Archives par étiquette : Ressources numériques

Lien

La médiathèque propose un nouveau service. Les revues électroniques dont la médiathèque est abonnées sont maintenant disponibles sur tous les postes informatiques de la MMSH sans codes.

 

 

 

 

 

 

Journal of the economic and social history of the orient (JESHO)

accès  aux numéros  de 1957 à nos jours

British journal of Middle Eastern studies

accès aux numéros de 1974 à nos jours

Immigrants & minorities

accès aux numéros de 1982 à nos jours

Islam and christian muslim relations

accès aux numéros de 1990 à nos jours

Journal of modern italian studies (JMIS)

accès aux numéros de 1995 à nos jours

The Journal of North African Studies

accès aux numéros de  1996 à nos jours

Mediterranean historical review

accès aux numéros de 1986 à nos jours

Mediterranean politics

accès aux numéros de 1996 à nos jours

Middle eastern studies

accès aux numéros de 1964 à nos jours

The Arab World Geographer = Le Géographe du Monde Arabe

accès aux numéros de 2012 à nos jours

Anthropology of the Middle East

accès aux numéros de 2006 à nos jours

The Middle East Journal

accès aux numéros de 2004 à nos jours

Review of middle east studies

accès aux numéros de 1967 à nos jours

Revue d’histoire de l’église de France

accès aux numéros de 2008 à nos jours

Revue Mabillon : Revue internationale d’histoire et de littérature religieuse

accès aux numéros de 1990 à nos jours

Romani Studies

accès aux numéros de 2000 à nos jours

Cahiers de recherches médiévales et humanistes

accès aux numéros de 2013 à nos jours

Si vous rencontrez le moindre soucis n’hésitez pas me contacter

Nathalie Cotelle

cotelle@mmsh.univ-aix.fr

Tel. : 04 42 52 40 54

Colonialisme au début du XXe siècle : de nouvelles ressources numériques sur le site de la Bibliothèque Universitaire

La Bibliothèque Universitaire de l’Université d’Aix-Marseille a contracté l’abonnement à 5 bases de données de ressources numériques sur le colonialisme européen dans la première moitié du XXe siècle (European Colonialism in the Early 20th Century). Ces bases de données ont été élaborées à partir des documents consulaires américains conservés aux Archives nationales des États-Unis.

La base sur le colonialisme français de 1910 à 1930 englobe quelques 800 documents (files) offrant 18 000 pages qui peuvent être visualisées en ligne et/ou téléchargées. Les autres bases concernent les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Italie.

L’accès se fait sans mot de passe sur place, à la Médiathèque ou dans les bibliothèques de l’Université, ou hors sites grâce aux identifiants de l’environnement numérique de travail que peuvent utiliser les enseignants-chercheurs, chercheurs et étudiants de l’Université.

Nous sommes à votre disposition pour une première prise de contact avec cet outil si vous le désirez.

Voici ce que nous communique le service des ressources numériques du SCD :

Accès : http://go.galegroup.com.lama.univ-amu.fr/gdsc/start.do?p=GDSC&u=univmars&authCount=1

Il s’agit de collections de sources primaires (correspondances, études et rapports, cartes géographiques etc.) sur le colonialisme européen du début de 20ème siècle.

Elles contiennent :
– European Colonialism in the Early 20th Century: Colonialism and Nationalism in the Dutch East Indies, 1910-1930
– European Colonialism in the Early 20th Century: French Colonialism in Africa: From Algeria to Madagascar, 1910-1930
– European Colonialism in the Early 20th Century: German Colonies in Asia and the Pacific: From Colonialism to Japanese Mandates, 1910-1929
– European Colonialism in the Early 20th Century: German Colonies to League of Nations Mandates in Africa 1910-1929
– European Colonialism in the Early 20th Century: Italian Colonies in North Africa and Aggression in East Africa, 1930-1939

La base est signalée sur le guide Histoire, onglet Cadist : http://bu.univ-amu.libguides.com/c.php?g=511727&p=3496847

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter :

Anne Girard – Ressources électroniques – Web – @zimut – SERVICE COMMUN DOCUMENTATION Aix-Marseille Université – SCHUMAN – 29 avenue R. Schuman – 13626 Aix-en-Provence              Tél: +33(0)4 13 55 39 78  Site : http://bu.univ-amu.fr/ – Email : anne-christine.girard@univ-amu.fr

Compte-rendu de l’ouvrage de Maurice BORRMANS, « Statut personnel et famille au Maghreb de 1940 à nos jours »

Par Théodore Gudin (1802 - 1880). — [1], Domaine public,

Attaque d’Alger par mer, le 29 juin 1830 par Théodore Gudin (1802 – 1880)

Rédigé par Myriam LAGHMOUCHE (OMIJ / Limoges – IREMAM / Aix-en-Provence
Doctorante histoire du droit)

« Le statut personnel, un modèle juridique français : le cas de l’Algérie à l’époque coloniale ». Compte-rendu de l’ouvrage de Maurice BORRMANS, « Statut personnel et famille au Maghreb de 1940 à nos jours », Mouton et Co, 1977, 708 pages, Paris, La Haye.

