Archives par étiquette : Egypte

Mission d’acquisition à la Foire du livre du Caire (janvier-février 2016)

A la suite d’une mission commune IREMAM / Médiathèque de la MMSH à la 47e foire du livre du Caire, début 2016, Richard Jacquemond, professeur d’arabe à l’Université d’Aix-Marseille et membre de l’IREMAM, a produit une analyse sur les évolutions de la littérature égyptienne constatées, entre autres, lors de cette mission. Le texte de son article, Satiric Literature and Other “Popular” Literary Genres in Egypt Today est disponible en ligne sur le Journal of Arabic and Islamic Studies publié par le Department of Culture studies and Oriental languages (IKOS) de l’Université d’Oslo. Ce journal est entièrement disponible sur internet grâce à la bibliothèque de l’Université d’Oslo.

A cette occasion, nous vous proposons ci-dessous le petit texte qui avait été rédigé pour rendre compte de cette mission :

Mission d’acquisition d’ouvrages. Le Caire, 29/01/2016-12/02/2016

La mission d’acquisition d’ouvrages s’est déroulée durant la 47e Foire internationale du livre du Caire (27/01/2016-10 février 2016). Les chiffres annoncés pour cette foire-là sont de 850 exposants, dont 550 égyptiens, 250 arabes et 50 étrangers (sans compter les plus de 100 bouquinistes présents dans la section intitulée « Sūr al-Ezbekiyya » (en référence au lieu traditionnel où se regroupent les vendeurs de livres d’occasion au centre du Caire).

Cette mission a permis à Richard Jacquemond, enseignant-chercheur à l’IREMAM, et Olivier Dubois, bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, d’acquérir 922 titres pour 1074 volumes (62 volumes en anglais, 1012 sont en arabe). Nous nous sommes bien sûr concentrés sur les éditeurs égyptiens, dont la production récente n’avait pas été acquise ces dernières années du fait de deux annulations successives de missions (en particulier en 2011, lorsque la révolution égyptienne s’est déroulée sur la période prévue de la Foire du livre…), mais nous avons également profité de la présence de quelques centres de recherche soudanais pour y acquérir les ouvrages disponibles.

Ces volumes ont été acquis auprès de quelque 70 maisons d’édition et/ou libraires, les plus importantes étant bien sûr la General Egyptian Book Organization (الهيئة المصرية العامة للكتاب , qui est également l’organisatrice de la Foire) avec 96 titres, la Bibliotheca Alexandrina avec 75 titres, la Bibliothèque nationale et archives (دار الكتب والوثائق القومية) avec 44 titres. A noter également le National Center for Social and Criminological Research (المركز القومى للبحوث الاجتماعية والجنائية),  le centre de diffusion d’al-Ahrām, ainsi que certains éditeurs privés : Dār al-Šurūq (دار الشروق), al-ʿAyn (دار العين للنشر), Dār al-Zahrā’ (دار الزهراء) ainsi bien sûr que l’American University of Cairo Press où nous avons acquis tous les ouvrages de recherche disponibles. Nous avons également largement profité des fonds de la librairie/maison d’édition Madbūlī (مكتبة مدبولي) qui a été également d’un soutien sans faille pour la gestion de toute  la logistique, à un moment où l’activité est très intense. Qu’ils soient tous remerciés (à commencer par M. Achraf !) de perpétuer l’approche libérale du fondateur de la librairie,  al-Ḥāǧǧ Madbūlī de célèbre mémoire.

Pour donner des indications financières, nous préciserons que la mission a été réalisée grâce à un financement conjoint de l’IREMAM (mission R. Jacquemond, financement des acquisitions), de la MMSH (mission O. Dubois, frais de transport et de dédouanement) et enfin du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans qui a financé une grande partie des acquisitions. Le soutien de ce dernier a été essentiel cette année pour nous permettre de perpétuer notre politique d’acquisition des ouvrages en arabe mise en place depuis des décennies.

