Fanny Colonna : les archives d’une passion algérienne

Après un premier stage au début de l’été 2019, la MMSH m’a accueilli une seconde fois entre novembre 2019 et janvier 2020. Je me suis occupé cette fois-ci de traiter une partie du fonds de Fanny Colonna, chercheuse du CNRS. Nouveau fonds, nouveaux horizons : loin de l’agitation des rues de Tunis captée par Jacques Revault, j’ai pu découvrir les montagnes des Aurès.

Fanny Colonna (1934-2015) est née dans un village des Hauts Plateaux algériens d’une famille de colons européens arrivée à la fin du XIXème siècle. Elle s’oriente dans sa jeunesse vers des études de sociologie à la faculté centrale d’Alger. En 1962, alors que la plupart des Européens d’Algérie quittent le pays sur le chemin de l’indépendance, Fanny Colonna et son mari font le choix original de rester et de prendre la nationalité algérienne. Affectée au laboratoire de préhistoire et d’anthropologie (CRAPE, aujourd’hui CNRPAH) d’Alger par son ancien directeur de mémoire Mouloud Mammeri, Fanny Colonna mène entre les années 1970 et 1980 ses premières enquêtes collectives  sur le terrain des Aurès. Elle partageait déjà avec cette région des liens affectifs très forts, et elle n’hésitait pas à en parler comme d’une « terre maternelle »1. L’attachement et la passion de Fanny Colonna pour sa patrie étaient en effet très vifs, et ceux qui l’ont connue n’hésitent pas à parler d’une « passion algérienne »2.

En 1990, lors de la création du département de Berbère à Tizi-Ouzou, elle y assume la direction des études et des enseignements de sociologie. Elle est cependant contrainte en 1993, comme de nombreux intellectuels algériens, à fuir l’Algérie pour la France à cause de la guerre civile algérienne (1991-2002). Elle rejoint alors le LAMES à la MMSH d’Aix-en-Provence. Son terrain de recherche se déplace alors quelques années en Égypte où, avec de jeunes collègues algériens, elle entreprend  une ethnographie Sud/Sud de la province égyptienne. Elle retourne cependant dans les Aurès à la fin des troubles en Algérie. Elle n’aura eu de cesse d’avoir un pied de chaque côté de la Méditerranée, son activité constamment à cheval entre des structures universitaires algériennes et françaises. 

Fanny Colonna en plein entretien avec son magnétoscope dans une boutique d’Oued Taga, anciennement Bouhmar, dans les Aurès. 2006
(Cote : FC_CD_05)

Sa vie comme ses recherches trace ainsi un trait d’union entre la France et l’Algérie. Dans les Aurès en effet, elle s’est beaucoup intéressée aux Européens d’Algérie comme Jean-Baptiste Capeletti, meunier aurésien d’origine italienne, auquel elle dédia une étude dans une partie de son ouvrage Le meunier, les moines et le bandit (2009). Ses études aurésiennes la mèneront également en France. En Lorraine par exemple, où elle identifie la diaspora chaouie qui s’y était implantée, mais surtout en Corse où, pendant la colonisation, les « dissidents politiques indigènes » étaient déportés au bagne de Calvi. Cette dernière étude débouchera sur une  publication posthume, La vie ailleurs : des Arabes en Corse à la fin du XIXe siècle (2015).

Son sujet de prédilection fut cependant celui des formes de savoirs, notamment oraux, et les figures qui les incarnent : enseignants de l’administration coloniale, oulémas ou « savants paysans ». Cette thématique a été à l’origine de sa thèse de troisième cycle, puis des publications comme les Savants paysans : éléments d’histoire sociale sur l’Algérie rurale (1987) ou Les versets de l’invincibilité : permanence et changements religieux dans l’Algérie contemporaine (1995).

Le fonds légué par les enfants de Fanny Colonna à la médiathèque en 2015 permet une vue d’ensemble sur cette activité scientifique. Ces archives ont été constituées par Fanny Colonna au fil de ses enquêtes, de ses entretiens, de ses questionnements et de ses échanges depuis son DES de 1967. Ses archives incluent ses carnets de terrain,  l’ensemble de sa production universitaire, sa correspondance avec ses étudiants,  les colloques et séminaires, sa documentation et constituent un filon de documentation et de sources pour quiconque s’intéresse aux mêmes thématiques que cette prolifique chercheuse.

Échantillon de carnets de terrain produits par Fanny Colonna, consultables sur rendez-vous à l’iconothèque de la médiathèque.

Le catalogue des séries concernant l’Aurès et le bagne de Calvi que j’ai traitées sera prochainement consultable sur la plateforme de ressources archivistiques méditerranéennes Archimède de la médiathèque. L’indexation réalisée permettra ainsi d’interroger la base de données sur des thématiques ou des espaces précis. Aujourd’hui, le reste du fonds, classé depuis 2016,  est en cours de traitement. En attendant, il est possible de prendre rendez-vous à la médiathèque pour en prendre connaissance et  le consulter.

Vue d’une vallée aurésienne, sans doute proche de l’Oued Taga, 2006
(Cote : FC_CD_05)

 Crédits photographiques :

  • Image à la une prise par Khadidja. Photographie de 2006 prise dans les Aurès et consultable en FC_CD_03 sur rendez-vous à la médiathèque.

Bibliographie :

La vie ailleurs : des Arabes en Corse à la fin du XIXe siècle : récit / Fanny Colonna ; préface de Loïc Le Pape, 2015
Traces, désir de savoir et volonté d’être : l’après-colonie au Maghreb / textes réunis par Fanny Colonna et Loïc Le pape, 2010
Le meunier, les moines et le bandit : des vies quotidiennes dans l’Aurès, Algérie du XXe siècle : récits / Fanny Colonna, 2009
Récits de la province égyptienne : une ethnographie Sud-Sud / Fanny Colonna, 2004
Les versets de l’invincibilité : permanence et changements religieux dans l’Algérie contemporaine / Fanny Colonna, 1995
Aurès, Algérie 1954 : les fruits verts d’une révolution / sous la dir. de Fanny Colonna, 1994
Être marginal au Maghreb / Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman ; textes réunis par Fanny Colonna ; avec Zakya Daoud, 1993
Timimoun, une civilisation citadine / Fanny Colonna ; photogr. de Ali Hefied ; trad. en arabe de Saïd Derradji, 1989
Aurès, Algérie : 1935-1936 / photogr. de Thérèse Rivière… Elle a passé tant d’heures / par Fanny Colonna, 1987
Savants paysans : éléments d’histoire sociale sur l’Algérie rurale / par Fanny Colonna, 1987
Formation des cités chez les populations sédentaires de l’Algérie : Kabyles du Djurdjura, Chaouïa de l’Aourâs, Beni Mezâb / Émile Masqueray, présentation par Fanny Colonna, 1983. Réédition.

  1. FC_46_02 ; « Entretien avec Fanny Colonna : « L’Aurès a été pour moi une terre maternelle » », le soir des livres, Algeria News, samedi 20 novembre 2010 ; en ligne, imprimé le 26/08/2014
    https://www.lesoirdalgerie.com/article/2010/11/20/article.php?sid=108886&cid=31 [plus disponible, mais accessible sur https://www.vitaminedz.com/entretien-avec-fanny-colonna-l-aures-a/Articles_0_1880322_0_1.html ou directement à l’iconothèque de la médiathèque] []
  2. https://iremam.hypotheses.org/5562 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search