Archives par mot-clé : Histoire

Les revues « Città e Storia » et « Geografia » cessent de paraître

Le service des périodiques vous informe que deux revues italiennes cessent de paraître :

Città & Storia était une revue sur l’histoire urbaine
publiée par l’Université de Roma Tre en collaboration avec l’Association italienne d’histoire urbaine.

disponible à la médiathèque à la cote P-2071/en salle

État de notre collection  : n.1,2006-n.01,20007;n.1,2010-n.2,2017

et

Geografia : trimestrale di ricerca scientifica e di programmazione regionale  née en 1978

disponible à la médiathèque à  la cote P-30/en salle

État de notre collection  : n.1,1986-n.4,1998;n.1,2005-n.4,2017

 

 

La Grande Guerre, documents et archives

A l’occasion du centenaire de la fin de la Grande Guerre, nous vous proposons de découvrir le fonds documentaire de la médiathèque concernant ces quatre terribles années. Ce fonds est composé de monographies (voir la bibliographie) et des fonds d’archives de chercheurs conservés à la bibliothèque de la MMSH. Deux fonds concernent cette période : le fonds Marc Michel et le fonds Marcel Augiéras, tous deux signalés sur la plate-forme Archimède des ressources archivistiques de la Médiathèque.

En 1979, Marc Michel a soutenu sa thèse d’État sur la contribution de l’Afrique occidentale française à la Première Guerre mondiale intitulée : L’appel à l’Afrique : contributions et réactions à l’effort de guerre en A.O.F. (1914-1919), sous la direction du professeur Jean-Baptiste Duroselle. Ses archives contiennent des copies de sources, de la documentation et des notes prises dans différents services d’archives.

 

Des soldats de la Première Guerre mondiale

Marcel Augiéras est un officier français qui a servi dans le Sahara Occidental dans les troupes sahariennes à partir de 1913. Il est en Algérie pendant la durée de la guerre et témoigne dans ses publications de l’impact du conflit sur les confins de l’Empire colonial. (cf. Chronique de l’Ouest saharien : 1900-1930). Ses archives photographiques prises à partir de 1913 sur plaques de verre stéréoscopiques couvrent la période de la guerre. Elles ont été déposées à la médiathèque, numérisées et publiées sur la plate-forme e-Médiathèque.

 

Femmes dans une usine d’armement
Soldats allemands prenant leur repas dans une tranchée. V. 1914/15. Paris, coll. Jean-Pierre Verney.

Texte d’Evelyne Disdier, bibliographie et publication d’Annick Richard

Des archives orales sont également conservées à la phonothèque (voir le billet de Mathilde Bresc).

Catalogue des travaux universitaires déposés par Michel Vovelle

L’historien Michel Vovelle est décédé le 6 octobre 2018.

La médiathèque de la MMSH conserve plus de 650 travaux universitaires (mémoires et thèses) déposés par Michel Vovelle. On trouvera le catalogue de ces documents sur notre site  : http://www.mmsh.univ-aix.fr/mediatheque/Pages/bibliotheque.aspx

Ci-dessous le texte rédigé par Bernard Cousin à propos de Michel Vovelle :

