Catégorie : Partenariats

Le « roman arabe en France », café-débat de l’IREMAM, 12 février, Aix-en-Provence

Le 12 février, à 19h30, un café-débat se déroulera au café le « 3 C », à Aix en Provence. Richard Jacquemond, Directeur de l’IREMAM et enseignant chercheur à Aix-Marseille-Université  interviendra sur le thème : « Le roman arabe en France ».

Notre fonds documentaire comporte de nombreux romans arabes traduits en français. Parmi eux, voici ceux dont Richard Jacquemond a assuré la traduction :

Le gel : roman / Sonallah Ibrahim ; traduit de l’arabe (Égypte) par R. Jacquemond. Arles : Actes Sud-Sindbad, DL 2015. Cote : 892.7 b IBR

A cappella : roman / May Telmissany ; traduit de l’arabe (Égypte) par Richard Jacquemond. Arles : Actes Sud-Sindbad, DL 2014. Cote : 8-37568 (suite…)

L’Europe et les femmes, F. Thébaud, MMSH, 24 octobre, 16h-18h, salle PAF

Dans le cadre du séminaire  »GeFEM« , jeudi 24 octobre, Françoise Thébaud présentera l’ouvrage qu’elle a co-dirigé « L’Europe, une chance pour les femmes ? » : le genre de la construction européenne / actes du [Colloque international intitulé « le genre de l’intégration européenne », tenu à Paris les 19 et 20 novembre 2015]. 

Cet ouvrage est disponible à la médiathèque sous la cote : 306.8 EUR. (suite…)

Karima Dirèche

Karima Dirèche, « L’ Algérie au présent », MMSH, 15 octobre 2019

Dans le cadre d’une séance des séminaires « l’ IREMAM accueille« , Karima Dirèche, membre du laboratoire TELEMME, spécialiste de l’histoire du Maghreb contemporain, présentera son dernier ouvrage « L’Algérie au présent : entre résistances et changements »,  mardi 15 octobre, 10h00 (salle Duby) à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence.

Ses livres sont disponibles à la médiathèque ainsi que ses travaux universitaires. Voici une sélection : (suite…)

Catalogue de l'exposition Mondes connectés

Sahara, mondes connectés : exposition, Musée d’arts africains, océaniens, amérindiens

Le 10 mai dernier, l’exposition « Sahara mondes connectés » s’est ouverte au Musée d’Arts Africains, Océaniens, Amérindiens au Centre de la Vieille  Charité à Marseille. Vous pouvez la découvrir jusqu’au 1er septembre 2019. Vous y verrez notamment un exemplaire du « livre vert » de M. Khadafi, prêté par la médiathèque au musée.

(suite…)

Fichier papier de bibliothèque

Intégration du catalogue de la bibliothèque au SUDOC et au catalogue de l’Université. ACTE I

Début 2019, nous avons lancé l’intégration de l’ensemble du catalogue de notre bibliothèque au SUDOC et au catalogue Koha de l’Université d’Aix-Marseille. Jusqu’alors, seule une partie de nos périodiques y était signalée.

Le Système universitaire de documentation, autrement dit SUDOC , est un catalogue collectif géré par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur. Il regroupe une grande partie des bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche en France. On y trouve 13 millions de notices avec leur localisation. Ce périmètre est encore élargi par les quelques 1500 centres documentaires qui participent à ce catalogue uniquement pour leurs périodiques (ce qui était le cas pour la MMSH). Enfin le SUDOC signale désormais toutes les thèses produites en France. (suite…)

Exposition « Mondes tsiganes : la fabrique des images » au Musée de l’histoire de l’immigration

Le Musée national de l’histoire de l’immigration qui se situe au Palais de la Porte Dorée, à Paris, organise une exposition intitulée « Mondes tsiganes : la fabrique des images » du 13 mars au 26 août 2018. Cette exposition, dont les commissaires généraux sont Ilsen About, Mathieu Pernot et Adèle Sutre, présente deux volets : tout d’abord une histoire des représentations photographiques des mondes tsiganes de 1860 à 1980, ensuite le travail photographique de Mathieu Pernot entre 1995 et 2015.