Le statut personnel dans les États du Maghreb fait l’objet d’une évolution depuis les débuts de l’entreprise coloniale. S’il pérennise l’application d’un droit religieux aujourd’hui, ceci est le fait d’un passé colonial.
Le statut personnel désigne le sort des biens à l’étranger d’une personne physique, à l’instar du statut réel qui désigne le sort des biens dans son lieu de résidence. Il s’agit d’une notion permettant l’émergence du droit international privé. Cette notion concerne le droit de la famille.1
Le législateur français utilise le terme statut personnel pour désigner la famille musulmane en Algérie.
Il s’agit de se demander comment aujourd’hui la loi musulmane est codifiée dans le droit des États du Maghreb. La question qui se pose est ainsi celle de savoir si le modèle juridique algérien en matière de statut personnel est issu de l’influence coloniale française allant du XIXe au XXe siècle ?
Avant la colonisation française qui commence en 1830, l’empire Ottoman fait déjà figure de domination en Algérie en ce qui concerne le droit, à partir de 1516. L’administration algérienne, le beylicat2, est assurée par la puissance ottomane. Celle-ci par ses fonctionnaires et représentants propose l’application du droit hanafite.
La famille arabe en Algérie obéit à un cadre religieux et coutumier. Elle est régie par les règles issues de l’islam malékite et hanafite en Algérie. C’est l’interprétation de la shari’a, la loi musulmane, qui en diffère.3 L’Islam malékite4 est le rite pratiqué par les Algériens alors que l’Islam hanafite5  est celui pratiqué par les Ottomans.
Le qâdî intervient pour tout acte concernant la formation et la dissolution du lien matrimonial. Il s’agit d’un juge en droit musulman, qui applique est interprète la shari’a, parfois c’est le juge français qui officie en ce qui concerne les litiges de droit des algériens. L’institution du qâdî se pérennise pendant la colonisation.
Par la convention de 1830, la France s’engage en Algérie à respecter les croyances des indigènes algériens.
La particularité de la justice coloniale se situe alors dans l’élaboration d’une jurisprudence influencée par des jurisconsultes anciens algériens interprétant la norme islamique, par exemple « Sidi Khalil apparaît déjà comme l’autorité incontestable en matière de droit musulman. Apparaît déjà comme l’autorité incontestable en matière de droit musulman ».6
C’est avec la colonisation française que les règles liées à la famille seront attachés au concept de statut personnel. Il faut alors s’appuyer sur la législation mis en place par l’administration coloniale de 1830 à 1962.
Dans un premier temps, dans le souci de préserver son assise coloniale, le législateur français pérennise l’application de la loi musulmane. C’est ce qui apparaît dans les législations françaises au début de l’ère coloniale notamment avec le sénatus-consulte de 1865.Les premières règles concernées par ces étapes sont les règles du statut personnel. Peu à peu, le statut personnel régit les règles juridiques liées à la formation et à la dissolution du lien matrimonial, le droit des successions, la famille, le patrimoine…
Le sénatus-consulte de 1865 permet aux musulmans algériens d’acquérir la citoyenneté française moyennant l’abandon de leur statut personnel. Le texte reconnaît ainsi que « l’indigène musulman » est français et qu’il continuera néanmoins d’être régi par la loi musulmane. Il peut être admis à servir dans les armées de terre et de mer. Il peut être appelé à des fonctions et emplois civils en Algérie ».
« Le sénateur Claude Alphonse Delangle insistait également dans son rapport sur ce point, selon lui, crucial : « Ainsi la religion musulmane autorise la polygamie, la répudiation, le divorce. Il en est de même de la religion juive. Il est bien entendu que l’exercice de tels droits sera interdit à l’indigène devenu citoyen français ». Dans cette perspective, citoyenneté française, respect du droit français et mariage monogame et indissoluble étaient intimement liés ».7

Dans un second temps, le colonisateur entreprend de codifier la loi en Algérie, dans un souci de compréhension du droit. C’est ce qui apparaît avec le premier code en Algérie, le code musulman algérien, puis plus tard avec les tentatives de codification du droit en Algérie puis la codification du droit de la famille en 1984.
L’exercice de la justice musulmane nécessite alors des aménagements et des modifications afin d’en être assurée.
Le 22 mars 1905, un arrêté du gouverneur général constitua une « commission de codification du droit musulman algérien », qui propose de formuler avec clarté et méthodiquement les principes de la loi musulmane.
Le projet prend la forme d’un code « le Code Morand », qui pense le droit musulman algérien. Celui-ci garantit à la justice musulmane une unité dans ses rites, coutumes et pratiques.
Marcel Morand dans les propos précédant l’avant-projet du Code Morand précise alors que « c’est en Turquie et en Égypte, c’est-à-dire en des pays musulmans et sur l’ordre de souverains musulmans qu’ont été faites les premières tentatives de codification de la loi musulmane. Elles ont abouti à la rédaction et à la promulgation de deux Codes : la Medjellat ou Code Civil ottoman et le Code égyptien du statut personnel et des successions ».
Le Code Morand se divise alors en trois livres traitant du statut personnel dont le mariage, sa formation, sa dissolution.
Claude Bontems dans son ouvrage « Le droit musulman algérien à l’époque coloniale : de l’invention à la codification » démontre que les tentatives de codification privées du droit musulman en Algérien se multiplient allant ainsi du projet d’Eyssautier, au code civil musulman de V. Meyssonnasse à la tentative d’ E. Norès .
Si le Code Morand n’est resté qu’en l’état de projet. Il est demeuré par la suite un exemple pour les essais de codification du droit.
Le premier projet est élaboré de 1963 à 1964 par plusieurs commissions, réunies dans cette perspective. Le Code Morand est adopté en plan de travail, les commissions ne parviennent pas à se mettre d’accord, notamment sur la question de savoir s’il faut percevoir la norme musulmane de façon traditionnelle ou moderne. Le projet n’aboutit pas.
Le deuxième projet est élaboré en 1966. Il s’agit d’un projet qui le restera, il apparaît alors que la famille reste un élément difficile à appréhender en droit.
Le Code de la famille est adopté en Algérie en 1984. Il est alors le résultat d’un équilibre entre pérennité et modernisation de la loi musulmane. « « L’attentisme » du législateur semble avoir eu pour origine les oppositions entre les « fondamentalistes » et les progressistes ».8 Le droit en Algérie demeure d’origine religieuse mais contient des inspirations de la présence française en Algérie. (( « Si, d’une part, le Code algérien de la famille du 9 juin 1984 est le premier du genre en Algérie, il s’insère, d’autre part, dans le vaste processus de codification du statut personnel que connaissent les pays arabo-musulmans depuis près d’un siècle. Or, dans ce domaine qui touche de très près au Coran, le texte fondateur de l’Islam, codifier apparaît déjà comme une innovation importante, puisque c’est interpréter en termes précis et en formules limitatives l’ensemble des dispositions juridiques de la loi islamique (Sharî’a) qui, jusque-là, restaient susceptibles de multiples interprétations par des méthodes plus ou moins souples de Vigtihâd des juges ».

  1. Jean Hilaire., « Histoire du droit », 13ème édition, éditions Dalloz, 2013, 210 pages, Paris []
  2. Le beylicat étant le lieu où s’exerce le pouvoir du bey, un pouvoir mis en place en Algérie avant 1830. []
  3. Par exemple chez les Hanafites, « si la femme n’est pas pubère, le tuteur (walî) a le droit de la marier à qui il veut. Quand elle devient pubère (bâliga), on lui reconnaît le droit d’option (hiyâr) : selon sa volonté, elle confirme la décision du tuteur ou l’annule si son tuteur n’est ni son père ni son grand-père, car s’il est l’un ou l’autre, le droit d’option ne lui est pas reconnu. Alors que pour les Malékites, « Impubères et incapables sont contraints au mariage par le tuteur (walî mugbir), sans qu’une possibilité d’option leur soit reconnue, par la suite ». BORRMANS Maurice., « Statut personnel et famille au Maghreb de 1940 à nos jours », Mouton et co, 1977, 708 pages, Paris, La Haye, p.16. » []
  4.   Le Malikisme est un des quatre rites juridico-religieux de l’Islam orthodoxe, dont les adeptes se situent en Afrique du Nord. L’originalité de l’enseignement de l’iman Malik-ibn-Anas, né en 97 et mort en 179 de l’hégire. Le système juridico-religieux de Malik s’appuie sur le Coran, la tradition (Sunna) et l’Ijma’. Mohamed Ghalem., « L’Islam algérien avant 1830 : le Malikisme », Insaniyat / إنسانيات, n°31, 2006, p.63-70. []
  5. Le hanafisme est issu d’une école théologique islamique, issue de l’enseignement de l’imam Abu Hanifa qui naquit en l’an 80 et mourut en l’an 150 de l’hégire. MORAND Marcel., « Introduction à l’étude du droit musulman algérien », Jules Carbonnel, ancienne maison Bastide-Jourdan, 1921, Alger, 213 pages. []
  6. BONTEMS Claude., « Le droit musulman algérien à l’époque coloniale. De l’invention à la codification », Slatkine Erudition, Genève, 378 pages, 2014, p. 126. []
  7. Judith Surkis., « Propriété, polygamie et statut personnel en Algérie coloniale, 1830-1873 », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°41, 2010, p. 27 à 48. []
  8. Babadji Ramdane, Mahieddin Nahas M., « Le Fiqh islamique, source non exclusive du droit de la famille en Algérie », revue internationale de droit comparé, volume 39 n°1, Janvier-mars 1987, p. 163 à 173. []

