De l’Italie à la France : une expérience de stage à l’étranger

Dans le cadre de mes études de M2, j’ai décidé de postuler pour un stage de 8 semaines à la Médiathèque de la MMSH, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, suite à plusieurs raisons.

Premièrement, je suis personnellement intéressée par le monde arabe, notamment tout ce qui concerne la sociologie, l’anthropologie et surtout la condition des femmes et des enfants dans ces pays-là. Deuxièmement, même si je ne faisais pas partie du monde de la documentation ou de l’édition au sens strict, cela m’a intriguée parce que j’aimerais être traductrice littéraire et, donc, les livres et tout type de textes me fascinent a priori. Enfin, en faisant des recherches pour mon mémoire sur ces sujets-là, j’ai appris que la Médiathèque avait même un fonds liée aux études de genre et queer, sur lesquels j’ai précédemment rédigé un billet, qui représente une source incroyablement rare dans les bibliothèques où j’ai eu l’occasion d’étudier en Italie.

Donc, en faisant ce choix, j’ai eu la chance d’apprendre quelques notions de bibliothéconomie, en découvrant le fonctionnement des outils de gestion de bibliothèques, en particulier les systèmes SIGB Flora, KOHA, les catalogues informatisés Sudoc et WorldCat et l‘application web Colodus, qui servent à donner des informations concernant, entre autres, l’ISSN, la place ou l’état de collection  d’un périodique, quel que soit le public cible.

En effet, j’ai travaillé précisément sur la migration de l’ancien catalogue Flora vers KOHA, nouveau SIGB adopté par la Médiathèque qui intègre également le Sudoc. J’ ai utilisé Colodus, un outil qui sert à l’exemplarisation des notices de périodiques. J’ai remarqué, en fait, qu’il y avait de nombreuses erreurs à corriger et que parfois les notices faisaient doublons.

J’ai aussi eu la possibilité d’avoir un contact direct avec les documents grâce à Madame Cotelle, qui était ma tutrice et la responsable des périodiques, aussi bien en magasin qu’en salle, et de connaître la bibliothèque d’un point de vue interne et de gestion.À ce propos, j’ai même travaillé avec Madame Giudicissi et Madame Ginouves à la Phonothèque, qui m’ont initié à l’utilisation des bases des données MédiHAL et Ganoub, où tous les documents visuels et sonores recueillis par les chercheurs sont stockés.

À l’occasion d’une rencontre avec Monsieur Faucompre, présentant la bibliothèque numérique patrimoniale de l’Université d’Aix-Marseille, Odyssée, j’ai pu mettre en action mes compétences linguistiques, en faisant un peu d’interprétation pour deux collègues italiennes venant de l’Université de Cagliari qui ont travaillé pendant quelques mois à la Phonothèque. En outre, j’ai fait la correction de deux billets, un en anglais, l’autre en français, publiés sur le carnet de la Phonothèque.

Cette expérience m’a appris à appliquer mes connaissances interdisciplinaires dans un cadre non académique, différent mais non moins intéressant, ainsi que d’interagir avec un véritable milieu professionnel dans un autre pays. Cela m’a permis donc d’expérimenter une situation de travail différente de celle de mon pays d’origine, l’Italie, où, j’en suis sûre, je rencontrerai des gens aussi agréables et disponibles que je les ai retrouvées à la Médiathèque. 

 

Illustration : A Light Shines In My Heart by Anant Nath Sharma – CC by 2.0a


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search