Archives de l’auteur : Marie-Pierre Oulié

XIe colloque international : « Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord »

 Affiche_web

« Sauvage, domestique ou commensal, acteur de l’économie ou figure symbolique dans les récits ou l’iconographie, l’animal tient une place essentielle dans les sociétés humaines. Bien que de nombreux travaux aient exploré différents aspects de cette relation complexe dans l’espace maghrébin, aucune réunion diachronique, de la Préhistoire au Moyen-Âge, n’a permis de faire le point des travaux récents et de tracer les perspectives de recherche futures.

C’est l’objet de ce colloque, qui s’inscrit dans une perspective résolument diachronique et multidisciplinaire pour confronter les approches développées en Archéologie et en Histoire. Afin de favoriser échanges et débats, la réunion sera organisée autour de trois grandes thématiques conçues pour permettre l’expression de toutes les démarches scientifiques sans les enfermer dans un cadre chronologique et historique trop étroit :

A. L’animal utile : une ressource, des utilisations, des systèmes économiques ;
B. L’animal dans la nature : entre cohabitations et représentations ;
C. L’animal en représentation : symboles, iconographies, croyances. »

 Lieux :

Musée d’Histoire de la Ville de Marseille : Square Belsunce, 2 rue Henri Barbusse, Marseille 1er
Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM, Marseille), Esplanade du J4, Marseille 2e
Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence), 5 rue du Château de l’Horloge.

Organisé par :

Le Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique (LAMPEA),
Le Centre Camille Jullian. Histoire et Archéologie de la Méditerranée et de l’Afrique du Nord (CCJ)
L’Institut de recherche sur l’architecture antique (IRAA)
Le Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée (LA3M)
L’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM)
et la Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (SEMPAM)

Avec la collaboration de :

Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence), Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM, Marseille), Musée d’Histoire de Marseille.

Avec le soutien de :

LabexMed, Aix-Marseille Université, CNRS, Région Provence Alpes Côte d’Azur, Ecole Pratique des Hautes Etudes (Paris), Fondation Khôra (Institut de France, Paris), SEMPAM.

Comité scientifique :

Aomar Akerraz (INSAP, Rabat), Nabiha Aouadi-Abdeljaouad (INP, Tunis – Musée national des arts islamiques de Raqqada), Maxence Bailly (AMU – LAMPEA, Aix-en-Provence), Barbara Barich (Università « La Sapienza », Rome), Azedine Beschaouch (de l’Institut), Mounir Bouchenaki (UNESCO – CNRA, Alger), Youssef Bokbot (INSAP, Rabat), François Déroche (de l’Institut, président de la SEMPAM), Jehan Desanges (de l’Institut), Pierre Gros (de l’Institut), Slimane Hachi (CNRPAH, Alger), Mohamed Hassan (Université de Tunis), David Mattingly (Université de Leicester), Jorge Onrubia Pintado (Université de Castilla-La Mancha), Bruno Pottier (AMU – CCJ, Aix-en-Provence).

Comité d’organisation :

Véronique Blanc-Bijon (CCJ), Jean-Pierre Bracco (LAMPEA), Marie-Brigitte Carre (CCJ), Salem Chaker (IREMAM), François Déroche (de l’Institut, président de la SEMPAM), Xavier Lafon (IRAA), Mohamed Ouerfelli (LA3M).

Site du colloque : http://sempam.sciencesconf.org/ et programme ici.

Parution du n°75 de la revue Arabesques : « L’été de nos 20 ans. L’Abes, création, évolution et perspectives ».

« Dans la continuité de la frise chronologique présentée lors des dernières Journées ABES, le numéro 75 de la revue Arabesques fête à sa façon les 20 ans de l’ABES en consacrant son dossier à des articles consacrés à l’histoire et aux évolutions de l’Agence depuis sa création. A lire également dans ce numéro : « L’Abes a 20 ans : points et contrepoints« , texte intégral de l’intervention incisive de Fabrice Piault, rédacteur en chef adjoint de Livres-Hebdo et grand témoin lors des dernières Journées. » (Fil Abes du 07/07/2014). Enfin, pages 12 et 13, des nouvelles du SGBM (système de gestion de bibliothèque mutualisé).