Compte rendu de l’ouvrage : « Introduction à l’étude du droit musulman algérien », 1921, Alger, J. Carbonnel

Document numérisé par C. Champaloux - E médiathèque

Document numérisé par C. Champaloux – E médiathèque

Rédigé par Myriam LAGHMOUCHE (OMIJ / Limoges – IREMAM / Aix-en-Provence
Doctorante histoire du droit)

Les conditions d’élaboration de la norme aux origines de la codification du droit musulman algérien, un cas d’acculturation juridique : compte rendu de l’ouvrage de Marcel Morand, « Introduction à l’étude du droit musulman algérien », 1921.

Marcel Morand né à Saint-Amand (France) en 1863, décédé à Alger (Algérie) en 1932, est un juriste spécialiste du droit musulman. Après une formation de droit et d’économie à la faculté de droit de Paris, il enseigne deux années à Montpellier et Poitiers. Nommé à la faculté de droit d’Alger en 1894, il devient titulaire de la chaire de « droit musulman et coutumes indigènes » de la faculté de droit d’Alger, dès 1896. A partir de 1906, il préside le comité de rédaction de la «  Revue algérienne, tunisienne et marocaine de législation et de jurisprudence » comme directeur de l’école de droit d’Alger, puis en tant que doyen1

Dans son ouvrage, Marcel Morand  fait un exposé détaillé des raisons pour lesquelles l’entreprise de colonisation française en Algérie s’est acheminée vers une codification de la loi musulmane. La conséquence est la création du droit musulman algérien.
Les origines de l’acculturation française en Algérie, se situent dans l’emprunt par les juristes français et algériens des techniques du droit français, concernant la rédaction de la loi. Travail qui s’acheminera vers l’avant-projet du code musulman algérien, élaboré par la commission présidée par le doyen Marcel Morand, ce qui marquera le début de la codification du droit en Algérie.
Le phénomène d’acculturation que connaîtra l’Algérie durant la période coloniale, trouve un point d’ancrage dans le projet du code musulman algérien, élaboré par la commission Morand, qui ne restera qu’en l’état de projet. Il est possible de l’expliquer par le fait que la société algérienne, au début du XIXe siècle, n’est pas prête à rassembler en des textes juridiques, les règles inhérentes à la famille liées à un droit religieux.
L’histoire du droit en Algérie est influencée par le phénomène d’acculturation dont le fondement se retrouve dans l’entreprise de colonisation française. Les institutions juridiques algériennes sont nées du fait de la décolonisation française, à partir des années 1960, jusqu’aux années 1980 avec l’adoption du Code de la famille algérien en 1984.
Le colonisateur français a, dès le début de son arrivée en Algérie, laissé le libre choix aux algériens quel que soit leurs origines d’appliquer son droit.
Ainsi, la convention du 5 juillet 1830, passée entre le général en chef de l’Armée française et Son Altesse le Dey d’Alger : « L’exercice de la religion mahométane restera libre. La liberté des habitants de toutes classes, leur propriété, leur commerce et leur industrie ne recevront aucune atteinte. Leurs femmes seront respectées. Le général en chef en prend l’engagement sur l’honneur ».

Les israélites et les musulmans demeurent dans un premier temps soumis à leurs lois et coutumes d’origine, de même qu’ils conservent leurs tribunaux. Le droit et la religion pour ces populations sont liés. Cette situation se confirme avec le Sénatus-Consulte de 1865, qui permet soit de conserver son statut personnel2  d’origine, soit de l’abandonner moyennant acquisition de la nationalité française. Puis les décrets de 1866, 1874, 1886 et 1889 maintiennent le droit musulman et les coutumes indigènes.
L’objectif du maintien de la législation indigène est de manifester à la population algérienne son respect des croyances et de la religion musulmane. Il s’agit ainsi pour la France de garantir son assise coloniale en Algérie. Lors de l’arrivée des français en Algérie en 1832, il existe un droit certes mais isolé de l’essence du droit français et difficile à utiliser et à appréhender, du fait de ses influences religieuses, entre autres.
Le droit applicable au justiciable algérien, ne saurait s’appliquer au français en raison de ses origines religieuses. Les pratiques du droit français mettant en avant des questions liées au mariage polygamique (définie comme le fait pour un époux, d’avoir plusieurs épouses), la pratique de la répudiation (qui est la décision unilatérale de l’époux de divorcer de son épouse), soulèvent des difficultés pour le juge français.
Les juges français tentent de trouver des solutions afin de parvenir à vaincre ses difficultés avec la possibilité de faire appliquer la loi française s’il estime que la loi indigène serait contraire à la morale française3.
Ce droit persiste pendant des décennies, jusqu’au moment où les objectifs de la mission coloniale française, nécessitent des changements afin de justifier et d’accroître la souveraineté de la France. Ce qui se justifie par les difficultés que rencontrent les juges français dans la résolution des litiges, notamment dans la solution à appliquer.
Marcel Morand dans son ouvrage, présente la société algérienne en 1832, telle que les français l’ont découverte. Les algériens pratiquent la religion musulmane qui se divise en différents rites juridico-religieux.

1. Identifier le droit nouveau à codifier, le droit musulman et ses aspects multiples en territoire algérien

Les sources du droit algérien sont liées aux populations qui vivent sur le territoire. Marcel Morand dans son ouvrage fait une présentation de la société algérienne en période de colonisation et des raisons qui ont poussées le législateur français à créer une commission tendant à créer le droit musulman algérien.4

Il est ainsi important de constater que l’Algérie, telle que la France l’a colonisée, est composée d’une population hétéroclite. Une étude démographique permet de constater qu’il est composé d’une multitude de peuplades. L’intérêt de cette étude est de discerner quel droit s’applique à ces populations.

Quatre groupes distincts composent l’Algérie :
– Le premier groupe comprend les Arabes, les Maures (qui sont des arabes non arabisés), les Turcs (qui sont les descendants des Turcs immigrés en Algérie au XVIe siècle), les Kouroughli (ce sont les indigènes nés des relations de Turcs avec des femmes du pays).
– Le second groupe concerne les Kabyles, les Chaouia (qui sont les Berbères arabisés situés dans l’Aurès), enfin les Touaregs (les Berbères arabisés du Sahara parcourant le désert).
– Le troisième groupe englobe les Mozabites.
– Enfin, le quatrième groupe est composé des Israélites.

