Archives par étiquette : Art

Les trésors de la médiathèque : Bois sculpté d’églises coptes…

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Ce mois-ci, notre choix s’est porté sur un ouvrage paru en 1930 : Bois Sculptés d’églises coptes (époque fatimide),  par Edmond Pauty, avec une introduction historique par Gaston Wiet. Publications du Musée Arabe du Caire, 1930, cote F-20220, consultable  à la médiathèque.

C’est au IV siècle que l’église chrétienne d’Égypte connait son apogée, et cette période favorise la production artistique des chrétiens d’Égypte.

Dérivé de l’arabe :  qubṭ, qibṭ قبط, le mot «copte » a été utilisé pour désigner les autochtones et les populations en majorité chrétiennes après l’invasion arabe (en 640) de l’Égypte devenue musulmane.  Le terme « d’art copte » synonyme de « culture matérielle de l’Égypte chrétienne » fut utilisé pendant plus d’un siècle mais à l’heure actuelle,  on lui préfère l’usage « d’art chrétien d’Égypte. »

Autre ouvrage également présent à la médiathèque : L’art copte, par Pierre du Bourguet. Paris : Albin Michel, 1967, cote 8-24061.

Sur ce même thème, vous pouvez également consulter le catalogue de L’Institut français d’archéologie orientale (IFAO), institution de recherche dépendant du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dont la vocation est d’étudier les civilisations qui se sont succédées en Égypte de la Préhistoire à l’époque moderne.

Vous pouvez également consulter l’article des annales islamologiques : Le musée copte du Caire : une utopie architecturale, de Julien Auber de Lapierre, 2016.

Pour admirer cet art, vous pouvez visiter l’exposition « Chrétiens d’Orient : 2000 ans d’histoire » de l’Institut du Monde arabe proposée jusqu’au 5 juin 2018 au MUba Eugène Leroy, 2 rue Paul Doumer à Tourcoing  et venir consulter le catalogue de l’exposition publié par l’IMA et disponible à la médiathèque sous la cote  : MQ 909 CHR.

Première page de l’évangile de saint Marc, avec une miniature du baptême du Christ, extraite d’un évangéliaire copte-arabe provenant du Caire


Les trésors de la médiathèque : l’art de la tapisserie

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH,
le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons
des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

L’art de la tapisserie s’est largement développé à partir du XIVe siècle, particulièrement dans le nord de l’Europe puis en France où cet art culmine au XVe siècle.

Les trois hauts lieux de la tapisserie sont les manufactures de la Savonnerie, des Gobelins1 et de Beauvais2.

Les étapes de la tapisserie :
A la base, les matières premières comme les fils de  laine, de soie, et de métaux précieux étaient achetées par le marchand, il fallait ensuite trouver le maquettiste qui allait réaliser le dessin, le cartonnier qui allait reporter le dessin à l’envers, avec une dimension identique au format de la future tapisserie pour que celle-ci soit reproduite à l’endroit, et enfin le licier3, chargé de réaliser la tapisserie résultant de l’entrecroisement des fils de chaîne avec les fils de trame.

Deux types de métier à tisser existent à cette époque :
Le métier de haute-lisse qui est dressé à la verticale et se compose de deux montants supportant deux cylindres mobiles, appelés ensouples dont l’un est positionné dans la partie supérieure et l’autre dans la partie inférieure. Le métier de haute lice permettait de produire des tapisseries de grande qualité. Plus lent mais plus précis, il permet de travailler sur l’endroit de la tapisserie.
Le métier de basse lice4 utilise un métier où la chaîne est disposée dans un plan horizontal et pour l’obtention de motifs complexes, il était fait usage de pédales qui permettaient de  soulever un certain nombre de fils.  Le métier de basse-lice  permettait de travailler sur l’envers de la tapisserie donc sans que l’artisan tapissier puisse voir son travail. L’avantage était une plus grande rapidité d’exécution donc un coût moins élevé.
Sur l’un et l’autre de ces métiers, un fils de chaîne sur deux est tiré avec une perche ; l’espace ainsi libéré se nomme la foule, dans laquelle on passe le fil de trame passe perpendiculairement aux fils de chaîne.
Cette méthode est utilisée par la manufacture des Gobelins.
Nous vous proposons de consulter l’ouvrage suivant qui retrace deux siècles de tapisseries très variées issues de nombreux pays.Ouvrages présents dans notre médiathèque :

Two Thousand Years of textiles : the Figured Textiles of Europe and the Near East , Adèle Coulin Weibel , New York : Pantheon Books , 1952. Cote  : F -20115

Arachné : un regard critique sur l’histoire de la tapisserie,  textes rassemblés et éd. par Pascal-François Bertrand et Audrey Nassieu Maupas. Presses universitaires de Rennes, 2017.               Cote : 700 ARA

Histoire de l’histoire de la tapisserie et des arts décoratifs, essais réunis par Pascal-François Bertrand, Ed. Esthétiques du Divers, 2016. Contribution de Rossella Froissart, membre de TELEMME. (ouvrage en commande)

Les deux ouvrages, mentionnés ci-dessus ont été publiés dans le cadre du programme de recherche ANR ARACHNE méthode critique de l’histoire de la tapisserie : préceptes, circulation de modèles, transferts de savoir-faire. France – XIVe-XXIe siècles.

