Pour Hassan Moukhlisse (1964-2022). Hommage et témoignages

Photo de Hassan Moukhlisse

Sophie Bouffier

Abdelmajid Arrif

Michel Nieto

Évelyne Disdier

Bérengère Clément

Olivier Dubois

Mohamed Benhlal

Ahmed Oulddali

Kamel Chachoua

Isabelle Luciani

Quelques réalisations d’Hassan

L’équipe de l’UAR 3125 a la grande tristesse de vous annoncer la disparition d’Hassan Moukhlisse dans la nuit du 3 au 4 mars 2022 des suites d’une longue maladie.

Hassan Moukhlisse avait rejoint la MMSH en 2000, après une maîtrise de sciences humaines et sociales de l’Université Mohamed V (Rabat, Maroc) et une licence de psychologie de l’Université de Provence (Aix-en-Provence).

Statutaire à compter de 2004, il a été l’un des piliers de la Médiathèque. En 2000, il a piloté le chantier de catalogage à l’origine de la fusion des fonds des laboratoires de sciences sociales. Responsable du secteur Mondes arabes et musulmans, il a largement contribué à en faire un fleuron de la médiathèque, reconnue comme l’un des meilleurs centres de documentation français par le GIS Moyen-Orient et monde musulman. Dans le même temps, il a exercé la fonction de chef de service (2005-2007) puis assuré la mission de coordinateur de l’ensemble de la Médiathèque (2008-2015). Ses fonctions ont ensuite évolué vers le suivi des partenariats documentaires, notamment dans le cadre du projet Ramses² (Bibmed). Arabisant, il a lancé avec Olivier Dubois, le chantier de rétro-conversion du catalogue de la Médiathèque dans le Sudoc. En 2019-2020, il a assuré la responsabilité par intérim du service de la Médiathèque.

Au service de la communauté, il s’est engagé dans plusieurs grands chantiers, parmi lesquels : Bibmed (Bibliothèque de la Méditerranée) dans le cadre de Ramses² (2006-2010), e-médiathèque (bibliothèque numérique multilingue), l’intégration des ressources numériques dans les infrastructures de recherche (Réseau national des MSH avec Scripto, Huma-Num, Isidore) et dans la bibliothèque numérique d’AMU Odyssée, le projet « Études berbères-le fonds Roux à la MMSH », projet lauréat de l’appel CollEx-Persée 2018.

Parmi ses réalisations majeures, signalons encore la réalisation de la plateforme Archimede, dédiée au signalement des archives de la recherche dans Huma-Num, la plateforme e-médiathèque, bibliothèque numérique multilingue avec son complice de plusieurs années, Abdelmajid Arrif.

Investi dans la valorisation des fonds patrimoniaux et dans le partage des savoirs, Hassan Moukhlisse a participé à trois projets d’expositions collectives : deux sur les archives et manuscrits du fonds Roux et une troisième consacrée à l’enfance au Yémen.

La communauté salue unanimement son professionnalisme, sa rigueur, son dévouement, sa gentillesse, sa générosité, sa discrétion et son indicible courage.

Nous adressons à sa famille, ses amis, nos plus sincères condoléances.

Sophie Bouffier

___________________________________________________________

© Tous droits réservés Liliane Moukhlisse

Voici l’ultime mail que je t’envoie ce matin : façon d’agir en fou pour recouvrer raison!
Cher Hassan, cher frérot,
Je sais, je suis fou… mais ça tu le savais déjà. Je ne peux me résoudre à ne pouvoir t’écrire ou te téléphoner. Alors, toi le bricoleur trouve un moyen pour lire ce message.
Bises, Majid
Je n’ai qu’une gorgée d’amour au goût salé de larmes en guise de victuailles pour traverser le désert de ta perte. Ni Dieu(x), ni talismans, nulle force tutélaire, encore moins la grammaire d’un rituel pour franchir cette contrée si connue, si méconnue, qui ne se dessine que quand elle surgit et prend la forme que nous lui donnons.
Je suis démuni, oui… démuni si ce n’est de l’amitié et de l’affection dans laquelle nous avons pétri nos rêves, nos échanges, nos engueulades de gosses, nos travaux dirigés, bien dirigés… Oui, démuni sauf du sentiment de confiance, de quiétude qui habitait nos relations. Avec toi, je baissais les armes ; j’étais en terrain pacifié, je pouvais même emprunter le rugueux de l’expression sans conséquence, car elle résonnait de la musique sourde de la dignité pudique, de l’amour fraternel.