La moyenne d’achat des ouvrages se situe entre 4,5 et 5 euros, suivant que l’on prend en compte le nombre de volumes ou celui des titres ; rapportée à l’ensemble des frais de la mission, elle passe entre 8,5 et 10 euros. On perçoit facilement, au vu de ces chiffres, l’intérêt y compris financier du déplacement, sans même parler de l’intérêt en termes de contenu à assurer ce suivi extrêmement précis du paysage éditorial égyptien.

Richard Jacquemond était également là pour mener une politique d’acquisition sur la littérature égyptienne contemporaine, et ce salon a été l’occasion de constater l’effervescence de la publication dans ce domaine, en particulier avec une multiplication d’ouvrages de littérature plus ou moins satirique sur le fonctionnement de la société égyptienne, bousculant (ou approfondissant ?)  les « normes » esthétiques de la production précédente : titres accrocheurs, voire sarcastiques, utilisation du dialectal, choix des couvertures, etc.  On mentionnera également l’abondance de romans policiers, de vampires, de fantômes qui ont désormais une place acquise auprès des jeunes lecteurs égyptiens…

Dans un contexte économique et politique difficile, nous avons été frappés par la vitalité de la production éditoriale (plus de 25.000 titres en 2015, si l’on en croit le n° de dépôt légal indiqué sur les nombreuses publications imprimées en fin d’année pour être présentes à l’ouverture de la foire ; pour mémoire, le nombre de titres au dépôt légal était d’environ 10.000/an au tournant du millénaire). Une part importante de cette production relève du secteur universitaire (nombre d’éditeurs sont spécialisés dans ce secteur et on sait que la publication d’ouvrages est pour les universitaires à la fois une obligation professionnelle et une source appréciable de revenus quand les étudiants sont contraints d’acheter le manuel du professeur). On a également remarqué la présence plutôt discrète du livre « islamique » (aussi bien les rééditions de classiques que les auteurs et éditeurs islamiques contemporains), comparativement aux foires des années 1990 et 2000.

De façon plus générale, nous avons pu constater une affluence considérable lors de ce salon, en particulier des jeunes et des familles. L’observation des visiteurs à la sortie permettait de constater que très rares étaient les personnes sortant sans au moins un livre en main. Les acheteurs étrangers (Indonésiens en grand nombre…) sortaient quant à eux avec d’énormes cartons, des valises entières… Un détail peut donner une idée de l’étendue (environ 1 km de long sur 600 m de large) du lieu d’exposition et de l’affluence des visiteurs : nombre de maisons d’éditions et de librairies ouvrent deux pavillons, l’un du côté sud, l’autre du côté nord, afin d’être sures de toucher tous les visiteurs.  A l’inverse, certaines maisons préfèrent concentrer leur présence à un endroit en fonction de critères de sélection de clientèle : par exemple, l’entrée sud n’étant pas desservie par le métro, les visiteurs s’y présentant sont ceux qui peuvent venir en voiture ou en bus, donc plus argentés que ceux qui arrivent par le nord…

Lors de la fermeture de la foire, les organisateurs ont annoncé avoir reçu plus de 3 millions de visiteurs, et que les ventes avaient connu une forte progression cette année (+180 %) (voir cet article du 11 février 2016). Il faut rappeler que les années précédentes avaient été peu propices aux achats de livres du fait de l’agitation politique qu’a connue le pays.

Les ouvrages sont arrivés à l’aéroport de Marignane quinze jours après que nous ayons quitté Le Caire. Ils ont fait l’objet d’un catalogage « minimal » (titre, auteur, éditeur) assuré par nos collègues étudiants tuteurs, afin qu’ils soient aussi rapidement  que possible signalés dans la base de données de la médiathèque. Ce catalogage sera prochainement complété et la liste des acquisitions réalisées lors de cette mission pourra alors être éditée et mise sur le site de la médiathèque.

Cette mission a été également l’occasion de contacts avec l’IFAO, le CEDEJ, ainsi que l’IDEO afin de mettre à jour les procédures d’échanges et de dons. Signalons enfin que l’hébergement que nous a assuré l’IFAO a été très confortable, ce qui n’est pas à négliger après d’intenses journées d’achat d’ouvrages.

Olivier Dubois et Richard Jacquemond

Ps : le programme des animations culturelles des Foires du livre se trouve sur le site internet de la Foire. On peut également trouver des indications sur la page facebook en revenant aux dates de la foire.