L’évolution des techniques du filage et du tissage : du Moyen Age à la révolution industrielle de Walter Endrei, avec la coll. de avec la collaboration de Jean Pilisi. Paris, La Haye : Mouton & Co , 1968. Cote : 8-20133

et d’autres écrits :

Histoire de la tapisserie depuis le moyen âge jusqu’à nos jours, par Jules Guiffrey. Tours : Alfred Mame et fils éditeurs, 1886.

La peinture tissée : théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV de Pascal-François Bertrand. Rennes : presses universitaires de Rennes, 2015.

Portrait and Tapestry/Portrait et Tapisserie de Philippe Bordes et Pascal-François Bertrand (eds). Turnhout : Brepols, 2015.

Pascale Charron. Les Arts libéraux dans la tapisserie à la fin du Moyen Age : entre iconographie savante et pratiques d’atelier.. Christian Heck. L’allégorie dans l’art du Moyen Age. Formes et fonctions. Héritages, créations, mutations., May 2010, Paris, France. Brepols, p.331- 344, 2011. Répertoire iconographique de la littérature du Moyen Age. Les études du RILMA.

 

 

 

 

  1. née en 1601 dans le quartier des Gobelins à Paris []
  2. manufacture royale fondée en 1664 []
  3. ouvrier qui travaille sur un métier à tisser de haute ou basse lice []
  4. la lice consiste en un fil muni d’un maillon dans lequel passe un fil de chaîne du métier à tisser et  peut aussi s’écrire lisse []

Les trésors de la médiathèque : les « arts arabes » de Jules Bourgoin

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Jules Bourgoin, né en 1838 est un théoricien de l’ornement, architecte et dessinateur français. Formé à l’École impériale des beaux-arts de Paris , il se rend à Alexandrie en 1863 pour diriger les travaux du consulat de France. Il vit en Égypte jusqu’en 1866, et dessinera dans ses carnets quantité de planches que l’on retrouve dans l’ouvrage Les Arts arabes consultable à la Médiathèque. L’INHA (Institut National de l’Histoire de l’Art),  dans sa revue en ligne « les collections électroniques « , vous en dévoilera plus précisément le contenu.

 » Marseille s’expose « 

 

La revue  » Marseille : la revue culturelle de la ville de Marseille  » nous présente dans son numéro de juillet 2013, tous les musées et autres lieux d’expositions participant au rendez-vous « Marseille, capitale européenne de la culture 2013 ». Les impacts de cette manifestation sur la création de nouveaux musées et la rénovation des espaces culturels marseillais sont longuement abordés dans une série d’articles consacrés entre autres, au musée Cantini, au Château Borely, au Musée des Beaux-Arts du palais Longchamp, à l’ouverture du MuCEM, au [mac]….

À noter également, un article de Robert Mencherini sur l’exposition intitulée « Ici-même Marseille 1940-1944 » et un hommage à Adrien Blès par Régis Bertrand.

Cette revue est disponible à la médiathèque.

 

 

Zoom sur une revue : فكر وفن Art & Thought-Fikrun wa Fann

Fikrun wa Fann (« Art et Pensée ») est une revue éditée par le Goethe Institut. Son objectif est de rendre compte et d’encourager le dialogue avec les pays islamiques.

Ce magazine reflète un demi-siècle d’histoire et de contacts culturels et intellectuels entre Allemands et Arabes, et plus généralement entre Européens et Musulmans.

Fondée en 1963 par Annemarie Schimmel et Albert Theile (vous pouvez consulter certains de leurs titres à la médiathèque), Fikrun wa Fann est une revue importante et reconnue contribuant au dialogue entre cultures. Depuis 2001, le magazine est dirigé par le chercheur et islamologue Stefan Weidmer. C’est également la seule publication de ce genre à paraître en persan.

Grâce à la contribution d’islamologues reconnus (d’Allemagne et de pays arabes), la revue est devenue un espace d’information et d’échanges au sein de groupes d’études spécialisés dans ce domaine. Fikrun wa Fann traite en profondeur les questions culturelles et socio-politiques actuelles et sert également de forum ouvert sur des sujets controversés.

Fikrun wa Fann est aussi connu pour la qualité littéraire de ses articles et la grande qualité esthétique de ses illustrations.

Ce périodique est publié deux fois par an à près de 20.000 exemplaires en trois langues : arabe, anglais et persan. Les articles du magazine sont également disponibles dans les trois langues sur le site de la revue (en cliquant sur Take Fikrun wa Fann with you as an e-paper). Vous y trouverez aussi les thèmes récents abordés dans la revue ainsi que des liens vers les institutions et  les projets dédiés à l’échange interculturel.

L’historique de Fikrun wa Fann à la médiathèque : issue du fonds des revues de la bibliothèque de l’IREMAM (3200 titres environ), c’est  André Raymond qui nous fit don régulièrement de cette revue entre 1983 et 2010. Depuis 2011, nous la recevons toujours directement de l’éditeur. Vous pouvez consulter son état de collection ici.

             

Crédits photographiques : Fikrun wa Faan, Goethe Institut Shop.