À toi Hassan cette musique, Dounit (Vie), pour me rappeler à toi :

À toi l’Ami… cette musique fut note à nos ultimes balbutiements… Et je n’oublierai jamais ton clin d’œil venu de loin, de loin… en toi pour animer ta main et la fermer en poignée appelant la mienne, en ultime salut.

Abdelmajid Arrif

_________________________________________________________

Hassan, une belle rencontre organisée par Robert Ilbert. Un collègue admirable par son engagement professionnel et ses qualités humaines. Il était également un grand sportif, discret, rapide et efficace comme l’exigeait sa discipline sportive, le Taekwondo dont il était un champion de France.

Intégré à la bibliothèque, il a dominé rapidement toutes les techniques et méthodes de la documentation et de l’informatique associée dans laquelle il a beaucoup apporté localement.

Il a dirigé avec brio une équipe de 20 documentalistes avec lesquels il a informatisé le fonds documentaire en langues européennes et en langue arabe dont il était un fin connaisseur.

C’est au cours de missions1 sur le terrain que j’ai pu apprécier des qualités d’intelligence de situation et une adaptabilité immédiate au contexte. Des missions efficaces et bien ficelées qui ont considérablement enrichi le fonds de langue arabe.

Il était un homme sensible, solidaire et attentionné. Je n’oublierai jamais ces missions dans lesquelles nous fournissions un travail intense dans une ambiance de franche camaraderie.

Un collègue, devenu un véritable ami toujours souriant et sympathique, la main sur la caisse à outils pour dépanner un collègue.

Il a fondé une bien belle famille à Aix-en-Provence, Liliane son épouse, Ambrine et Tahani ses filles, il en était fier.

Merci Hassan d’avoir passé ce temps avec nous, ton passage est d’une grande richesse pour notre centre de recherches mais également pour tout ton environnement.

Michel Nieto

_________________________________________________________

© Tous droits réservés Liliane Moukhlisse

« Ya Hassanou ! » Comme je te le disais souvent, ce à quoi tu répondais « Ya Iflinatou ! » avec un grand sourire. J’ai reçu une enclume sur la tête quand j’ai appris la nouvelle de ton départ. En se côtoyant pendant plus de vingt ans à la Médiathèque, par tous ces échanges, réunions, séances de travail, cafés, fous rires et soucis partagés, dans une équipe, on finit par se sentir les uns les autres bien au-delà des mots. Et c’est ce tissu humain et chaleureux qui soutient tout ce que nous faisons et vivons dans nos vies professionnelles et amicales. C’est notre fuel, notre énergie. Nous nous voyions surtout à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), aussi bien devant un ordinateur, en déménageant des caisses d’archives, que sous le capot de la voiture quand la batterie était en panne, ou autour d’un couscous pour célébrer l’été sous les platanes, le départ ou l’arrivée de l’une ou de l’un, ou juste pour le plaisir d’être ensemble.

Je ne parlerai pas ici des réalisations ou des outils ou technologies que tu as eu à cœur d’apprivoiser pour les mettre en œuvre et les transmettre avec patience et détermination. Quand on fait le point de nos activités professionnelles, humaines, le bilan de ce que nous laissons comme trace derrière nous, nos archives personnelles en quelque sorte, notre sillon, pour toi ce sera ouverture, bonne humeur, fair-play, soutien, bienveillance, solidarité, compréhension. S’y ajoutent sensibilité, pudeur, extrême discrétion de soi, courage et endurance. Deux mots encore reflètent pour moi ta contribution : SERVICE au sens d’œuvre de service et SOLAIRE.

Un SERVICE SOLAIRE !