« Le Maghreb des livres 2014 : 20 ans déjà ! »

affiche-mdl2014-1000px_320

Le Maghreb des livres se tiendra à Paris les 8 et 9 février 2014. Il mettra à l’honneur les publications touchant l’ensemble du Grand Maghreb (Libye et Mauritanie incluses). Une grande librairie présentera les ouvrages édités en 2013 en France et au Maghreb, essentiellement en langue française mais aussi en arabe ou en tamazight (berbère).

Plus de plus de 120 auteurs y participeront :  Tahar BEN JELLOUN, Maïssa BEY, Faouzia CHARFI, Eric FOTTORINO, Abdellatif LÂABI, Sabri LOUATAH, Albert MEMMI, Karim MISKÉ, Serge MOATI, Boualem SANSAL, Abdelhak SERHANE, Benjamin STORA  mais aussi de nombreux jeunes talents de l’écriture française et maghrébine. Vous trouverez ici le catalogue des auteurs invités et de leurs ouvrages.

Le Maghreb des livres c’est aussi des tables-rondes, des rencontres, des entretiens, des lectures, des cafés littéraires, un espace jeunesse, des expositions de peintures, de photographies et de B.D…

A noter également, un espace revues avec :

-3 revues maghrébines : Naqd (Algérie), Zamane (Maroc), Ibla (Tunisie)

-13 revues françaises: Africultures, Algérie littérature action, L’Année du Maghreb, Confluences Méditerranée, Ecarts d’idendité, Etoiles d’encre, Expressions maghrébines, Horizons maghrébins, Hommes & Migrations, Migrance, Rukh. Les revues Aouras et Awal seront présentes le dimanche 9 seulement.

-4 revues et magazines partenaires : Alger Paris, Au nom de la mémoire, Le Courrier de l’Atlas, Qantara (au stand IMA -Institut du Monde Arabe- de l’espace jeunesse)

-Les bibliothèques municipales de Paris (Couronnes et Goutte-d’Or)

 Le programme détaillé du Maghreb des livres 2014  est téléchargeable ici.

 

 

Parution du n°73 de la revue Arabesques

Arabesques73_vignette_page_editoriale

Dossier : « Semer, essaimer. La valorisation des données de la recherche ».

Extrait du sommaire du n.73 : « Thème de nombreuses journées d’étude et de publications en 2013, les données de la recherche sont désormais un terreau en fertilisation tant pour les chercheurs, les informaticiens que pour les bibliothécaires coiffés d’une nouvelle casquette, celle de data librarian. 

En ouvrant ce dossier par ce qui fut le thème de la journée d’étude du dernier congrès de l’ADBU et en le refermant sur les journées Frédoc, organisées par le réseau Rénatis, nous avons voulu souligner les nombreuses réflexions et interrogations qu’elles suscitent. En donnant la parole à des acteurs politiques, des chercheurs, des bibliothécaires, des professionnels de l’information scientifique et technique et des spécialistes de l’archivage, nous avons souhaité témoigner des convergences nécessaires dans un domaine encore en pleine construction et inscrit dans la droite ligne de la Déclaration de Berlin sur le libre accès à la connaissance de 2003. Mutualiser pour mieux partager, tel est le défi lancé pour cette nouvelle année que nous vous souhaitons riche et fructueuse. »

 

 

Parution du n.72 de la revue Arabesques

 

                                                        Dossier : « De quels droits ? Ressources numériques et cadre juridique »: ce numéro 72 fait le point sur la complexité du cadre juridique au regard des différents types de ressources numériques mises à disposition par les bibliothèques. 

A lire également : « Pleins feux sur la bibliothèque de l’Institut du monde arabe en mutation » (par Jalila Bouhalfaya Guelmami, chef du département médiathèque de l’Ima) qui retrace le grand chantier de modernisation de la bibliothèque de l’Institut du monde arabe.

