Mon cher Jacques,

« Mon cher Jacques,

Nous venons d’apprendre ton grand départ de l’autre côté de la Vie Une. J’en suis triste, j’espérais pour toi après le long combat contre la maladie, une rémission totale et durable. Mais j’ai envie de célébrer ta vie pour l’honorer : reconnaître les belles qualités qui nous ont tant apporté pendant des années dans l’équipe de la Médiathèque où tu as représenté le laboratoire TELEMMe pour tout ce qui le concernait depuis la création de la MMSH jusqu’à ton départ à la retraite en 2006.

Pour toi, le service était primordial et aucune tâche n’était anodine. Tu y mettais ton cœur, un soin et une énergie remarquable et toute l’étendue de tes connaissances. Tu plaçais la barre haut et tu faisais toujours de ton mieux. Ta présence fidèle, impliquée, amicale, de grande qualité, contrastait souvent avec ce que tu pensais de toi, ce qui m’étonnait. Aucune notice pour un ouvrage en langue européenne ne te résistait, quelle que soit la langue, ce qui nous rappelait qu’avant la MMSH tu avais déployé ton activité de linguiste au CREHOP puis au service de la publication d’Atlas linguistiques.

Si la maladie t’a rendu la vie difficile sur la fin de ta carrière professionnelle, tu as accepté puis lutté avec courage, détermination et bien qu’atteint dans ton corps, ton moral est resté solide, bien enraciné en Ardèche, dans l’amour de ta famille, de la nature, de la musique et du chant choral pour continuer à donner ta note à toi. »

Voir aussi le billet posté par Véronique Ginouvès sur le carnet de la Phonothèque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.