Pour le premier volet, la médiathèque de la MMSH a prêté au musée un extrait d’un numéro de février 1939 de la revue VU qui faisait sa couverture sur « Un millionnaire épousant une gitane » (voir la couverture ci-dessous). Ce document fait partie du don du Dr Bernard Ely qui a remis à la médiathèque, par l’intermédiaire de Marc Bordigoni, ingénieur de recherche à l’IDEMEC spécialiste des études tsiganes, un fonds d’ouvrages, tirés-à-part et autres documents concernant les études tsiganes. On peut consulter le catalogue de ce don sur le site de la bibliothèque.

D’autres fonds de chercheurs sur les études tsiganes ont été déposés à la médiathèque, comme celui de Vania de Gila-Kochanowski qui nous a été remis par M. Jean-Claude Mégret, ou celui de Joseph Valet déposé lui aussi par Marc Bordigoni. On trouvera dans notre catalogue les ouvrages concernés. Nous vous en proposons ici une extraction.

Les trésors de la médiathèque : et vogue la galère !

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Aujourd’hui nous vous présentons l’ouvrage (Cote : 8-22934), « Études sur la marine des galères » rédigé par Auguste Laforet, juge au tribunal de première instance de Marseille, membre de l’académie de cette ville et Chevalier de la légion d’honneur.

Publié en 1864, en 300 exemplaires, il est illustré de 2 planches lithographiées à fond teinté, et de 3 planches hors-texte de reproductions de tableaux.

Au début du volume, le lecteur peut découvrir un plan dépliant lithographié de l’arsenal des galères à Marseille.

L’exemplaire relié présent dans le fonds de la médiathèque, a été dédicacé par l’auteur à l’un de ses amis.

Acquis par le Centre d’études des sociétés méditerranéennes, laboratoire fondé par Georges Duby en 1960, cet exemplaire fait partie du fonds que le laboratoire TELEMME, héritier du CESM a confié à la médiathèque. Celle-ci complète toujours ce fonds consacré à l’histoire maritime et qui comporte à ce jour plus de 200 documents concernant la guerre de course, la piraterie, les marines marchande et de guerre en Méditerranée.

A la lecture de cet ouvrage, vous apprendrez mille choses sur l’origine et les différents types de galères, leur construction, la composition des équipages. Sont aussi décrits les conditions de vie des galériens et l’organisation de l’arsenal de Marseille. En annexe vous trouverez un « contrat d’affrètement des galères à Marseille au nom de Saint Louis, en l’année 1246 », une  liste des généraux des galères et un état général des finances des galères.

Ce livre est consultable sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF qui signale également plusieurs autres ouvrages de l’auteur.

Pour plus d’informations sur l’arsenal des galères de Marseille.

 

Illustration : Tableau de Jules Vernet : L’Intérieur du Port de Marseille, vu du Pavillon de l’horloge du Parc musée national de la Marine/A. Fux

Mission d’acquisition à la Foire du livre du Caire (janvier-février 2016)

A la suite d’une mission commune IREMAM / Médiathèque de la MMSH à la 47e foire du livre du Caire, début 2016, Richard Jacquemond, professeur d’arabe à l’Université d’Aix-Marseille et membre de l’IREMAM, a produit une analyse sur les évolutions de la littérature égyptienne constatées, entre autres, lors de cette mission. Le texte de son article, Satiric Literature and Other “Popular” Literary Genres in Egypt Today est disponible en ligne sur le Journal of Arabic and Islamic Studies publié par le Department of Culture studies and Oriental languages (IKOS) de l’Université d’Oslo. Ce journal est entièrement disponible sur internet grâce à la bibliothèque de l’Université d’Oslo.

A cette occasion, nous vous proposons ci-dessous le petit texte qui avait été rédigé pour rendre compte de cette mission :

Mission d’acquisition d’ouvrages. Le Caire, 29/01/2016-12/02/2016

La mission d’acquisition d’ouvrages s’est déroulée durant la 47e Foire internationale du livre du Caire (27/01/2016-10 février 2016). Les chiffres annoncés pour cette foire-là sont de 850 exposants, dont 550 égyptiens, 250 arabes et 50 étrangers (sans compter les plus de 100 bouquinistes présents dans la section intitulée « Sūr al-Ezbekiyya » (en référence au lieu traditionnel où se regroupent les vendeurs de livres d’occasion au centre du Caire).