  

 

1/Réunion GIS « Moyen-Orient et mondes musulmans” : le nouveau catalogue de l’Idéo et le projet des 200.

Par Bérengère Clément et Marie-Pierre Oulié.

Le Groupement d’intérêt scientifique (GIS) du CNRS “Moyen-Orient et mondes musulmans” invitait à une journée de réflexion et d’échange sur les bibliothèques arabisantes ou ayant un fond arabisant en France et dans les Unités mixtes des instituts de recherche français à l’étranger  (UMIFRE) concernées. Cette journée s’est déroulée le 3 septembre 2013, à l’Institut des études sur l’islam et les mondes musulmans (IISMM-EHESS) qui est l’un des premiers instituts dont les missions rejoignent celles du GIS.

La matinée a été consacrée à la présentation par Jean Druel du catalogue de l’Institut dominicain d’études orientales Idéo (dont les arabisants et islamisants connaissent le caractère extrêmement utile), de sa nouvelle version (al-Kindi version 4) et du Projet des 200 lié à celle-ci.

 SET_32569

 

 

Rappels:

  •  La bibliothèque de l’Idéo :
  •  Fonds de 155 000 ouvrages, dont près de 1800 titres de périodiques spécialisés.
  •  55 000 textes arabes anciens (dix premiers siècles de l’hégire).
  •  Publication de la revue Midéo tous les deux ans. « Chaque livraison, de 500 pages environ, comprend un bulletin critique des éditions de textes arabes, apprécié de la communauté scientifique » (par l’Idéo : http://www.ideo-cairo.org/spip.php?rubrique26&lang=fr).
  • Le public de la bibliothèque est composé d’Égyptiens et d’étrangers, essentiellement arabes, venant de  la Cité étudiante d’al-Azhar, toute proche du couvent. Jean Druel rappelle l’existence des autres bibliothèques présentes au Caire ou en Égypte (CEDEJ, IFAO, IRD, Institut d’archéologie copte etc… et bien sûr les bibliothèques égyptiennes Dâr al-kutub et al-Azhar).
  • La politique d’acquisition de l’Idéo : acquérir les ouvrages écrits en arabe (toutes éditions) durant les dix premiers siècles de l’hégire. J. Druel prend l’exemple de la Foire de 2012 : lors de cette 43e Foire du Livre, exceptionnelle parce qu’elle « rattrapait » celle de 2011 annulée pour cause de révolution, l’Idéo a acheté plus de 1378 titres (dont 744 textes anciens) pour plus de 12 500 euros d’achats. A chaque foire, le documentaliste fait le tour de tous les éditeurs, avec l’aide de spécialistes de textes anciens, comme Ahmed Chleilat, qui repèrent les titres intéressants, puis vérification immédiate – via Internet – dans le catalogue de l’Idéo, enfin achat, envoi à l’Idéo et catalogage le jour même !  

logo

Le catalogue en ligne al-Kindi (version 3) actuel est en quatre langues (français, anglais, russe et arabe), l’ interrogation est possible par maison d’édition, auteurs, dépouillement (revues indexées article par article) etc…Il faut attirer l’attention sur l’outil « Onomastique » qui permet de trouver un auteur par l’ism, le laqab, la nisba, la šuhra, en croisant cette information avec les dates de naissance ou de mort par exemple.

La version 4 du catalogue Al-Kindi utilisera les FRBR :  en cherchant un ouvrage sur Al-Kindi v.4, les lecteurs auront aussitôt accès à une constellation d’autres ouvrages qui se rattachent directement à lui, ce qui devrait mettre en lumière le cadre intellectuel dans lequel il s’inscrit. Le projet al-Kindi v. 4  va non seulement faciliter la recherche d’ouvrages dans un fonds multilingue, en améliorant les procédés déjà mis en place dans la v.3 d’Al-Kindi, mais il permettra en outre de visualiser, dans une interface logicielle novatrice, le contexte dans lequel ont été écrits les livres du fonds. L’application de nouvelles normes internationales de catalogage (FRBR) rend possible cette contextualisation du turâth parce que ces normes distinguent dans un corpus littéraire chaque œuvre initiale de ses différentes manifestations (traductions, réécritures etc.), et parce qu’elles inscrivent ces relations de filiation entre les ouvrages dans la structure même du catalogue.