« Michel Vovelle est décédé à Aix le 6 octobre 2018, à l’âge de 85 ans. Agrégé d’histoire, ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, où il avait également été caïman, Michel Vovelle a fait l’essentiel de sa carrière à l’Université de Provence. En 1971, sa thèse de doctorat d’état  » Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle « , étudie les mentalités des Provençaux face à la mort, à travers l’analyse de milliers de testaments. Son enseignement comme ses recherches se situent aux confins de l’histoire sociale et des mentalités, mobilisant les sources les plus diverses, et notamment les images avec l’étude des retables des âmes du purgatoire. En 1975 il fonde à Aix, avec Philippe Joutard, le Centre méridional d’histoire qui sera une des équipes de recherche, vingt ans plus tard, à l’origine de l’UMR Telemme. Puis Michel Vovelle succède à Albert Soboul à la chaire d’histoire de la Révolution française, à Paris 1 Sorbonne. C’est l’époque du bicentenaire de la Révolution de 1789 où Michel Vovelle va œuvrer à la tête de la Commission scientifique, impulsant un élan nouveau aux recherches sur cette période, se traduisant par la tenue de plusieurs centaines de colloques à travers le monde. En 1993 Michel Vovelle prend sa retraite et revient à Aix. Il publie de nombreux ouvrages sur la Révolution et sur l’histoire de la mort. En 2017, il donne dans « La bataille du Bicentenaire » (La Découverte)1 son témoignage sur son action à la tête de la Commission, et en 2018, son dernier ouvrage (chez Max Chaleil) « Mémoires vives ou perdues » croise approche de la mémoire familiale et analyses historiques sur le souvenir. Michel Vovelle a été aussi un grand directeur de recherches : mémoires de maîtrise et thèses. Des centaines d’étudiants, à Aix et à Paris, ont bénéficié de ses conseils et de sa direction attentive et ouverte. »

  1. disponible à la médiathèque sous la cote : 900 VOV []

La revue « Il presente e la storia »

Le service des périodiques vous présente la revue « Il presente e la storia », revue de l’Institut historique de la résistance et de la société contemporaine de la province de Cuneo (Italie). Cette revue en langue italienne propose des articles sur l’histoire contemporaine, la résistance, la lutte contre le fascisme… à partir de témoignages.

À l’occasion du centenaire  de la Grande Guerre, le dernier numéro de la revue présente le journal intime d’Alberto Ottolenghi. C’est un témoignage quotidien des événements survenus au front dans les années 1915 et 1916. A partir de 1917, les souvenirs prennent la forme d’un récit synthétique, détaillé et touchant.

État de notre collection  : n.46,1994;n.51,1997-n.52,1997;n.54,1998-n.93,2018

Cote : P-310/En salle



La peste de 1720-1722 en Provence : ressources documentaires

De sinistre mémoire, la dernière épidémie de peste qu’a connue la Provence en 1720-22 a fait l’objet de multiples recherches, films et publications de la part des chercheurs (Régis Bertrand, Gibert Buti, Michel Vovelle, …).

La médiathèque détient une quarantaine de documents sur ce sujet dont certains sont peu connus car relevant de la littérature grise ; vous pouvez les consulter sur place dans notre  bibliothèque :

    • Les autorités toulonnaises face à la peste de 1721 / Laurence Tramoni / sous la direction de Régis Bertrand, Maîtrise : Histoire : Aix-Marseille 1 : 1994. Cotes : MT-3342 (1) et MT-3342 (2),
    • Les corps de la contagion : étude anthropologique des représentations iconographiques de la peste (XVIe-XXe siècles en Europe) /  Dominique Aicardi-Cheve / sous la direction de Gilles Boëtsch. Thèse de Doctorat : Anthropologie biologique : Université de la Méditerranée – Aix-Marseille II : 2003. Cote : MT-25189, MT-25189 (2) et MT-25189 (3)
    • Dossier peste de 1720 d’après un fonds d’archives départementales des Bouches du Rhône / Daniel Cantone / sous la dir. de M. Terrisse et M. Vovelle, Maîtrise : Histoire médicale et des maladies : [université de Provence. Centre d’Aix] : [s.d.]. Cote : MT-21576.
    • Le In provincia et Comitatu Venaissino pestiferis inservientes demortui annis 1720, 1721 et 1722 de Toussaint Pasturel, ou des biographies de « martyrs » de la peste. / Vanessa Peysson, sous la dir. de Régis Bertrand, Maîtrise : Histoire moderne : Aix-Marseille 1 : 2000. Cote : MT-13172 (1) et MT-13172 (2).
    • La peste de 1720-1721 à Aix-en-Provence / Mareva Villiers / sous la dir. de Régis Bertran, Maîtrise : histoire : Aix-Marseille I : 1995. Cote :  MT-3404 (1) et MT-3404 (2)
    • La peste de Marseille de 1720 dans la littérature du 20e siècle / Christelle Omnes / sous la dir. de Mr Bertrand. Maîtrise : Histoire : Aix-Marseille 1 : 1998. Cote : MT-13058 (1) et MT-13058 (2).
    • Une société provençale face au risque épidémique : Salon et la peste 1720-1722 / Reinert Aurélie / sous la dir. de Gilbert Buti, Maîtrise : Histoire : Aix-Marseille 1 : 2004. Cote : MT-24044.
    • Une ville en temps de peste : Avignon (1720-1722) / Irène Jannez / sous la dir. de René Moulinas, Maîtrise : Histoire : Université de Provence : 1991. Cote : MT-3978 (1) et MT-3978 (2).
    • L’ancien barreau du parlement de Provence ou extraits d’une correspondance inédite échangée pendant la peste de 1720 entre François Decormis et Pierre Saurin, avocats au même parlement / par Charles de Ribbe. Marseille : Marius Olive, Paris : Durand , 1861. Cote : 8-22945.
    • Pièces historiques sur la peste de Marseille et d’une partie de la Provence : en 1720, 1721 et 1722 : trouvées dans les Archives de l’Hôtel-de-Ville, dans celles de la Préfecture, au Bureau de l’administration sanitaire, et dans le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque de Marseille. Marseille : Chez les principaux libraires , 1820. Cote : YM-60 (1) et YM-60 (2).
    • Plusieurs brochures issu du fonds Espeut imprimés au 19e siècle et au début du 20e siècle portent sur la peste en Provence. L’un des ces fascicules est consultable sur notre bibliothèque numérique e-médiathèque : La peste à Marseille.