Cette mission a permis à Richard Jacquemond, enseignant-chercheur à l’IREMAM, et Olivier Dubois, bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, d’acquérir 922 titres pour 1074 volumes (62 volumes en anglais, 1012 sont en arabe). Nous nous sommes bien sûr concentrés sur les éditeurs égyptiens, dont la production récente n’avait pas été acquise ces dernières années du fait de deux annulations successives de missions (en particulier en 2011, lorsque la révolution égyptienne s’est déroulée sur la période prévue de la Foire du livre…), mais nous avons également profité de la présence de quelques centres de recherche soudanais pour y acquérir les ouvrages disponibles.

Ces volumes ont été acquis auprès de quelque 70 maisons d’édition et/ou libraires, les plus importantes étant bien sûr la General Egyptian Book Organization (الهيئة المصرية العامة للكتاب , qui est également l’organisatrice de la Foire) avec 96 titres, la Bibliotheca Alexandrina avec 75 titres, la Bibliothèque nationale et archives (دار الكتب والوثائق القومية) avec 44 titres. A noter également le National Center for Social and Criminological Research (المركز القومى للبحوث الاجتماعية والجنائية),  le centre de diffusion d’al-Ahrām, ainsi que certains éditeurs privés : Dār al-Šurūq (دار الشروق), al-ʿAyn (دار العين للنشر), Dār al-Zahrā’ (دار الزهراء) ainsi bien sûr que l’American University of Cairo Press où nous avons acquis tous les ouvrages de recherche disponibles. Nous avons également largement profité des fonds de la librairie/maison d’édition Madbūlī (مكتبة مدبولي) qui a été également d’un soutien sans faille pour la gestion de toute  la logistique, à un moment où l’activité est très intense. Qu’ils soient tous remerciés (à commencer par M. Achraf !) de perpétuer l’approche libérale du fondateur de la librairie,  al-Ḥāǧǧ Madbūlī de célèbre mémoire.

Pour donner des indications financières, nous préciserons que la mission a été réalisée grâce à un financement conjoint de l’IREMAM (mission R. Jacquemond, financement des acquisitions), de la MMSH (mission O. Dubois, frais de transport et de dédouanement) et enfin du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans qui a financé une grande partie des acquisitions. Le soutien de ce dernier a été essentiel cette année pour nous permettre de perpétuer notre politique d’acquisition des ouvrages en arabe mise en place depuis des décennies.

La moyenne d’achat des ouvrages se situe entre 4,5 et 5 euros, suivant que l’on prend en compte le nombre de volumes ou celui des titres ; rapportée à l’ensemble des frais de la mission, elle passe entre 8,5 et 10 euros. On perçoit facilement, au vu de ces chiffres, l’intérêt y compris financier du déplacement, sans même parler de l’intérêt en termes de contenu à assurer ce suivi extrêmement précis du paysage éditorial égyptien.

Richard Jacquemond était également là pour mener une politique d’acquisition sur la littérature égyptienne contemporaine, et ce salon a été l’occasion de constater l’effervescence de la publication dans ce domaine, en particulier avec une multiplication d’ouvrages de littérature plus ou moins satirique sur le fonctionnement de la société égyptienne, bousculant (ou approfondissant ?)  les « normes » esthétiques de la production précédente : titres accrocheurs, voire sarcastiques, utilisation du dialectal, choix des couvertures, etc.  On mentionnera également l’abondance de romans policiers, de vampires, de fantômes qui ont désormais une place acquise auprès des jeunes lecteurs égyptiens…

Dans un contexte économique et politique difficile, nous avons été frappés par la vitalité de la production éditoriale (plus de 25.000 titres en 2015, si l’on en croit le n° de dépôt légal indiqué sur les nombreuses publications imprimées en fin d’année pour être présentes à l’ouverture de la foire ; pour mémoire, le nombre de titres au dépôt légal était d’environ 10.000/an au tournant du millénaire). Une part importante de cette production relève du secteur universitaire (nombre d’éditeurs sont spécialisés dans ce secteur et on sait que la publication d’ouvrages est pour les universitaires à la fois une obligation professionnelle et une source appréciable de revenus quand les étudiants sont contraints d’acheter le manuel du professeur). On a également remarqué la présence plutôt discrète du livre « islamique » (aussi bien les rééditions de classiques que les auteurs et éditeurs islamiques contemporains), comparativement aux foires des années 1990 et 2000.

