Jacques Revault : le tour de Tunisie en 5000 diapositives

J’ai eu la chance, du 6 mai au 14 juin 2019, d’intégrer la médiathèque de la MMSH en tant que stagiaire. Pendant ces six semaines, j’ai travaillé – sous la tutelle d’Evelyne Disdier, archiviste de la médiathèque – sur une partie de l’imposant fonds légué par Jacques Revault à l’établissement. Les mots que vous lirez seront donc ceux d’un étudiant en archivistique enthousiaste de faire connaître aux lecteurs le premier fonds dont il lui ait été donné de s’occuper.

Jacques Revault (1902-1986) était un chercheur passionné, directeur de l’antenne du CNRS à Tunis dès 1959. Il sut mettre à profit pour ses travaux ses expériences passées en Tunisie pendant le protectorat français. Il y fut inspecteur de l’Enseignement artisanal puis directeur du Service des métiers et des arts traditionnels dont il fut à l’initiative. Il se passionna ainsi d’abord pour l’artisanat et les arts populaires tunisiens dont il était chargé de la mise en valeur ; passion qui mena à ses premières publications sur les Tapis tunisiens en quatre volumes. Une fois membre du CNRS, il ne quitta pas la Tunisie alors indépendante et entreprit l’étude des palais et des demeures de Tunis et de ses environs. Celle-ci aboutit bientôt à la publication de quatre nouveaux volumes dont le premier constitue sa thèse. Par la suite, Jacques Revault fut amené à des travaux et publications similaires et toujours aussi passionnés concernant le Caire en Égypte et Fès au Maroc.

Pendant ces années il recueillit une abondante documentation, principalement photographique, sur les différents pays du monde musulman qu’il visita et sur une multitude de sujets qui suscitèrent son intérêt pendant ses déplacements au sein d’une ville. Il accumula au total près de cinquante mille photographies, dont douze mille diapositives couleur. Ainsi, avant de poursuivre ma présentation, je souhaiterais porter à la connaissance du lecteur la diapositive suivante, que je trouve intéressante en ce qu’elle est pour moi une superbe illustration du travail de collecte documentaire de Jacques Revault, du moins concernant le corpus tunisien sur lequel j’ai travaillé :

Brodeur tunisois au travail dans son atelier.
Artisan de Tunis, 1963 (Cote : JR_D_07_334).

Nous pouvons y voir un artisan-brodeur tunisois en plein exercice de son art. Derrière lui, un miroir laisse apparaître le photographe, lui aussi au travail : Jacques Revault. C’est ce qui m’a paru intéressant en m’occupant du fonds, l’homme est toujours un peu perceptible derrière chaque diapositive. En observant n’importe quelle série de diapositives prises dans une même rue ou dans une même demeure, nous imaginons facilement comment Jacques Revault se promenait à l’intérieur de celle-ci et prenait consciencieusement en photo tous les détails que son œil portait à son attention.

Comme j’ai pu le faire entendre plus tôt, la partie du fonds dont je me suis occupé se limite aux diapositives couleurs sur la région de Tunis. Pour être plus précis, il s’agit de la documentation photographique concernant essentiellement l’habitat et l’architecture domestique, collectée par Jacques Revault lors de ses nombreux déplacements en Tunisie entre 1957 et 1984. Certaines diapositives présentent cependant d’autres intérêts disciplinaires, notamment en anthropologie ou en architecture religieuse. L’objet de mon stage fut donc de coter, de cataloguer et d’indexer plusieurs boites de diapositives (soit 2600 pièces) en vue d’une future numérisation, traitement que quelques clichés en noir et blanc de Jacques Revault, publiés sur la plateforme e-médiathèque, ont déjà connu. Le travail qui me fut confié était, malgré sa répétitivité, captivant. Je me suis rapidement laissé prendre au jeu d’enquête que pouvait parfois revêtir l’indexation géographique. Celle-ci m’obligeait régulièrement à comparer certaines diapositives d’un Jacques Revault parfois avare en annotations à d’autres clichés pour identifier la demeure figurée. De plus, je trouve gratifiant de constater la somme des connaissances que j’ai pu accumuler, certes modeste et relative, sur Tunis, sa médina, ses faubourgs et ses environs. Cela me conforte notamment dans mon désir de travailler plus tard en bibliothèque de recherche. Mon stage fut en quelque sorte une première pierre à la mise en accessibilité en ligne du sous-fonds à la communauté des chercheurs. Celle-ci est pourtant loin d’être achevée, n’ayant eu le temps de m’occuper pendant ces six semaines que de la moitié des diapositives sur la Tunisie. Le catalogue des diapositives sera cependant bientôt disponible et consultable sur la plateforme de ressources archivistiques méditerranéennes Archimède.