Sur le site de la revue Provence historique, une dizaine articles sont consultables en accès libre :

– Carrière, Charles ; Courdurie, Marcel : Un document nouveau sur la peste de Marseille, Revue Provence historique , T. 33 , Fascicule 131 , 1983, e-ISSN-2557-2105.

– Bertrand, Régis ; Goury, Michel : Le récit de la peste de Marseille du notaire Urtis , Revue Provence historique , T. 47 , 189 , 1997, e-ISSN-2557-2105.

– Rivara, Annie : Les Lettres de l’intendant de marine Hocquart. Vision prospective et rétrospective catastrophique sur la peste de Toulon (1720) , Revue Provence historique , T. LVIII , Fascicule 233 , 2008, e-ISSN-2557-2105.

– Dutour, Olivier ; Signoli, Michel : Le charnier des jardins du couvent de l’Observance (1722) , Revue Provence historique , T. 47 , 189 , 1997, e-ISSN-2557-2105.

– Mourre, Charles : La peste de 1720 à Marseille et les intendants du bureau de santé, Revue Provence historique , T. 13 , Fascicule 52 , 1963, e-ISSN-2557-2105.

– Bertrand, Régis : La peste en Provence aux Temps modernes, sources et représentations (présentation du fascicule 189) , Revue Provence historique , T. 47 , 189 , 1997, e-ISSN-2557-2105.

– Borntrager, Conrad : Les servites de Marie en Provence au temps de la peste de Marseille (1720-1722) , Revue Provence historique , T. 19 , Fascicule 77 , 1969, e-ISSN-2557-2105.

– Dubled, Henri : Les épidémies de peste à Carpentras et dans le Comtat-Venaissin , Revue Provence historique , T. 19 , Fascicule 75 , 1969, e-ISSN-2557-2105.

Si vous souhaitez aborder ce sujet, nous vous recommandons ce film réalisé par Michelle Porte en 1982, disponible sur le site de l’INA.

En 1994, suite à la découverte d’un charnier datant du 18e dans le quartier du Panier à Marseille, les chercheurs ont pu compléter leurs connaissances de cet événement. Un film « Autour de la peste à Marseille, 1720-1722« , produit par le CNRS , primé dans plusieurs festivals, nous expose le travail des historiens, anthropologues et microbiologistes sur ce charnier. Le film est disponible sur le site de Canal U.