Toutes ces richesses ont été déployées et diffusées sans relâche pendant toutes ces années, qu’elles aient été perçues ou non, partagées ou non, CELA EST.

Alors merci Hassan pour tout cela !

Cher Hassan, par cette assemblée réunie en hommage et en soutien autour de Liliane, Ambrine et Tahani2, et plus loin autour de ta famille au Maroc, dans cette assemblée où nos souvenirs avec toi bousculent nos cœurs et nos émotions, nous sommes ici pour te dire au revoir et pour te soutenir dans ce passage, dans cette ascension dans la lumière, vers la lumière que tu es en vérité depuis toujours.

Alors, vas-y, prends la colonne de la lumière et monte tout en haut.

Évelyne Disdier

_________________________________________________________

 

© Tous droits réservés Liliane Moukhlisse

J’ai connu Hassan et travaillé avec lui depuis 2002, alors que l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM) était encore Avenue Pasteur et qu’il supervisait la campagne de catalogage des bibliothèques de plusieurs laboratoires devant rejoindre la MMSH. Ces vingt années ont été très fructueuses et pleines d’amitié.

Il aimait passionnément son travail, toujours très attentif à son équipe, avait un sens de l’humour et une bonne humeur constants qui lui ont permis de mener à bien les responsabilités importantes dont il avait la charge, notamment à la tête de la Médiathèque de la MMSH à plusieurs reprises.

Ces dernières années, son implication dans de nombreux projets numériques montre à quel point il était engagé dans la valorisation de la recherche à son plus haut niveau.

Il laisse un grand vide et va manquer à beaucoup de chercheurs de toutes nationalités, d’étudiants et de collègues qu’il accompagnait dans leur travail et leurs projets.

Il nous a quittés avec sa discrétion et son élégance habituelles, mais il reste dans nos cœurs.

Un extrait du poème de René Char, “L’Éternité à Lourmarin ” :

« Il n’y a plus de ligne droite ni de route éclairée avec un être qui nous a quittés. (…) Avec celui que nous aimons, nous avons cessé de parler et ce n’est pas le silence. Qu’en est-il alors ? Nous savons ou croyons savoir. Mais seulement quand le passé qui signifie s’ouvre pour lui livrer passage, le voici à notre hauteur, plus loin devant. (…) » René Char, « L’Éternité à Lourmarin », Les Matinaux suivi de La Parole en archipel, Paris, Poésie/Gallimard, 2007.

Bérengère Clément

________________________________________________________

© Tous droits réservés Liliane Moukhlisse
Avec Hassan, nous avons travaillé douze ans ensemble. C’était un homme avec qui il était agréable, enrichissant, passionnant de travailler, d’échanger, de découvrir, de réaliser.

Hassan avait été impliqué très tôt dans la constitution de la médiathèque de la MMSH telle qu’on la connaît actuellement, évoluant dans ses fonctions en son sein jusqu’à en connaître les moindres rouages. C’est ainsi que, lorsque j’ai rejoint la MMSH, j’ai découvert un véritable professionnel des bibliothèques et de la documentation, avec une profondeur de perception qui résultait de cette histoire. Une autre de ses caractéristiques marquantes était son ouverture à entendre d’autres approches, les examiner, les appréhender, les adopter ou les critiquer, mais toujours dans une volonté d’enrichissement, toujours dans une énergie entièrement dévouée à notre instrument de travail. À travers les deux migrations du catalogue de la bibliothèque que nous avons menées ensemble, l’accroissement du fonds par les dons de chercheurs ou les acquisitions lors des salons du livre dans le monde arabe, la gestion du service dans des circonstances parfois complexes, jamais cette énergie n’a faibli, ni son investissement ne s’est démenti.

Plus que cela, Hassan s’est passionné très vite pour les nouveaux espaces de la documentation et de la valorisation scientifiques, à commencer par la numérisation et ce qu’elle offre comme possibilité de diffusion en complément de l’archivage. Il a tout d’abord travaillé à la création et à l’organisation des métadonnées pour des numérisations faites à l’extérieur, puis il a monté, pièce après pièce, un atelier de numérisation permettant à la Médiathèque de devenir un acteur de cette activité pour nos domaines.