Avec les FRBR, on indexe les œuvres elles-mêmes, avec une arborescence pyramidale qui permet d’accéder aux éditions, adaptations, traductions etc. Cela permet de comprendre les liens théoriques, intellectuels, généalogiques  entre plusieurs œuvres. Les RDA (application pratique du modèle des FRBR) dénombrent ainsi 75 types de liens réciproques entre les œuvres.

On comprend bien sûr l’intérêt de l’application de ce modèle de catalogage pour la culture arabe, puisque cela permet d’identifier d’autant plus facilement les réfutations, commentaires, gloses, « ce qui précède » ou au contraire « fait suite à ». On peut aussi choisir de cataloguer comme le fait al-Kindi 4, les œuvres perdues ou non présentes dans la bibliothèque.

Le Projet des 200  : il est lié à un projet de recherche financé par l’Union européenne (dit Projet des 200) qui consiste en l’étude approfondie (en trois ans) des œuvres de 200 auteurs du turâth, le patrimoine arabo-musulman du premier millénaire de l’islam, afin de dresser pour chaque auteur un tableau de son environnement intellectuel, en établissant notamment les relations entre ses travaux et ceux des autres auteurs du turâth. C’est le développement du projet al-Kindi v.4 qui rend cela possible puisque les nouvelles normes de catalogage  permettent d’intégrer dans le catalogue de la bibliothèque ce jeu de relations complexes.

 

artisana_57_20 

Crédits photographiques : Ziad Alset

 

 

 

« Contribution à une bibliographie de Mohammed Arkoun »

 

A lire dans le dernier numéro d’Arabica (Vol.60, n.5 de 2013) : « Contribution à une bibliographie de Mohammed Arkoun » par Olivier Dubois, bibliothécaire au sein de notre médiathèque.

Fondée en 1954 par Évariste Lévi-Provençal en tant qu’organe des arabisants français, Arabica est aujourd’hui une revue scientifique pluridisciplinaire, avec comité de lecture international représentant les divers domaines de recherche. Consacrée aux langues, littératures, histoires, systèmes de pensée et civilisations du monde arabophone aussi bien classique que contemporain, elle est aussi ouverte au domaine général de l’Islam et à l’étude des relations entre cultures arabes et autres cultures au cours de l’histoire. Arabica participe activement au renouvellement des approches et des problématiques dans le champ des études arabes et islamiques. Elle publie, prioritairement en français ou en anglais, en plus d’articles de recherche originaux, des « notes et documents », un « bulletin critique » et, occasionnellement, elle ouvre une rubrique intitulée « méthodes et débats ». Des numéros spéciaux peuvent être consacrés à un ensemble de contributions traitant d’un domaine particulier ou reprenant des actes de colloques1.

A noter, la fondation Mohamed Arkoun  qui héberge de nombreux enregistrements audio et vidéo : conférences, interviews, émissions radio et télé, cours à la Sorbonne ou ailleurs.

  1. par Heidi Toelle, http://www.brill.com/arabica []

23 ème Salon de la Revue : les vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13 octobre 2013.

  

Le Salon de la revue a été créé en 1990 par l’association Ent’revues (dont le site recense, entre autres, les coordonnées de 2363 revues culturelles francophones dont 289 revues électroniques). Plusieurs centaines de revues sont présentes au salon : on y trouve des revues de création littéraire et artistique ainsi que des revues spécialisées en sciences humaines bien connues de notre public comme Awal, L’ Année du Maghreb, les Cahiers de la Méditerranée, L’ Homme, Techniques & culture etc…mais aussi un nombre significatif de revues étrangères dont, cette année, Algérie Littérature Action et Insaniyat. Le salon accueille également revues.org et openedition

 A noter, hors cadre, en aval et en amont, deux rencontres à Ent’revues :

– 3 octobre, Hommage à Taos Amrouche (1913-1976) par la revue Algérie Littérature/Action. Première romancière algérienne, elle porta aussi bien la langue française que le patrimoine oral kabyle. 