Les Arabes sont pour la plupart des Berbères arabisés. Ces populations ont recours à un droit régi par l’Islam et par les coutumes.
La commission Morand a pour idée de codifier le droit musulman afin de le rendre accessible au juge français et d’accorder les solutions aux litiges.
En effet, en pays arabo-musulman, notamment en Algérie, la loi se réfère à la religion, avant la colonisation, elle est rédigée par les jurisconsultes mais le corps de lois existant n’est pas rassemblé en un code.5

Il est ici important de développer comment est composé le droit en Algérie.
La loi dans les pays arabo-musulmans est d’origine religieuse, elle se structure en deux temps : le droit des peuples musulman qui est constitué par l’ensemble des systèmes législatifs particuliers appliqué dans chaque pays. Il s’agit d’une conception régionaliste qui ouvre sur l’Islam un droit comparé spécifiquement musulman et de conflits de législation.
Afin de définir le droit musulman, il faut reconstituer ce qui compose la Loi de l’Islam (au sens large). Celle-ci est composée de la Sharî’a et du Fiqh, la réunion des deux contient « la pensée juridique » de l’Islam, selon Louis Milliot.
Une définition donnée par Abu Hanîfa6 explique que le fiqh « est la connaissance de ce qu’il est permis ou interdit à un homme de faire » par acte de commission ou d’omission. Le fiqh serait ainsi, une science des droits et des devoirs de l’homme, une déontologie.
Les règles juridiques découlant du droit musulman distinguent la sharî’a, le fiqh, le k’anoun :
Les fondements de la sharî’a et du fiqh se retrouvent dans la religion.
La sharî’a est la disposition législative contenue dans le Coran (regroupe les révélations d’Allah à son prophète Mahomet) ou la Sunna (l’ensemble des traditions relatives à certaines paroles, certains actes de Mahomet inspiré par Dieu), est la loi révélée ou explicitement la loi divine.
Le Fiqh est défini par l’ensemble des solutions déduites de la sharî’a, selon les principes posés par la loi divine par les fouk’aha qualifiés à cet effet, à qui a été reconnu le droit de légiférer par voie d’interprétation de la sharî’a.
Les règles du k’anoun combe les lacunes laissées par la sharî’a et le fiqh. C’est le règlement édicté par le Souverain permettant de régler les situations nouvelles ou des besoins nouveaux.7

Les sources du droit musulman sont au nombre de quatre :
– Le Coran, la source fondamentale de la loi musulmane. C’est l’ensemble des lois, des préceptes que Dieu par l’intermédiaire de l’ange Gabriel a révélés à Mahomet, son prophète.
– La sounnat/ sunna qui est la « conduite », la « voie pratiquée », la « manière d’être ou d’agir » de Mahomet.
– L’idjm’a el Oummat est l’accord unanime de la Communauté (accord entre docteurs représentant la Communauté musulmane, sur un point de droit déterminé).
– Le k’ias ou analogie légale est le raisonnement par voie d’analogie « la logique humaine en tant qu’on admet à la discussion de l’évolution juridique ».
– L’urf est la coutume, il n’est classé dans les sources du droit que par un petit nombre de docteurs musulmans.
L’islam est une religion qui connaît des rites et écoles différents, auxquels s’ajoutent des sectes se sont constituées au sein même de la communauté musulmane, et dont les doctrines sont considérées comme hérétiques par une majorité de musulmans.
Les rites orthodoxes ou sunnites sont au nombre de quatre : hanéfite, malékite, chaféite et hanbalite.
Ces quatre écoles pourraient être regroupées en deux tendances : l’école de l’Irak et celle de Médine. L’école de l’Irak représente le rite hanéfite, celle de Médine regroupe les trois autres rites orthodoxes.
Le rite hanéfite se distingue des trois autres en ce qu’il est plus large, plus tolérant. Son fondateur a fait du kia’s (le raisonnement par voie d’analogie) un plus grand usage. Des influences romaines et persanes sont perceptibles en raison de son origine (l’Irak).
Les fondateurs des autres rites, l’école de Médine s’en tiennent à une interprétation stricte des traditions. Leur milieu d’origine est purement arabe et ils sont attachés aux coutumes.
Précisons que le rite malékite trouve ses adeptes en Afrique du Nord, le rite hanéfite est spécifique aux Ottomans, les fidèles du rite chaféite sont originaires pour la plupart, d’Égypte et de Malaisie, enfin le rite hanbalite est pratiqué par les populations d’Arabie centrale et du Yémen.
La religion musulmane compte parmi ces écoles des sectes hérétiques.

2. Codifier la loi musulmane, s’inspirer de l’édifice législatif français

La loi musulmane en pays arabo-musulman a fait l’objet d’une codification aux alentours de la fin du XIXe – début du XXe siècle. L’Algérie en est un exemple. Il faut préciser que cette entreprise de codification du droit musulman n’est pas une chose aisée. En effet, il s’agit d’un droit d’origine religieux dont les fondements se retrouvent dans le texte sacré du Coran et ses interprétations sont nombreuses. Cet ouvrage de codification est déjà entrepris dans d’autres pays islamiques, tels que L’Égypte, l’ancien Empire Ottoman. En Algérie cette tâche débute lors de la période coloniale.
Le cas de l’Algérie est intéressant du fait de la colonisation. En effet, les raisons de la codification de la loi islamique se situent dans le fait que le juge français a des difficultés à interpréter le droit algérien, les solutions de droit afin de statuer sur un litige ont pour fondements, les anciens textes des jurisconsultes musulmans de l’époque pré-coloniale. Seulement, ces textes sont nombreux, les doctrines à ce sujet s’opposent parfois ou sont difficilement compréhensibles en raison de la langue algérienne que le juge français, souvent ne parle pas.
Il s’agit dans ce compte rendu d’ouvrage de traiter de la mise en place du travail de codification élaboré par la « commission pour l’étude d’une codification des dispositions du droit musulman applicables aux indigènes musulmans de l’Algérie », commission présidée par monsieur le doyen Marcel Morand du 22 mars 1905 par un arrêté de M. Jonnart, gouverneur général de l’Algérie.