De manière complémentaire, il se passionnait pour la dimension nouvelle prise par les archives de la recherche dans ce contexte. Sa contribution à la très belle exposition physique et virtuelle « Enfances au Yémen de 1950 à nos jours » résume bien cela : elle met en valeur ensemble l’intérêt des archives de cinq chercheurs3, la profondeur et la complémentarité des fonds de la médiathèque ainsi que la merveilleuse capacité de valorisation enrichie qu’offre la numérisation dans un cadre de recherche.

Pour moi, c’est tout cela qu’était Hassan : un professionnel passionné, un bâtisseur de nouvelles possibilités, un esprit ouvert, un homme de grande énergie qu’il offrait sans compter à son travail.

C’était aussi un homme charmant, rieur, lumineux, curieux de tout, réservé dès qu’il était question de ses épreuves, une lueur de fierté quand il parlait de sa famille…

C’est une vraie injustice qu’il soit parti si tôt.

Olivier Dubois

_________________________________________________________

Il m’a été — avec Abdelmajid Arrif — d’un grand secours pour l’élaboration, la conception et la mise en place des outils pour la numérisation et la mise en ligne de l’ensemble de la collection de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, soit 46 000 pages d’études, de chroniques, de chronologies, de bibliographies alphabétiques et thématiques, d’analyses annuelles de 1962 à 2003.

Il a contribué — encore avec Abdelmajid Arrif — comme cheville ouvrière à la mise en place de nombreux fonds qui font la richesse de la Médiathèque de la MMSH d’Aix-en-Provence, dont le fonds Julien Couleau, le fonds Maurice Flory, etc., etc., sans oublier le Fonds Arsène Roux largement exploité par des spécialistes de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM, Rabat).

Voici donc seulement quelques bribes du travail colossal accompli par mon ami, mon frère, Hassan Moukhlisse que son âme repose en paix. Son œuvre, sa disponibilité, sa rigueur et son sourire lui survivront. C’est le cœur brisé que je dis adieu à Hassan Moukhlisse, et que je présente mes condoléances affligées à sa femme, à ses filles Anbarine et Tahani, à la famille au Maroc et aux proches.

Mohamed Benhlal

_________________________________________________________

J’ai fait la connaissance de Hassan Moukhlisse en 2001, lorsque nous avons participé, lui comme chef d’équipe et moi comme catalogueur, au chantier ayant permis la création du catalogue informatique de la Médiathèque de la MMSH. Depuis, nous avons travaillé ensemble sur divers projets concernant les fonds documentaires arabes ; le dernier en date s’est achevé en septembre 2020.

Au cours de ces missions, j’ai eu bien souvent l’occasion d’apprécier ses grandes qualités humaines et professionnelles et surtout de voir à quel point l’amitié, la confiance et la bienveillance l’emportaient chez lui sur tout le reste. 

Hassan était à la fois un collègue dévoué et un ami sur lequel on pouvait toujours compter. Il était aussi passionné par son métier, profondément généreux et d’un humour à toute épreuve. Sa disparition nous laisse un vide immense et une tristesse indescriptible. Qu’il repose en paix. Mes pensées vont particulièrement à sa famille ainsi qu’à ses proches.