– 24 octobre : les 30 ans de Terrain qu’elle fête avec un numéro « Rires»1.

 

 

  1. par Ent’revues : http://www.entrevues.org/pdf/ENBREF13.pdf []

Bilan de la rencontre annuelle du Sudoc-PS 66 PACA/AMU

Mardi 25 juin se tenait la rencontre annuelle du SUDOC-PS 66 Paca/Académie d’Aix-Marseille (le Système Universitaire de DOCumentation pour les Publications en Série est un sous-ensemble du Sudoc dédié au signalement des collections de périodiques, collections d’au moins deux ans pour ce qui concerne la médiathèque).

Le programme de cette rencontre portait sur :

– Le Service Commun de Documentation et le réseau des bibliothèques de l’Université d’Aix-Marseille (par Dominique Jacobi, directrice adjointe du SCD de l’Université d’Aix-Marseille).

L’ABES et le réseau Sudoc-PS (par Françoise Berthomier, coordinatrice Pôle Gestion réseaux ABES).

– Le projet de système de gestion de bibliothèque mutualisé (SGBM)  (par Faïza Mokhtari, coordinatrice Sudoc/Université d’Aix-Marseille).

– Le Centre Régional 66 PACA : bilan, objectifs, nouveaux outils (par Catherine Cassan-Touil, responsable du CR66).

 

 

– Le Service Commun de Documentation et le réseau des bibliothèques de l’Université d’Aix-Marseille :

Madame Jacobi présente l’enquête sur le SCD et le réseau des bibliothèques de l’Université d’Aix-Marseille suite à la fusion des trois universités : lancée début 2013, cette enquête a fait l’objet d’un rapport qui sera mis en ligne à la rentrée sur le site du SCD AMU. En résumé, Le SCD est reconnu comme unique opérateur de la mission documentaire de l’Université. Il préconise la mise en place d’un réseau documentaire AMU et d’un cadre pour fixer les relations entre le SCD et les bibliothèques au sein de ce réseau.

 

L’ABES et le réseau Sudoc-PS :

Madame Berthomier rappelle les missions de l’ABES (recenser et localiser les fonds documentaires des bibliothèques de l’enseignement supérieur, coordonner le traitement documentaire, normaliser le catalogage et l’indexation, enfin, acquérir des ressources numériques pour l’enseignement supérieur et la recherche) et son projet en 8 axes : consolider les services et les réseaux, faire évoluer les catalogues, être partenaire Hub des métadonnées (« Dans le cadre du hub de métadonnées, l’ABES offrira le  service suivant à tous les établissements : redistribution dans n’importe quel format des métadonnées enrichies récupérées dans n’importe quel format auprès des éditeurs. Outre la conversion de format, l’ABES apportera une plus-value aux métadonnées en termes de structuration, de richesse et d’interconnexion de l’information avec d’autres bases ». A lire dans le rapport d’activités 2012 sur le site de l’ABES), étendre le rôle de l’ABES dans le système universitaire, signaler les ressources des universités, développer l’achat de ressources numériques, proposer aux établissements un SGBM et mettre la gouvernance et le pilotage de l’ABES en cohérence avec le développement de ses missions.

Le Sudoc-PS :

Le Sudoc  est constitué de deux réseaux : le Sudoc qui signale l’ensemble des documents (157 établissements, 1400 bibliothèques) et le Sudoc-PS qui signale les ressources continues (32 centres régionaux, 3400 bibliothèques dont 1400 bibliothèques environ déployées dans le Sudoc relevant du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, tandis que 2000 autres sont des bibliothèques non déployées, liées par convention à l’établissement ayant mission de Centre Régional).

Les missions des centres régionaux sont : produire, expertiser et assurer le contrôle catalographique, centraliser les bordereaux (demandes ISSN) et  animer le réseau. Pourquoi entrer dans le Sudoc ? Il permet une visibilité nationale, il signale et localise  des collections de revues dans tous les types de bibliothèques et constitue  un réseau d’experts dans le signalement des ressources.