De façon plus générale, nous avons pu constater une affluence considérable lors de ce salon, en particulier des jeunes et des familles. L’observation des visiteurs à la sortie permettait de constater que très rares étaient les personnes sortant sans au moins un livre en main. Les acheteurs étrangers (Indonésiens en grand nombre…) sortaient quant à eux avec d’énormes cartons, des valises entières… Un détail peut donner une idée de l’étendue (environ 1 km de long sur 600 m de large) du lieu d’exposition et de l’affluence des visiteurs : nombre de maisons d’éditions et de librairies ouvrent deux pavillons, l’un du côté sud, l’autre du côté nord, afin d’être sures de toucher tous les visiteurs.  A l’inverse, certaines maisons préfèrent concentrer leur présence à un endroit en fonction de critères de sélection de clientèle : par exemple, l’entrée sud n’étant pas desservie par le métro, les visiteurs s’y présentant sont ceux qui peuvent venir en voiture ou en bus, donc plus argentés que ceux qui arrivent par le nord…

Lors de la fermeture de la foire, les organisateurs ont annoncé avoir reçu plus de 3 millions de visiteurs, et que les ventes avaient connu une forte progression cette année (+180 %) (voir cet article du 11 février 2016). Il faut rappeler que les années précédentes avaient été peu propices aux achats de livres du fait de l’agitation politique qu’a connue le pays.

Les ouvrages sont arrivés à l’aéroport de Marignane quinze jours après que nous ayons quitté Le Caire. Ils ont fait l’objet d’un catalogage « minimal » (titre, auteur, éditeur) assuré par nos collègues étudiants tuteurs, afin qu’ils soient aussi rapidement  que possible signalés dans la base de données de la médiathèque. Ce catalogage sera prochainement complété et la liste des acquisitions réalisées lors de cette mission pourra alors être éditée et mise sur le site de la médiathèque.

Cette mission a été également l’occasion de contacts avec l’IFAO, le CEDEJ, ainsi que l’IDEO afin de mettre à jour les procédures d’échanges et de dons. Signalons enfin que l’hébergement que nous a assuré l’IFAO a été très confortable, ce qui n’est pas à négliger après d’intenses journées d’achat d’ouvrages.

Olivier Dubois et Richard Jacquemond

Ps : le programme des animations culturelles des Foires du livre se trouve sur le site internet de la Foire. On peut également trouver des indications sur la page facebook en revenant aux dates de la foire.

 

 

 

 

e-nédits : la collection numérique de l’IREMAM

Quatre nouveaux ouvrages publiés par l’IREMAM dans sa collection e-nédits viennent « enrichir » le fonds de la médiathèque. La particularité est qu’ils ne sont disponibles qu’ en format numérique et imprimables à la demande. Trois d’entre eux sont téléchargeables en libre accès sur la plateforme OpenEdition Books.

Cataloguer ces documents numériques dans notre base de données, mediabase, alors même que nous ne possédons pas les supports imprimés nous permet d’offrir l’information la plus complète à nos utilisateurs lors de leurs recherches documentaires. Ceci est particulièrement important pour les études arabes, qui constituent l’un des domaines d’excellence de la bibliothèque. L’IREMAM est l’un des cinq laboratoires qui a versé intégralement son fonds documentaire à la médiathèque et qui soutient son enrichissement, année après année, grâce à un appui continu à notre politique documentaire en termes financier, d’expertise et de personnel.

Réouverture de la bibliothèque de l’IMA : 31 mars 2017

Après des travaux de rénovations et de modernisation, la bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe à Paris rouvre ses portes le vendredi 31 mars à 13h00. Cette réouverture est marquée par trois jours de festivités (lectures, concerts, ateliers de calligraphie,… ) qui se dérouleront du 31 mars au 2 avril 2017 et dont voici le programme. La bibliothèque sera, à cette occasion, ouverte jusqu’à 22h30!