By Robert Valette [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], from Wikimedia Commons

Les trésors de la médiathèque : l’art de la tapisserie

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons
des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

L’art de la tapisserie s’est largement développé à partir du XIVe siècle, particulièrement dans le nord de l’Europe puis en France où cet art culmine au XVe siècle.

Les trois hauts lieux de la tapisserie sont les manufactures de la Savonnerie, des Gobelins1 et de Beauvais2.

Les étapes de la tapisserie :
A la base, les matières premières comme les fils de  laine, de soie, et de métaux précieux étaient achetées par le marchand, il fallait ensuite trouver le maquettiste qui allait réaliser le dessin, le cartonnier qui allait reporter le dessin à l’envers, avec une dimension identique au format de la future tapisserie pour que celle-ci soit reproduite à l’endroit, et enfin le licier3, chargé de réaliser la tapisserie résultant de l’entrecroisement des fils de chaîne avec les fils de trame.

Deux types de métier à tisser existent à cette époque :
Le métier de haute-lisse qui est dressé à la verticale et se compose de deux montants supportant deux cylindres mobiles, appelés ensouples dont l’un est positionné dans la partie supérieure et l’autre dans la partie inférieure. Le métier de haute lice permettait de produire des tapisseries de grande qualité. Plus lent mais plus précis, il permet de travailler sur l’endroit de la tapisserie.
Le métier de basse lice4 utilise un métier où la chaîne est disposée dans un plan horizontal et pour l’obtention de motifs complexes, il était fait usage de pédales qui permettaient de  soulever un certain nombre de fils.  Le métier de basse-lice  permettait de travailler sur l’envers de la tapisserie donc sans que l’artisan tapissier puisse voir son travail. L’avantage était une plus grande rapidité d’exécution donc un coût moins élevé.
Sur l’un et l’autre de ces métiers, un fils de chaîne sur deux est tiré avec une perche ; l’espace ainsi libéré se nomme la foule, dans laquelle on passe le fil de trame passe perpendiculairement aux fils de chaîne.
Cette méthode est utilisée par la manufacture des Gobelins.
Nous vous proposons de consulter l’ouvrage suivant qui retrace deux siècles de tapisseries très variées issues de nombreux pays.Ouvrages présents dans notre médiathèque :

Two Thousand Years of textiles : the Figured Textiles of Europe and the Near East , Adèle Coulin Weibel , New York : Pantheon Books , 1952. Cote  : F -20115

Arachné : un regard critique sur l’histoire de la tapisserie,  textes rassemblés et éd. par Pascal-François Bertrand et Audrey Nassieu Maupas. Presses universitaires de Rennes, 2017.               Cote : 700 ARA

Histoire de l’histoire de la tapisserie et des arts décoratifs, essais réunis par Pascal-François Bertrand, Ed. Esthétiques du Divers, 2016. Contribution de Rossella Froissart, membre de TELEMME. (ouvrage en commande)

Les deux ouvrages, mentionnés ci-dessus ont été publiés dans le cadre du programme de recherche ANR ARACHNE méthode critique de l’histoire de la tapisserie : préceptes, circulation de modèles, transferts de savoir-faire. France – XIVe-XXIe siècles.

L’évolution des techniques du filage et du tissage : du Moyen Age à la révolution industrielle de Walter Endrei, avec la coll. de avec la collaboration de Jean Pilisi. Paris, La Haye : Mouton & Co , 1968. Cote : 8-20133

et d’autres écrits :

Histoire de la tapisserie depuis le moyen âge jusqu’à nos jours, par Jules Guiffrey. Tours : Alfred Mame et fils éditeurs, 1886.

 

La peinture tissée : théorie de l’art et tapisseries des Gobelins sous Louis XIV de Pascal-François Bertrand. Rennes : presses universitaires de Rennes, 2015.

Portrait and Tapestry/Portrait et Tapisserie de Philippe Bordes et Pascal-François Bertrand (eds). Turnhout : Brepols, 2015.