 

 

 

 

Tunis 2012 : première Foire du Livre post-révolution

Par Bérengère Clément et Myriam Laakili 

 

Bienvenue à la foire de Tunis ! (Cliché : M. Laakili)

Du 2 au 11 novembre 2012, Myriam Laakili et Bérengère Clément se sont rendues à Tunis pour la 29e édition de la Foire Internationale du Livre avec pour mission d’acquérir la production éditoriale tunisienne 2011 et 2012, et éventuellement de l’édition libyenne, pour l’IREMAM et la Médiathèque de la MMSH.

La Foire du livre de Tunis, mode d’emploi

L’événement était particulièrement important et attendu cette année puisqu’il s’agissait de la première foire organisée depuis la révolution de l’hiver 2011, dans un contexte politique et économique en pleine transition. La Foire du livre se tenait comme à l’habitude au Palais des Expositions du Kram, à Tunis et l’invité d’honneur de cette année 2012 était l’Égypte.

Plus de 22 pays arabes, africains et européens représentés, 317 exposants, moins nombreux toutefois que les années précédentes. Moins d’éditeurs et donc moins de livres, mais une motivation certaine pour ceux qui reprenaient le chemin de la foire. Au cours de cette semaine, nous avons pu acquérir 143 ouvrages en langue arabe et 107 en langue française. En plus des éditeurs et diffuseurs avec lesquels nous avions travaillé les années précédentes, et que nous retrouvions avec plaisir, nous avons pu rencontrer et échanger avec : Abdelhamid Henia (Directeur de DIRASET- études maghrébines, Université de Tunis), Taoufik Monastiri (ancien collègue de l’IREMAM), Michael Béchir Ayari (chercheur à Tunis), Sawssen Fray (bibliothécaire de l’IRMC).

À la fin de notre séjour, nous nous sommes rendues à la Librairie El Kitab, avenue Bourguiba, ainsi qu’à la librairie Diwan, dans la Médina, où nous avons également trouvé un choix de livres intéressants.

L’édition post-révolution

Malgré la crise économique, les responsables des maisons d’éditions étaient dans l’ensemble satisfaits que la Foire du Livre soit placée sous le signe de la liberté d’expression et de l’absence de censure. Naturellement, une production importante était consacrée au printemps arabe : le thème de la révolution tunisienne en l’occurrence était abordé sous différents angles et à travers plusieurs genres : la poésie, les récits de vie d’anciens ministres, ceux des journalistes exilés durant la période Ben Ali, le roman, ainsi qu’une approche sociologique du printemps arabe et même un dictionnaire sur le thème de la révolution tunisienne. Toutes ces formes littéraires, dans leur diversité, sont une source importante pour les chercheurs spécialistes du monde arabe car elles reflètent le contexte de ces révolutions. En parallèle de cette production littéraire sur le printemps arabe, nous avons choisi des ouvrages qui traitent de la femme en islam, notamment sur l’aspect juridique, mais aussi du dialogue islamo-chrétien, de la linguistique, de l’histoire moderne et contemporaine des pays arabes, ainsi que les grands sujets de notre époque : conflits, migrations, violence, genre…

Nous avons noté que les exposants tunisiens proposaient au public, des ouvrages anciens ou récents qui auraient été censurés autrefois. De même, les exposants des stands libyens nous ont proposé des ouvrages d’histoire qui étaient censurés durant le régime de Kadhafi.

 

« Jasmine Rebirth », le nom du premier manga tunisien fait référence à la révolution tunisienne qui a débuté le 14 janvier 2011 (Cliché : M.Laakili)

La Foire de Tunis, observations

Pour Myriam Laakili, sociologue de formation et arabisante, cette Foire du livre de Tunis était une première expérience.

J’ai tout d’abord remarqué la présence d’un public nombreux composé de femmes et d’hommes, de personnes âgées et d’enfants, de familles de différentes catégories sociales et culturelles. La Foire du livre est aussi un lieu où s’organisent des séances de dédicace d’auteurs tunisiens connus, de nombreuses conférences (autour de thèmes tels que : « Le processus de transition démocratique en Égypte et en Tunisie »), des ateliers de graffiti, de peinture, des espaces de lecture, de spectacles pour enfants et pour adultes. C’est aussi un lieu où jeunes et moins jeunes viennent échanger sur le premier manga tunisien ou le dernier ouvrage d’Olfa Youssef.