Cette réouverture s’accompagne d’une offre enrichie de services aux lecteurs, catalogue (bientôt) en ligne, prêts de tablettes, …et toujours de multiples ressources disponibles sur le web : une bibliothèque numérique, des bibliographies thématiques, une sitothèque sur Delicious regroupant des sites gratuits sur le monde arabe et musulman  (mais indisponible au moment où je rédige ce billet) et un portail documentaire sur le patrimoine méditerranéen  Qantara. Si vous ne trouvez pas la réponse à vos questions parmi toutes ces ressources, posez-les en ligne aux bibliothécaires de l’IMA, ils vous répondront en moins de 72h00 !

« L’école en Algérie, l’Algérie à l’école, de 1830 à nos jours » : une exposition au Munaé

Installé dans le quartier historique de Rouen, le Musée national de l’Education (Munaé) présente une riche collection d’objets, de documents, et d’iconographie sur l’histoire de l’éducation en France et à l’étranger de 1800 à nos jours.

A l’exposition permanente de ses collections, s’ajoutent des expositions temporaires thématiques concernant tous les aspects de l’éducation et de l’évolution du statut de l’enfant dans notre société.

La prochaine exposition temporaire intitulée « L’école en Algérie, l’Algérie à l’école : de 1830 à nos jours » ouvrira le 8 avril 2017 pour se terminer le 2 avril 2018. Le commissaire de cette exposition est Jean Robert Henry, directeur de recherches honoraire à l’IREMAM.

Vous trouverez des informations complémentaires sur les sites du Munaé et de l’IREMAM.

La médiathèque a contribué à la préparation de cet événement en fournissant des imprimés, des manuscrits, des manuels scolaires utilisés pendant l’époque coloniale en Algérie, des revues, des lithographies et des gravures (dont certains sont des dons de Jean-Robert Henry). La numérisation de nombreux documents effectuée par Christian Champaloux au sein de notre équipe, constitue une autre forme de collaboration à cette exposition.

Munae-affiche

Colonialisme au début du XXe siècle : de nouvelles ressources numériques sur le site de la Bibliothèque Universitaire

La Bibliothèque Universitaire de l’Université d’Aix-Marseille a contracté l’abonnement à 5 bases de données de ressources numériques sur le colonialisme européen dans la première moitié du XXe siècle (European Colonialism in the Early 20th Century). Ces bases de données ont été élaborées à partir des documents consulaires américains conservés aux Archives nationales des États-Unis.

La base sur le colonialisme français de 1910 à 1930 englobe quelques 800 documents (files) offrant 18 000 pages qui peuvent être visualisées en ligne et/ou téléchargées. Les autres bases concernent les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Italie.

L’accès se fait sans mot de passe sur place, à la Médiathèque ou dans les bibliothèques de l’Université, ou hors sites grâce aux identifiants de l’environnement numérique de travail que peuvent utiliser les enseignants-chercheurs, chercheurs et étudiants de l’Université.

Nous sommes à votre disposition pour une première prise de contact avec cet outil si vous le désirez.

Voici ce que nous communique le service des ressources numériques du SCD :

Accès : http://go.galegroup.com.lama.univ-amu.fr/gdsc/start.do?p=GDSC&u=univmars&authCount=1

Il s’agit de collections de sources primaires (correspondances, études et rapports, cartes géographiques etc.) sur le colonialisme européen du début de 20ème siècle.

Elles contiennent :
– European Colonialism in the Early 20th Century: Colonialism and Nationalism in the Dutch East Indies, 1910-1930
– European Colonialism in the Early 20th Century: French Colonialism in Africa: From Algeria to Madagascar, 1910-1930
– European Colonialism in the Early 20th Century: German Colonies in Asia and the Pacific: From Colonialism to Japanese Mandates, 1910-1929
– European Colonialism in the Early 20th Century: German Colonies to League of Nations Mandates in Africa 1910-1929
– European Colonialism in the Early 20th Century: Italian Colonies in North Africa and Aggression in East Africa, 1930-1939

La base est signalée sur le guide Histoire, onglet Cadist : http://bu.univ-amu.libguides.com/c.php?g=511727&p=3496847

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter :

Anne Girard – Ressources électroniques – Web – @zimut – SERVICE COMMUN DOCUMENTATION Aix-Marseille Université – SCHUMAN – 29 avenue R. Schuman – 13626 Aix-en-Provence              Tél: +33(0)4 13 55 39 78  Site : http://bu.univ-amu.fr/ – Email : anne-christine.girard@univ-amu.fr

Service de prêt entre bibliothèques (PEB) à la médiathèque : le saviez-vous ?

