Lucien Golvin : une vie, une passion

Du 13 mai au 14 juin 2019, j’ai eu l’occasion d’intégrer le service de la médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme en qualité de stagiaire. Sous la direction de madame Evelyne Disdier (archiviste à la médiathèque), j’ai travaillé sur le fonds d’archives constitué par Lucien Golvin, sur une série de tirages photographiques. Ce fut pour moi l’occasion de voyager à travers l’Afrique du Nord tout en demeurant dans les locaux de la médiathèque.

En effet, Lucien Golvin, de son nom complet Lucien Camille Golvin, né le 18 juillet 1908 à Villebougis, et mort le 6 juillet 2002, est un universitaire français spécialiste de l’étude de l’artisanat des pays du Maghreb et de l’architecture musulmane.  Après l’obtention de son Brevet Supérieur, il fut nommé enseignant en Tunisie en 1929. Il se consacra entièrement à l’enseignement pendant 10 ans puis fut détaché au Service des Métiers et Arts Tunisiens en tant que collaborateur de Jacques Revault. Il est nommé Directeur régional des Arts et traditions populaires à Sfax où il crée le musée Dar Jellouli. Malgré la seconde guerre mondiale au cours de laquelle la ville de Sfax sera durement frappée, Lucien Golvin obtint un diplôme de licence en philosophie. De 1946 à 1957, il occupe le poste de directeur des Services de l’Artisanat au Gouvernement général de l’Algérie. Ces années furent marquées par la création des musées ethnographiques d’Alger, de Constantine et d’Oran.

Sa rencontre avec Georges Marçais éveille en lui un vif intérêt pour l’histoire médiévale des pays du Magreb. Il entreprend des recherches archéologiques  à la Qalaa’ des Bani Hammad et sur le site du palais de Ziri à Achir. En 1954, il soutient sa thèse d’état à l’université d’Alger. De 1957 à 1962, il est professeur à la faculté des Lettres et Sciences Humaines d’ Alger et occupe la chaire d’Art et civilisation de l’Islam. De 1962 à 1977 il est professeur à l’Université de Provence où il occupe la Chaire d’Art et d’Archéologie Musulmanes. II a dirigé plusieurs missions scientifiques : en Syrie (à Balis-Meskéné), au Yémen (à Thula) et au Maroc. 

Les fruits de toutes ses investigations nourrissent les nombreuses publications dont il est l’auteur. Parmi l’importante documentation photographique qu’il a constituée, j’ai été chargée de traiter une vingtaine de boîtes de tirages photographiques concernant l’Algérie et le Maroc. On découvre, dans ce fonds, des tirages noir et blanc ou couleur illustrant par exemple, les fouilles archéologiques à la Qal’a des Banû Hammâd et les vestiges mis à jour. On y trouve également des reproductions de tapis, de bijoux, de poteries, …, des photographies de palais, maisons, mosquées et écoles ainsi que des plans révélant les différents styles architecturaux, et de différentes périodes historiques. 

La Qal’a des Banû Hammâd (Algérie), vue générale du site avant les fouilles, 1949

Palais du Manar, La Qal’a des Banû Hammâd, fouilles, 1952

Mon travail a donc porté sur un fonds très riche et varié où l’on retrouve des photographies publiées ou inédites et  même des clichés d’éminents historiens  tels que Henri Terrasse et Georges Marçais. Ma mission consistait à reclasser, décrire, reconditionner au besoin et indexer cet ensemble afin de le rendre cohérent et consultable. Au delà des acquis professionnels, ce stage m’a permis d’approfondir mes connaissances en matière d’architecture musulmane. Ce fut pour moi une expérience unique et très enrichissante.

Bibliographie  Lucien Golvin

Ouvrages disponibles à la médiathèque :

  • – Les Arts populaires en Algérie, Alger, Gouvernement Général de l’Algérie, 6 tomes, 1950-1956 : 
  1. Les Techniques de tissage, 1950, 209 p., 65 fig., 9 pl. h. t. coté 4-631(1); 
  2. – Les Tapis algériens, 1953, 712 p., 181 fig. et cartes, coté 4-631(2) ;
  3. Les Tapis de l’Algérie orientale. Zone Centre et Sud, 1953,13 p., 116 pl. h.t. coté 4-631(3) ;
  4. Les Tapis de l’Algérie orientale. Zone Centre et Sud (suite), 1954, 34p., 120 pl. h.t. coté 4-631(4) ; 
  5. Les Tapis du Guergour, 1955, 19 p., 73 pl., coté 4-631(5) ;
  6. Les Tapis de Qal’a des Beni Rached, 1956, 25 p., 119 pl. h.t. coté 4-20503 ;

