Étiqueté : Histoire

La peste de 1720-1722 en Provence : ressources documentaires

Billet rédigé le 11 janvier 2018 et mis à jour le 15 novembre 2019

 

De sinistre mémoire, la dernière épidémie de peste qu’a connue la Provence en 1720-22 a fait l’objet de multiples recherches, films et publications de la part des chercheurs (Régis Bertrand, Gibert Buti, Michel Vovelle, …).

Ouvrages et ressources en ligne :

  • Arles et la peste / Odile Caylus / Préface de Régis Bertrand. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2009. Le temps de l’histoire. Cote : F.ME 610 CAY. Lecture en ligne, téléchargeable en se connectant à Bib-CNRS.
  • Signoli Michel, Chevé Dominique, Boetsch Gilles, Dutour Olivier. Du corps au cadavre pendant la Grande Peste de Marseille (1720-1722) : des données ostéo-archéologiques et historiques aux représentations sociales d’une épidémie. In: Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, Nouvelle Série. Tome 10 fascicule 1-2, 1998. pp. 99-120. Disponible en accès libre sur Persée.
  • Buti Gilbert. Structures sanitaires et protections d’une communauté provençale face à la Peste : la Valette (1720/1721). In: Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, Nouvelle Série. Tome 10 fascicule 1-2, 1998. pp. 67-80.
  • Crivello, Maryline ; Zubillaga, Mayalen. Écrire l’histoire sur Internet. La galerie virtuelle de Régis Bertrand sur la Peste de 1720 à Marseille In : Comportements, croyances et mémoires : Europe méridionale XVe-XXe s [en ligne]. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2007 (généré le 15 novembre 2019). ISBN : 9782821882805. Téléchargeable en se connectant à Bib-CNRS.
  • Fabre Gérard. La Peste en l’absence de Dieu. Image votives et représentations du mal lors de la peste provençale de 1720 / Plague and God’s Absence. Ex voto and Evil Representations during the 1720’s Provence Plague. In: Archives de sciences sociales des religions, n°73, 1991. pp. 141-158.
  • Signoli Michel  et Tzortzis Stéfan , « La peste à Marseille et dans le sud-est de la France en 1720-1722 : les épidémies d’Orient de retour en Europe », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 96 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 15 novembre 2019.
  • Vergé-Franceschi Michel, « 1720-1721 : la peste ravage Toulon », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 114-4 / 2007, mis en ligne le 30 décembre 2009, consulté le 15 novembre 2019.

(suite…)

Rencontre avec Alice Zeniter, 13 septembre 2019, 14H-16H, Amphithéâtre de la MMSH

Vous n’avez pas encore lu l’ouvrage L’Art de perdre d’Alice Zeniter !!! ?

Vite ! Venez le consulter à la médiathèque ! Notre fonds comporte de nombreux romans qui explorent les liens entre littérature et histoire. Voici quelques titres : (suite…)

Ensemble d'archives fonds Marc Michel

Immersion dans les archives d’un africaniste : le fonds Marc Michel

Traiter un fond d’archives de chercheur est sans nul doute, loin d’être facile. Il requiert force physique et capacité intellectuelle. Quand on est face à un fond aussi riche et varié traitant de thèmes divers, la passion du métier prend le dessus.
En effet, j’ai eu à traiter le fonds Marc Michel à l’occasion de mon stage qui a duré un mois au sein de la Médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. J’ai décidé de postuler pour ce stage dans le service Iconothèque et Archives afin de découvrir le métier dans toute sa dimension et sa complexité. C’est un métier que je me suis choisie : acquérir davantage de connaissances dans ce domaine était un plus pour moi. (suite…)

Honoré d'Albert, duc de Luynes. Homme, en buste, barbe, de profil, col nu. David d'Angers, Pierre-Jean (Angers, 12–03–1788 - Paris, 05–01–1856), sculpteur Thiébaut Frères, fondeur

Les nouveautés de la semaine

Tout au long de l’année, le fonds de la médiathèque s’enrichit de nouveaux ouvrages. Cette semaine, nous vous proposons des nouveautés en histoire & en histoire de l’art (avec des dons du centre Jean Bérard).