Ahmed Oulddali

_________________________________________________________

Pour mon ami Hassan Moukhlisse,

C’est au milieu du jour de ce début Mars, vers treize heures, sous un ciel bleu et un soleil radieux que j’ai appris la triste nouvelle de ton décès par un ami commun à nous deux. C’est vrai que tu nous as habitués à ton absence depuis quelques années par tes apparitions-disparitions régulières, mais nous avons toujours nourri l’espoir pour ne pas dire la certitude de te voir revenir dans notre routine collective comme avant. Comme avant quand tu surgissais du fond du couloir ou de l’un des bureaux de la médiathèque avec une humeur conviviale, un sourire vif et une disponibilité généreuse et entière. Tu étais un homme de facilitation et de solution. Nous nous sommes connus un peu plus quand nous nous sommes rendus ensemble à Alger pour le tout premier Salon international du livre d’Alger (SILA) au début des années 2000 ; une manifestation interrompue depuis 1989 en Algérie pour cause de terrorisme. C’était notre premier Salon à nous, mais c’était aussi le premier pour l’administration et les organisateurs algériens. Nous ne connaissions pas les règles algériennes d’import-export du livre, mais nous pensions qu’elles devaient être proches de celles de l’Égypte, du Maroc, de Tunisie ou du Liban. En fait, non, car, nous a-t-on dit, le livre algérien est subventionné et par là, il est interdit d’exportation sans un passage par les douanes, les banques et l’administration du ministère de la Culture. Mais avant de prendre la route du Salon qui se tient loin de la capitale, dans la banlieue d’Alger, il faut aller convertir nos devises à la banque extérieure d’Algérie. Au Salon, nous avons fait tous les stands des éditeurs nationaux et internationaux y compris ceux des livres scolaires ou de cuisine. Il fallait circuler dans cette promiscuité permanente et surtout voir « ce qu’on a et ce qu’on n’a pas » comme disait Hassan. Il fallait noter les noms d’éditeurs, réserver les livres, établir des factures, fixer un rendez-vous pour tout confirmer et, enfin, ranger et entreposer le tout quelque part. Je vois encore Hassan bouger et travailler dans l’étroitesse des stands, quelquefois accroupi, un genou à terre et l’ordinateur sur sa cuisse.

Quelques jours plus tard, alors que nous avons acheté et rangé nos livres dans plusieurs dizaines de cartons à l’intérieur du Salon, un agent vient nous expliquer que « seuls et seulement les éditeurs ont le droit de faire rentrer ou sortir de telles quantités de livres, pas vous, pas les particuliers. Vous achetez pour qui ? » Il faut donc trouver comment sortir ces cartons du Salon et comment les acheminer. Personne ne semble avoir de réponse à nos questions y compris les agents douaniers de l’aéroport où nous nous sommes rendus un certain après-midi chaud de novembre. Quand nous avons exposé notre cas à un agent officiel, il nous a dit que « vos livres, normalement, vous n’avez même pas le droit de les acheter, vous ne pouvez pas les envoyer à l’étranger, car ils sont subventionnés ». À la question de savoir comment payer les taxes douanières et organiser l’exportation : « il faut voir avec les services des douanes à l’aéroport ». Après d’âpres prospections de toute une longue après-midi dans les bureaux de la douane, on nous a expliqué que pour les expédier il fallait dresser une liste exhaustive des livres achetés avec une facture pour chaque livre et pour chaque éditeur. Il y a dans les cartons des milliers d’ouvrages achetés auprès d’une centaine d’éditeurs environ !

Finalement, nous avons réussi à trouver le moyen légal en passant par un éditeur local avec qui nous avons sympathisé au Salon même et qui nous facilita la tâche pour toutes les fois suivantes. Cela dit, ce séjour comme les suivants furent des plus agréables pour chacun de nous. Hassan a été, à chaque fois, d’une sérénité et d’une efficacité admirables. C’était la première fois qu’il venait en Algérie et par hasard, le centre de recherche auquel je suis associé est mitoyen à l’ambassade du Sahara occidental à Alger. Hassan fut amusé et surpris de voir le drapeau du Polisario flotter au-dessus de la bâtisse ; « Ya lili, ya lili » me disait-il doucement et en souriant quand nous passions devant le policier qui surveillait la porte d’entrée.

Au centre, plusieurs chercheurs, plusieurs employés de l’administration, les chauffeurs, le jardinier ; tous, ont gardé le souvenir d’un homme bon et attachant. Et à chacun de mes retours au moment du Salon du livre, on me demandait souvent « où es ton ami marocain ! ».

Le soir même, quand j’ai appris la triste nouvelle, j’ai appelé « H » un ami du centre qui l’aimait beaucoup ; il était dévasté d’apprendre qu’il ne le reverra plus. Que grâce lui en soit rendue !