Pascale Charron. Les Arts libéraux dans la tapisserie à la fin du Moyen Age : entre iconographie savante et pratiques d’atelier.. Christian Heck. L’allégorie dans l’art du Moyen Age. Formes et fonctions. Héritages, créations, mutations., May 2010, Paris, France. Brepols, p.331- 344, 2011. Répertoire iconographique de la littérature du Moyen Age. Les études du RILMA.

 

 

 

 

  1. née en 1601 dans le quartier des Gobelins à Paris []
  2. manufacture royale fondée en 1664 []
  3. ouvrier qui travaille sur un métier à tisser de haute ou basse lice []
  4. la lice consiste en un fil muni d’un maillon dans lequel passe un fil de chaîne du métier à tisser et  peut aussi s’écrire lisse []

Les trésors de la médiathèque : et vogue la galère !

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Aujourd’hui nous vous présentons l’ouvrage (Cote : 8-22934), « Études sur la marine des galères » rédigé par Auguste Laforet, juge au tribunal de première instance de Marseille, membre de l’académie de cette ville et Chevalier de la légion d’honneur.

Publié en 1864, en 300 exemplaires, il est illustré de 2 planches lithographiées à fond teinté, et de 3 planches hors-texte de reproductions de tableaux.

Au début du volume, le lecteur peut découvrir un plan dépliant lithographié de l’arsenal des galères à Marseille.

L’exemplaire relié présent dans le fonds de la médiathèque, a été dédicacé par l’auteur à l’un de ses amis.

Acquis par le Centre d’études des sociétés méditerranéennes, laboratoire fondé par Georges Duby en 1960, cet exemplaire fait partie du fonds que le laboratoire TELEMME, héritier du CESM a confié à la médiathèque. Celle-ci complète toujours ce fonds consacré à l’histoire maritime et qui comporte à ce jour plus de 200 documents concernant la guerre de course, la piraterie, les marines marchande et de guerre en Méditerranée.

A la lecture de cet ouvrage, vous apprendrez mille choses sur l’origine et les différents types de galères, leur construction, la composition des équipages. Sont aussi décrits les conditions de vie des galériens et l’organisation de l’arsenal de Marseille. En annexe vous trouverez un « contrat d’affrètement des galères à Marseille au nom de Saint Louis, en l’année 1246 », une  liste des généraux des galères et un état général des finances des galères.

Ce livre est consultable sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF qui signale également plusieurs autres ouvrages de l’auteur.

Pour plus d’informations sur l’arsenal des galères de Marseille.

 

Illustration : Tableau de Jules Vernet : L’Intérieur du Port de Marseille, vu du Pavillon de l’horloge du Parc musée national de la Marine/A. Fux

Les trésors de la Médiathèque : la bugade en Provence

Par Mathilde Bresc

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Exceptionnellement, ce mois-ci nous avons choisi un ouvrage  plus récent, pour faire écho au précédent sujet sur le savon de Marseille, il  y est question de lessive à base de cendres : En Provence l’eau est d’or, mémoire en images,  Ed. A. Sutton , 2009, cote FME 900 JOA.

La lessive :

La lessive, (« bugade» en Provence, buée en Touraine, bua dans les pays de langue d’oc, bugée en Poitou) se faisait deux à trois fois par an, au printemps et à l’automne, vers la Toussaint. Les femmes se rassemblaient à cette occasion et c’était un véritable évènement de la vie sociale et l’occasion d’une fête.
Le linge s’étant accumulé pendant des mois, la lessive durait trois jours et se déroulait en plusieurs étapes.

La préparation de la lessive :

Elle se faisait à la cendre(( si vous voulez tenter, en plus modeste quantité prévoir trois verres pour un litre d’eau que l’on fait macérer 48h en remuer de temps à autre avant de filtrer dans une passoire recouverte d’un torchon avant utilisation en machine)). Celle-ci ne devait, en aucun cas, être à base de chêne ou de châtaignier car cela colore le linge.

Faire chauffer l’eau dans le chaudron « lou peirou » sur le foyer.