Il s’agit d’une sélection de quelques titres dans les nouvelles entrées de la semaine du 4 au 10 juin 2019. (suite…)

Les oliviers par genevieveromier. 15 novembre 2009. CC by 2.00

Les nouveautés de la semaine

Tout au long de l’année, le fonds de la médiathèque s’enrichit de nouveaux ouvrages. Cette semaine, nous vous proposons des nouveautés en anthropologie, sur les études arabes et des dons d’Alexandre Mahue, doctorant du laboratoire TELEMMe.

Il s’agit d’une sélection de quelques titres dans les nouvelles entrées de la semaine du 27 au 31 mai 2019.

(suite…)

Voile de Sainte Anne à Apt - Atelier de Damiette, 1096-97. Domaine public

Saintetés aptésiennes

L’ ouvrage « Saintetés aptésiennes : trésors, architecture et dévotions dans une cité épiscopale » est le catalogue de l’exposition temporaire présentée au musée municipale de la ville d’Apt jusqu’au 18 mai 2019.

Ce catalogue « richement illustré vous invite à découvrir une partie de l’histoire de la ville et du patrimoine architectural et mobilier de la basilique Sainte-Anne d’Apt ».

L’un des chapitres du livre porte sur le bréviaire d’Apt de 1532 dont la médiathèque de la MMSH détient l’un des deux exemplaires recensés dans la région Provence (fonds Espeut). (suite…)

Les revues « Città e Storia » et « Geografia » cessent de paraître

Le service des périodiques vous informe que deux revues italiennes cessent de paraître :

Città & Storia était une revue sur l’histoire urbaine
publiée par l’Université de Roma Tre en collaboration avec l’Association italienne d’histoire urbaine.

La revue est disponible à la médiathèque à la cote P-2071/en salle

État de notre collection  : n.1,2006-n.01,20007;n.1,2010-n.2,2017

et

Geografia : trimestrale di ricerca scientifica e di programmazione regionale  née en 1978

disponible à la médiathèque à  la cote P-30/en salle

État de notre collection  : n.1,1986-n.4,1998;n.1,2005-n.4,2017

 

 

La Grande Guerre, documents et archives

A l’occasion du centenaire de la fin de la Grande Guerre, nous vous proposons de découvrir le fonds documentaire de la médiathèque concernant ces quatre terribles années. Ce fonds est composé de monographies (voir la bibliographie) et des fonds d’archives de chercheurs conservés à la bibliothèque de la MMSH. Deux fonds concernent cette période : le fonds Marc Michel et le fonds Marcel Augiéras, tous deux signalés sur la plate-forme Archimède des ressources archivistiques de la Médiathèque.

En 1979, Marc Michel a soutenu sa thèse d’État sur la contribution de l’Afrique occidentale française à la Première Guerre mondiale intitulée : L’appel à l’Afrique : contributions et réactions à l’effort de guerre en A.O.F. (1914-1919), sous la direction du professeur Jean-Baptiste Duroselle. Ses archives contiennent des copies de sources, de la documentation et des notes prises dans différents services d’archives.

Des soldats de la Première Guerre mondiale

Marcel Augiéras est un officier français qui a servi dans le Sahara Occidental dans les troupes sahariennes à partir de 1913. Il est en Algérie pendant la durée de la guerre et témoigne dans ses publications de l’impact du conflit sur les confins de l’Empire colonial. (cf. Chronique de l’Ouest saharien : 1900-1930). Ses archives photographiques prises à partir de 1913 sur plaques de verre stéréoscopiques couvrent la période de la guerre. Elles ont été déposées à la médiathèque, numérisées et publiées sur la plate-forme e-Médiathèque.