D’autres stagiaires pourront après moi continuer ce même travail, sur la Tunisie ou un autre pays de Méditerranée. Je me rends ainsi compte que le travail de l’archiviste est, comme celui du chercheur, un travail collaboratif. L’archiviste est en effet souvent amené à reprendre un travail déjà existant pour le préciser, en vue d’une numérisation par exemple, ou à faire appel à des collègues dont l’expertise du domaine étudié peut être précieuse.

Mais qu’est-ce que cette documentation peut apporter aux chercheurs ? Il faut déjà faire remarquer qu’une grande partie des photographies concernées est inédite. Je l’ai déjà souligné, Jacques Revault prenait une grande quantité de prises de vue et de focus pendant ses pérégrinations, dont seule une partie fut publiée dans les quatre tomes consacrés à l’habitat à Tunis et aux alentours. À ce premier constat, s’ajoute le fait qu’à l’époque de ces publications, les photographies en couleur étaient particulièrement coûteuses pour les éditeurs. Les éditions du CNRS n’ont donc permis la publication que d’un nombre restreint d’entre elles. Le travail de collecte particulièrement minutieux de Jacques Revault dans les maisons (diûr) tunisiennes constitue ainsi une ressource considérable pour celui qui s’intéresse à l’architecture domestique tunisienne. Que ses recherches concernent la riche décoration, qu’elle soit de stuc ou de faïence, des palais et demeures tunisois ou la maison traditionnelle musulmane en Méditerranée, avec son lot de pièces qui ne connaissent pas d’équivalent dans d’autres pays, il trouvera son bonheur.

Détail d'une frise de stuc.
Frises de stuc et de faïence ornant le patio du dâr Bel-Cadi, 1965
(Cote : JR_D_08_029).
Pièce servant d'entrée à une maison tunisienne.
Drîba du dâr Othmân, décorée de stuc et de faïence, 1963. La drîba est ici le couloir d”entrée principal dédié à l’accueil des invités. Elle peut désigner, ailleurs dans Tunis, la partie privée d’une rue qui mène à l’entrée d’une maison (Cote : JR_D_08_511).

De plus, je serais également ravi que – le jour où cette partie du fonds sera mise en ligne – de nombreux curieux, étrangers à la recherche scientifique viennent en profiter pour découvrir cette fenêtre sur un passé récent, bien que partiel. L’étude de Jacques Revault ne portait en effet que sur les demeures de notables tunisois, loin de la plus grande précarité que d’autres pouvaient connaître ailleurs dans la ville. De nombreux diûr photographiés ont un attrait esthétique certain, et quelques prises de vue de Jacques Revault sont, disons-le, magnifiques. Ce fonds documentaire permettra à beaucoup de découvrir Tunis entre les années soixante et quatre-vingt, et à d’autres, qui ont pu la connaître à l’époque, de la revoir. Enfin, j’ai profondément apprécié l’habitat tunisien que j’ai pu découvrir pendant ces six semaines pour le goût de son décor et son patio qui en fait une sorte d’alcôve intime et confortable. J’espère que le lecteur qui aura un jour accès en ligne au fonds, sera de mon avis.

Porte d'entrée d'un ancien palais tunisien.
Porte d’entrée du même dâr Othmân Dey, ancien palais d’un souverain de Tunis, 1969. Il est aujourd’hui possible pour les curieux de le visiter
(Cote : JR_D_05_17_01).
Patio d'une maison tunisoise.
Somptueux patio du dâr Zaouche, localisé dans ce qui était alors les faubourgs de la ville, 1957 (Cote : JR_D_09_077).

Bibliographie :


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.