caroline Rimbault-Minot a assuré l’ensemble de l’indexation et le suivi du projet.

 Pour toute demande concernant la publication numérique des articles, s’adresser à la Fédération historique de Provence.

 Pour tout contact, s’adresser au siège de la Fédération Historique de Provence.

Par courrier électronique : federationhistorique.deprovence@laposte.net

Par courrier postal : Provence Historique, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 18, rue Mirès-BP10099-13303, Marseille cédex 03

Marseille/Provence, rivages des produits du monde et des ouvriers d’ailleurs

Du 14 septembre 2013 au 18 janvier 2014, les archives départementales des Bouches-du-Rhône présentent une double exposition concernant l’histoire économique de Marseille et de sa région, intitulée  » Marseille/ Provence, rivages des produits du monde et des ouvriers d’ailleurs « . Cette exposition, organisée en partenariat avec l’Université d’Aix-Marseille (UMR Telemme et CNRS) et Marseille-Provence 2013 Capitale européenne de la Culture, sera accessible sur les deux sites des Archives départementales à Aix-en-Provence et à Marseille : 

« A Marseille : les 9 matières premières qui ont marqué l’histoire industrielle de la ville et de ses environs : corail, indiennes, minerais et métaux, pétrole, bauxite, matériaux de construction, tabac et allumettes, agroalimentaire, corps gras.

A Aix-en-Provence : la vie des migrants dans les espaces industriels de la région marseillaise. Les lieux et les conditions de travail, les conditions de logement, les lieux de sociabilité. »

Commissaires scientifiques de l’exposition :

Aix-en-Provence : Céline Regnard et Stéphane Mourlane

Marseille : Xavier Daumalin et Olivier Raveux

D’octobre 2013 à février 2014, se déroulera une série de conférences et de rencontres sur le thème de l’immigration ouvrière en Provence avec la participation de chercheurs de TELEMME et de l’université de Nice.

Mardi 8 octobre 2013  : Immigration et culture ouvrière avec Stéphane Mourlane, maître de conférences en histoire contemporaine, Aix-Marseille Université. Lectures d’archives avec Catherine Alias et Yves Muller.

Jeudi 7 novembre 2013 : Seconde industrialisation et immigration autour de l’étang de Berre (1890-1930) avec Xavier Daumalin, professeur d’histoire contemporaine, Aix-Marseille Université.

Mardi 3 décembre 2013 : Xénophobie et solidarité ouvrières à Marseille et dans sa région avec Céline Regnard, maître de conférence en histoire contemporaine, Aix-Marseille Université.

Mardi 21 janvier 2014 : L’accueil des travailleurs immigrés à Marseille pendant les Trente Glorieuses avec Yvan Gastaut, université de Nice.

Ces quatre chercheurs participent au groupe de travail  » Migrations, circulations et territoires en Méditerranée XIXe-XXIe siècle » et à la rédaction du carnet de recherches « Telemme-Migrations : migrations, circulations et territoires en Méditerranée, XIXe-XXIe siècles. »

Mardi 4 février 2014 : Ouvrières venues d’ailleurs : cheminement d’une précieuse main-d’oeuvre au service des industries du Sud-Est de la France avec Stéphane Kronenberger, doctorant en histoire contemporaine, Université de Nice.

Programme détaillé, maître de conférences en histoire contemporaine

La plupart des ouvrages rédigés par les commissaires scientifiques de l’exposition sont disponibles à la médiathèque de la MMSH.

L’Association 1851 pour la mémoire des Résistances républicaines : dons à la médiathèque

L’association 1851-2001 a été créée en 1997 par un groupe de Bas-Alpins et de Varois depuis longtemps attachés au souvenir de l’insurrection républicaine de 1851 et convaincus que les idéaux de la démocratie sociale qui animaient les insurgés restaient toujours porteurs de dignité et d’espérance. Dans un contexte régional inquiétant d’oblitération et de remise en question de cet idéal, il leur paraissait important de profiter du 150e anniversaire de cette insurrection fondatrice de la tradition républicaine, notamment en Provence, pour la faire mieux connaître. L’association s’est donc attaché à sensibiliser les collectivités locales, départementales, régionales, les associations, les enseignants, les chercheurs, etc. et a réussi à mobiliser de nombreuses énergies, en dépit d’une médiatisation limitée sur le plan régional et inexistante sur le plan national, pour que cette commémoration soit réussie. Ce faisant, son audience s’est étendue au-delà de la région.