Neighbourhood Book Exchange - Richard Eriksson

Neighbourhood Book Exchange – Richard Eriksson

Billet rédigé par Bérengère Clément et Christian Champaloux

Le prêt entre la Médiathèque et le Service Commun de la Documentation d’AMU (SCD) a été mis en place voilà 10 ans, le 2 octobre 2006.

Ce service gratuit (l’USR3125 prenant en charge les frais d’envoi), réservé aux chercheurs, enseignants-chercheurs, chercheurs associés et invités ainsi qu’aux personnels ITA-IATOS de la MMSH, s’est rapidement étendu à la BU de Droit Aix-Marseille, BU St Charles,  puis à l’ensemble des bibliothèques universitaires et instituts de recherche de France (BNF, INALCO, INHA, Sciences-Po Paris, BULAC, ENS, Sorbonne, Lyon, Toulouse, Nantes, Strasbourg,….)

Quelques chiffres :

En 2014, 68 demandes de PEB ont été réalisées ; en 2015, 97 demandes, dont 56 titres pour la BU d’Aix. Ouvrages, travaux universitaires, et même reproductions de manuscrits ont pu ainsi être fournis à nos chercheurs  (seul le prêt de périodiques est exclu).

Comment bénéficier de ce service ?

Envoyez votre demande par mail à Bérengère Clément ou à Christian Champaloux avant le jeudi soir au plus tard, les ouvrages seront disponibles à la médiathèque à partir du mardi suivant, pour le PEB avec le SCD (BU Aix). Christian Champaloux se charge d’aller à la BU chaque semaine pour prendre et/ou retourner les documents aux dates prévues. Par ailleurs, rappelons que la Bibliothèque universitaire assure le PEB pour les étudiants et les enseignants-chercheurs qui le souhaitent, avec la possibilité de renseigner une demande de document directement sur le site.

Pour les documents demandés hors département, il faut compter environ une semaine de délai.

La durée du prêt est de 3 semaines, dans la limite de 3 ouvrages par demandeur.

Les documents empruntés doivent être rapportés à l’accueil de la médiathèque dans les délais précisés lors du prêt.

Toute perte de document est à la charge du demandeur.

Contacts :

Bérengère Clément : clement@mmsh.univ-aix.fr

Christian Champaloux : champaloux@mmsh.univ-aix.fr

Comment consulter les archives audiovisuelles de l’Ina à la médiathèque de la MMSH ? Réservation du poste de consultation Ina THEQUE

Depuis le 21 janvier 2016, il est possible de consulter les archives collections de l’Ina à la médiathèque de la MMSH à partir d’un de deux postes de consultation multimédia (PCM) déployés par le service de consultation Ina THEQUE. Dans ce cadre, toute personne justifiant d’un objet de recherche – chercheurs, étudiants ou enseignants de toutes disciplines ainsi que des professionnels – peut accéder aux archives des programmes de la télévision, de la radio et du web médias français.

Le partenariat conclu par l’Ina et le Centre national de la cinématographie et de l’image animée (CNC) permet de rendre également accessible une partie du patrimoine cinématographique. Les centres de consultation Ina THEQUE sont situés à Paris (site François-Mitterrand – Bibliothèque nationale de France) et au sein des 6 délégations régionales de l’Ina (Lille, Lyon, Marseille, Rennes, Strasbourg et Toulouse). Ce maillage territorial est complété progressivement par l’implantation de PCM dans des bibliothèques ou médiathèques à rayonnement régional, dont la médiathèque de la MMSH, et des cinémathèques.

Les collections proposées à la consultation couvrent une grande partie de la mémoire du XXe siècle en images et en sons enregistrés. Elles rassemblent les programmes de la radio-télévision publique (80 ans de radio, 70 ans de télévision), les contenus collectés au titre du dépôt légal depuis 1995, et depuis 2009, ceux de plus de 13 000 sites web médias. S’y ajoutent des sources écrites et des collections audiovisuelles d’institutions ou de particuliers reçues en donation ou en dépôt. Les 7000 références mises à disposition par le CNC retracent, elles, l’histoire du 7ème art, allant des travaux précurseurs et expérimentaux des débuts de l’image animée aux œuvres plus contemporaines.