 

Femmes dans une usine d'armement
Femmes dans une usine d’armement

Texte d’Evelyne Disdier, bibliographie et publication d’Annick Richard

Des archives orales sont également conservées à la phonothèque (voir le billet de Mathilde Bresc).

Photo de Michel Vovelle

Catalogue des travaux universitaires déposés par Michel Vovelle

L’historien Michel Vovelle est décédé le 6 octobre 2018.

Michel Vovelle avait fait don à la médiathèque de plus de 700 mémoires et travaux d’étudiants dont le catalogue est consultable sur notre site.

Ci-dessous le texte rédigé par Bernard Cousin à propos de Michel Vovelle :

« Michel Vovelle est décédé à Aix le 6 octobre 2018, à l’âge de 85 ans. Agrégé d’histoire, ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, où il avait également été caïman, Michel Vovelle a fait l’essentiel de sa carrière à l’Université de Provence. En 1971, sa thèse de doctorat d’état  » Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle « , étudie les mentalités des Provençaux face à la mort, à travers l’analyse de milliers de testaments. Son enseignement comme ses recherches se situent aux confins de l’histoire sociale et des mentalités, mobilisant les sources les plus diverses, et notamment les images avec l’étude des retables des âmes du purgatoire. En 1975 il fonde à Aix, avec Philippe Joutard, le Centre méridional d’histoire qui sera une des équipes de recherche, vingt ans plus tard, à l’origine de l’UMR Telemme. Puis Michel Vovelle succède à Albert Soboul à la chaire d’histoire de la Révolution française, à Paris 1 Sorbonne. C’est l’époque du bicentenaire de la Révolution de 1789 où Michel Vovelle va œuvrer à la tête de la Commission scientifique, impulsant un élan nouveau aux recherches sur cette période, se traduisant par la tenue de plusieurs centaines de colloques à travers le monde. En 1993 Michel Vovelle prend sa retraite et revient à Aix. Il publie de nombreux ouvrages sur la Révolution et sur l’histoire de la mort. En 2017, il donne dans « La bataille du Bicentenaire » (La Découverte)1 son témoignage sur son action à la tête de la Commission, et en 2018, son dernier ouvrage (chez Max Chaleil) « Mémoires vives ou perdues » croise approche de la mémoire familiale et analyses historiques sur le souvenir. Michel Vovelle a été aussi un grand directeur de recherches : mémoires de maîtrise et thèses. Des centaines d’étudiants, à Aix et à Paris, ont bénéficié de ses conseils et de sa direction attentive et ouverte. »

  1. disponible à la médiathèque sous la cote : 900 VOV []

La revue « Il presente e la storia »

Le service des périodiques vous présente la revue « Il presente e la storia », revue de l’Institut historique de la résistance et de la société contemporaine de la province de Cuneo (Italie). Cette revue en langue italienne propose des articles sur l’histoire contemporaine, la résistance, la lutte contre le fascisme… à partir de témoignages.

À l’occasion du centenaire  de la Grande Guerre, le dernier numéro de la revue présente le journal intime d’Alberto Ottolenghi. C’est un témoignage quotidien des événements survenus au front dans les années 1915 et 1916. A partir de 1917, les souvenirs prennent la forme d’un récit synthétique, détaillé et touchant.

État de notre collection  : n.46,1994;n.51,1997-n.52,1997;n.54,1998-n.93,2018

Cote : P-310/En salle



Les trésors de la médiathèque : l’art de la tapisserie

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

L’art de la tapisserie s’est largement développé à partir du XIVe siècle, particulièrement dans le nord de l’Europe puis en France où cet art culmine au XVe siècle. (suite…)

Les trésors de la médiathèque : et vogue la galère !

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Aujourd’hui nous vous présentons l’ouvrage (Cote : 8-22934), « Études sur la marine des galères » rédigé par Auguste Laforet, juge au tribunal de première instance de Marseille, membre de l’académie de cette ville et Chevalier de la légion d’honneur.