La commission de délégations financières des colonies en 1905, institue la commission de codification du droit musulman algérien. Cette commission a pour objet de codifier le droit musulman afin de le clarifier, de rassembler les principes fondamentaux du droit musulman en un texte précis.
Ce qui aura pour but de clarifier les solutions applicables aux litiges, de trouver un consensus entre juges français et algériens. L’intérêt dans ce travail de codification est de souligner le fait que cette commission est composée de juristes français et algériens chargés d’interpréter le droit algérien en vue de le codifier. Ce qui ne semble pas être chose aisée.
Dans son avant-projet du code de droit musulman algérien, Marcel Morand énonce dès les premières pages, les difficultés qui se sont présentées à lui, à l’annonce du projet de codification. Les critiques se justifiaient par l’ampleur de la tâche qui lui était demandés : faire coïncider dans un même code deux droits dont les sources sont différentes, inculquer à « l’indigène algérien », la pensée du juriste français, des mœurs françaises.
Il apparaît important de s’arrêter sur la mouvance du droit français au XIXe siècle. Le droit français connaît en effet, un tournant majeur dès le début du XIXe siècle sous l’impulsion de Napoléon Bonaparte. Le droit civil est codifié et prend forme dans un code, le Code Civil en 1804. Les principes qui entourent la rédaction du Code Civil français, sont intéressants à étudier. En effet, une telle étude amène à une réflexion portant sur la question de savoir, comment la commission Morand a concilié les principes du droit français et les principes du droit algérien afin de parvenir à une codification du droit musulman algérien.
Cette question ne trouve pas de réponse de façon aisée, dans la mesure où le droit évolue en fonction des changements opérés par le temps, des besoins éprouvés par la population et des aspirations défendues… Ce qui diffère d’un état à l’autre, d’un courant de pensée à l’autre.
En Algérie, la population manifeste son attachement à la religion et à un droit inspiré de la religion. La France, sécularise son droit, dès la rédaction du Code Civil et s’attache à des principes fondés sur les courants de pensée du moment : l’individualisme philosophique et moral, l’optimisme, le spiritualisme révolutionnaire… de même que la philosophie des lumières inspire les rédacteurs du Code Civil de 1804.
« L’anthropologie des rédacteurs du Code civil serait empreinte d’optimisme, d’individualisme philosophique et moral, et de spiritualisme révolutionnaires. Un débat qui s’élargit ensuite, le bicentenaire de 1789 aidant, à l’anthropologie juridique révolutionnaire en général et à l’idéologie pénale en particulier, Xavier Martin étendant, de son côté, sa critique dans le temps, vers la source intellectuelle première de l’anthropologie des révolutionnaires et des rédacteurs du Code Napoléon, à savoir, selon lui, la philosophie sensualiste et matérialiste des Lumières ».8

Le droit français en 1804, connaît un tournant majeur avec la rédaction du Code civil, qui rassemble les règles relatives au droit privé, droit des personnes, de la famille, des biens, des contrats, des successions.
Il s’agit d’une nouveauté, l’art du législateur français réside dans le fait que le Code civil est d’une part rédigé puis, structuré en articles faisant l’objet d’une subdivision en parties, titres, chapitres. D’autre, les législateurs se sont inspirés de principes nouveaux dont l’époque révolutionnaire et les mœurs du moment ont influencés les idées. Il s’agit des idées d’équité, de droit naturel…
La famille est le socle de l’état, elle assure une stabilité et une sécurité.
L’avant-projet du Code musulman algérien, tente la même entreprise : garantir à l’État algérien un socle juridique, en codifiant les règles liées au droit de la famille. Ainsi, l’article 2 de la Section 1 de l’avant-projet du Code musulman algérien, intitulé « des conditions de validité du mariage », dispose :
« La validité du mariage est subordonnée à la réalisation des conditions suivantes ; 1. L’Etat de puberté des futurs conjoints ; 2. La manifestation de leur consentement ; 3. L’absence d’empêchement ; 4. La constitution d’une dot ; 5. L’observation des formalités prescrites. »9

BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages et manuels :
MORAND Marcel. « Études de droit musulman algérien », typographie Adolphe Jourdan, 1910, Alger, 508 pages.
MORAND Marcel. « Avant-projet de code présenté à la commission de codification du droit musulman algérien », typographie Adolphe Jourdan, 1916, Alger, 543 pages.
MORAND Marcel. « Introduction à l’étude du droit musulman algérien », Jules Carbonnel ancienne maison Bastide-Jourdan, 1921, Alger, 213 pages.
POUILLON François « Dictionnaire des orientalistes de langue française », éditions Karthala, 2008, Paris, 1007 pages.

Articles de revues et de périodiques :
ALDEEB ABU-SAHLIEH Sami A., « Conflits entre droit religieux et droit étatique chez les musulmans dans les pays musulmans et en Europe », Revue internationale de droit comparé, volume 49, n°4, Octobre-décembre 1997, p. 813 à 834.
MILLIOT Louis. « L’idée de la loi dans l’Islam », Revue internationale de droit comparé, volume 4, n°4, Octobre-décembre 1952. p.669 à 682.
NIORT Jean-François. « Laissons à l’homme les défauts qui tiennent à sa nature… ». Retour sur l’anthropologie des rédacteurs du Code civil des Français », Droit et cultures [En ligne], 48 | 2004-2, mis en ligne le 03 mars 2010, consulté le 27 janvier 2015.
OUBROU Tareq,  « La pensée musulmane, entre le divin et l’humain, Autres Temps. Cahiers d’éthique sociale et politique, n°74, 2002, p. 13 à 19. »
« Le Code civil français et son influence dans le Bassin méditerranéen, l’Orient et l’Extrême-Orient », Revue internationale de droit comparé, volume 2, n°4, Octobre-décembre 1950. p. 771 à 780.