Une fois la commémoration de 2001 passée, la question du devenir de l’association s’est posée. Compte tenu du succès rencontré, des initiatives lancées (en particulier son site internet) et d’une nécessité civique qui gardait toute son actualité, la plupart de ses initiateurs ont décidé de prolonger, à son rythme et selon ses possibilités, ses activités. L’Association 1851-2001 est devenue en 2002 l’Association 1851 pour la mémoire des  Résistances républicaines. Elle continue à publier un bulletin bimestriel et à apporter son appui aux collectivités qui souhaitent mieux faire connaître un moment d’histoire devenu une référence civique en organisant des rencontres et des conférences, ou des manifestations commémoratives (apposition de plaques en souvenir des insurgés par exemple). L’année 2011 a été ainsi marquée par la collaboration nouée avec le Parc régional du Verdon.

1851VerdonL’association a aidé et continue à aider dans la mesure de ses moyens les publications se rapportant à 1851 ou à son héritage. Parmi les ouvrages publiés à son initiative, on relève, outre les actes des colloques qu’elle a organisés, plusieurs travaux universitaires, mémoires de maîtrises ou master soutenus à Aix-en-Provence.

couverture_constant

 

Le fonds de l’association 1851 pour la mémoire des Résistances républicaines.

L’association 1851 pour la mémoire des  Résistances républicaines a commencé à constituer une bibliothèque dès sa création en 1997. En 2010, son bureau a estimé que le seul moyen de conserver ce fonds dans de bonnes conditions et de le rendre accessible était de le confier à une institution publique. Compte tenu de sa nature de bibliothèque de référence en matière de recherches sur le monde méditerranéen, et en particulier la France méridionale, compte tenu aussi de ses collections anciennes et récentes, il lui a paru que la médiathèque de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’homme était le lieu le plus adéquat pour déposer sa documentation. Ce choix a été validé par l’assemblée générale de l’association en 2011. Les ouvrages et brochures qui constituent ce fonds proviennent des publications de l’association ou soutenus par elle, mais aussi de dons. Il s’agit de textes anciens ou récents sur la Seconde République et le mouvement républicain, la résistance au coup d’état du 2 décembre 1851, sa répression et le Second Empire, l’héritage et la mémoire de l’insurrection républicaine. À cet ensemble, s’ajoutent les bulletins de l’association qui rassemblent de nombreux articles de nature historique et des reproductions de documents. L’association continue d’enrichir ce fonds. C’est par son intermédiaire qu’une partie de la bibliothèque d’Emilien Constant est venue le compléter en 2013.

Le très riche site web de l’Association fournit une documentation exceptionnelle qui complète le fonds déposé à la MMSH.

On y trouvera les bulletins trimestriels (60 numéros au premier trimestre 2013), de très nombreux documents reproduits, soit archives et témoignages d’époque, soit articles historiques, une bibliographie sans cesse mise à jour, une bibliothèque électronique et des liens.

bull1

9e nuit européenne des musées : 18 mai 2013

nuit_des_musees_2013 Le 18 mai prochain se déroulera la neuvième nuit européenne des musées au cours de laquelle des musées européens accueilleront des visiteurs en nocturne. L’an dernier, ce sont près de deux millions de visiteurs qui ont été accueillis par 2021 musées. Le Ministère de la Culture et de la Communication a mis en place un site dédié à cette opération, vous pouvez y trouver le programme des évènements classés ville par ville dont Aix-en-Provence.

 Cette année dans la région, de nombreux musées participeront à cette opération dont : 

Les « Métamorphoses numériques du livre et de la lecture III »

Annonce publiée le 25 octobre 2012 sur le site de l’agence régionale du livre PACA.

« Colloque organisé par l’Agence régionale du livre Paca, sous la direction d’Alain Giffard, les 26 et 27 novembre 2012 à Aix-en-Provence.