 

  • Les Tapis algériens, Alger, 1953, Public. Faculté des Lettres et Sciences humaines d’Alger, 712 p., 163 pl., 181 fig., (Thèse d’Etat) coté 4-20500 ; – Aspects de l’artisanat en Afrique du Nord, Paris, PUF, 1957, 235 p., 47 ill., coté 4-21918 ; 
  • Le Maghrib central à l’époque des Zirides. Recherches d’archéologie et d’histoire, Paris, AMG, 1957, 259 p., 23 ill., 20 pl. h.t. coté 4-20320 ;
  • La mosquée. Ses origines, sa morphologie, ses diverses fonctions, son rôle dans la vie musulmane, plus spécialement en Afrique du Nord, Alger, 1960, Institut d’Etudes Supérieures islamique, 153 p., 18 ill., coté 8-23887 à la médiathèque ; – en collaboration avec Georges Marçais, La Grande mosquée de Sfax, Tunis, public. Inst. d’Archéologie et d’Art de Tunis, 1960, 51 p., 25 ill., coté Coll. 405.203 ; 
  • Recherches archéologiques à la Qal’a des Banu Hammad (Algérie), Paris, Maisonneuve et Larose, 1965, 311 p., 310 fig., Ill pl. (Thèse secondaire) ;
  • Essai sur l’architecture religieuse musulmane, Paris, Klincksieck, 4 tomes : 
    1. Généralités, 1970, 282 p., 95 ill., coté 4-20387(1) ;
    2. L’Architecture religieuse des Umayyades de Syrie, 1971, 203p., 181 fig., 48 pl. h.t. coté 4-20387(2);  
    3. L’Architecture religieuse des “Grands abbassides”, la mosquée d’Ibn Tulun, l’architecture des Aghlabides, 1974, 327 , 108 fig., 27 pl. phot. coté 4-20387(3) ;
    4.  – L’Architecture religieuse hispano-musulmane, 1979, 322 p., 101 fig., 91 pl., coté 4-20387(4) ; 
  • en collaboration avec Derek Hill, Islamic Architecture in North Africa. A Photographic Survey, Londres, Faber and Faber, l67 p., 500 ill., coté 4-2813 ; —-
  • « Quelques aspects de l’architecture domestique en République arabe du Yémen », dans La Péninsule arabique d’aujourd’hui , t. II. Études par pays, Aix-en-Provence, 1982, p. 155-209, 11 pl., coté 8-15810(2) ;
  • en collaboration avec J. Thiriot et M. Zakariya, Les Potiers actuels de Fustat, Le Caire, IFAO (Bibliothèque d’Étude, LXXXIX), 1982, 97 p., 36 fig., 14 pl. ph. coté 4-20382 ; 
  • en collaboration avec Marie-Christine Fromont, Thulâ’, Architecture et urbanisme d’une cité de haute montagne en République arabe du Yémen, Paris, 1984, Éditions Recherches sur les Civilisations, 151 p., 132 pl. ph. ; coté 421817 ;
  • en collaboration avec Jacques Revault et Ali Amahan, Palais et demeures de Fès, Paris, Publications du CNRS, 3 volumes :
    1. Époques mérinide et saadienne, 1985, 240 p., 133 pl., 95 pl. phot. , 4 pl. couleur, coté 4-20295 ; 
    2. Époque Alawite, 1989, 171 p., 140 pl. ph. coté 4-3046 ;

              Ill –Époque ‘Alawite (XIXe -XXe s.), 1992, 401 p., 142 pl. dessins, 127 pl., 5 pl. couleurs, coté 4-20296 ; Palais et demeures d’Alger à la période ottomane, Aix-en-Provence, Edisud, 1988, 141 p., 30 pl. dessinées, 91 pl. phot. coté MUS 720 GOL ;

  • en collaboration avec A. Raymond et J.-L. Paillet, Fouilles de Balis-Merkéné, Balis II, Histoire de Balis et fouilles des îlots 1 et LL, Damas, 1995, 168 p., ill., coté Coll. 412-0151 ;
  • La Madrasa médiévale, Aix-en-Provence, Edisud, 333 p., 86 pl., 92 fig., 16. phot. coul. coté F-2095.

 

Illustration mise en avant : Lucien Golvin, à droite et son ami Jacques Revault, dans les années 80. Numérisation : médiathèque de la MMSH.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.