  1. POUILLON François « Dictionnaire des orientalistes de langue française », éditions Karthala, 2008, Paris, 1007 pages. []
  2. Le statut personnel se définit comme les règles liées au droit de la famille dans les pays de l’indigénat (colonies françaises) []
  3. La morale en France vise au respect de l’ordre public. Il s’agit de protéger des valeurs telles que la famille, la sécurité. Il s’agit également d’assurer la conception de la morale s’appliquant à la France et à l’Algérie visant l’unification des droits français et algériens []
  4. Le droit a trois sources principales :
    – Le consentement démocratique : Une loi, adoptée aujourd’hui, peut être changée demain, avec l’accord des acteurs politiques.
    – La dictature : Un dictateur impose une norme ; cette norme ne change que si le dictateur le souhaite. Il est difficile de faire entendre raison à ce dernier car cela signifie qu’il s’est trompé. La loi du dictateur durera autant que durera le dictateur lui-même. Sous son pouvoir, on n’a plus le droit d’user de son cerveau, sous peine de mort.
    – La révélation : Un homme, bénéficiant d’un certain charisme, essaie de faire croire à un groupe humain, qu’il a reçu un message divin dit « révélation ». Certes, on peut y croire ou pas, mais tout dépend du pouvoir qui est derrière la religion. Il suffit qu’un dictateur y apporte son soutien pour que le choix devienne limité. La loi religieuse devient alors une dictature, parce qu’elle exige une démission du cerveau » (ALDEEB ABU-SAHLIEH Sami A., « Conflits entre droit religieux et droit étatique chez les musulmans dans les pays musulmans et en Europe », Revue internationale de droit comparé, volume 49, n°4, Octobre-décembre 1997, p. 813 à 834). []
  5. M. Maury cite à cet égard M. Milliot selon lequel il faut distinguer la science du droit qui reste théoriquement immobile, et les droits positifs qui savent s’adapter aux circonstances par la coutume (reconnue par les textes sacrés sous la forme du consensus omnium), par la jurisprudence et par les décisions des souverains. Cela explique la possibilité de réception du droit occidental sous forme de lois, mais cela fait penser également aux difficultés que soulève ce contact » (« Le Code civil français et son influence dans le Bassin méditerranéen, l’Orient et l’Extrême-Orient », Revue internationale de droit comparé, volume 2, n°4, Octobre-décembre 1950. p. 771 à 780). []
  6. MILLIOT Louis. « L’idée de la loi dans l’Islam », Revue internationale de droit comparé, volume 4, n°4, Octobre-décembre 1952. p.669 à 682. []
  7. « La pensée musulmane n’est pas exclusive dans la mesure où la soumission aux Écritures n’est pas antinomique à l’interprétation dans l’objectif d’émanciper la connaissance. En effet, certaines méthodes utilisées pour étudier la Nature ne sont pas exclues de l’approche des Textes scripturaires.
    L’islam dans toutes ses dimensions n’est pas toujours lisible exclusivement et immédiatement à partir des Écritures. Établir a priori une théorie de lecture qui s’intéresse au sens des Textes en même temps qu’à leur vérité, n’a jamais été totalement écarté ». (OUBROU Tareq, « La pensée musulmane, entre le divin et l’humain », Autres Temps. Cahiers d’éthique sociale et politique, n°74, 2002, p. 13 à 19. []
  8. NIORT Jean-François. « Laissons à l’homme les défauts qui tiennent à sa nature… ». Retour sur l’anthropologie des rédacteurs du Code civil des Français », Droit et cultures [En ligne], 48 | 2004-2, mis en ligne le 03 mars 2010, consulté le 27 janvier 2015. []
  9. MORAND Marcel. « Avant-projet de code présenté à la commission de codification du droit musulman algérien », typographie Adolphe Jourdan, 1916, Alger, 543 pages. []

Comment consulter les archives audiovisuelles de l’Ina à la médiathèque de la MMSH ? Réservation du poste de consultation Ina THEQUE

Depuis le 21 janvier 2016, il est possible de consulter les archives collections de l’Ina à la médiathèque de la MMSH à partir d’un de deux postes de consultation multimédia (PCM) déployés par le service de consultation Ina THEQUE. Dans ce cadre, toute personne justifiant d’un objet de recherche – chercheurs, étudiants ou enseignants de toutes disciplines ainsi que des professionnels – peut accéder aux archives des programmes de la télévision, de la radio et du web médias français.

Le partenariat conclu par l’Ina et le Centre national de la cinématographie et de l’image animée (CNC) permet de rendre également accessible une partie du patrimoine cinématographique. Les centres de consultation Ina THEQUE sont situés à Paris (site François-Mitterrand – Bibliothèque nationale de France) et au sein des 6 délégations régionales de l’Ina (Lille, Lyon, Marseille, Rennes, Strasbourg et Toulouse). Ce maillage territorial est complété progressivement par l’implantation de PCM dans des bibliothèques ou médiathèques à rayonnement régional, dont la médiathèque de la MMSH, et des cinémathèques.

Les collections proposées à la consultation couvrent une grande partie de la mémoire du XXe siècle en images et en sons enregistrés. Elles rassemblent les programmes de la radio-télévision publique (80 ans de radio, 70 ans de télévision), les contenus collectés au titre du dépôt légal depuis 1995, et depuis 2009, ceux de plus de 13 000 sites web médias. S’y ajoutent des sources écrites et des collections audiovisuelles d’institutions ou de particuliers reçues en donation ou en dépôt. Les 7000 références mises à disposition par le CNC retracent, elles, l’histoire du 7ème art, allant des travaux précurseurs et expérimentaux des débuts de l’image animée aux œuvres plus contemporaines.

Pour consulter ces archives, nous vous remercions de bien vouloir remplir le formulaire en ligne.

 

12 000 000 heures de documents radio et télévision

1 000 000 d’heures enregistrées chaque année

13 000 sites web média

120 chaînes de radio et de télévision captées 24h/24 au titre du dépôt légal

34 000 titres de cinéma

Le 27 juin 2016, à l’occasion de la journée d’études intitulé VISUAL STUDIES* ET MÉDITERRANÉE seront inauguré les deux postes de consultation multimédia (PCM) de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina). Cette journée est organisée avec le soutien de l’Ina, de l’USR 3125 MMSH et de l’UMR 7303 Telemme – AMU/CNRS.

Billet déjà publié sur le carnet Pôle Image-Son par Véronique Ginouvès.

Les revues TERRAIN et L’ETHNOGRAPHIE cessent de paraître

27351100297280L

La revue TERRAIN, premier numéro en 1983 cesse de paraître en septembre 2015 au numéro 65. La médiathèque dispose de l’intégralité de la collection en salle de lecture

Tous les numéros sous forme numérique sont disponibles sur revues.org

La revue L’ETHNOGRAPHIE, premier numéro publié en 1913, dernier numéro paru en septembre 2015
Changement du nom de la revue :
L’Ethnographie : nouveaux objets, nouvelles méthodes (2001-2002)
L’Ethnographie : créations, pratiques, public (2003-2015)

Etat de collection à la médiathèque en salle de lecture :
n.19-20,1929 ;n.24,1931 ;n.31,1936 ;n.41,1943 ;n.43,1945 ;n.49,1954 ;n.62/63,1968/1969 à n.212,1997 ; n.1,2001 à n.6,2013
lacunes n.83,1980 ;n.103,1988

Les numéros anciens de 1913 à 1931 sont disponibles sous forme numérique sur Gallica

L’open access et la recherche : dossier de la revue Arabesques

Le dernier numéro de la revue Arabesques, éditée par l’agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES), dresse un état des lieux concernant l’impact de l’open access sur le monde de la recherche :

Dossier : « Déverrouiller la Recherche. L’open access : évolution et enjeux »

Extrait du sommaire du n. 79 :

– Réseaux sociaux de la recherche et open access : les perceptions des chercheurs, Christine Okret-Manville

– Bibliothèques garanties 100 % open access, François Cavalier

A noter un article de Christine Berthaud sur Episciences.org.

 

Trouver des revues en ligne concernant le Proche-Orient

Liste Orient et Med

Un instrument de grande qualité existe pour retrouver les revues en ligne qui concernent l’

Histoire et archéologie du Proche-Orient et de la Méditerranée aux époques antique et médiévale

Produite par le laboratoire Orient et Méditerranée (UMR 8167 associant le CNRS, les universités Paris I et IV, l’EHESS et le Collège de France), cette liste donne des informations sur quelque 400 titres couvrant ces domaines et qui sont accessibles sur internet, que ce soit sous forme gratuite ou par l’intermédiaire des bouquets de ressources numériques contractés par les universités ou le CNRS. Elle a l’intérêt immense de réunir des données éparpillées mais également d’attirer l’attention sur des parutions peu connues et jusqu’alors difficiles d’accès, que leur présence sur internet rend consultables sans difficultés (autres que linguistiques pour les titres d’Europe de l’Est par exemple).