Kamel Chachoua

_________________________________________________________

J’ai peu connu Hassan, et je le regrette. Au détour, la première fois, de l’exposition virtuelle pour les 80 ans du CNRS. Je lui dois la découverte d’un manuscrit splendide. Une autre fois, si récemment, au détour d’un échange sur nos situations personnelles. Hassan m’a aidé avec une telle disponibilité, une telle générosité, alors que je me débattais dans les méandres de formulaires de santé complexes, que je n’imaginais pas une seconde, alors, qu’il allait nous quitter. Merci encore, Hassan.

Isabelle Luciani

© Tous droits réservés Liliane Moukhlisse

Pour en savoir plus sur les principales réalisations de Hassan Moukhlisse dans les domaines…

… des Humanités numériques

 Collection e-Médiathèque : bibliothèque numérique multilingue (arabe, berbère, français…), partie prenante de la Cité numérique de la Méditerranée (Cinumed), valorise et diffuse le patrimoine scientifique et documentaire (archives, iconographie, imprimés et manuscrits…) en sciences humaines et sociales sur la Méditerranée. Un patrimoine lié aux activités de recherche des laboratoires de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) dans les domaines du droit, de la linguistique, de l’ethnologie, de l’histoire sociale et religieuse, de l’architecture, des traditions orales, du religieux…

– Plateforme Archimede dédiée au traitement et au signalement des fonds d’archives au format EAD de la Médiathèque de la MMSH en articulation avec la bibliothèque numérique e-Médiathèque. Archimede vise à faire connaître auprès du grand public les inventaires des fonds d’archives de chercheurs et favoriser l’émergence de nouvelles pistes de recherche (voir l’importante liste des archives de chercheurs et de leur inventaire réalisé par Evelyne Disdier, anciennement responsable de l’Iconothèque et Archives de chercheurs de la Médiathèque, et Hassan Moukhlisse.

Archimede est partenaire du portail Defter pour le signalement des Archives du Moyen-Orient et des mondes musulmans en France initié par le GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans et membre du réseau des établissements déployés dans Calames.

– « Études berbères-le fonds Roux à la MMSH », projet lauréat de l’appel CollEx-Persée (2018-2021) qu’il a coordonné.

 Science ouverte : Intégration des ressources numériques dans les infrastructures de recherche (Réseau national des MSH avec Scripto, Huma-Num, Isidore) et dans la bibliothèque numérique d’Aix-Marseille Université, Odyssée

 Atelier numérique de la Médiathèque : Hassan Moukhlisse a été l’initiateur et le concepteur de l’Atelier numérique. Lieu-laboratoire de recherche, d’expérimentation, d’expertise et de formation autour de la problématique de la numérisation au service de la diffusion du patrimoine documentaire et archivistique de la Médiathèque. C’est aussi une plateforme technologique à disposition des projets en Humanités numériques et de la Science ouverte.

… de l’édition numérique

Abdelmajid Arrif, Hassan Moukhlisse, Catalogue des manuscrits arabes et berbères du Fonds Roux : un catalogue interactif et augmenté, MMSH-UAR 3125, Aix-en-Provence, 2018.

… des expositions

 Le goût de l’Orient – Collections et collectionneurs de Provence

 22 juin-15 septembre 2013, Cité du Livre, Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence.

Participation à l’occasion de Marseille-Provence capitale européenne de la Culture pour faire valoir des richesses patrimoniales qui témoignent de la vivacité des échanges entre les rives de la Méditerranée notamment à travers le Fonds Arsène Roux de la Médiathèque (MMSH).

 Enfances au Yémen de 1950 à nos jours

Cette exposition est le fruit de la collaboration entre l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM) et l’UAR 3125 de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme-MMSH (Services Humanités numériques et Médiathèque-SHS avec le soutien du Service Communication et culture scientifique). Une réalisation de la Cité numérique de la Méditerranée (Cinumed) sous la responsabilité d’Abdelmajid Arrif (MMSH-UAR 3125), de Vanessa Guéno (IREMAM), de Juliette Honvault (IREMAM) et de Hassan Moukhlisse (Médiathèque-SHS, MMSH-UAR 3125).