Publié en 1864, en 300 exemplaires, il est illustré de 2 planches lithographiées à fond teinté, et de 3 planches hors-texte de reproductions de tableaux.

Au début du volume, le lecteur peut découvrir un plan dépliant lithographié de l’arsenal des galères à Marseille.

L’exemplaire relié présent dans le fonds de la médiathèque, a été dédicacé par l’auteur à l’un de ses amis.

Acquis par le Centre d’études des sociétés méditerranéennes, laboratoire fondé par Georges Duby en 1960, cet exemplaire fait partie du fonds que le laboratoire TELEMME, héritier du CESM a confié à la médiathèque. Celle-ci complète toujours ce fonds consacré à l’histoire maritime et qui comporte à ce jour plus de 200 documents concernant la guerre de course, la piraterie, les marines marchande et de guerre en Méditerranée.

A la lecture de cet ouvrage, vous apprendrez mille choses sur l’origine et les différents types de galères, leur construction, la composition des équipages. Sont aussi décrits les conditions de vie des galériens et l’organisation de l’arsenal de Marseille. En annexe vous trouverez un « contrat d’affrètement des galères à Marseille au nom de Saint Louis, en l’année 1246 », une  liste des généraux des galères et un état général des finances des galères.

Ce livre est consultable sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BNF qui signale également plusieurs autres ouvrages de l’auteur.

Pour plus d’informations sur l’arsenal des galères de Marseille.

 

Illustration : Tableau de Jules Vernet : L’Intérieur du Port de Marseille, vu du Pavillon de l’horloge du Parc musée national de la Marine/A. Fux

Les trésors de la Médiathèque : la bugade en Provence

Par Mathilde Bresc

Pour vous faire découvrir le fonds de la médiathèque de la MMSH, le deuxième lundi du mois, nous vous vous présentons des ouvrages anciens disponibles en consultation à la médiathèque.

Exceptionnellement, ce mois-ci nous avons choisi un ouvrage  plus récent, pour faire écho au précédent sujet sur le savon de Marseille, il  y est question de lessive à base de cendres : En Provence l’eau est d’or, mémoire en images,  Ed. A. Sutton , 2009, cote FME 900 JOA.

La lessive :

La lessive, (« bugade» en Provence, buée en Touraine, bua dans les pays de langue d’oc, bugée en Poitou) se faisait deux à trois fois par an, au printemps et à l’automne, vers la Toussaint. Les femmes se rassemblaient à cette occasion et c’était un véritable évènement de la vie sociale et l’occasion d’une fête.
Le linge s’étant accumulé pendant des mois, la lessive durait trois jours et se déroulait en plusieurs étapes.

La préparation de la lessive :

Elle se faisait à la cendre(( si vous voulez tenter, en plus modeste quantité prévoir trois verres pour un litre d’eau que l’on fait macérer 48h en remuer de temps à autre avant de filtrer dans une passoire recouverte d’un torchon avant utilisation en machine)). Celle-ci ne devait, en aucun cas, être à base de chêne ou de châtaignier car cela colore le linge.

Faire chauffer l’eau dans le chaudron « lou peirou » sur le foyer.

Le trempage ou encuvage :

Installer le cuvier ou « tinèu », une cuve en bois cerclée de métal, posée sur un trépied et qui pouvait contenir jusqu’à 400 litres en prenant soin de mettre devant la sortie, des branches de thym et un morceau de tuile, pour éviter que le linge, alourdi par l’eau ne bouche le trou de vidange. Relié par un tuyau on plaçait devant celui-ci un récipient, un chaudron qui  récupérait et réchauffait l’eau.

Placer le linge dans le cuvier en commençant par le plus sale au fond pour finir par le linge le moins sale. Terminer en posant sur le dessus un drap de chanvre appelé « florié ou charrier » recouvert d’un bonne couche de cendre. Relever les coins du drap pour emprisonner la cendre et éviter tout contact avec le linge.