 

AMIR

Il faut signaler également ici un site et une liste de diffusion extrêmement utiles :

Access to Mideast and Islamic Resources (AMIR)

Au rythme d’un à deux messages par semaine, AMIR nous fournit des informations sur toutes les nouvelles ressources disponibles gratuitement sur internet qui concernent le Proche Orient et l’Islam. Ce blog est alimenté par 5 bibliothécaires de nationalités différentes (Etats-Unis, Canada, Pays-Bas, Allemagne). Il invite les producteurs de données numériques sur le sujet à se signaler. On retrouve les billets précédents soit sous le classement chronologique (environ 900 entrées), soit au moyen de « mots-clefs  » très larges (noms des pays concernés mais aussi type de documents : manuscrits, thèses ; ou encore sujets généraux : histoire de l’art, voyages,… Environ 150 entrées.) Là également, on trouvera parmi les occurrences bien connues des entrées moins courues (Azerbaïdjan, Bulgarie, Japon, Malaisie, République tchèque,…) que leur présence sur cette liste signale à l’attention. AMIR est donc bien un outil plus que précieux pour utiliser l’extrême richesse des ressources numériques sur internet.

Réouverture de REFDOC, service de fourniture d’articles de l’INIST

REFDOC est un service de fourniture de copie d’articles à partir d’un réservoir de « 54 millions de références d’articles, ouvrages, actes de congrès… en science, technologie, médecine, sciences humaines et sociales sont signalées. Les articles sont issus de 178 000 titres de séries différentes. 400 000 monographies  sont répertoriées. Les dates de publication des documents vont de 1823 à nos jours, avec une mise à jour quotidienne. »

 REFDOC

Le directeur de l’INIST a annoncé le 7/11 la réouverture de REFDOC avec de nouvelles règles de fonctionnement et de paiement des services en accord avec les lois et l’éthique :

« Réouverture de notre service de copies de documents le 12 novembre 2014

Depuis janvier 2014, le CNRS et le CFC (Centre Français d’exploitation du droit de Copie) se sont attachés à la mise en œuvre de la nécessaire sécurisation de la fourniture de copies d’articles scientifiques.
Dans le cadre du nouveau projet de l’Inist-CNRS, ce service est désormais réservé à la communauté de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche français.

  • Pour la communauté CNRS, les copies de documents seront désormais gratuites1. Le contrat du CFC s’applique pour le CNRS dans le cadre de la dévolution légale et le montant de droit de copie s’élève à  1.99 € par article (redevance fixée par le CFC pour l’année 2014 et reversée intégralement à ce dernier) et sera pris en charge par l’Inist-CNRS. La reproduction par reprographie de vos articles sera réalisée depuis notre fonds documentaire ou depuis les fonds de nos bibliothèques de recours (droit de copie variable pris en charge également), sous réserve de leur disponibilité.
  • Pour la communauté ESR (hors CNRS), la sécurisation juridique  a porté sur les contrats signés avec le CFC et les dispositifs mis en œuvre par ce dernier auprès des éditeurs pour obtenir des listes d’autorisation de reproduction par reprographie pour les copies à fin de vente. De ce fait, notre offre porte exclusivement sur les documents pour lesquels le CFC dispose des autorisations expresses des ayants droit. Les tarifs de fourniture des documents restent inchangés en 2014, soit 4,40 € HT auquel il convient d’ajouter le droit de copie déterminé par CFC, soit 4,97 € HT par article reversé intégralement à ce dernier. La fourniture des documents, autorisés à la reproduction par reprographie par le CFC, sera réalisée depuis notre fonds documentaire ou depuis les fonds de nos bibliothèques de recours, sous réserve de leur disponibilité.

Toutes les informations relatives à l’offre en termes de services et délais de fourniture seront à votre disposition sur Refdoc.fr dès la réouverture le 12 novembre.
N’hésitez pas à prendre contact avec votre chargée des utilisateurs pour tout renseignement complémentaire.

Raymond Bérard
Directeur de l’Inist-CNRS »

Pour pouvoir interroger la base, il faut être inscrit, soit auprès de REFDOC même, soit auprès du correspondant de son laboratoire. La page des questions les plus fréquentes a été remise à jour et donne tous les détails pour la commande d’articles. La recherche avancée permet de spécifier quelques champs sur lesquels elle doit porter : titre général, titre d’articles, auteur ainsi que l’année ou la numérotation. On peut ensuite affiner les résultats par langue ou type de documents. Des pictogrammes permettent de reconnaître si les références sont présentes sur un des portails de ressources numériques du CNRS (b), existent en accès libre (o) ou peuvent être reproduites (p).

Toutes ces nouvelles modalités sont une réponse aux critiques qui avaient été adressées il y a quelque temps à REFDOC et à l’INIST (voir par exemple cette brève sur le site de l’ENSSIB).

 

 

  1. surlignage par l’auteur du billet []

OpenGrey : une base européenne de données bibliographiques concernant la « littérature grise »

Parmi les outils qu’il est important de connaître pour retrouver les informations et les documents numériques, la base de données européenne

OpenGrey

Open grey

se définit comme suit :

« Système pour l’Information en Littérature Grise en Europe, Open Grey vous permet un accès libre à 700 000 références bibliographiques de littérature grise papier produites en Europe et vous facilite l’accès aux documents via l’export et leur localisation.

La littérature grise comprend des rapports techniques ou de recherche, des thèses de doctorat, des actes de congrès, des publications officielles, etc.

OpenGrey couvre les champs des sciences pure et appliquée, la technologie, les sciences biomédicales, l’économie, ainsi que les sciences humaines et sociales. »

Les partenaires d’Open Grey proviennent pour l’instant d’une dizaine de pays européens (pour la France, le SUDOC et l’INIST). La base de données offre l’accès à plus d’1 million de références, dont 325 000 concernent les Sciences humaines et sociales.

En septembre, elle s’est enrichie de plus de 113 000 références issues d’EThOS (Electronic Theses Online Service) depuis 2003, 33 000 d’entre elles proposant un lien vers le texte intégral des thèses de doctorat électroniques ou numérisées (voir l’article de l’INIST).

On pensera bien sûr, lorsqu’on recherche des documents numériques produits en Europe, à consulter également EROMM, abréviation de « European Register of Microform and Digital Masters ». Cette base de données offre des informations sur des documents imprimés ou manuscrits qui ont été numérisés ou microformés. Produite par 12 pays européens (la BnF pour la France), elle contient environ 15 millions de données.

EROMM  est interrogeable également via le KVK (Karlsruhe Virtual Catalog), à propos duquel nous ferons prochainement un billet, ce qui n’est pas le cas d’OpenGrey.