Le trempage ou encuvage :

Installer le cuvier ou « tinèu », une cuve en bois cerclée de métal, posée sur un trépied et qui pouvait contenir jusqu’à 400 litres en prenant soin de mettre devant la sortie, des branches de thym et un morceau de tuile, pour éviter que le linge, alourdi par l’eau ne bouche le trou de vidange. Relié par un tuyau on plaçait devant celui-ci un récipient, un chaudron qui  récupérait et réchauffait l’eau.

Placer le linge dans le cuvier en commençant par le plus sale au fond pour finir par le linge le moins sale. Terminer en posant sur le dessus un drap de chanvre appelé « florié ou charrier » recouvert d’un bonne couche de cendre. Relever les coins du drap pour emprisonner la cendre et éviter tout contact avec le linge.

Le coulage ou la coulée :

Pour couler la lessive ou « coula la bugado » on utilisait soit,  un placard, appelé « bugadière », qui comportait des étagères de bois trouées de multiples trous. Le linge le plus sale, de même que dans le cuvier, était placé sur l’étagère la plus basse et le moins sale sur l’étagère haute, la seule différente étant que la cendre déjà filtrée était dans l’eau et non pas sur le drap. On utilisait alors  un coule-lessive, une sorte de récipient à long manche pour prélever de l’eau chaude que l’on versait sur le linge.

Alors que dans le cuvier on versait, toujours à l’aide du coule-lessive, l’eau chaude à travers les cendres et le linge, et celle-ci ressortait par la bonde et était redirigée par le tuyau vers le chaudron où l’eau qui sortait appelée « leissièu » était réchauffée, il fallait renouveler  l’opération  plusieurs fois. L’eau devait être chaude mais non bouillante pour éviter que les protéines que contiennent les salissures ne coagulent et se fixent alors définitivement aux fibres. On jugeait la fin du coulage lorsque le « lessièu » prenait une teinte café au lait.

Puis on laissait macérer toute la nuit. Le lendemain, à l’aide d’une pince en bois à longues branches, on sortait  le linge froid du cuvier mais,  l’eau,  précieuse, était alors recyclée pour laver le sol. Les cendres lessivées étaient récupérées pour le jardin pour servir d’engrais

Lavage et rinçage au lavoir :

Après avoir transporté dans une brouette de bois le linge lourd et mouillé,  les lavandières s’installaient, à genoux, dans une caisse en bois  appelée « banasto», ouverte à l’arrière et dotée d’un plan incliné  à l’avant et dont le confort était amélioré de chiffons ou coussins de paille.  Dans le bassin inférieur du lavoir les femmes laissaient flotter le linge tout en le tenant à bout de bras,  puis le ramener pour le frotter à l’aide d’une brosse de chiendent et de savon de Marseille,  elles le battaient  à l’aide d’un battoir à linge en bois, puis le tordaient pour éliminer la lessive.

Le lavoir :

En pierre de taille, et d’un accès pavé ou dallé, il était couvert d’une toiture pour protéger les lavandières des intempéries et comportait plusieurs parties : le rinçoir dans la partie haute du lavoir, qui réceptionne l’eau fraiche directement de la fontaine et au-dessus duquel deux barres de bois ou de métal placées à l’horizontale servaient à égoutter le linge relié à un second bassin, en partie basse, réservé au lavage pour garder l’eau du bassin de rinçage propre. Certains lavoirs étaient équipés d’un plan incliné en pierre qui rendait le travail debout possible.

Le séchage du linge :

Le linge était ensuite étendu au soleil et souvent même à plat dans un champ sur le romarin et on laissait une nuit dehors pour disait-on un blanc plus éclatant.

Le pliage du linge :

Le pliage du linge consistait à étirer le linge le plus possible car il était rarement repassé à l’exception des chemises et robes.

Et chimiquement, que se passe-t- il ?

Les cendres contiennent de la potasse (potasse vient de l’anglais « pot ash » : cendre de pot.)

