Archives de catégorie : Hommage

Catalogue des travaux universitaires déposés par Michel Vovelle

L’historien Michel Vovelle est décédé le 6 octobre 2018.

La médiathèque de la MMSH conserve plus de 650 travaux universitaires (mémoires et thèses) déposés par Michel Vovelle. On trouvera le catalogue de ces documents sur notre site  : http://www.mmsh.univ-aix.fr/mediatheque/Pages/bibliotheque.aspx

Ci-dessous le texte rédigé par Bernard Cousin à propos de Michel Vovelle :

« Michel Vovelle est décédé à Aix le 6 octobre 2018, à l’âge de 85 ans. Agrégé d’histoire, ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, où il avait également été caïman, Michel Vovelle a fait l’essentiel de sa carrière à l’Université de Provence. En 1971, sa thèse de doctorat d’état  » Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle « , étudie les mentalités des Provençaux face à la mort, à travers l’analyse de milliers de testaments. Son enseignement comme ses recherches se situent aux confins de l’histoire sociale et des mentalités, mobilisant les sources les plus diverses, et notamment les images avec l’étude des retables des âmes du purgatoire. En 1975 il fonde à Aix, avec Philippe Joutard, le Centre méridional d’histoire qui sera une des équipes de recherche, vingt ans plus tard, à l’origine de l’UMR Telemme. Puis Michel Vovelle succède à Albert Soboul à la chaire d’histoire de la Révolution française, à Paris 1 Sorbonne. C’est l’époque du bicentenaire de la Révolution de 1789 où Michel Vovelle va œuvrer à la tête de la Commission scientifique, impulsant un élan nouveau aux recherches sur cette période, se traduisant par la tenue de plusieurs centaines de colloques à travers le monde. En 1993 Michel Vovelle prend sa retraite et revient à Aix. Il publie de nombreux ouvrages sur la Révolution et sur l’histoire de la mort. En 2017, il donne dans « La bataille du Bicentenaire » (La Découverte)1 son témoignage sur son action à la tête de la Commission, et en 2018, son dernier ouvrage (chez Max Chaleil) « Mémoires vives ou perdues » croise approche de la mémoire familiale et analyses historiques sur le souvenir. Michel Vovelle a été aussi un grand directeur de recherches : mémoires de maîtrise et thèses. Des centaines d’étudiants, à Aix et à Paris, ont bénéficié de ses conseils et de sa direction attentive et ouverte. »

  1. disponible à la médiathèque sous la cote : 900 VOV []

Mon cher Jacques,

« Mon cher Jacques,

Nous venons d’apprendre ton grand départ de l’autre côté de la Vie Une. J’en suis triste, j’espérais pour toi après le long combat contre la maladie, une rémission totale et durable. Mais j’ai envie de célébrer ta vie pour l’honorer : reconnaître les belles qualités qui nous ont tant apporté pendant des années dans l’équipe de la Médiathèque où tu as représenté le laboratoire TELEMMe pour tout ce qui le concernait depuis la création de la MMSH jusqu’à ton départ à la retraite en 2006.

Pour toi, le service était primordial et aucune tâche n’était anodine. Tu y mettais ton cœur, un soin et une énergie remarquable et toute l’étendue de tes connaissances. Tu plaçais la barre haut et tu faisais toujours de ton mieux. Ta présence fidèle, impliquée, amicale, de grande qualité, contrastait souvent avec ce que tu pensais de toi, ce qui m’étonnait. Aucune notice pour un ouvrage en langue européenne ne te résistait, quelle que soit la langue, ce qui nous rappelait qu’avant la MMSH tu avais déployé ton activité de linguiste au CREHOP puis au service de la publication d’Atlas linguistiques.

Si la maladie t’a rendu la vie difficile sur la fin de ta carrière professionnelle, tu as accepté puis lutté avec courage, détermination et bien qu’atteint dans ton corps, ton moral est resté solide, bien enraciné en Ardèche, dans l’amour de ta famille, de la nature, de la musique et du chant choral pour continuer à donner ta note à toi. »

Voir aussi le billet posté par Véronique Ginouvès sur le carnet de la Phonothèque.