Les autres services de l’ABES pour le réseau Sudoc-PS

L’ABES  soutient les plans de conservation partagée (PCP) sur le plan national avec le CTLES (Centre Technique du Livre de l’Enseignement Supérieur), il a mis en place des conventions sur les objectifs entre l’ABES et les centres régionaux.

Les nouveaux outils :  Les licences nationales  permettent de négocier et d’acquérir les archives électroniques des éditeurs Springer, EEBO et  Classiques Garnier. Pour en savoir plus : « Accès des bibliothèques publiques aux ressources acquises en licence nationale ».

Les autres sites de l’ABES : http://m.abes.fr/Acces-direct-a/Tous-les-blogs.

Et tous les autres produits et services de l’ABES : catalogues et services en ligne pour professionnels.

 

-Le projet de système de gestion de bibliothèque mutualisé (SGBM) ou SGB :

a- Etat du projet : pourquoi un SGB ?

  • Il existe de multiples SIGB locaux, leurs coûts d’acquisition et de maintenance restent élevés.
  • Il permettrait de réaliser une économie d’échelle.
  • Il signalerait les ressources électroniques (le SUDOC ayant atteint ses limites).
  • Il serait ainsi mis en place un outil mutualisé et qui recenserait tout type de documents.

b- Caractéristiques d’un SGBM :

  • Il serait inclus dans le « Cloud » (service virtuel) via un abonnement (http://mediatec.hypotheses.org/?p=2416, « Le Cloud computing, késako ? » dans la revue Arabesques n.70 de 2013).
  • Il regrouperait  les principaux logiciels documentaires (SIGB, base de connaissance, résolveur de liens, ERMS, outil de découverte) en une plate-forme de services de bibliothèque.
  • Il fournirait un vaste ensemble de métadonnées internationales et pas seulement un service de gestion informatique.
  • L’ABES accompagnerait le transfert du SUDOC vers le SGBM.

A l’étranger, ce type de projet existe aux Etats-Unis, en Belgique et en Catalogne (OCLC, Exlibris). L’ABES  a eu trois réponses de fournisseurs : OCLC, Exlibris, Serial Solution.

c-Trois scénarios :

  • 1/ Faire migrer le catalogue du SUDOC et le plus grand nombre de bibliothèques du réseau vers un SGB commun.
  • 2/Si le SGB commun s’avère incapable de gérer le catalogue SUDOC, maintenir un service de catalogue national commun aux différents SIGB.
  • 3/Le réseau SUDOC labellise d’emblée plusieurs SGB autour d’un service de catalogage commun.

Une enquête a été menée mais très peu d’établissements ont répondu. L’ABES a opté pour le scénario 2 (avec une étude complémentaire de 6 mois pour se concentrer sur tous les aspects). Fin 2013, l’ABES aura constitué un groupe pilote, une équipe projet, il aura rédigé un cahier des charges et lancera le marché.  En savoir plus ici.

Impacts généraux :

  • Mettre en place un outil plus simple et plus performant.
  • Gérer et signaler les ressources électroniques.
  • Réduire l’écart entre données nationales et données locales, mutualiser ces dernières.

Impacts pour les établissements :

  • Formation des personnels d’encadrement qui doivent préparer leurs établissements  à  la mutation des catalogues.
  • Formation FRBR, catalogage RDA (même si UNIMARC continuera).
  • Réorganisation et évolutions des métiers.

Impacts pour l’ABES :

  • Cadre de catalogage international.
  • Mission de gestion et de développement des systèmes informatiques.

Les questions :

  • Actuellement l’offre de produits reste insuffisante.
  • Risque d’éclatement du SUDOC (offre trop large).
  • Coûts.

Pour en savoir plus : « Le SGB Mutualisé au carrefour des chemins »- SlideShare. Présentation par Jean Bernon (chargé de mission SGBM à l’ABES) – Journées ABES 2013.