Outre les ouvrages cités précédemment, on y trouve aussi des livres de recettes de cuisine, de psychologie, de bricolage, de religion, des dictionnaires et encyclopédies pour les étudiants, des livres sur l’économie, l’informatique, les sciences de la vie et de la terre, des livres pour enfants avec des jeux éducatifs…

À travers le livre, c’est aussi les éditeurs que nous avons rencontrés. En discutant avec eux, nous avons pu comprendre les problèmes de cette industrie particulière, mais aussi les questions éditoriales dans le monde arabe. Moncef Ben Ayed, responsable de la maison d’édition Al-Atlassiya nous a fait don de son ouvrage qui soulève la question de l’avenir de l’édition du livre tunisien. En effet, la Foire du Livre est l’occasion aussi pour les éditeurs de discuter et de débattre sur l’avenir de l’édition dans le monde arabe. Certains estiment qu’une possible solution résiderait dans l’union des pays de Maghreb qui permettrait de faciliter la circulation des ouvrages entre les pays de la région ; le premier pas de cette union serait culturel, et l’on pourrait aller jusqu’à imaginer une Union des lecteurs maghrébins.

 

L’Egypte, invitée d’honneur de la foire (Cliché : M. Laakili)

 

D’ailleurs la question éditoriale a fait l’objet d’une table-ronde dans le cadre de cette 29e foire, intitulée : « Les questions éditoriales dans le monde arabe », mais aussi en parallèle, sur un autre registre, les questions sur la numérisation étaient à l’ordre du jour concernant les fonds documentaires nationaux.

Après une semaine passée à la Foire du Livre, force est de constater que la révolution a permis de réimprimer et de proposer à la vente des ouvrages qui étaient interdits, c’est donc une occasion de relancer le marché du livre. De même, une fois l’euphorie de la révolution passée, le mot « révolution », est devenu « marketing », que ce soit dans la littérature, les écrits journalistiques, universitaires ou autres, ce qui pouvait parfois susciter un sentiment de saturation chez les lecteurs. Pour ces derniers, la Foire était surtout l’occasion d’acheter des ouvrages jusque-là censurés.

En résumé, la Foire du Livre est un terrain unique pour pénétrer l’édition d’un pays, y rencontrer ses acteurs et y acquérir des ouvrages introuvables ailleurs.

La logistique

Faire le tour des stands, ce n’est pas si simple et on s’y perd facilement. Il faut penser dès le premier jour à se munir du plan de la Foire. En parallèle, il faut essayer de trouver un porteur que l’on rémunère au jour le jour pour aider à transporter les livres, ou bien, si la chance vous

sourit, arriver à les stocker chez un éditeur sympa. Au bout de deux jours de mission, le volume d’acquisitions rendait nécessaire le service d’un transporteur pour transférer les livres de la Foire jusqu’à l’hôtel. Les autres jours, c’est dans l’une de nos valises à roulettes que nous avons stocké nos achats pour prendre le taxi jusqu’à l’hôtel. Enfin, pour trouver les perles rares et faire de bons choix, il faut allier patience et esprit d’analyse. Parcourir efficacement 317 stands est un véritable marathon, mais qui se fait sans peine grâce à l’accueil et à la générosité des exposants que nous tenons par ailleurs à remercier à travers ce billet.

La dernière démarche importante est le passage au fret : chaque livre doit correspondre à une facture dûment tamponnée qui sera exigée par les services de la douane ; ceux-ci se réservent le droit de vous faire ouvrir les cartons (« la visite ») que vous avez mis tant de soin à empaqueter. Un moment d’inquiétude survient, on vous demande d’aller dans la salle d’attente… puis l’officier de la douane revient avec le sourire, vous avez les autorisations d’« exporter », les cartons de livres peuvent partir !

A l’aéroport de Tunis-Carthage, l’envoi de notre précieuse collecte ! (Cliché : M. Laakili)