Études queer : le fonds documentaire de la Médiathèque

La Médiathèque de la MMSH possède des fonds qui concernent surtout l’aire méditerranéenne et le monde arabe et musulman, mais elle détient également un fonds abordant les thèmes des études de genre et la notion de queer. Pour enrichir ses collections, la Médiathèque se base sur des programmes de recherche développés à la MMSH comme GenderMed. Ainsi, dans le cadre de mes recherches pour mon mémoire de M2, j’ai pu réunir de nombreuses références sur ce sujet et constituer une bibliographie assez fournie ( une centaine de documents publiés entre 2000 et 2016), bien que les études de genre et sur la thématique queer se soient respectivement développés pendant les années 70 et 90.

Le mot queer vient de la racine indoeuropéenne twerkw, mais ne se diffuse qu’à la fin du XIXème siècle à partir de sa signification en allemand (quer = oblique/ pervers) pour désigner les homosexuels ou, plus en général, quelqu’un de bizarre et excentrique. 

Cependant on assiste à une nouvelle définition de ce mot après 1968, année de naissance du nouveau mouvement féministe (la deuxième vague) et, en 1969, aux premières revendications de la communauté gay de New York avec les émeutes de Stonewall : dans ce cas, le mot désignait de façon plus générale tous les gens qui faisaient partie des LGBTQI, qui, pourtant, ne voulaient pas se voir coller des étiquettes.

En effet, ce qui était commun aux deux événements était l’opposition à une domination sociale, qui excluait les femmes et les LGBTQI des décisions concernant leur vie privée, soumis au pouvoir masculin ou de la majorité hétérosexuelle.

C’est donc pour s’éloigner d’une vision de la société aussi bien patriarcale que héteronormative, c’est-à-dire, d’une mode de pensée qui pensait les relations interpersonnelles d’une façon unique, homogène et standardisée, que les études de genre et queer sont apparus : le but était d’atteindre la parité des sexes et la pleine égalité des droits, notamment sur le plan juridique.

Les féministes voulaient que les femmes aient le plein contrôle sur leurs corps et de leur vie professionnelle, sans subir de discriminations quant aux salaires ou à leur sexe. Les LGBTQI souhaitaient plutôt leur reconnaissance dans la société et leur droit à aimer n’importe qui, sans être battus ou interpellés. 

L’influence américaine a joué un rôle assez important dans le parcours et l’évolution des études de genre et queer, puisqu’elle a servi à une véritable modification sociale : néanmoins, comme le rappelle Lisa Downing dans Queer in Europe, le modèle américain a pu bien se développer en Europe, notamment en France, à un moment donné (dès les années 70), puisque l’Europe elle-même est le berceau du pluralisme culturel. Evelyn Fox Keller, Judith Butler et Camille Paglia ont été à la base du développement européen des études de genre/queer.

En France, on assiste, au cours des années 80, à l’émergence des premières théories « européennes » grâce à Jacques Derrida, Michel Foucault et Gilles Deleuze en ce qui concernait le queer et Julia Kristeva et Hélène Cixous pour les études de genre. Une véritable fusion des deux champs de recherche a eu lieu pendant les années 90 : en effet, aussi bien les féministes que les théoriciens du queer se sont rendus compte qu’il était vain de se faire la guerre et d’affirmer que les raisons des uns étaient plus importantes que celles des autres, puisque leur but était le même : obtenir leur propre reconnaissance dans la société. 

Bibliographie (livres disponibles à la Médiathèque de la MMSH)

Lavignotte S., Fassin E., Au-delà du lesbien et du mâle – La subversion des identités dans la théologie « queer » d’Elizabeth Stuart, Paris, Van Dieren Éditeur, 2008.

Espineira K., Maud-Yeuse T., Alessandrin A., Corps trans, corps queer – Cahiers de la transidentité vol.3,  Observatoire des Transidentités, 5-7 rue de l’École –Polytechnique, Paris, Éditions L’Harmattan, 2013.

Munoz J.E., Cruising Utopia: The Then and There of Queer Futurity (Sexual Cultures), New York, NYU Press, 2009.

Lanwerd S., Moser M.E., Frau, Gender, Queer: gendertheoretische Ansätze in der Religionswissenschaft, Berlin, Königshausen & Neumann, 2009.

Turner W.B., A Genealogy of Queer Theory, Philadelphia, Temple Press University, 2000.

Cervulle M., Rees-Roberts N., Homo exoticus-Race, classe et critique queer, Paris, Armand Colin, 2010.

Halberstam J., In a Queer Time and Place- Transgender Bodies, Subcultural Lives, New York, NYU Press, 2005.

Roden F., Jewish/Christian/Queer- Crossroads and identities, Farnham,Ashgate Publishing Ltd., 2009.

Gardey D., Kraus C., Politiques de coalition- penser et se mobiliser avec Judith Butler/ Politics of Coalition- Thinking Collective Action with Judith Butler, Zurich, Éditions Seismo- Collection Études de genre, 2016.

Zobermann P., Queer : écritures de la différence – Autres temps, autres lieux vol 1, Centre d’Étude des Nouveaux Espaces Littéraires de Paris 13, Paris, Éditions L’Harmattan – Coll. « Identités, genre, sexualités » , 2008.

Zobermann P., Queer : écritures de la différence – Représentations : artistes et création vol 2 , Centre d’Étude des Nouveaux Espaces Littéraires de Paris 13, 5-7 rue de l’École –Polytechnique, Paris, Éditions L’Harmattan – Coll. « Identités, genre, sexualités », 2008.

Provencher D.M., Queer French: Globalization, Language, and Sexual Citizenship in France,  Farnham, Ashgate Publishing, 2007.

Horvitz L., Queer girls in class: Lesbian Teachers and Students Tell Their Classroom Stories, Bern,Peter Lang Inc., International Academic Publishers, 2011.

Gillet R., Downing L., Queer in Europe: Contemporary case studies, Farnham, Ashgate Publishing Ltd, 2011.

Browne K., Nash J. Catherine, Queer methods and methodologies: Intersecting Queer Theories and Social Science Research, London, Ashgate Publishing Ltd., 2010.

Hayes J., Queer Nations:Marginal Sexualities in the Maghreb, Chicago, University of Chicago Press, 2000.

Browne K., Munt S.R., Yip K.T., Queer Spiritual Places: Sexuality and Sacred Places, New York, Routledge, 2010.

Bourcier M-H., Queer zones – Politiques des identités sexuelles et des savoirs, Paris, Éditions Amsterdam,2006 (2ème éd. 2011).

Bourcier M-H., Queer zones 3 – Identités, cultures, politiques, Paris, Éditions Amsterdam, 2011.

Auga U., Guðmarsdóttir S., Knauss S., Martinez Cano S., Resistance and Visions: Postcolonial, Post-secular and Queer Contributions to Theology and the Study of Religions – Resistencias y visiones: contribuciones postcoloniales, postseculares y queer a la teologia y a los estudios de las religiones – Widerstand und Visionen: der Beitrag postkolonialer, postsäkularer und queerer Theorie zu Theologie und Religionswissenschaften, Journal of the European Society of Women in Theological Research, vol. 22, Leuven, Peeters, 2014.

Redfern B., Bronson A.A., Cameron A., Federici S., Jones R.J., Laâbissi L. et Marboeuf O., Sorcières, pourchassées, assumées, puissantes, queer, Maison populaire/ B42, Paris/Montreuil, 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search