Le coulage ou la coulée :

Pour couler la lessive ou « coula la bugado » on utilisait soit,  un placard, appelé « bugadière », qui comportait des étagères de bois trouées de multiples trous. Le linge le plus sale, de même que dans le cuvier, était placé sur l’étagère la plus basse et le moins sale sur l’étagère haute, la seule différente étant que la cendre déjà filtrée était dans l’eau et non pas sur le drap. On utilisait alors  un coule-lessive, une sorte de récipient à long manche pour prélever de l’eau chaude que l’on versait sur le linge.

Alors que dans le cuvier on versait, toujours à l’aide du coule-lessive, l’eau chaude à travers les cendres et le linge, et celle-ci ressortait par la bonde et était redirigée par le tuyau vers le chaudron où l’eau qui sortait appelée « leissièu » était réchauffée, il fallait renouveler  l’opération  plusieurs fois. L’eau devait être chaude mais non bouillante pour éviter que les protéines que contiennent les salissures ne coagulent et se fixent alors définitivement aux fibres. On jugeait la fin du coulage lorsque le « lessièu » prenait une teinte café au lait.

Puis on laissait macérer toute la nuit. Le lendemain, à l’aide d’une pince en bois à longues branches, on sortait  le linge froid du cuvier mais,  l’eau,  précieuse, était alors recyclée pour laver le sol. Les cendres lessivées étaient récupérées pour le jardin pour servir d’engrais

Lavage et rinçage au lavoir :

Après avoir transporté dans une brouette de bois le linge lourd et mouillé,  les lavandières s’installaient, à genoux, dans une caisse en bois  appelée « banasto», ouverte à l’arrière et dotée d’un plan incliné  à l’avant et dont le confort était amélioré de chiffons ou coussins de paille.  Dans le bassin inférieur du lavoir les femmes laissaient flotter le linge tout en le tenant à bout de bras,  puis le ramener pour le frotter à l’aide d’une brosse de chiendent et de savon de Marseille,  elles le battaient  à l’aide d’un battoir à linge en bois, puis le tordaient pour éliminer la lessive.

Le lavoir :

En pierre de taille, et d’un accès pavé ou dallé, il était couvert d’une toiture pour protéger les lavandières des intempéries et comportait plusieurs parties : le rinçoir dans la partie haute du lavoir, qui réceptionne l’eau fraiche directement de la fontaine et au-dessus duquel deux barres de bois ou de métal placées à l’horizontale servaient à égoutter le linge relié à un second bassin, en partie basse, réservé au lavage pour garder l’eau du bassin de rinçage propre. Certains lavoirs étaient équipés d’un plan incliné en pierre qui rendait le travail debout possible.

Le séchage du linge :

Le linge était ensuite étendu au soleil et souvent même à plat dans un champ sur le romarin et on laissait une nuit dehors pour disait-on un blanc plus éclatant.

Le pliage du linge :

Le pliage du linge consistait à étirer le linge le plus possible car il était rarement repassé à l’exception des chemises et robes.

Et chimiquement, que se passe-t- il ?

Les cendres contiennent de la potasse (potasse vient de l’anglais « pot ash » : cendre de pot.)

Une réaction de saponification  se produit au contact d’acides gras provenant du sébum de la peau qui génère la formation de glycérol et surtout d’ions carboxylate de potassium qui constituent le savon.
En clair, il est nécessaire d’avoir du linge bien sale pour obtenir du  linge bien propre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parution de l’ouvrage : Étudier en liberté les mondes méditerranéens

MelangesRI

L’ouvrage  « Etudier en liberté les mondes méditerranéens : mélanges offerts à Robert Ilbert »   est paru le 2 mai aux éditions Publications de la Sorbonne. Leyla Dakhli et Vincent Lemire en sont les éditeurs scientifiques et de nombreux chercheurs et ingénieurs de la MMSH y ont collaboré (sommaire).

Il est disponible à la médiathèque sous la cote : MED 900 ILB.

Extraits de l’ouvrage :