Elle a bénéficié du soutien financier :

– d’Aix-Marseille Université dans le cadre de la Bourse aux projets de culture scientifique d’Aix-Marseille Université

– de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (UAR 3125, AMU-CNRS)

– de l’Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (IREMAM – UMR 7310, AMU-CNRS)

– du Centre français de recherche de la Péninsule arabique (CEFREPA, CNRS)

– du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans (GIS MOMM, CNRS)

 Des manuscrits entre traces et effacement (Fonds Roux)

Exposition conçue dans le cadre du 20e anniversaire de la MMSH (2018) par les services Médiathèque et Ressources et édition numériques (UAR 3125).

Responsables : Abdelmajid Arrif & Hassan Moukhlisse

Conception et textes : Abdelmajid Arrif

Documentation : Hassan Moukhlisse

Photographies : Ziad Alset

Communication & Culture scientifique : Sylvie Laurens

… des publications (en collaboration)

  « La médiathèque de la MMSH : une documentation pour la recherche », Arabesques [En ligne], 89 | 2018, mis en ligne le 09 juillet 2019, consulté le 15 mars 2022.

 La science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France : état des lieux et perspectives, GIS Moyen-Orient et mondes musulmans. 2020, 979-10-97315-17-7.

 Lintz Y., Simou B., Déléry C., Tuil-Leonetti. Boulghallat A. (dir.), Le Maroc médiéval. Un empire de l’Afrique à l’Espagne, Catalogue d’exposition, Paris, Éditions Hazan, 2020.

 Bosc A., Jacotin M. (dir.), Le goût de l’Orient. Collections et collectionneurs de Provence, Catalogue d’exposition, Milan, Éditions Silvana Editoriale, 2013.

  1. Missions dans des salons du livre dans quelques pays du monde arabe. []
  2. Respectivement épouse et filles de Hassan Moukhlisse. []
  3. Solange Ory, Marceau Gast, Claudie Fayein, Ahmad Muhammad Nu’mân et Fatima Al-Baydani-Alzawiya []

4 réponses

  1. MECHEHAT Yamina dit :

    Cher Hassan,
    C’est avec une grande tristesse que j’ai appris la nouvelle de ta disparition aujourd’hui 13 mai 2022. Mais quelle perte ! J’ai lu les hommages poignants de tes collègues avec beaucoup d’attenrion..que dire de plus.. ils ont tous dit…
    J’ai eu l’honneur de te connaître lors de mon bref et riche passage à la MMSH en 2014. Je garde l’image d’un homme souriant dans toutes les circonstances, bienveillant, ouvert d’esprit et au service des autres et de la science. Tu diffusais ta bonne humeur dans toute la mediathèque…

    Mes pieuses pensées vont naturellement à ta petite et grande famille ainsi qu’à tes formidables collègues.

    Que la terre te soit légère Hassan.

    Sincèrement et regrettablement,

    Yamina MECHEHAT

  2. Caniard Jocelyne dit :

    Que dire après ces hommages émouvants de tous tes collègues et amis. Pendant les deux ans où nous nous sommes fréquentés je ne compte plus les plaisanteries et nos fous rires quand tu goûtais mes gâteaux un peu ratés. Je ne réalise toujours pas que tu es parti pour toujours et je m’associe à la douleur de ta famille. Tu aimais tellement la vie que ta présence illuminera longtemps notre existence.

  3. Emma Maglio dit :

    J’apprends de la disparition de Hassan et j’en suis bien triste. Sa disponibilité, sa gentillesse, sa compétence pendant mes années de post-doctorat à la MMSH (et la Médiathèque c’était une véritable “place du cœur”, non seulement de la recherche !) seront toujours très vives en moi.

  4. thioune dit :

    Un homme bien discret social nous a quitté et particulièrement un ami qui me poussait à faire du sport et qui a su remettre de l ordre dans mon atelier de réparation automobile.je t enverrai en retour toutes les prières connues pour que la lumière reste à avec dans un paradis céleste.Inchaala Fatiha et 11 likhlasses paix sur toi cher ami et rassure-toi je garde tes conseils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search