Une réaction de saponification  se produit au contact d’acides gras provenant du sébum de la peau qui génère la formation de glycérol et surtout d’ions carboxylate de potassium qui constituent le savon.
En clair, il est nécessaire d’avoir du linge bien sale pour obtenir du  linge bien propre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parution de l’ouvrage : Étudier en liberté les mondes méditerranéens

MelangesRI

L’ouvrage  « Etudier en liberté les mondes méditerranéens : mélanges offerts à Robert Ilbert »   est paru le 2 mai aux éditions Publications de la Sorbonne. Leyla Dakhli et Vincent Lemire en sont les éditeurs scientifiques et de nombreux chercheurs et ingénieurs de la MMSH y ont collaboré (sommaire).

Il est disponible à la médiathèque sous la cote : MED 900 ILB.

Extraits de l’ouvrage :

Femmes…..à l’honneur, aux parcours remarquables ….

Article rédigé en collaboration avec Annick Richard

Régine GoutalierProfesseur d’histoire à l’Université d’Aix-en-Provence, dont le fonds a été déposé à la  médiathèque de la MMSH avait réalisé des travaux de recherche sur des sujets relatifs à l’histoire de la colonisation et sur le féminisme et était l’auteure de livres de historiques remarquables (bibliographie.docx) .
Elle avait collaboré avec Yvonne Knibiehler historienne et féministe française, professeure émérite de l’université d’Aix-en-Provence, spécialiste de l’histoire des femmes et de la maternité, également auteure de nombreux ouvrages (bibliographie-YK.docx).
Dans un entretien (enquête n° 4809 du 14.01.2013),  Yvonne Knibiehler, interrogée par Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque, expose ce qui lui apparait comme essentiel dans l’oralité, reconnaissant que souvent cela lui a apporté beaucoup plus que les archives classiques…en voici un extrait :

Crédits photographiques : Mathilde Bresc  (femmes à l’usine de bouchons : 1910, Roquebrune-sur-Argens, 83 Var)

« Les systèmes policiers et leurs territoires » : bibliographie du fonds de la médiathèque

Dans le cadre du colloque international « Les systèmes policiers et leurs territoires (XVIIIe-XIXe siècles) »,  organisé par le laboratoire TELEMME,  les 2 et 3 juillet 2015 _ programme détaillé sur le carnet de recherche de l’ANR SYSPOE _  la médiathèque expose cette semaine des livres issus de ses fonds sur ce thème. En voici la bibliographie (si vous souhaitez recevoir la bibliographie sous fichier excel ou word, vous pouvez me contacter : richard@mmsh.univ-aix.fr).

Histoire euro-méditerranéenne (HEMED) : ressources en ligne

Ligurian colours by Valentina A. https://www.flickr.com/photos/tearsandrain/

Créée en 2009-2010 dans le cadre du projet e-OMED (espace numérique ouvert de la Méditerranée), la communauté HEMED (Histoire euro-méditerranéenne) rassemble des enseignants chercheurs issus d’universités du Maroc (Université Ibn Zohr), de Suisse (Université de Genève), du Liban (Université Saint-Esprit de Kaslik) et de France (Université du Maine-UNAM). Dans notre pays,  le coordinateur scientifique est Dominique Avon, directeur du département d’Histoire de l’université du Maine.

HEMED vise deux objectifs :

–          « mutualiser des ressources numériques sur une base symétrique, avec une technologie homogène. »

–           « favoriser une approche convergente de l’enseignement de l’histoire (contenu, méthodes, supports) par l’élaboration concertée d’un module d’enseignement chaque année. »

Chacun de ses modules est disponible en ligne (onglet « enseignements »)  en français, anglais et arabe (sauf le dernier élaboré en 2013-2014 présenté en français uniquement pour le moment). Une bibliographie et une webographie très détaillées sont présentées à la fin de chaque module.