Pour en savoir plus sur OpenGrey : http://www.opengrey.eu
Pour en savoir plus sur EthOS : http://ethos.bl.uk

« Les BU se désabonnent » : un article de Documentaliste, la revue de l’ADBS

Dans le n° de septembre 2014 de Documentaliste sciences de l’information, la revue de l’Association des professionnels de l’information et de la documentation (ADBS), l’article « Les bibliothèques universitaires se désabonnent »1  traite d’un sujet alarmant : le désabonnement des Bibliothèques universitaires à des revues ou bouquets de revues électroniques. L’article examine les différents cas de figure qui se sont posés (augmentation des tarifs, principe de calcul des abonnements aléatoires, explosion du coût des ressources numériques dans un contexte budgétaire qui se restreint) et trace un paysage des effets qui en ont découlé : arrêt complet des acquisitions d’ouvrages pour les premières années dans certains établissements ; désabonnements (en fonction des statistiques de consultation) dans beaucoup ; disparition de certains services due à l’absence de budget pour les vacation,…

Ce sujet pose bien sûr le problème de l’équilibre que les universités se doivent de conserver entre la documentation à destination des premières années et celle qui intéresse les chercheurs, les enseignants-chercheurs, les doctorants. Or la quasi totalité des abonnements aux ressources numériques est à destination de ce dernier public… Pour les bibliothèques spécialisées et de recherche, cela pose à terme la question de la pérennité de l’accès à certains titres absolument essentiels, problème qui peut amener à conserver les abonnements papier tant que ces fluctuations dans les accès ne seront pas stabilisées : rappelons que lorsqu’un abonnement électronique cesse, c’est également l’accès aux archives qui peut être perdu, y compris celles des années durant lesquelles l’abonnement avait été acquitté…

img_1411648299362

 

Dans le même numéro, un grand article de Jean-Luc Arnaud, chercheur au laboratoire TELEMME, s’intitule : « Cataloguer, rechercher des cartes : le référencement géographique en question ». L’article se termine sur une présentation détaillée du projet CartoMundi (projet soutenu par l’Université d’Aix-Marseille, la Bibliothèque nationale de France et l’IGN) qu’on pourra explorer sur le site : http://cartomundi.eu

 

 

  1. article p. 9-11 du n° 3, septembre 2014. La revue se trouve sous la cote P-567 à la médiathèque. []

La vidéothèque en ligne du CNRS

Sur le site de la vidéothèque en ligne du CNRS, on peut trouver plus d’un millier de films à visionner en ligne. De durée variable (beaucoup sont de quelques minutes, mais certains durent une heure ou plus), ils concernent tous les domaines couverts par le CNRS.

vidéothèque du CNRS

Grâce à la « recherche avancée », on peut avoir une idée de ces domaines et des films qui les concernent. La recherche sur « anthropologie » donne 30 résultats, mais elle pourra se compléter avec les domaines « ethnologie Afrique » (113 résultats), « ethnologie Asie » (49 résultats), « ethnologie Europe » (20 résultats), etc. La recherche « histoire » donne 37 films, la rubrique « sociologie », 57. On peut également chercher par lieux, par personnalité, par mots clefs ou encore dans les mots du résumé (le terme « eau » amène 109 résultats).

Une occasion de « déambuler » pour entendre les chercheurs parler de leurs travaux… Un exemple ci-dessous :

Bassin minier de Provence : un creuset pour la recherche

 

 

Parution du n°75 de la revue Arabesques : « L’été de nos 20 ans. L’Abes, création, évolution et perspectives ».

« Dans la continuité de la frise chronologique présentée lors des dernières Journées ABES, le numéro 75 de la revue Arabesques fête à sa façon les 20 ans de l’ABES en consacrant son dossier à des articles consacrés à l’histoire et aux évolutions de l’Agence depuis sa création. A lire également dans ce numéro : « L’Abes a 20 ans : points et contrepoints« , texte intégral de l’intervention incisive de Fabrice Piault, rédacteur en chef adjoint de Livres-Hebdo et grand témoin lors des dernières Journées. » (Fil Abes du 07/07/2014). Enfin, pages 12 et 13, des nouvelles du SGBM (système de gestion de bibliothèque mutualisé).

Le Conseil Constitutionnel valide le projet ReLire

Illustration BnF projet ReLire

Le projet ReLire, géré par la BnF, « met en place les conditions juridiques relatives à l’exploitation numérique des livres indisponibles du XXe siècle ». Il vient d’être validé par le Conseil constitutionnel.

Voir le texte de la décision.

Dans le cadre de ce projet, « 500 000 livres pourront être identifiés au cours des dix prochaines années. »

On peut interroger très facilement le registre des œuvres déjà sélectionnées sur le site de la BnF.

 

et se renseigner sur le cadre légal.

sans-titre

Le fait de ne pas s’opposer à la présence de ses ouvrages sur le registre équivaut à une acceptation.

La procédure de refus est explicitée : « Si vous ne souhaitez pas que vos livres entrent en gestion collective, vous pouvez vous y opposer pendant une période de 6 mois, du 21 mars au 20 septembre [de l’année en cours], auprès de la BnF, qui transmet votre demande d’opposition à la Sofia. A partir du 21 septembre, les livres qui ne font l’objet d’aucune demande d’opposition entrent en gestion collective. Vous pouvez, à tout moment, sortir vos livres de la gestion collective en faisant une demande de retrait auprès de la Sofia. »

LaSOFIA est la société chargée de la gestion. On peut aller chercher des informations sur son site.

Un article de wikipedia sur le projet donne beaucoup de détails.

On trouvera sur l’internet de nombreux autres sites traitant de ce projet. Pour rappel, l’article du blog affordance.info est ici et celui des carnets de la phonothèque est .

 

—-

L’illustration du haut de billet est extraite du rapport 2012 de la BnF : rubrique Focus : le registre ReLIRE, nouvelle mission de la BnF (http://webapp.bnf.fr/rapport/html/focus/2_focus_4.htm)

Parution du n°73 de la revue Arabesques

Arabesques73_vignette_page_editoriale

Dossier : « Semer, essaimer. La valorisation des données de la recherche ».

Extrait du sommaire du n.73 : « Thème de nombreuses journées d’étude et de publications en 2013, les données de la recherche sont désormais un terreau en fertilisation tant pour les chercheurs, les informaticiens que pour les bibliothécaires coiffés d’une nouvelle casquette, celle de data librarian. 

En ouvrant ce dossier par ce qui fut le thème de la journée d’étude du dernier congrès de l’ADBU et en le refermant sur les journées Frédoc, organisées par le réseau Rénatis, nous avons voulu souligner les nombreuses réflexions et interrogations qu’elles suscitent. En donnant la parole à des acteurs politiques, des chercheurs, des bibliothécaires, des professionnels de l’information scientifique et technique et des spécialistes de l’archivage, nous avons souhaité témoigner des convergences nécessaires dans un domaine encore en pleine construction et inscrit dans la droite ligne de la Déclaration de Berlin sur le libre accès à la connaissance de 2003. Mutualiser pour mieux partager, tel est le défi lancé pour cette nouvelle année que nous vous souhaitons riche et fructueuse. »