Et dans le n.71 de 2013 de la revue Arabesques (éditorial de Raymond Bérard, directeur de l’ABES).

 

 

-Le Centre Régional 66 PACA : bilan, objectifs, nouveaux outils :

  • Le CR 66 PACA englobe les départements 04, 05, 13, 84, 97, 98 et le SCD de l’université d’Aix-Marseille.
  • Il est le 3ème centre régional pour le nombre de notices localisées et d’UNICA (notices bibliographiques où un seul établissement du réseau Sudoc est localisé).

Typologie du CR :

  • 103 bibliothèques déployées (essentiellement des bibliothèques universitaires qui signalent tous leurs documents dans le Sudoc).
  • 6 SCD.
  • 3 bibliothèques de recherche.
  • 90 bibliothèques non déployées (en général non universitaires : bibliothèques municipales, bibliothèques privées, centres d’archives, etc. signalant uniquement leurs publications en série, périodiques, collections).

Objectifs 2011-2014 :

  • Inventaire des fonds patrimoniaux de la région (à jour aujourd’hui).
  • Numérisation : signalement, demande de numérotation ISSN des publications concernées par un plan de numérisation (ces plans sont signalés dans NUMES).
  • Valorisation du pôle Méditerranée (avec notamment le versement de la bibliothèque des ANOM).
  • Elargissement de la couverture documentaire régionale avec le signalement de fonds de grands musées de la région, le signalement de domaines sous représentés (religieux, musicaux…).
  • Renforcement de la participation aux plans de conservation partagée (PCP PACA, PCP sciences de l’AMU).
  • Réflexion sur la participation des territoires d’Outre-mer dans le CR.
  • Animer, communiquer (rencontre professionnelle annuelle, mise en ligne sur le portail du SCD d’une page spécifique d’informations sur le CR 66).

Nouvelles applications :

Périscope, nouvel outil pour les PCP, il permet de mieux voir, de comparer les états de collections et les lacunes. Instrument de signalisation, pas de modifications possibles. Sauvegarde de ses requêtes.

Colodus est une application web professionnelle qui permet la gestion des exemplaires de notices bibliographiques du Sudoc (création, modification, suppression). Il ne nécessite pas de licence, il est accessible avec un login. Les formulaires d’édition sont plus ergonomiques et le catalogage se fait en mode expert.

 

 

 

Deux nouveaux périodiques sur revues.org

Hommes & migrations est la plus ancienne des revues de sciences sociales spécialisée sur les faits migratoires et leurs conséquences 1.

 

 Sa parution débute en 1950, sous le titre « ESNA » (Etudes Sociales nord-africaines) pour devenir en 1951, « Documents nord-africains ». En 1965, elle change encore de titre pour « Hommes et migrations. Documents » et ce jusqu’en 1986. Enfin, à partir de 1987, elle est publiée sous le titre « Hommes & migrations » (depuis 2006, elle est éditée par la Cité Nationale de l’Histoire de l’Immigration tous les trimestres).
De 2009 à 2010, les numéros sont accessibles en texte intégral sur revues.org.
De 2011 à 2013, les articles  sont disponibles en texte intégral via abonnement/accès payant sur le portail Cairn.
Connaître les états de collections à la médiathèque sous les différents titres :
 – ESNA
Documents nord-africains
Hommes et migrations. Documents
Hommes & migrations
Et, en savoir plus sur Hommes & migrations.
 
La revue  Géographie et cultures paraît depuis vingt ans, elle étudie la géographie culturelle, en centrant le propos sur le « tournant culturel » et plus largement les cultural studies2.
Elle est publiée quatre fois par an par l’Association Géographie et cultures et est indexée dans les banques de données Pascal-Francis, GeoAbstract et Sociological Abstract.
Les numéros sont en texte intégral sur revues.org de 2008 à 2012.
Connaître son état de collection à la médiathèque.
 