Module 2013-2014 : Sciences et religions à l’époque contemporaine XIXe-XXe siècles

Module 2012-2013 : Honorer les dieux dans l’espace méditerranéen antique et ses marges

Module 2011-2012 : Politique, religion et constructions étatiques (XIe–XVIe/XIXe siècles)

Module 2010-2011 : Migrations religieuses (XVIe–XIXe siècles)

XIe colloque international : « Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord »

 Affiche_web

« Sauvage, domestique ou commensal, acteur de l’économie ou figure symbolique dans les récits ou l’iconographie, l’animal tient une place essentielle dans les sociétés humaines. Bien que de nombreux travaux aient exploré différents aspects de cette relation complexe dans l’espace maghrébin, aucune réunion diachronique, de la Préhistoire au Moyen-Âge, n’a permis de faire le point des travaux récents et de tracer les perspectives de recherche futures.

C’est l’objet de ce colloque, qui s’inscrit dans une perspective résolument diachronique et multidisciplinaire pour confronter les approches développées en Archéologie et en Histoire. Afin de favoriser échanges et débats, la réunion sera organisée autour de trois grandes thématiques conçues pour permettre l’expression de toutes les démarches scientifiques sans les enfermer dans un cadre chronologique et historique trop étroit :

A. L’animal utile : une ressource, des utilisations, des systèmes économiques ;
B. L’animal dans la nature : entre cohabitations et représentations ;
C. L’animal en représentation : symboles, iconographies, croyances. »

 Lieux :

Musée d’Histoire de la Ville de Marseille : Square Belsunce, 2 rue Henri Barbusse, Marseille 1er
Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM, Marseille), Esplanade du J4, Marseille 2e
Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence), 5 rue du Château de l’Horloge.

Organisé par :

Le Laboratoire méditerranéen de préhistoire Europe Afrique (LAMPEA),
Le Centre Camille Jullian. Histoire et Archéologie de la Méditerranée et de l’Afrique du Nord (CCJ)
L’Institut de recherche sur l’architecture antique (IRAA)
Le Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée (LA3M)
L’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM)
et la Société d’étude du Maghreb préhistorique, antique et médiéval (SEMPAM)

Avec la collaboration de :

Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, Aix-en-Provence), Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM, Marseille), Musée d’Histoire de Marseille.

Avec le soutien de :

LabexMed, Aix-Marseille Université, CNRS, Région Provence Alpes Côte d’Azur, Ecole Pratique des Hautes Etudes (Paris), Fondation Khôra (Institut de France, Paris), SEMPAM.

Comité scientifique :

Aomar Akerraz (INSAP, Rabat), Nabiha Aouadi-Abdeljaouad (INP, Tunis – Musée national des arts islamiques de Raqqada), Maxence Bailly (AMU – LAMPEA, Aix-en-Provence), Barbara Barich (Università « La Sapienza », Rome), Azedine Beschaouch (de l’Institut), Mounir Bouchenaki (UNESCO – CNRA, Alger), Youssef Bokbot (INSAP, Rabat), François Déroche (de l’Institut, président de la SEMPAM), Jehan Desanges (de l’Institut), Pierre Gros (de l’Institut), Slimane Hachi (CNRPAH, Alger), Mohamed Hassan (Université de Tunis), David Mattingly (Université de Leicester), Jorge Onrubia Pintado (Université de Castilla-La Mancha), Bruno Pottier (AMU – CCJ, Aix-en-Provence).

Comité d’organisation :

Véronique Blanc-Bijon (CCJ), Jean-Pierre Bracco (LAMPEA), Marie-Brigitte Carre (CCJ), Salem Chaker (IREMAM), François Déroche (de l’Institut, président de la SEMPAM), Xavier Lafon (IRAA), Mohamed Ouerfelli (LA3M).

Site du colloque : http://sempam.sciencesconf.org/ et programme ici.

Ecriture de l’histoire et mobilisation des mémoires sur le web (France-Méditerranée)

Dans le cadre des journées des 9 et 10 décembre 2013 « Ecriture de l’histoire et mobilisation des mémoires sur le web (France-Méditerranée). Acteurs et témoins », (présentation détaillée sur le carnet ImageSon), la médiathèque expose quelques ouvrages sur cette thématique. En voici la bibliographie.