Les deux premières éditions des Métamorphoses numériques du livre et de la lecture, en 2009 et 2011, ont permis d’explorer les modifications technologiques propres au numérique, les mutations des métiers du livre, des publics et des pratiques.
Le thème retenu pour cette troisième édition est celui des nouvelles approches. »

Pour vous inscrire et consulter le programme : http://www.livre-paca.org/index.php?show=actualites&detail_actualites=257&m=14

Les interventions des colloques de 2009  et de 2001 ont  fait l’objet de synthèses et ont été publiées dans la revue Dazibao (n°24 d’avril 201o et n° 32 de mars 2012). Vous pouvez consulter ces numéros en ligne :

colloque 2009 : les métamorphoses numériques du livre,

colloque 2011 : les métamorphoses numériques du livre II,

ou à la médiathèque de la MMSH :

http://mediabase/flora_app/jsp/index_view_direct_anonymous.jsp?record=default:UNIMARC:120223

 

Exposition : les architectures de l’eau à Marseille, du 13 septembre au 8 décembre 2012

Annonce parue sur le site des archives départementales des Bouches-du-Rhône :

« Le thème de cette exposition Les Architectures de l’eau est inédit. Son ambition est d’attirer le regard du visiteur sur le patrimoine méconnu des fontaines qui assurent l’alimentation en eau de la ville à travers documents d’archives, plans, gravures, sculptures, maquettes. »(…)

« A travers cette exposition, les Archives départementales et l’association E.S.So.R. ont voulu attirer l’attention du public sur un patrimoine riche mais en péril ; nombre de fontaines et bassins sont aujourd’hui asséchés ou peu entretenus et se fondent dans le décor foisonnant de la ville.

Pour compléter et enrichir cette exposition, l’équipe des Archives départementales et l’association E.S.So.R ont associé une programmation culturelle riche et variée (conférences, colloque, ateliers jeune public, promenades urbaines et spectacle vivant). »

Notons la participation de chercheurs de la MMSH et de l’AMU à certaines de ces manifestations :  Régis Bertrand, Emilie Francez, Georges Aillaud, Xavier Daumalin.

Extrait du programme :

Lundi 19 novembre à 18h30

Usages de l’eau dans le territoire marseillais (bastides, jardins et zones maraîchères) 
Conférence-lecture avec Georges Aillaud, biologiste et historien et Sabine Tamisier, comédienne et auteure.
Cette rencontre nous convie à la redécouverte du terroir marseillais.

 Lundi 3 décembre à 18h30

L’industrie marseillaise et l’eau au XIXe siècle : enjeux et usages  
Conférence de Xavier Daumalin, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Aix-Marseille.
L’eau a souvent été un enjeu déterminant dans le développement des activités humaines. En quels termes s’est posée la question de l’eau dans le territoire marseillais ? À quels usages les ressources en eau étaient-elles principalement dédiées ? »

La médiathèque de la MMSH vous propose une riche documentation sur les différents thèmes abordés dont voici quelques références :

– sur les usages de l’eau :

L’eau des méditerranéens : situation et perspectives /Jean Margat  / avec la collaboration de Sébastien Treyer / préface de Mohamed Ennabli… . Paris : Harmattan , 2008.

Les usages de l’eau : échelles et modèles en Méditerranée /sous la dir. de Malika Amzert, René Arrus, Sylvain Petitet. Paris : Presses de l’ISMEA , 2000.

 

– sur les aménagements hydrauliques en Provence et la gestion de l’eau :

Les architectes de l’eau en Provence : de la Renaissance au XXe siècle  / Michel Jean.  Arles : Actes Sud , 2011,

Le projet Floquet de canal de Provence :  un enjeu de pouvoir, des enjeux financiers, au coeur du XVIIIe siècle / Michel Jean. Marseille : éditions Crès , 2008,

Des rivières et des hommes en Provence-Alpes-Côte d’Azur  / Interviews, textes : Béatrice Metenier. Aix en Provence : ARPE (Agence régionale pour l’environnement) PACA : Réseau régionale des gestionnaires des Milieux aquatiques , 2009.

Ces différents thèmes sont développés dans le  20e numéro de la revue  : Industries en Provence : dynamiques d’hier et d’aujourd’hui paru en juin 2012 et intitulé « Eau & industrie« . Ce numéro reprend les communications de la journée d’études du 22 février 2012 organisée par l’association MIP Provence et l’UMR TELEMME.

Enfin, la société  du canal de Provence, propose un ensemble de ressources en ligne.

29e édition des rencontres méditerranéennes Albert Camus

Cette manifestation se déroulera du vendredi 12 Octobre 2012 au samedi 13 Octobre 2012

à l’espace Albert Camus, Le Rayol, à Lourmarin.
Le thème de ces rencontres : « Tout n’est-il que théâtre ? Camus en scène »

Au programme : conférences, lectures…

En présence de Guy Dugas, Guy Basset, Samantha Novello, Sophie Doudet, David Walker…

INFOS PRATIQUES
Entrée libre
Horaires : 9h-18h