  1. Par Marie Poinsot, rédactrice en chef sur le site de la revue Hommes & migrations : http://www.hommes-et-migrations.fr/index.php?id=5276 []
  2. Présentation de la revue sur le site revues.org : http://gc.revues.org/ []

Un nouvel abonnement à la revue « Romani studies » et un aperçu du fonds « Études tsiganes » à la médiathèque

Série 5, Volume 23, n.1 juin 2013

Romani studies (Études tsiganes) est une revue internationale publiée en anglais, deux fois par an. C’est la suite du Journal of the Gypsy Lore Society (1888-1999), dont on trouvera à Aix des collections partielles notamment à la Méjanes (1907-1927) et à la BU de lettres (1964-1978). Une collection couvrant les années 1951-1966 doit rejoindre le fonds de la médiathèque d’ici peu.

Ce périodique interdisciplinaire (anthropologie, art, folklore et musique, histoire, linguistique, littérature, sociologie) propose des articles sur les Tsiganes et autres groupes itinérants (désignés par d’autres mots : Gitans, Ludar, Roms, Manouches, Romanichels, Bohémiens, Sintis). La revue publie aussi des comptes rendus de revues papier et électroniques. Elle est référencée ou indexée aux États-Unis sur de nombreux sites dont Anthropological Index Online. Elle existe aussi sous forme de revue électronique payante.

Ce périodique vient enrichir le fonds « Études tsiganes » disponible à la médiathèque.

 

Grand week-end d’ouverture du MUCEM du 7 au 9 juin 2013

Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée est ouvert gratuitement au public du 7 au 9 juin 2013.

A noter, l’inauguration de la  Librairie Maupetit – Actes Sud au sein du MUCEM avec deux lieux : une librairie au J4 et une autre au Fort Saint-Jean (15.000 références autour des thèmes de la Méditerranée en littérature, beaux-arts, histoire, sciences humaines, jeunesse et tourisme principalement). En savoir plus ici.

Crédits photograhiques : « MUCEM » par Fif’ et « sans titre » par Ludovic (http://flickrcc.bluemountains.net, Creative commons licensed).

Parution du numéro 70 de la revue Arabesques : « 1, 2, 3 Nuage ! Le système de gestion de bibliothèque mutualisé »

 

 

 

Avec notamment, dans ce numéro,  un dossier sur la mise en oeuvre du système de gestion de bibliothèque mutualisé (SGBM).

Le blog de l’ABES (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur) dédié au projet de SGB mutualisé est consultable ici.

Vous pouvez également trouver l’étude d’impact du projet SGBM sur le site web de l’ABES dans Fil ABES ainsi que cet article dans le bulletin des bibliothèques de France ( n.5 de 2012) écrit par Jean Bernon, chargé de mission Abes pour le SGB mutualisé.

Arabian humanities en ligne sur Revues.org

Arabian Humanities est une revue internationale d’archéologie et de sciences sociales sur la péninsule Arabique.

« Arabian Humanities s’inscrit dans la continuité des Chroniques yéménites, revue de valorisation des travaux menés au Centre Français d’Archéologie et de Sciences sociales de Sanaa (CEFAS) entre 1993 et 2013. Tout en garantissant l’accès aux numéros des Chroniques yéménites, elle en élargit le champ de compétence à l’ensemble de la péninsule Arabique, et se tourne résolument vers l’international.

Arabian Humanities est une revue à comité de lecture, multilingue (articles édités et publiés en français, anglais et arabe), qui couvre, à un rythme biannuel, l’ensemble des domaines des sciences humaines allant de la préhistoire jusqu’aux sociétés actuelles.

Construit autour d’un dossier thématique, chaque numéro comprend également des varia et des comptes rendus de lecture sur les publications les plus récentes portant sur la péninsule Arabique et paraissant en langues européennes et arabe. »

Le n.1 de 2013 porte sur les « Transformations dans le genre en péninsule Arabique/Gender Transformations in the Arabian Peninsula ».

Rédactrice en chef : Juliette Honvault, chercheure CNRS, IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le Monde Arabe et Musulman, Aix-en-Provence)

Crédits photographiques : Charles Fred, « Yemen – Imam’s Palace, Wadi Daar (http://flickrcc.bluemountains.net, Creative commons licensed).