Pour consulter ces archives, nous vous remercions de bien vouloir remplir le formulaire en ligne.

 

12 000 000 heures de documents radio et télévision

1 000 000 d’heures enregistrées chaque année

13 000 sites web média

120 chaînes de radio et de télévision captées 24h/24 au titre du dépôt légal

34 000 titres de cinéma

Le 27 juin 2016, à l’occasion de la journée d’études intitulé VISUAL STUDIES* ET MÉDITERRANÉE seront inauguré les deux postes de consultation multimédia (PCM) de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina). Cette journée est organisée avec le soutien de l’Ina, de l’USR 3125 MMSH et de l’UMR 7303 Telemme – AMU/CNRS.

Billet déjà publié sur le carnet Pôle Image-Son par Véronique Ginouvès.

XIe colloque international : « Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord »

 Affiche_web

« Sauvage, domestique ou commensal, acteur de l’économie ou figure symbolique dans les récits ou l’iconographie, l’animal tient une place essentielle dans les sociétés humaines. Bien que de nombreux travaux aient exploré différents aspects de cette relation complexe dans l’espace maghrébin, aucune réunion diachronique, de la Préhistoire au Moyen-Âge, n’a permis de faire le point des travaux récents et de tracer les perspectives de recherche futures.

C’est l’objet de ce colloque, qui s’inscrit dans une perspective résolument diachronique et multidisciplinaire pour confronter les approches développées en Archéologie et en Histoire. Afin de favoriser échanges et débats, la réunion sera organisée autour de trois grandes thématiques conçues pour permettre l’expression de toutes les démarches scientifiques sans les enfermer dans un cadre chronologique et historique trop étroit :

A. L’animal utile : une ressource, des utilisations, des systèmes économiques ;
B. L’animal dans la nature : entre cohabitations et représentations ;
C. L’animal en représentation : symboles, iconographies, croyances. »

 Lieux :

Musée d’Histoire de la Ville de Marseille : Square Belsunce, 2 rue Henri Barbusse, Marseille 1er
Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM, Marseille), Esplanade du J4, Marseille 2e
Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence), 5 rue du Château de l’Horloge.

Organisé par :

Le Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique (LAMPEA),
Le Centre Camille Jullian. Histoire et Archéologie de la Méditerranée et de l’Afrique du Nord (CCJ)
L’Institut de recherche sur l’architecture antique (IRAA)
Le Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée (LA3M)
L’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM)
et la Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (SEMPAM)

Avec la collaboration de :

Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence), Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM, Marseille), Musée d’Histoire de Marseille.

Avec le soutien de :

LabexMed, Aix-Marseille Université, CNRS, Région Provence Alpes Côte d’Azur, Ecole Pratique des Hautes Etudes (Paris), Fondation Khôra (Institut de France, Paris), SEMPAM.

Comité scientifique :

Aomar Akerraz (INSAP, Rabat), Nabiha Aouadi-Abdeljaouad (INP, Tunis – Musée national des arts islamiques de Raqqada), Maxence Bailly (AMU – LAMPEA, Aix-en-Provence), Barbara Barich (Università « La Sapienza », Rome), Azedine Beschaouch (de l’Institut), Mounir Bouchenaki (UNESCO – CNRA, Alger), Youssef Bokbot (INSAP, Rabat), François Déroche (de l’Institut, président de la SEMPAM), Jehan Desanges (de l’Institut), Pierre Gros (de l’Institut), Slimane Hachi (CNRPAH, Alger), Mohamed Hassan (Université de Tunis), David Mattingly (Université de Leicester), Jorge Onrubia Pintado (Université de Castilla-La Mancha), Bruno Pottier (AMU – CCJ, Aix-en-Provence).

Comité d’organisation :

Véronique Blanc-Bijon (CCJ), Jean-Pierre Bracco (LAMPEA), Marie-Brigitte Carre (CCJ), Salem Chaker (IREMAM), François Déroche (de l’Institut, président de la SEMPAM), Xavier Lafon (IRAA), Mohamed Ouerfelli (LA3M).

Site du colloque : http://sempam.sciencesconf.org/ et programme ici.